SFCO Flux RSS du site SFCO Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://www.societechirorale.com Le mot du président <p>Chers soci&eacute;taires, chers amis,</p> <p>Tout d&rsquo;abord, je remercie les membres du bureau et ceux du conseil d&rsquo;administration qui ne comptent pas le temps consacr&eacute; &agrave; la SFCO et font qu&rsquo;avec vous notre soci&eacute;t&eacute; est florissante.</p> <p>Notre revue MBCB se porte bien&nbsp;; cinq num&eacute;ros ont &eacute;t&eacute; publi&eacute;s en 2015&nbsp;; son lectorat augmente r&eacute;guli&egrave;rement gr&acirc;ce &agrave; la qualit&eacute; des articles que vous lui adressez. Je rappelle qu&rsquo;elle est maintenant en acc&egrave;s libre ce qui permet aux &eacute;tudiants, aux internes et &agrave; l&rsquo;ensemble des praticiens de la consulter.</p> <p>Nos r&eacute;dacteurs en chef ont obtenus, gr&acirc;ce &agrave; leur t&eacute;nacit&eacute;, l&rsquo;indexation &laquo;&nbsp;SCOPUS&nbsp;&raquo;. Ils travaillent en 2016 &agrave; l&rsquo;obtention du r&eacute;f&eacute;rencement &laquo;&nbsp;MEDLINE&nbsp;&raquo;.</p> <p>Les recommandations sur la &laquo;&nbsp;gestion p&eacute;ri-op&eacute;ratoires des patients trait&eacute;s par antithrombotiques en chirurgie orale&nbsp;&raquo; sont publi&eacute;es et disponibles sur nos sites SFCO et MBCB. Elles vont &ecirc;tre largement diffus&eacute;es &agrave; l&rsquo;ensemble des praticiens.</p> <p>Les internes en chirurgie orale se sont appropri&eacute; la SFCO et sa revue. C&rsquo;&eacute;tait notre objectif&nbsp;; c&rsquo;est une grande source de satisfaction pour nous. Nous sommes &agrave; leur &eacute;coute&nbsp;; toutes leurs suggestions sont bienvenues. Nous allons cr&eacute;er d&egrave;s cette ann&eacute;e avec un de nos partenaires un nouveau &laquo;&nbsp;concours&nbsp;&raquo; qui leur est exclusivement destin&eacute; avec des prix de grande valeur.</p> <p>Notre s&eacute;ance scientifique au congr&egrave;s de l&rsquo;ADF a connu comme les ann&eacute;es pr&eacute;c&eacute;dentes un fort succ&egrave;s; la salle &eacute;tait pleine et nous n&rsquo;avons pas pu r&eacute;pondre &agrave; l&rsquo;ensemble des questions.</p> <p>Le th&egrave;me sur la s&eacute;dation consciente par voie intraveineuse a &eacute;t&eacute; pl&eacute;biscit&eacute;. Nous avons d&eacute;cid&eacute;, en collaboration avec le Coll&egrave;ge Hospitalo-Universitaire de M&eacute;decine Buccale et Chirurgie Buccale, d&rsquo;unir nos expertises pour vous proposer &agrave; court terme une formation universitaire afin d&rsquo; acqu&eacute;rir les comp&eacute;tences indispensables &agrave; la pratique de ces protocoles.</p> <p>Le nombre de nos partenaires industriels a doubl&eacute;&nbsp;; c&rsquo;est gr&acirc;ce au travail de la cellule partenariat mais surtout au succ&egrave;s de nos congr&egrave;s.</p> <p>L&rsquo;&eacute;quipe du comit&eacute; d&rsquo;organisation de Metz vous attend du 26 au 28 mai 2016 pour notre 64<sup>&egrave;me</sup> congr&egrave;s. Avec un nouveau format qui vous s&eacute;duira, ils vous proposent un programme scientifique et des festivit&eacute;s qui vont agr&eacute;ablement vous surprendre.</p> <p>Notre site &eacute;volue chaque mois&nbsp;; sa fr&eacute;quentation ne cesse d&rsquo;augmenter. La nouvelle formule du &laquo;&nbsp;Quizz&nbsp;&raquo; est tr&egrave;s appr&eacute;ci&eacute;e. Pour les &laquo;&nbsp;mordus&nbsp;&raquo; des r&eacute;seaux sociaux, vous avez maintenant un compte Facebook &laquo;&nbsp;SFCO&nbsp;&raquo; qui vous permet facilement d&rsquo;obtenir des informations et d&rsquo;&eacute;changer.</p> <p>Je vous retrouverai, avec plaisir, tr&egrave;s nombreux, &agrave; Metz&nbsp;; l&rsquo;ensemble des membres du CA se joint &agrave; moi pour vous souhaiter une excellente ann&eacute;e 2016.</p> <p style="text-align: right;"><em>Louis MAMAN</em></p> <p>P.S&nbsp;: que ceux qui parmi vous remplissent les conditions pour &ecirc;tre membres titulaires, pensent &agrave; en faire la demande.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/le-mot-du-president Le conseil d'administration <p><strong>Pr&eacute;sident : </strong>&nbsp;Pr. Louis Maman (Paris)</p> <p><strong>Anciens&nbsp; Pr&eacute;sidents :</strong></p> <p>Pr. Cl&eacute;ment Vialatel (Paris) 1977-1987<br /> Pr. Guy Ducrot (Reims) 1989-1994<br /> Pr. Jacques Jeandot (Bordeaux) 1994-2000<br /> Pr. Gilbert De Mello (Rennes) 2000-2004<br /> Pr. Ahmed Feki (Strasbourg) 2004-2008<br /> Pr. Damien Duran (Toulouse) 2008-2012<br /> Dr. Daniel Perrin (Dijon) 2012-2014</p> <p><strong>Membre d&#39;Honneur :</strong></p> <p>Dr. Christian COUZINOU, Pr&eacute;sident du Conseil National de l&#39;Ordre</p> <p><strong>Membres :</strong></p> <p>Dr.&nbsp;Anne-Ga&euml;lle&nbsp;Bodard (Lyon)<br /> Dr.&nbsp;Philippe&nbsp;Campan (Toulouse)<br /> Dr. Fabrice&nbsp;Campana&nbsp;(Marseille)<br /> Dr.&nbsp;Anne&ndash;Laure Ejeil&nbsp;(Paris Descartes)<br /> Dr. Jean-Marc Galeazzi (Paris)<br /> Dr. Eric Gerard (Metz)<br /> Dr Guy Le Toux (Brest)<br /> Pr. Beno&icirc;t Lefevre (Reims)<br /> Pr. Louis Maman (Paris Descartes)<br /> Dr. Laurent Nawrocki (Lille)<br /> Pr. Guillaume Penel (Lille)<br /> Pr Yvon Roche (Paris Diderot)<br /> Pr. Jaques Henri Torres (Montpellier)</p> <p><strong>Bureau :</strong></p> <p>Pr&eacute;sident:&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Pr. Louis Maman (Paris Descartes)<br /> <br /> Vices Pr&eacute;sidents:&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Pr. Benoit Lef&egrave;vre (Reims)<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Dr. Eric G&eacute;rard (Metz)</p> <p>Secr&eacute;taire G&eacute;n&eacute;ral: &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Pr. Jacques-Henri Torres (Montpellier)<br /> <br /> Secr&eacute;taire G&eacute;n&eacute;ral adjoint&nbsp;:&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Dr. Anne-Laure Ejeil (Paris Descartes)</p> <p>Tr&eacute;sorier: &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Dr. Laurent Nawrocki (Lille)<br /> <br /> Tr&eacute;sorier adjoint:&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Dr. Anne-Ga&euml;lle&nbsp;Bodard (Lyon)</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/le-conseil-dadministration Commissions - Responsables <p><strong>Commission Scientifique et de la Recherche</strong></p> <p>Pr Lesclous &nbsp;Philippe&nbsp;(Pr&eacute;sident)<br /> Dr Boisram&eacute; Sylvie<br /> Dr Cousty Sarah<br /> Dr Deschaumes Christophe<br /> Pr Descroix Vianney<br /> Dr Devoize Laurent<br /> Dr Fortin Thomas<br /> Dr Mauprivez C&eacute;dric</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Commission Exercice et Evaluation Professionnelle</strong></p> <p>Dr Alantar &nbsp;Alp (Pr&eacute;sident)<br /> Dr Bridonneau Thomas<br /> Dr Guyot Michel<br /> Dr Lafon Arnaud<br /> Dr Mariottini Jean-Pierre<br /> Dr Moizan Herv&eacute;</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Commission Formation &amp; DPC</strong></p> <p>Dr Larras Patrick&nbsp;(Pr&eacute;sident)<br /> Dr Aldosa Julien<br /> Dr Catherine Jean-Hugues<br /> Dr Fauroux Marie-Alix<br /> Dr Lescaille G&eacute;raldine<br /> Dr Radoi Loredana</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Responsables du site web :</strong></p> <p>Dr&nbsp;Jean-Hugues Catherine<br /> Dr&nbsp;Fabrice Campana</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Responsables du site FaceBook :</strong></p> <p>Dr&nbsp;Marie-Alix FAUROUX<br /> Dr&nbsp;Jean-Pierre MARIOTTINI</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/les-commissions Adhésion en ligne <h2><strong>Pourquoi adh&eacute;rer &agrave; la SFCO&nbsp;?</strong></h2> <ul> <li>Pour b&eacute;n&eacute;ficier d&rsquo;un tarif pr&eacute;f&eacute;rentiel sur les congr&egrave;s (inscription rentabilis&eacute;e d&egrave;s le 1<sup>er</sup> congr&egrave;s&nbsp;!)</li> <li>Pour avoir acc&egrave;s aux documents r&eacute;serv&eacute;s aux membres</li> <li>Pour pouvoir voter &agrave; l&rsquo;assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale</li> <li>Pour appara&icirc;tre (si vous le souhaitez) dans <a href="http://www.sfco.online/annuaire" target="_blank" title="http://www.sfco.online/annuaire"><strong>l&rsquo;annuaire public de la SFCO</strong></a> :<br /> vos correspondants et vos patients peuvent vous y retrouver&nbsp;!</li> </ul> <p><br /> La cotisation annuelle est de 250 &euro;.</p> <p>Exceptions&nbsp;:</p> <ul> <li>Cotisation de 60 &euro; &nbsp;pour les internes DESCO, DESMBD et DESODF et &eacute;quivalents &eacute;trangers.<br /> (adresser un justificatif par mail &agrave; jacques.bayssiere@gmail.com)</li> <li>Cotisation de 100 &euro; possible pour les membres des pays hors Europe occidentale et Am&eacute;rique du Nord.</li> </ul> <p style="text-align:center"><br /> <a href="http://www.sfco.online/inscription" target="_blank"><img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/btn_sfco.jpg" style="border-style:solid; border-width:0px; height:120px; width:220px" /></a><br /> &nbsp;</p> <h2><strong>Pourquoi devenir membre titulaire ?</strong></h2> <p>Les membres titulaires sont les piliers de la soci&eacute;t&eacute;. A jour de cotisation, ils peuvent&nbsp;:</p> <ul> <li>Elire les membres du conseil d&rsquo;administration de la soci&eacute;t&eacute;</li> <li>Elire les membres des commissions</li> <li>Voter les modifications des statuts et du r&egrave;glement int&eacute;rieur de la soci&eacute;t&eacute;</li> <li>Se pr&eacute;senter au conseil d&rsquo;administration et aux commissions</li> </ul> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>Comment devenir membre titulaire ?