SFCO

Revue de littérature - Janvier 2024

Presurgical orthodontic preparation of skeletal Class II by means of a bone anchorage with an osteosynthesis wire: a clinical case

Préparation orthodontique préchirurgicale des classes II squelettiques au moyen d’un ancrage osseux par fil d’ostéosynthèse : à propos d’un cas

Claire Pernier et Paul Cresseaux. Orthod Fr. 2021 ; 92 :17-28.

Auteur commentaire article : Lucie Grzelczyk (Dr Junior ; DESCO) Sarah Millot

Article: L’objectif de cet article est de présenter sous forme d’un cas clinique un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire  par  fil d’ostéosynthèse, nommé « Abalakov ». Il est notamment indiqué dans les cas de  préparations orthodontiques avant chirurgie orthognatique.

Le cas rapporté est celui d’un jeune homme de 21 ans sans antécédent, qui consulte pour « des dents en avant ». Le diagnostic dentaire est une classe II division 1 d’angle avec un surplomb (8mm) et recouvrement (5 mm) augmentés.  Les 38 et 48 sont incluses. Le diagnostic radiographique confirme une classe II squelettique, des incisives maxillaires et mandibulaires vestibulo versées.

Ces analyses ont conduit à la décision d’une chirurgie orthognatique de correction de la classe II et de l’hypodivergence.  Les différentes étapes de traitement d’une durée totale de 22 mois sont détaillées dans l’article. Brièvement, un système multi-attaches a été mis en place, les dents de sagesse mandibulaires ont été extraites simultanément à la pose de l’ancrage osseux de type « Abalakov » qui a été  activé (système de traction directe de l’arcade mandibulaire via 2 ressorts fermés en nickel titane)  La chirurgie orthognathique (ici une ostéotomie bi-maxillaire avec distraction maxillaire)  a eu lieu 1 an après le début de traitement.

Commentaire de l’article et discussion :

Cette technique d’ancrage glaciaire a été inventée par les frères Abalakov, alpinistes dans les années 1930. Elle permet de s’assurer dans la glace lorsqu’aucune voie n’est ouverte et consiste à percer 2 trous qui se rejoignent à équidistance formant un triangle équilatéral dans la glace avec le passage d’une corde. (figure 1)

En 2015, les Dr Cresseaux, Filippi et Granger se sont inspirés de cette technique pour inventer et développer un système d’ancrage mandibulaire plus simple et rapide. En effet, le recul de l’arcade mandibulaire, avec redressement des incisives est fastidieux et , peut s’envisager grâce à des minivis ou mini plaques qui présentent certains inconvénients : déplacement de l’ancrage, accès anatomique difficile, complexité des insertions et activation.

Une alternative est la pose de fils d’ostéosynthèses, placés dans la branche montante. La pose se fait généralement dans le même temps opératoire que l’avulsion des 4 dents de sagesse. Le forage est réalisé dans la branche montante au niveau de la ligne oblique interne, à la hauteur du plan d’occlusion. Le fil est alors inséré et l’orthodontiste va l’activer (Figures 2 et 3). Dans cette zone rétro molaire, l’ancrage est stable et permet d’assurer une traction postérieure de l’ensemble de l’arcade mandibulaire avec le moins de mouvements secondaires possibles.

L’intérêt de cet article est l’illustration de cette nouvelle technique d’ancrage inspirée de d’alpinisme et adaptée à l’ancrage mandibulaire par ce cas clinique.

Les avantages de cette technique sont présentés dans cet article : simplicité de mise en place et de retrait, stabilité, durée de traitement courte, peu de mouvements parasites, technique peu onéreuse, biocompatibilité des fils d’ostéosynthèses, alternative aux avulsions de prémolaires et au port d’élastiques. Enfin, cette technique présente peu de contre-indications.

Les limites sont liées à la nouveauté de cette technique, il existe actuellement peu de publications sur ce sujet (études et résultats en cours de publication).

Conclusion : Si cette technique nécessite d’être évaluée par plus de données prospectives et rétrospectives (durée de traitement, efficacité, effets secondaires, tolérance clinique…), cet ancrage squelettique dans la partie antérieure de la branche montante par fil d’ostéosynthèse, dit « Abalakov », s’avère une option très prometteuse. Elle est un moyen simple, confortable, peu onéreux, reproductible et très efficace de distalisation en masse de l’arcade mandibulaire, avec un redressement net des incisives mandibulaires. Cette option pourra être évoquée entre correspondants chirurgiens-dentistes, orthodontistes, chirurgiens oraux et maxillofaciaux dans les cas de préparations orthodontiques préchirurgicales de correction des anomalies des classes II, d’asymétrie d’arcade ou d’ouverture d’espace ,  et des compensations dento alvéoalires  pour aboutir  à des arcades en occlusion de classe 1 d’angle.

Remerciements : Dr Cresseaux, Dr Filippi, Dr Carlier.

Références des illustrations :

1/ Thèse d’Exercice de docteur en chirurgie dentaire. Lucie Grzelczyk.2023 Bilan et actualisation des connaissances sur la technique d’ancrage osseux postérieur mandibulaire par fil ostéosynthèse en acier : l’Abalakov

 

2/ Abalakov dans la glace : UKC Articles, Georges McEwan Collection : Ice Climbing Anchor Strength – Analysis [Internet]. 2012 [cité 3 mai 2023]. Disponible sur: https://www.ukclimbing.com/articles/skills/ice_climbing_anchor_strength_-_analysis-4315