Quizz diagnostic

Dernier cas

  • A PROPOS D’UNE LÉSION DE LA COMMISSURE LABIALE. Equipe de chirurgie Orale de Brest, service d’Odontologie de médecine bucco-dentaire et de Chirurgie Orale, CHRU de Brest.
    --

    Motif de la consultation

    Un patient de 73 ans consulte pour une lésion de la commissure labiale droite,

    Histoire de la maladie

    Cette lésion évoluait depuis plusieurs mois et gênait la mastication.

    Interrogatoire

    Le patient présente une hypertension artérielle traitée équilibrée (Aténolol). Il est fumeur (40 PA). Il est édenté et porte peu ses prothèses amovibles.

    Examen clinique

    L’examen clinique endo et exo-buccal a retrouvé une lésion bourgeonnante commissurale et rétro-commissurale droite, bien délimitée, légèrement pédiculée, prenant un aspect « en mosaïque » (ponctuations blanches sur un fond rose), développée sur une plage kératosique mal limitée. La palpation ne retrouvait pas d’induration. La commissure gauche était le siège d’une perlèche.

    Examens paracliniques

    Après exérèse, l’examen histologique a retrouvé un dense infiltrat lympho-plasmocytaire sous épithélial, des micro-abcès ainsi que des filaments pseudomycéliens.

    Quel est votre diagnostic ?

    A) Candidose chronique
    B) Carcinome verruqueux
    C) Papillome
    D) Chancre syphilitique primaire

    Synthèse

    La bonne réponse est la A : Candidose chronique

    Dans de rares cas, une candidose chronique de la région rétro-commissurale peut prendre la forme d’une candidose papillomateuse et hyperkératosique, ou candidose hyperplasique, ou granulome monilliasique. Cette lésion prend un aspect pseudo-tumoral blanc unilatéral. Elle est associée à d’autres foyers de candidose et survient le plus souvent chez le fumeur. Cliniquement, il est difficile de la différentier d’un carcinome verruqueux, et peut développer des foyers de carcinome verruqueux ou épidermoïde. L’exérèse de la lésion avec examen histologique permet de confirmer le diagnostic clinique en excluant des signes de dysplasie. Il est également nécessaire de prendre en charge la candidose en traitant la cause (ici causée par la perte de dimension verticale de l’étage inférieur avec écoulement et stagnation salivaire au niveau des plis commissuraux) et par application d’antifongiques topiques (par exemple Miconazole gel 2% 4 fois par jour pendant 7 à 15 jours).

    Un papillome aurait retrouvé cliniquement un aspect plus hérissé et histologiquement des projections papillaires dont les axes conjonctifs sont dépourvus d’infiltrat inflammatoire.

    Le chancre syphilitique primaire se présente cliniquement comme une érosion indolore ronde et régulière à fond plat et lisse recouvert par un fin voile fibrineux et présentant une induration superficielle dite « cartonnée », associé à une adénopathie satellite sous-mandibulaires et guérit spontanément en 5 à 6 semaines.