</strong></h2> <p>Il faut justifier de la qualification ou d&rsquo;un exercice en chirurgie orale; pour cela sont retenus :</p> <ul> <li>Les fonctions hospitalo-universitaires en tant que titulaire en chirurgie orale&nbsp;;</li> <li>Les fonctions d&rsquo;assistant hospitalo-universitaire en chirurgie orale, apr&egrave;s deux ans de fonction, si le candidat en fait la demande&nbsp;;</li> <li>Les fonctions de praticien hospitalier avec un exercice pr&eacute;dominant en chirurgie orale&nbsp;;</li> <li>Un exercice lib&eacute;ral exclusif ou pr&eacute;dominant en chirurgie orale&nbsp;;</li> <li>La qualification en chirurgie orale&nbsp;;</li> <li>Les formations qualifiantes en chirurgie orale(en particulier le DESCO).</li> </ul> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>Comment en faire la demande&nbsp;?</strong></h2> <p>La candidature est adress&eacute;e au pr&eacute;sident et aux deux rapporteurs, avec un curriculum vitae et toutes pi&egrave;ces justificatives par mail&nbsp;:</p> <p><a href="mailto:louis.maman@parisdescartes.fr">louis.maman@parisdescartes.fr</a></p> <p><a href="mailto:jacques.bayssiere@gmail.com">jacques.bayssiere@gmail.com</a></p> <p><a href="mailto:guillaume.penel@univ-lille2.fr">guillaume.penel@univ-lille2.fr</a></p> <p>Les rapporteurs pr&eacute;sentent et argumentent la candidature au conseil d&rsquo;administration.</p> <p>La liste des membres retenus par le conseil d&rsquo;administration au cours de l&rsquo;ann&eacute;e est pr&eacute;sent&eacute;e lors de l&rsquo;assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale annuelle.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/adhesion-en-ligne Documents réservés aux membres Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/documents-reserves-aux-membres Annuaire des membres Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/annuaire-des-membres Payer sa cotisation <p>La cotisation annuelle est de 250 &euro;.</p> <p>Exceptions&nbsp;:</p> <ul> <li>Cotisation de 60 &euro; pour les internes DESCO, DESMBD et DESODF et &eacute;quivalents &eacute;trangers.<br /> (adresser un justificatif par mail &agrave; jacques.bayssiere@gmail.com)</li> <li>Cotisation de 100 &euro; possible pour les membres des pays hors Europe occidentale et Am&eacute;rique du Nord.</li> </ul> <hr /> <h2><strong>Paiement de la cotisation</strong></h2> <p><strong>Si vous n&rsquo;&ecirc;tes pas membre</strong>, rendez-vous sur <a href="http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/adhesion-en-ligne">http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/adhesion-en-ligne</a>.</p> <p><strong>Si vous &ecirc;tes d&eacute;j&agrave; membre de la SFCO</strong>, dans tous les cas, allez sur la plateforme des adh&eacute;rents <a href="http://www.sfco.online/">www.sfco.online</a> et identifiez-vous. Si c&rsquo;est la premi&egrave;re fois que vous vous connectez &agrave; ce site, <strong>ne faites pas &laquo;&nbsp;Connexion&nbsp;&raquo;</strong>, mais cliquez sur &laquo;&nbsp;mot de passe oubli&eacute;&nbsp;&raquo;. Renseignez votre adresse email. Vous recevrez un courriel avec les instructions de connexion.</p> <p><strong>En cas de difficult&eacute;, surtout ne pas aller sur l&rsquo;onglet &laquo;&nbsp;Inscription&nbsp;&raquo;</strong>, ce qui g&eacute;n&egrave;rerait un doublon dans la base et nous ferait perdre du temps et de l&rsquo;argent. Au contraire, signalez tout probl&egrave;me de connexion &agrave; <a href="mailto:secretariat@sfco.online">secretariat@sfco.online</a>.</p> <p>Une fois sur votre Profil, allez &agrave; l&rsquo;onglet &laquo;&nbsp;Modifier&nbsp;&raquo; et <strong>v&eacute;rifiez vos coordonn&eacute;es et vos autorisations de parution sur les annuaires</strong>.</p> <p>Enfin allez sur l&rsquo;onglet &laquo;&nbsp;Cotisation&nbsp;&raquo; et <strong>cliquez sur &laquo;&nbsp;Payer&nbsp;&raquo;</strong>, puis choisissez votre mode de paiement.</p> <hr /> <h2><strong>Par internet</strong></h2> <p><a href="http://www.sfco.online/espace-membre/profil/accounting" target="_blank"><img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/btn-payer-en-ligne.jpg" style="border-style:solid; border-width:0px; height:118px; margin-left:0px; margin-right:0px; margin-top:0px; width:217px" /></a>&nbsp; &nbsp; &nbsp;<a href="http://www.sfco.online/espace-membre/profil/accounting" target="_blank"><img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/btn-attestation.jpg" style="border-style:solid; border-width:0px; height:118px; margin-top:0px; width:218px" /></a></p> <p><em>NB : Votre cotisation sera effective imm&eacute;diatement.</em></p> <hr /> <h2><strong>Par ch&egrave;que</strong></h2> <p>Libellez votre ch&egrave;que &agrave; l&rsquo;ordre de la SFCO&nbsp;et adressez-le &agrave; :</p> <p>Dr Jacques BAYSSIERE<br /> 74 all&eacute;e James Anderson<br /> 34090 Montpellier<br /> T&eacute;l: 06.20.72.38.86<br /> Mail: <a href="mailto:jacques.bayssiere@gmail.com">jacques.bayssiere@gmail.com</a></p> <p><em>NB&nbsp;: Votre cotisation sera effective quand le Tr&eacute;sorier aura encaiss&eacute; votre ch&egrave;que.</em></p> <hr /> <h2><strong>Par virement</strong></h2> <p>Avec les mentions suivantes&nbsp;:</p> <p>Nom : SFCO<br /> Code IBAN : FR42 3000 2030 0000 0079 3095 R08<br /> Code BIC (adresse SWIFT) : CRLYFRPP<br /> Dans le champ &laquo; Motif du virement &raquo; : inscrire votre nom de famille</p> <p><em>NB : Votre cotisation sera effective quand le Tr&eacute;sorier aura re&ccedil;u votre virement.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/sfco/payer-sa-cotisation Congrès SFCO 2018 <p style="text-align: center;"><br /> <img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/sfco_paris_2018.png" style="height:1131px; text-align:start; width:800px" /><br /> &nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/congres-sfco-2018 Calendrier Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/calendier-congres Soumission des résumés <p style="text-align:center"><a href="http://www.sfco-congres.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=234&amp;Itemid=298&amp;lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT" target="_blank"><img alt="Soumission résumé" src="http://www.societechirorale.com/img/liens/congres_home.jpg" style="float:left; margin-right:15px; width:30%" /></a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><a href="http://www.sfco-congres.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=234&amp;Itemid=298&amp;lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT" target="_blank">Acc&eacute;der &agrave; la soumission des r&eacute;sum&eacute;s de communications</a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/soumission-des-resumes Album photos <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/0_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/1_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/2_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/3_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/4_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/5_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/6_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/7_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/8_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/9_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/10_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/11_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/12_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/13_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/14_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/15_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/16_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/17_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/18_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/19_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/20_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/21_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/22_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/23_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/24_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/25_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/26_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/27_rouen_2017.jpg" /></p> <p style="text-align:center"><img alt="CONGRES-ROUEN-2017" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/ALBUMS/CONGRES-ROUEN-2017/28_rouen_2017.jpg" /></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/album-photos Actes des congrès précédents <p style="text-align:center"><a href="http://www.sfco-congres.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=228&amp;Itemid=39&amp;lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT" target="_blank"><img alt="Actes des congrès précédents" src="http://www.societechirorale.com/img/liens/congres.jpg" style="float:left; margin-right:15px; width:30%" /></a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><a href="http://www.sfco-congres.org/index.php?option=com_content&amp;view=article&amp;id=228&amp;Itemid=39&amp;lang=fr_FR.utf8%2C+fr_FR.UT" target="_blank">Actes des congr&egrave;s pr&eacute;c&eacute;dents</a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/actes-des-congres-precedents Lauréats des meilleurs posters <h2><img alt="\&quot;coupe\&quot;" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;Prix de 500 euros&nbsp;avec le soutien de la Soci&eacute;t&eacute;&nbsp;DENTSPLY FRANCE SA</h2> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;recherche : Dr Emilie Hascoet (Brest)</strong><br /> Congr&egrave;s de Rouen (mai 2017)<br /> &laquo;&nbsp;High resolution melting PCR et mucoviscidose, un voyage au laboratoire&nbsp;&raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;clinique : Dr Meriem&nbsp;BENDOUKHA &nbsp;(Oran)</strong><br /> Congr&egrave;s de Rouen (mai 2017)<br /> &laquo;&nbsp;Epidermolyse bulleuse h&eacute;r&eacute;ditaire : difficult&eacute;s de prise en charge en odontostomatologie.&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;recherche : Dr Julien Aldosa (Nancy)</strong><br /> Congr&egrave;s de Metz (mai 2016)<br /> &laquo; Séquelles des cellulites cervico-faciales graves d&rsquo;origine dentaire. Étude rétrospective et prospective &raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;clinique : Dr Gabriel Robardey (Paris)</strong><br /> Congr&egrave;s de Metz (mai 2016)<br /> &laquo; Prise en charge des tumeurs brunes en chirurgie orale : étude d&rsquo;un cas et conduite à tenir &raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;recherche : Dr Julie Rochefort (Paris)</strong><br /> Congr&egrave;s de Toulouse (mai 2015)<br /> &laquo; Étude du micro environnement immunitaire des carcinomes épidermoïdes de la cavité orale &raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;clinique : Dr Mathilde Fenelon (Bordeaux)</strong><br /> Congr&egrave;s de Toulouse (mai 2015)<br /> &laquo; Ostéomyélite mandibulaire chez un patient atteint de pycnodysostose. À propos d&rsquo;un cas&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;recherche : Dr St&eacute;phanie Haddad (Bordeaux)</strong><br /> Congr&egrave;s de Reims (mai 2014)<br /> &laquo; Etude r&eacute;trospective de l&rsquo;efficacit&eacute; du Protopic&reg; (Tacrolimus) dans le traitement de la&nbsp;langue g&eacute;ographique algique. &raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster&nbsp;clinique : Dr Maud Grammatica (Dijon)</strong><br /> Congr&egrave;s de Reims (mai 2014)<br /> &laquo; Le syndrome de Lyell et de Steven-Johnson, implication en odontologie, &agrave; propos d&rsquo;un cas &raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Meilleur Poster Clinique : Dr Virginie Pann&eacute;rec (Bordeaux)</strong><br /> Congr&egrave;s de Lille (mai 2013)<br /> &laquo;&nbsp;Evaluation du risque infectieux en chirurgie orale chez les patients sous anti-tnf alpha&nbsp;&raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster Recherche : Dr Herv&eacute; Moizan (Rouen)</strong><br /> Congr&egrave;s de Lille (mai 2013)<br /> &laquo;&nbsp;Prise en charge odontologique d&rsquo;une patiente atteinte d&rsquo;un angioed&egrave;me h&eacute;r&eacute;ditaire de type I&nbsp;&raquo;</p> <p>&nbsp;</p> <h2><img alt="\&quot;coupe\&quot;" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;Prix de 500 euros&nbsp;avec le soutien de la Soci&eacute;t&eacute;&nbsp;SUNSTAR France</h2> <p><strong>Meilleur Poster Clinique : Dr Manon DEVISSE (Brest)</strong><br /> Congr&egrave;s de Lyon (mai 2012)<br /> &laquo;&nbsp;Formes frustes des fentes labio-palatines : pr&eacute;sentation d&#39;un cas clinique&nbsp;&raquo;</p> <p><strong>Meilleur Poster Recherche : Dr G&eacute;raldine LESCAILLE (Paris)</strong><br /> Congr&egrave;s de Lyon (mai 2012)<br /> &laquo;&nbsp;D&eacute;veloppement d&#39;une strat&eacute;gie d&#39;immunoth&eacute;rapie dans le traitement des cancers des voies a&eacute;ro-digestives sup&eacute;rieures induits par des papillomavirus&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr B&eacute;rang&egrave;re PHULPIN (Nancy)</strong><br /> Congr&egrave;s de Nantes (mai 2011)<br /> &laquo;&nbsp;Mise au point d&rsquo;un mod&egrave;le animal de d&eacute;g&eacute;n&eacute;rescence tissulaire radio-induite et conceptualisation de la th&eacute;rapie cellulaire.&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Sylvain CATROS (Bordeaux)</strong><br /> Congr&egrave;s de N&icirc;mes (avril 2010)<br /> &laquo;&nbsp;M&eacute;thodes d&#39;Imagerie In Vivo sur le petit animal: int&eacute;r&ecirc;t en ing&eacute;nierie tissulaire osseuse.&nbsp;&raquo;&nbsp;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Kouakou SOUAGA (Abidjan - C&ocirc;te d&#39;Ivoire)</strong><br /> Congr&egrave;s de Dakar (octobre 2009)<br /> &laquo;&nbsp;Traitement des tumeurs b&eacute;nignes de la cavit&eacute; buccale. Notre exp&eacute;rience au centre de consultations et de traitements odonto stomatologiques (CCTOS) d&#39;Abidjan.&nbsp;&raquo;&nbsp;</p> <p><strong>Dr Ch&eacute;rifa Fiaza TABETI BENTAHAR (Oran - Alg&eacute;rie)</strong><br /> Congr&egrave;s de Bordeaux (mai 2009)<br /> &laquo;&nbsp;Lymphome malin non hodgkinien mandibulaire primitif&nbsp;&raquo;&nbsp;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Marc EL HAGE (Gen&egrave;ve)</strong><br /> Congr&egrave;s de Marseille(avril 2008)<br /> &laquo;&nbsp;Hyperplasie &eacute;pith&eacute;liale focale et syndrome de Waldmann. Pr&eacute;sentation d&#39;un cas&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Forian LAURENT (Paris)</strong><br /> Congr&egrave;s de Dijon (octobre 2007)&nbsp;<br /> &laquo;&nbsp;Faire face &agrave; un patient en arr&ecirc;t cardio-circulatoire. &Eacute;valuation des &eacute;tudiants d&#39;une promotion de TCEO1&nbsp;&raquo;</p> <p><strong>Dr Sarah COUSTY (Toulouse)</strong><br /> Congr&egrave;s de Gen&egrave;ve (avril 2007)<br /> &laquo;&nbsp;Un nouvel agent antibact&eacute;rien : les atomes d&rsquo;azote produits par plasma&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Sylvie BOISRAME-GASTRIN (Brest)</strong><br /> Congr&egrave;s de Rennes (mars 2006)<br /> &laquo;&nbsp;M&eacute;lanome sinusien : &agrave; propos d&#39;un cas&nbsp;&raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Victorin AHOSSI (Dijon)</strong><br /> Congr&egrave;s de Clermont-Ferrand (septembre 2005)<br /> &laquo;&nbsp;Ad&eacute;nocarcinome m&eacute;tastatique mandibulaire d&#39;origine pulmonaire : &agrave; propos d&#39;un cas&nbsp;&raquo;</p> <p><strong>Dr Sylvain CATROS (Bordeaux)</strong><br /> Congr&egrave;s de Montpellier (mai 2004)<br /> &laquo; Traitement des aphtoses buccales r&eacute;cidivantes (ABR) par colchicine : &eacute;tude ouverte sur 15 cas &raquo;<br /> &nbsp;</p> <p><strong>Dr Hafian HILAL (Reims)</strong><br /> Congr&egrave;s de Nantes (octobre 2003)<br /> &laquo; Lymphome malin non hodgkinien : difficult&eacute;s diagnostiques d&rsquo;une localisation maxillaire &raquo;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/laureats-des-meilleurs-posters Prix SFCO/Geistlich <h2>ANNONCE</h2> <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/GEISTLICHT%C3%A9l%C3%A9charger.png" style="height:883px; text-align:start; width:623px" /></p> <p>&nbsp;</p> <h2>R&Egrave;GLEMENT</h2> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Article 1er</strong> : Le &quot;PRIX SFCO - GEISTLICH PHARMA DU CONGRES&quot; est destin&eacute; &agrave; r&eacute;compenser les meilleures communications lors du congr&egrave;s annuel de la SFCO.</p> <p><strong>Article 2</strong> : Cette r&eacute;compense est attribu&eacute;e chaque ann&eacute;e par un jury compos&eacute; de 4 membres&nbsp;:</p> <ul> <li>le Pr&eacute;sident de la SFCO ou son repr&eacute;sentant.</li> <li>le Responsable Scientifique et Clinique de la Soci&eacute;t&eacute; GEISTLICH PHARMA</li> <li>le Pr&eacute;sident de la Commission Scientifique et de la Recherche de la SFCO.</li> <li>un membre nomm&eacute; pour 3 ans renouvelables par le Conseil d&#39;Administration de la SFCO sur proposition de son Pr&eacute;sident.</li> </ul> <p>En cas de vacance d&rsquo;un poste, il est proc&eacute;d&eacute; &agrave; son remplacement par le Conseil d&#39;Administration de la SFCO.</p> <p><strong>Article 3</strong> : Le premier Prix est une Inscription au Core Module de recherche de l&rsquo;ORA (Osteology Research Academy) (ou une somme de 2000 euros dans le cas o&ugrave; cette r&eacute;compense ne correspondrait pas au profil du laur&eacute;at), le second une inscription (droits d&rsquo;entr&eacute;e) au congr&egrave;s international de l&rsquo;EAO, le troisi&egrave;me les deux volumes de l&rsquo;Osteology Guidelines for Oral &amp; Maxillofacial Regeneration (ou une inscription &agrave; un cours Geistlich en France sur les greffes osseuses/ROG).</p> <p><strong>Article 4</strong> : Il n&rsquo;est pas n&eacute;cessaire de d&eacute;poser un dossier pour concourir&nbsp;: le jury se charge de prendre en consid&eacute;ration l&rsquo;ensemble des communications &eacute;ligibles pour participer.</p> <p><strong>Article 5</strong> : Sont &eacute;ligibles les communications orales ou affich&eacute;es accept&eacute;es et pr&eacute;sent&eacute;es au congr&egrave;s national principal de la SFCO de l&rsquo;ann&eacute;e en cours, dont le th&egrave;me est en rapport avec l&rsquo;implantologie et la r&eacute;g&eacute;n&eacute;ration osseuse <a name="_GoBack"></a>ou la biologie osseuse.</p> <p><strong>Article 6</strong> : Les votes du jury se font &agrave; bulletin secret et les d&eacute;cisions du jury sont sans appel.</p> <p><strong>Article 7</strong> : En fonction des d&eacute;cisions du jury ou d&rsquo;un nombre insuffisant de dossiers retenus, chacun des 3 prix peut ne pas &ecirc;tre attribu&eacute;.</p> <p><strong>Article 8</strong>&nbsp;:&nbsp;Conform&eacute;ment &agrave; l&#39;article 22 du r&egrave;glement int&eacute;rieur de la SFCO, aucun membre titulaire ne peut se voir attribuer un prix en tant que premier auteur.</p> <p><strong>Article 9</strong> : La SFCO peut donner &agrave; l&#39;attribution de ce Prix toute la publicit&eacute; qu&#39;elle jugera utile.</p> <p>&nbsp;</p> <h2><img alt="\&quot;coupe\&quot;" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;LAUR&Eacute;ATS</h2> <p>&nbsp;</p> <h3>Prix 2017 remis lors du congr&egrave;s de Rouen (mai 2017)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr Franck Afota (Nice)</strong><br /> &quot;Strat&eacute;gies chirurgicales pr&eacute; implantaires et implantaires des s&eacute;quelles de fentes labio-maxillo- palatines : &eacute;tat de l&#39;art et analyse de cas.&quot;</p> <h3>Prix 2016 remis lors du congr&egrave;s de Metz (mai 2016)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr Ivan Romanet (Marseille)</strong><br /> &quot;Les implants zygomatiques : indications, technique de mise en charge immédiate, présentation de cas&quot;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/prix-sfco-geistlich Historique des congrès <table align="center" border="1" cellpadding="5" cellspacing="0" class="cadre historique" style="border-style:solid; border-width:1px; padding:4px"> <thead> <tr> <th scope="col" style="width:40px">N&deg;</th> <th scope="col" style="width:150px">Date</th> <th scope="col">Lieu</th> <th scope="col">Th&egrave;me</th> </tr> </thead> <tbody> <tr> <td style="text-align:center">65</td> <td>Mai 2017</td> <td>Rouen</td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/18-19-20-mai-2017-rouen">Traumatologie Orale et Maxillo-faciale / Gestion des &eacute;checs et complications en Chirurgie Orale / Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">64</td> <td>Mai 2016</td> <td>Metz</td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/26-28-mai-2016-metz">Pathologies Infectieuses Des Maxillaires / Tomographie Volumique Par Faisceau Conique En Chirurgie Orale / Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">&nbsp;</td> <td>Octobre 2015</td> <td> <p>GSCO I (Marrakech)</p> </td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-octobre-2015-marrakech">Implantologie et biotechnologies / Chirurgie endodontique / Inclusion dentaire / Gestion du rique</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">63</td> <td>Mai 2015</td> <td>Toulouse</td> <td><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/28-30-mai-2015-toulouse">Chirurgie orale et orthop&eacute;die dento faciale / Chirurgie pr&eacute;-implantaire, implantologie orale</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">&nbsp;</td> <td>Octobre 2014</td> <td>EFOSS VIII (Berlin)</td> <td><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/2-4-octobre-2014-berlin">Prise en charge des patients &agrave; risques / Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">62</td> <td>Mai 2014</td> <td>Reims</td> <td><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-mai-2014-reims">Pathologie de la muqueuse buccale / Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">61</td> <td>Octobre 2013</td> <td>San F&eacute;liu de Guixols (Costa Brava - Espagne)</td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/10-13-octobre-2013-san-feliu-de-guixols">Conf&eacute;rences libres</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">60</td> <td>Mai - Juin 2013</td> <td>Lille</td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/30-31-mai-et-1-juin-2013-lille">Innovations et nouvelles technologies /&nbsp;Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">&nbsp;</td> <td>Octobre 2012</td> <td>EFOSS VII&nbsp;(Milan)</td> <td>Comparaison dent - implant</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-mai-2012-lyon">59</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-mai-2012-lyon">Mai 2012</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-mai-2012-lyon">Lyon</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-mai-2012-lyon">La s&eacute;dation en m&eacute;decine et chirurgie bucco-dentaire /&nbsp;Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">58</td> <td rowspan="1">Octobre 2011</td> <td rowspan="1">Annul&eacute;</td> <td rowspan="1">&nbsp;</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/19-21-mai-2011-nantes">57</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/19-21-mai-2011-nantes">Mai 2011</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/19-21-mai-2011-nantes">Nantes</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/19-21-mai-2011-nantes">Radioth&eacute;rapie et chimioth&eacute;rapie /&nbsp;Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">&nbsp;</td> <td>Septembre 2010</td> <td>EFOSS VI&nbsp;(Edimbourg)</td> <td>R&eacute;g&eacute;n&eacute;ration tissulaire et implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-avril-2010-nimes">56</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-avril-2010-nimes">Avril 2010</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-avril-2010-nimes">Nimes</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-avril-2010-nimes">Imagerie m&eacute;dicale /&nbsp;Implantologie</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/13-14-octobre-2009-dakar">55</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/13-14-octobre-2009-dakar">Octobre 2009</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/13-14-octobre-2009-dakar">Dakar</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/13-14-octobre-2009-dakar">Prise en charge des patients &agrave; besoins sp&eacute;cifiques /&nbsp;Implantologie orale</a></td> </tr> <tr> <td style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-mai-2009-bordeaux">54</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-mai-2009-bordeaux">Mai 2009</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-mai-2009-bordeaux">Bordeaux</a></td> <td><a href="http://www.societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-mai-2009-bordeaux">H&eacute;matologie /&nbsp;Sida et Odontologie /&nbsp;La r&eacute;g&eacute;n&eacute;ration du tissu osseux en implantologie</a></td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td>Octobre 2008</td> <td>EFOSS V (Porto)</td> <td>Chirurgie et Pathologie Buccale - Implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">53</td> <td>Avril 2008</td> <td>Marseille</td> <td>Les Algies oro-faciales / L&#39;implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">52</td> <td>Octobre 2007</td> <td>Dijon</td> <td>Les urgences odontologiques / L&#39;implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">51</td> <td>Avril 2007</td> <td>Gen&egrave;ve (Suisse)</td> <td>Journ&eacute;es Internationales de la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise d&rsquo;Implantologie</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td>Octobre 2006</td> <td>EFOSS IV (Paris)</td> <td>Chirurgie et r&eacute;habilitation orale<br /> Imagerie en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">50</td> <td>Mars 2006</td> <td>Rennes</td> <td>Pathologie sinusienne d&#39;origine dentaire<br /> Pr&eacute;paration pr&eacute;implantaire du plancher sinusien<br /> Recommandations AVK</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">49</td> <td>Septembre 2005&nbsp;</td> <td>Clermont-Ferrand</td> <td>Pathologie glandes salivaires.&nbsp;<br /> Pr&eacute;paration osseuse pr&eacute; implantaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">48</td> <td>Mai 2005&nbsp;</td> <td>Beyrouth / Liban<br /> ANNULE</td> <td>Evolution des concepts en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td>Octobre 2004&nbsp;</td> <td>EFOSS III (Barcelone / Espagne)</td> <td>&nbsp;</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">47</td> <td>Mai 2004&nbsp;</td> <td>Montpellier</td> <td>R&eacute;habilitation et Implantologie Orale. Ulc&eacute;rations de la muqueuse buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">46</td> <td>Octobre 2003&nbsp;</td> <td>Nantes</td> <td>Endodontie et chirurgie apicale.&nbsp;<br /> H&eacute;mopathies</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">45</td> <td>Mai 2003&nbsp;</td> <td>Marrakech / Maroc</td> <td>Complications infectieuses d&#39;origine dentaire</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td>Octobre 2002&nbsp;</td> <td>EFOSS II (Tr&egrave;ves / Allemagne)</td> <td>Implantologie<br /> Anesth&eacute;siologie<br /> Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">44</td> <td>Mai 2002&nbsp;</td> <td>Metz / Nancy</td> <td>Anesth&eacute;sie ambulatoire et chirurgie buccale. Les allergies retard&eacute;es de la muqueuse buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">43</td> <td>Octobre 2001</td> <td>Lille</td> <td>Implantologie&nbsp;: am&eacute;nagement des sites, aspects m&eacute;dicaux l&eacute;gaux</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">42</td> <td>Janvier 2001&nbsp;</td> <td>Lyon (Val d&#39;Is&egrave;re)</td> <td>Avanc&eacute;es en imagerie num&eacute;rique. La douleur. Innovations technologiques en implantologie orale</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td>Octobre 2000&nbsp;</td> <td>EFOSS I (Milan / Italie)</td> <td>Les complications post-op&eacute;ratoires en chirurgie buccale, implantologie, divers.</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">41</td> <td>Mai 2000&nbsp;</td> <td>Brest</td> <td>Ethique m&eacute;dicale, L&eacute;sions muqueuse buccale et Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">40</td> <td>Avril 1999&nbsp;</td> <td>Strasbourg (Djerba / Tunisie)</td> <td>Les tumeurs b&eacute;nignes de la cavit&eacute; buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">39</td> <td>Mars 1998&nbsp;</td> <td>Reims</td> <td>Anesth&eacute;sie, Oxyologie, Radio Anatomie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">38</td> <td>Mars 1997&nbsp;</td> <td>Toulouse</td> <td>Cancers et cavit&eacute; buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">37</td> <td>Mai 1996&nbsp;</td> <td>Strasbourg</td> <td>L&#39;imagerie en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">36</td> <td>Mai 1995&nbsp;</td> <td>Dijon</td> <td>Les complications en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">35</td> <td>Octobre 1994&nbsp;</td> <td>Paris VII</td> <td>Biomat&eacute;riaux et Chirurgie implantaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">34</td> <td>Mai 1994&nbsp;</td> <td>Brest</td> <td>L&#39;infection H.I.V</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">33</td> <td>Octobre 1993&nbsp;</td> <td>Clermont-Ferrand</td> <td>L&#39;articulation temporo mandibulaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">32</td> <td>Mai 1993&nbsp;</td> <td>Montpellier (Grande Motte)</td> <td>Les th&eacute;rapeutiques en Odontostomatologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">31</td> <td>Octobre 1992&nbsp;</td> <td>Rennes (Jersey)</td> <td>La dermatologie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">30</td> <td>Mai 1992</td> <td>Nancy</td> <td>Les accidents infectieux de la sph&egrave;re buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">29</td> <td>Octobre 1991&nbsp;</td> <td>Paris V</td> <td>Pathologie g&eacute;n&eacute;rale et Chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">28</td> <td>Mai 1991&nbsp;</td> <td>Nice (Corse)</td> <td>Implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">27</td> <td>Octobre 1990&nbsp;</td> <td>Toulouse</td> <td>Douleur et chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">26</td> <td>Avril 1990&nbsp;</td> <td>Bordeaux (Sicile / Italie)</td> <td>Les affections de la muqueuse buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">25</td> <td>Octobre 1989&nbsp;</td> <td>Nice</td> <td>Radioth&eacute;rapie et Odontologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">24</td> <td>Avril 1989&nbsp;</td> <td>Reims</td> <td>Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">23</td> <td>Octobre 1988&nbsp;</td> <td>Strasbourg</td> <td>Traumatismes dentaires</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">22</td> <td>Mai 1988&nbsp;</td> <td>Paris V (Cochin)</td> <td>Complications locales, r&eacute;gionales et g&eacute;n&eacute;rales des extractions dentaires</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">21</td> <td>Octobre 1987&nbsp;</td> <td>Lyon</td> <td>Laser et implantologie</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">20</td> <td>Mai 1987&nbsp;</td> <td>Bordeaux (Marrakech)</td> <td>Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">19</td> <td>Octobre 1986&nbsp;</td> <td>Lille</td> <td>Tumeurs buccales b&eacute;nignes d&#39;origine non dentaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">18</td> <td>Mai 1986&nbsp;</td> <td>Caen</td> <td>Anesth&eacute;sie et r&eacute;animation</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">17</td> <td>Octobre 1985&nbsp;</td> <td>Limoges</td> <td>Pathologie de la muqueuse buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">16</td> <td>Mai 1985&nbsp;</td> <td>Marseille (Isra&euml;l)</td> <td>La chirurgie pr&eacute;proth&eacute;tique</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">15</td> <td>Octobre 1984&nbsp;</td> <td>Paris VII (Begin)</td> <td>Dents et sinus maxillaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">14</td> <td>Mai 1984&nbsp;</td> <td>Marseille</td> <td>Canc&eacute;rologie buccale et p&eacute;ri buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">13</td> <td>Octobre 1983&nbsp;</td> <td>Nancy</td> <td>La Pathologie et la chirurgie du p&eacute;riapex</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">12</td> <td>Mai 1983&nbsp;</td> <td>Rennes</td> <td>Les Glandes salivaires</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">11</td> <td>Octobre 1982&nbsp;</td> <td>Reims</td> <td>L&#39;Antibioth&eacute;rapie en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">10</td> <td>Mai 1982&nbsp;</td> <td>Montpellier</td> <td>L&#39;Urgence en chirurgie buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">9</td> <td>29860</td> <td>Bordeaux</td> <td>La Chirurgie pr&eacute;proth&eacute;tique</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">8</td> <td>Mai 1981&nbsp;</td> <td>Nice</td> <td>L&#39;odontologiste face aux cancers de la cavit&eacute; buccale</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">7</td> <td>Octobre 1980&nbsp;</td> <td>Paris V</td> <td>Les patients &agrave; risques</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">6</td> <td>Mars 1980&nbsp;</td> <td>Marseille (Cordoue)</td> <td>Les Kystes des maxillaires</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">5</td> <td>Septembre 1979&nbsp;</td> <td>Strasbourg</td> <td>Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">4</td> <td>Mai 1979&nbsp;</td> <td>Clermont-Ferrand</td> <td>Communications libres</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">3</td> <td>Octobre 1978&nbsp;</td> <td>Paris VII</td> <td>Dents et fractures mandibulaires</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">2</td> <td>Mars 1978&nbsp;</td> <td>Lyon</td> <td>Chirurgie du Sinus maxillaire</td> </tr> <tr> <td style="text-align:center">1</td> <td>Octobre 1977</td> <td>Toulouse</td> <td>Communications libres</td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/historique-des-congres Historique des albums photos <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/reims-2014/album-photos">&gt; Congr&egrave;s Reims 2014</a></p> <p style="text-align:center"><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/toulouse-2015/album-photos">&gt; Congr&egrave;s Toulouse 2015</a></p> <p style="text-align:center"><a href="http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/metz-2016/album-photos">&gt; Congr&egrave;s Metz 2016</a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/congres/historique-des-albums-photos Revue de la littérature <div> <div> <div> <div> <h2>2017</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2017">&gt; Mai 2017</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2017">&gt; Avril 2017</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2017">&gt; Mars 2017</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2017">&gt; F&eacute;vrier 2017</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2017">&gt; Janvier 2017</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2016</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2016">&gt; D&eacute;cembre 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2016">&gt; Novembre 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2016">&gt; Octobre 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2016">&gt; Septembre 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2016">&gt; Ao&ucirc;t 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2016">&gt; Juillet 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2016">&gt; Juin 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2016">&gt; F&eacute;vrier 2016</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2016">&gt; Janvier 2016</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2015</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2015">&gt; Novembre 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2015">&gt; Octobre 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2015">&gt; Septembre 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2015">&gt; Ao&ucirc;t 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2015">&gt; Juillet 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2015">&gt; Juin 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2015">&gt; Mai 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2015">&gt; Avril 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2015">&gt; Mars 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2015">&gt; F&eacute;vrier 2015</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2015">&gt; Janvier 2015</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2014</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2014">&gt; D&eacute;cembre 2014</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2014">&gt; Novembre 2014</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2014">&gt; Octobre 2014</a><a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2014">&gt; Septembre 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2014">&gt; Ao&ucirc;t 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2014">&gt; Juillet 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2014">&gt; Juin 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2014">&gt; Mai 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2014">&gt; Avril 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2014">&gt; Mars 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2014">&gt; F&eacute;vrier 2014</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2014">&gt; Janvier 2014</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2013</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2013">&gt; D&eacute;cembre 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2013">&gt; Novembre 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2013">&gt; Octobre 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2013">&gt; Septembre 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2013">&gt; Ao&ucirc;t 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2013">&gt; Juillet 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2013">&gt; Juin 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2013">&gt; Mars 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2013">&gt; F&eacute;vrier 2013</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2013">&gt; Janvier 2013</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2012</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2012">&gt; Octobre 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2012">&gt; Juin 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2012">&gt; Mai 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2012">&gt; Avril 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2012">&gt; Mars 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2012">&gt; F&eacute;vrier 2012</a> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2012">&gt; Janvier 2012</a></div> </div> <div> <div> <div> <h2>2011</h2> </div> <a class="list-group-item" href="../../non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2011">&gt; Novembre 2011</a></div> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/litterature-mbcb/revue-de-la-litterature MBCB <p><a href="http://www.mbcb-journal.org/" target="_blank"><img alt="MBCB" src="http://www.societechirorale.com/img/liens/mbcb.jpg" style="float:left; margin-right:15px; width:30%" /></a></p> <h3><a href="http://www.mbcb-journal.org/" style="color:rgb(102,0,153);" target="_blank"><strong>M&eacute;decine Buccale Chirurgie Buccale</strong>:&nbsp;<strong>MBCB</strong></a></h3> <p><strong>MBCB</strong>, une publication de la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Chirurgie Orale (ex-Soci&eacute;t&eacute; Francophone de M&eacute;decine Buccale et Chirurgie Buccale)</p> <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><a href="http://www.mbcb-journal.org/" target="_blank">&gt; Acc&eacute;der au site de MBCB</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/litterature-mbcb/mbcb Prix SFCO / Dentsply des 2 meilleurs articles de MBCB <h2>Annonce</h2> <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><img alt="prix SFCO / Dentsply" src="http://www.societechirorale.com/img/POSTER_SFCO_Dentsply%20210_280_V3.jpg" /></p> <p>&nbsp;</p> <h2>R&egrave;glement</h2> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Article 1er</strong> :&nbsp;Les &quot;PRIX SFCO-DENTSPLY DES DEUX MEILLEURS ARTICLES DE LA REVUE MBCB&quot; sont destin&eacute;s &agrave; r&eacute;compenser deux articles parus dans cette revue.<br /> <br /> <strong>Article 2</strong> :&nbsp;Ces Prix sont attribu&eacute;s chaque ann&eacute;e par un jury compos&eacute; de 4 membres&nbsp;:<br /> - le Pr&eacute;sident de la SFCO,<br /> - le Pr&eacute;sident de la Commission Scientifique et de la Recherche de la SFCO,<br /> - le Pr&eacute;sident de l&rsquo;ANICO ou son repr&eacute;sentant.<br /> - un membre nomm&eacute; pour 3 ans renouvelables par le Conseil d&#39;Administration de la SFCO sur proposition de son Pr&eacute;sident.<br /> <br /> <strong>Article 3</strong> :&nbsp;Le montant de ces Prix est fix&eacute; respectivement &agrave; 2 000 euros pour le 1<sup>er</sup> Prix et &agrave; 1 000 euros pour le 2<sup>&egrave;me</sup> Prix. Ces montants peuvent &ecirc;tre modifi&eacute;s par le Conseil d&#39;Administration, sur proposition de son Pr&eacute;sident.<br /> <br /> <strong>Article 4</strong>&nbsp;: Les Prix sont vers&eacute;s en une seule fois aux laur&eacute;ats, g&eacute;n&eacute;ralement au cours du congr&egrave;s national annuel. Les laur&eacute;ats seront avis&eacute;s suffisamment t&ocirc;t de l&rsquo;attribution de leur prix afin qu&rsquo;ils puissent &ecirc;tre pr&eacute;sents &agrave; la remise des prix. Si l&rsquo;un des laur&eacute;ats ne pouvait &ecirc;tre pr&eacute;sent lors de cette remise, il pourrait se faire repr&eacute;senter par un confr&egrave;re, et devrait alors en avertir le pr&eacute;sident de la SFCO le plus t&ocirc;t possible.<br /> <br /> <strong>Article 5</strong> :&nbsp;Il n&rsquo;est pas n&eacute;cessaire de d&eacute;poser un dossier pour concourir&nbsp;: le jury se charge de prendre en consid&eacute;ration l&rsquo;ensemble des articles &eacute;ligibles pour ce Prix.&nbsp;<br /> <br /> <strong>Article 6</strong> :&nbsp;Conform&eacute;ment &agrave; l&#39;article 22 du r&egrave;glement int&eacute;rieur de la SFCO, aucun membre titulaire ne peut se voir attribuer un prix en tant que premier auteur.<br /> <br /> <strong>Article 7</strong> :&nbsp;Sont &eacute;ligibles les articles parus au cours de l&rsquo;ann&eacute;e civile et qui satisfont aux dispositions des articles 1 et 6 du pr&eacute;sent r&egrave;glement.<br /> <br /> <strong>Article 8</strong> :&nbsp;Le vote des membres du jury s&rsquo;effectue &agrave; bulletin secret et les d&eacute;cisions du jury sont sans appel.<br /> <br /> <strong>Article 9</strong> :&nbsp;Ces Prix peuvent ne pas &ecirc;tre attribu&eacute;s.<br /> <br /> <strong>Article 10</strong> :&nbsp;La SFCO peut donner &agrave; l&#39;attribution du Prix SFCO-DENTSPLY toute la publicit&eacute; qu&#39;elle juge utile.</p> <p>&nbsp;</p> <h2>Laur&eacute;ats</h2> <p>&nbsp;</p> <h3><img alt="\&quot;coupe\&quot;" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;Prix de 2000 euros et de 1000 euros avec le soutien de la Societe Dentsply France SA</h3> <h3>Prix 2016 remis lors du congr&egrave;s de Rouen (mai 2017)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr.&nbsp;Marc BARANES&nbsp;(Nanterre)</strong><br /> &quot;Avulsions dentaires chez les patients sous clopidogrel : &eacute;tude prospective bi-centrique&quot;<br /> <a href="https://www.mbcb-journal.org/articles/mbcb/abs/2016/03/mbcb150027/mbcb150027.html" target="_blank">Article paru dans le volume 22 - num&eacute;ro 3 (Septembre 2016)</a></p> <p><strong>2&egrave;me Prix : Pr.&nbsp;Loredana RADOI&nbsp;(Paris)</strong><br /> &quot;Manifestations atypiques de l&rsquo;art&eacute;rite &agrave; cellules g&eacute;antes : un d&eacute;fi pour le chirurgien-dentiste. Cas clinique et revue de la litt&eacute;rature&quot;<br /> <a href="https://www.mbcb-journal.org/articles/mbcb/abs/2016/03/mbcb160027/mbcb160027.html" target="_blank">Article paru dans le volume 22 - num&eacute;ro 3 (Septembre 2016)</a></p> <h3>Prix 2015 remis lors du congr&egrave;s de Metz (mai 2016)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr Mathilde Fenelon (Bordeaux)</strong><br /> &quot;Complications maxillo-faciales associ&eacute;es &agrave; la pycnodysostose : pr&eacute;sentation de deux cas cliniques et revue de la litt&eacute;rature&quot;<br /> <a href="http://www.mbcb-journal.org/articles/mbcb/abs/2015/03/mbcb150024/mbcb150024.html" target="_blank">Article paru dans le volume 21 - num&eacute;ro 3 (Juillet 2015)</a></p> <p><strong>2&egrave;me Prix : Dr Dimitri Popescu Liviu (Chamb&eacute;ry)</strong><br /> &quot;La prise en charge des urgences odontologiques dans le centre hospitalier M&eacute;tropole Savoie apr&egrave;s un an de fonctionnement d&rsquo;une ligne d&rsquo;astreinte&quot;<br /> <a href="http://www.mbcb-journal.org/articles/mbcb/abs/2015/05/mbcb150021/mbcb150021.html" target="_blank">Article paru dans le volume 21 - num&eacute;ro 4 (Octobre 2015)</a></p> <h3>Prix 2014 remis lors du congr&egrave;s de Toulouse (mai 2015)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr Florian LAURENT (Paris)</strong><br /> &quot;Medical emergencies in dental pratice&quot;<br /> Article paru dans le volume 20 - num&eacute;ro 1 (Janvier 2014)</p> <p><strong>2&egrave;me Prix : Dr Alexandra CLOITRE (Nantes)</strong></p> <p>&quot;Antibioprophylaxie de l&rsquo;endocardite infectieuse, respect des recommandations de bonne pratique, enqu&ecirc;te nationale aupr&egrave;s des chirurgiens-dentistes&quot;<br /> Article paru dans le volume 20 - num&eacute;ro 3 (Juillet 2014)</p> <h3>Prix 2013 remis lors du congr&egrave;s de Reims (mai 2014)</h3> <p><strong>1er Prix : Dr Aymeric ISSLER (Strasbourg)</strong><br /> &laquo;Mandibular buccal bifurcation cyst treatment: report of two cases and literature review&raquo;<br /> Article paru dans le volume 19 - num&eacute;ro 2 (Avril 2013)</p> <p><strong>2&egrave;me Prix : Dr Mathieu GUNEPIN (Toulon)</strong><br /> &laquo;Int&ecirc;ret de l&#39;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare dans la pr&eacute;vention et le traitement des ost&eacute;on&eacute;croses des maxillaires dues aux bisphosphonates&raquo;<br /> Article paru dans le volume 19 - num&eacute;ro 2 (Avril 2013)</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/litterature-mbcb/prix-sfco--dentsply-des-2-meilleurs-articles-de-mbcb Ancienne bourse de recherche <h2><img alt="coupe" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;LAUR&Eacute;ATS DE LA BOURSE DE RECHERCHE&nbsp;SFMBCB - LABORATOIRE DENTSPLY FRANCE SAS.</h2> <p>&nbsp;</p> <p>En cette ann&eacute;e 2012, pour sa derni&egrave;re &eacute;dition, le jury de la Bourse de Recherche a souhait&eacute; r&eacute;compenser le projet port&eacute; par le Docteur C&eacute;cile OLEJNIK qui travaille au sein du laboratoire de Physiopathologie des Maladies Osseuses Inflammatoires (EA 4490), &agrave; la Facult&eacute; de chirurgie dentaire de Lille, et qui s&rsquo;est fix&eacute; pour t&acirc;che d&rsquo;&eacute;tudier les modifications induites sur l&rsquo;os par les bisphosphonates, en utilisant la spectrom&eacute;trie Raman et la microscopie &eacute;lectronique &agrave; balayage environnementale coupl&eacute;e &agrave; la d&eacute;tection spectrom&eacute;trie X par perte d&rsquo;&eacute;nergie (MEBE-EDS). Ces recherches se d&eacute;roulent :</p> <ul> <li>in vivo dans la calvaria du rat, sur un mod&egrave;le de cicatrisation osseuse standardis&eacute;e, o&ugrave; sont compar&eacute;s des protocoles &eacute;quivalents au traitement de l&rsquo;ost&eacute;oporose (en dose unique ou fractionn&eacute;e), et &agrave; 6 mois de traitement pour ost&eacute;olyse maligne ;</li> <li>et aussi chez l&rsquo;homme, en analysant les donn&eacute;es de s&eacute;questres d&rsquo;os mandibulaire de patients souffrant d&#39;ost&eacute;on&eacute;crose induite par le bisphosphonates et celles de pi&egrave;ces anatomiques t&eacute;moins.</li> </ul> <p>La Bourse de Recherche, d&rsquo;une valeur nette de 4000 Euros, est attribu&eacute;e &agrave; un projet de recherche dans le domaine de la m&eacute;decine buccale ou de la chirurgie buccale.</p> <p>Le sujet de recherche donne lieu &agrave; une publication dans la revue MBCB.</p> <p>Le prix 2012 de la Bourse de Recherche de la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Chirurgie Orale SFCO &ndash; Laboratoire Dentsply France a &eacute;t&eacute; officiellement d&eacute;cern&eacute; au Docteur C&eacute;cile OLEJNIK lors du congr&egrave;s de Lille au mois de mai 2013.<br /> <br /> Bonne chance et bon courage au Dr C&eacute;cile OLEJNIK !</p> <p>&nbsp;</p> <h2><img alt="coupe" src="http://www.societechirorale.com/img/coupe.gif" />&nbsp;&nbsp;LAUR&Eacute;ATS</h2> <p><br /> <br /> 2012 :&nbsp;<br /> <strong>Dr C&eacute;cile OLEJNIK (Lille)</strong><br /> &laquo;&nbsp;Etude in vivo des modifications mol&eacute;culaires osseuses induites par les biphosphonates&nbsp;&raquo;<br /> <br /> 2011 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Sandra GAROBY-SALOM (Toulouse)</strong><br /> &laquo;&nbsp;Souris &quot;Fragilitas ossium&quot; : un r&ocirc;le pour les sphingolipides dans l&#39;ost&eacute;ochondrog&eacute;n&egrave;se&nbsp;&raquo;<br /> <br /> 2010 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Soufyane DEBBACHE (Lyon)</strong><br /> &laquo; Etude chez le lapin de la cicatrisation alv&eacute;olaire post-extrationnelle en os irradi&eacute; &raquo;<br /> <br /> 2009 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Chakib TALEB BENDIAB (Montpellier)&nbsp;</strong><br /> &laquo; Elaboration d&#39;une matrice cellulaire calcifi&eacute;e par incorporation de cellules au sein de nanocomposites inorganiques-organiques &raquo;<br /> <br /> 2008 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Arnaud LAFON (Dijon)</strong><br /> &laquo; Evaluation de l&#39;impact de l&#39;&eacute;tat buccodentaire sur le risque de survenue des AVC. Etude cas t&eacute;moins &raquo;<br /> <br /> 2007 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Semaan ABI NAJM (Gen&egrave;ve)</strong><br /> &laquo; Etude sur l&#39;&eacute;tiopathog&eacute;nie de l&#39;ost&eacute;on&eacute;crose des maxillaires associ&eacute;e aux biphosphonates &raquo;<br /> <br /> 2006 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Julien SIMON-TERMINI (Paris)</strong><br /> &laquo; D&eacute;termination du niveau d&#39;intervention potentielle des RGTA, mim&eacute;tiques des h&eacute;paranes sulfates, sur un mod&egrave;le de r&eacute;sorption osseuse synchronis&eacute;e chez le rat. &raquo;<br /> <br /> 2005 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Kahina BOUFERRACHE (Lausanne)</strong><br /> &laquo; Effets quantitatifs et qualitatifs des techniques de radioth&eacute;rapie conformationnelle et de modulation d&#39;intensit&eacute; sur la s&eacute;cr&eacute;tion salivaire : &eacute;tude prospective en fonction de la dose d&eacute;livr&eacute;e par volume. &raquo;<br /> <br /> 2004 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Aymeric LE GUIFFANT (Lille)</strong><br /> &laquo; Mise au point sur un nouveau proc&eacute;d&eacute; de r&eacute;g&eacute;n&eacute;ration du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur chez le rat : stimulation et guidage par des couches de poly&eacute;l&eacute;ctrolytes. &raquo;<br /> <br /> 2003 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Sylvie BOISRAME-GASTRIN (Brest)</strong><br /> &laquo; Etude du lichen plan buccal dans la r&eacute;action chronique du greffon contre l&rsquo;h&ocirc;te. &raquo;<br /> <br /> 2002 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Herv&eacute; RAMOS (Rennes)</strong><br /> &laquo; Bact&eacute;ri&eacute;mies cons&eacute;cutives &agrave; l&rsquo;extraction des 4 dents de sagesse sous anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale &raquo;<br /> <br /> 2001 :&nbsp;<br /> <strong>Dr David ROZE (Lille)</strong><br /> &laquo; Etude de la r&eacute;g&eacute;n&eacute;ration du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur apr&egrave;s section et suture conventionnelle. Protocole exp&eacute;rimental pr&eacute;liminaire men&eacute; chez le lapin &raquo;<br /> <br /> 2000 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Anne COZLIN (Reims)</strong><br /> &laquo; Influence des peptides d&rsquo;&eacute;lastine sur l&rsquo;activit&eacute; des ost&eacute;oblastes et fibroblastes gingivaux humains &raquo;<br /> <br /> 1999 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Sonia GHOUL-MAZGAR (Paris &ndash; Monastir)</strong><br /> &laquo; Etude par hybridation in situ du mod&egrave;le d&rsquo;expression de DLX-3 chez l&rsquo;humain et perturbations &eacute;ventuelles de cette expression au cours de processus tumoraux &raquo;<br /> <br /> 1998 :&nbsp;<br /> <strong>Dr Christophe DESCHAUMES (Clermont-Ferrand)</strong><br /> &laquo; Apoptose et graft-versus-host disease &raquo;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/litterature-mbcb/ancienne-bourse-de-recherche Recommandations <div>&nbsp;</div> <div> <table align="center" border="1" cellpadding="10" cellspacing="0" style="border:1px solid rgb(0,0,0); font-family:arial,helvetica,sans-serif; width:85%"> <tbody> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Gestion p&eacute;ri-op&eacute;ratoire des patients trait&eacute;s par anti-thrombotiques en chirurgie orale</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_festion_peri_operatoire_2015_court.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Texte court</a>&nbsp;(231 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="en_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_festion_peri_operatoire_2015_court-EN.pdf" style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: rgb(204, 0, 0); font-weight: 600;" target="_blank">Short text</a>&nbsp;(417 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_festion_peri_operatoire_2015_argumentaire.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Argumentaire</a>&nbsp;(1.5 Mo) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="en_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_festion_peri_operatoire_2015_argumentaire-EN.pdf" style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: rgb(204, 0, 0); font-weight: 600;" target="_blank">Argumentation</a>&nbsp;(1.74 Mo) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2015</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Prise en charge des foyers infectieux bucco-dentaires<br /> Management of mouth foci of infection</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_foyers_infectieux_texte_court_1.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Texte court</a>&nbsp;(413 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="en_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/foyers_infectieux_texte_court-EN.pdf" style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: rgb(204, 0, 0); font-weight: 600;" target="_blank">Short text</a>&nbsp;(649 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_foyers_infectieux_1.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Argumentaire</a>&nbsp;(3000 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="en_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/foyers_infectieux_argument-EN.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Argumentation</a>&nbsp;(1440 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2012</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Prescription des anti-inflammatoires en chirurgie buccale chez l&#39;adulte<br /> Prescription of anti-inflammatory drugs in oral surgery in adults</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_anti-inflammatoires.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Recommandations</a>&nbsp;(287 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="en_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_anti-inflammatoires-EN.pdf" style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: rgb(204, 0, 0); font-weight: 600;" target="_blank">Guidelines</a>&nbsp;(1100 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2008</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Prise en charge des patients sous traitement anti-vitamines K en chirurgie bucco-dentaire<br /> Management of patients under antivitamin K treatment in oral surgery</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_avk.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Recommandations</a>&nbsp;(479 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="uk_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_avk_gb.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Guidelines</a>&nbsp;(300 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2006</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Prise en charge des patients sous agents antiplaquettaires en odontostomatologie<br /> Management of patients under anti-platelet agents&#39; treatment in odontostomatology</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_antiplaquettaires.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Recommandations</a>&nbsp;(227 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="uk_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_antiplaquettaires_gb.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Guidelines</a>&nbsp;(240 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2005</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> <tr> <td> <table align="center" border="0" cellpadding="3" cellspacing="0" style="width:100%"> <tbody> <tr> <td colspan="3">Emploi des vasoconstricteurs en odonto-stomatologie<br /> Use of vasoconstrictors in dentistry and oral surgery</td> </tr> <tr> <td style="width:200px">&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="fr_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/fr.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif" />&nbsp;&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_vasoconstricteurs.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Recommandations</a>&nbsp;(180 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td>&nbsp;</td> <td colspan="2" rowspan="1">&nbsp;<img alt="uk_flag.png" src="http://www.societechirorale.com/img/en.jpg" style="font-family:arial,helvetica,sans-serif; height:30px; width:29px" />&nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_vasoconstricteurs_gb.pdf" style="color:rgb(204,0,0);font-weight:600;" target="_blank">Guidelines</a>&nbsp;(175 Ko) pdf</td> </tr> <tr> <td colspan="3">2003</td> </tr> </tbody> </table> </td> </tr> </tbody> </table> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/recommandations-veille/recommandations Veille sanitaire <h2><strong>La derni&egrave;re veille sanitaire</strong></h2> <p>L&#39;essentiel des faits et chiffres des cancers en France est disponible au t&eacute;l&eacute;chargement sur le site de l&#39;institut national du cancer avec en particulier un focus sur l&#39;utilisation de la cigarette &eacute;lectronique.</p> <p><a href="http://www.e-cancer.fr/Actualites-et-evenements/Actualites/Les-cancers-en-France-en-2016-l-essentiel-des-faits-et-chiffres" target="_blank">(03/02/2017)&nbsp;Les cancers en France en 2016 : l&rsquo;essentiel des faits et chiffres</a></p> <h2><strong>Les pr&eacute;c&eacute;dentes veilles sanitaires</strong></h2> <p>(11/05/2017)&nbsp;<a href="https://www.vidal.fr/actualites/21366/la_prise_de_corticoides_en_cure_courte_associee_a_un_surrisque_d_evenements_indesirables_graves_mais_rares/" target="_blank">La prise de cortico&iuml;des en cure courte associ&eacute;e &agrave; un surrisque d&#39;&eacute;v&eacute;nements ind&eacute;sirables graves, mais rares.</a></p> <p>(13/02/2017)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/L-ANSM-restreint-l-indication-de-Zymaduo-Fluorex-et-Fluosterol-aux-enfants-de-plus-de-6-mois-Point-d-information" target="_blank">L&rsquo;ANSM restreint l&rsquo;indication de Zymaduo, Fluorex et Fluost&eacute;rol aux enfants de plus de 6 mois</a></p> <p>(23/03/2017)&nbsp;<a href="https://www.vidal.fr/actualites/21096/conduite_automobile_actualisation_de_la_liste_des_medicaments_a_risque_de_somnolence/" target="_blank">Conduite automobile : actualisation de la liste des m&eacute;dicaments &agrave; risque de somnolence</a></p> <p>(07/11/2016) <a href="https://www.vidal.fr/actualites/20228/resitune_nouvelle_specialite_d_acide_acetylsalicylique_a_faible_dose_en_comprime_gastroresistant/" target="_blank">Resitune : nouvelle sp&eacute;cialit&eacute; d&#39;acide ac&eacute;tylsalicylique &agrave; faible dose en comprim&eacute; gastror&eacute;sistant</a></p> <p>(26/01/2017) <a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Rappel-Jamais-d-AINS-a-partir-du-debut-du-6eme-mois-de-grossesse-Point-d-Information" target="_blank">Rappel : Jamais d&#39;AINS &agrave; partir du d&eacute;but du 6&egrave;me mois de grossesse - Point d&#39;Information</a></p> <p>(25/01/2017)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Travaux-de-l-Agence-Europeenne-des-Medicaments-EMA-Comite-pour-l-evaluation-des-risques-en-matiere-de-pharmacovigilance-PRAC/Retinoides-facteurs-VIII-paracetamol-retour-d-information-sur-le-PRAC-de-janvier-2017-Point-d-information" target="_blank">Retinoides facteurs VIII paracetamol retour d&#39;information sur le PRAC de janvier 2017 Point d&#39;information</a></p> <p>(06/02/2017) <a href="http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1101438/fr/tableau-des-recommandations-ou-travaux-relatifs-a-la-bonne-pratique" target="_blank">Tableau des recommandations ou travaux relatifs &agrave; la bonne pratique</a></p> <p>(23/01/2017)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/Dossiers/Antibiotiques/Bien-utiliser-les-antibiotiques" target="_blank">Bien utiliser les antibiotiques</a></p> <p>(28/09/2016)&nbsp;<a href="https://www.vidal.fr/actualites/20109/medicaments_generiques_nouvelle_campagne_nationale_pour_lever_les_doutes_et_meconnaissances/" target="_blank">M&eacute;dicaments g&eacute;n&eacute;riques : nouvelle campagne nationale pour lever les doutes et m&eacute;connaissances</a></p> <p>(25/07/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Colchicine-Opocalcium-R-1-mg-et-Colchimax-R-rappel-des-regles-de-bon-usage-pour-limiter-les-risques-de-surdosages-graves-Lettre-aux-professionnels-de-sante" target="_blank">Colchicine Opocalcium&reg; 1 mg et Colchimax&reg; : rappel des r&egrave;gles de bon usage pour limiter [...]</a></p> <p>(23/09/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Retraits-de-lots-et-de-produits/Implants-dentaires-Low-Profile-Biomet-3i" target="_blank">Implants dentaires Low Profile - Biomet 3i</a></p> <p>(08/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/1e0b65c96fd2e99fa16247fa32d9289b.pdf" target="_blank">Th&eacute;saurus des interactions m&eacute;dicamenteuses</a></p> <p>(09/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/9310cc62bd0213584b55ff66787a3194.pdf" target="_blank">M&eacute;lange &eacute;quimolaire d&rsquo;oxyg&egrave;ne et de protoxyde d&rsquo;azote (MEOPA) : ANTASOL&reg;, ENTONOX&reg;, KALINOX&reg; [...]</a></p> <p>(09/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/de444ea9eb4bc084905c917c902a805f.pdf" target="_blank">Thesaurus des interactions m&eacute;dicamenteuses</a></p> <p>(06/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/2e1277248975722c63906562f12b7d8f.pdf" target="_blank">Thalidomide Celgene&reg; : nouvelles recommandations importantes relatives &agrave; la r&eacute;activation virale et [...]</a></p> <p>(16/06/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Solution-buvable-de-tramadol-chez-l-enfant-attention-aux-erreurs-medicamenteuses-Point-d-information" target="_blank">Solution buvable de tramadol chez l&rsquo;enfant : attention aux erreurs m&eacute;dicamenteuses</a></p> <p>(17/03/2016)&nbsp;<a href="http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Zaltrap-R-aflibercept-informations-relatives-au-risque-d-osteonecrose-de-la-machoire-Lettre-aux-professionnels-de-sante" target="_blank">Zaltrap&reg; (aflibercept) : informations relatives au risque d&#39;ost&eacute;on&eacute;crose de la m&acirc;choire</a></p> <p>(29/03/2016)&nbsp;<a href="https://www.vidal.fr/actualites/19377/praxbind_l_antidote_specifique_de_pradaxa_est_commercialise_a_l_hopital" target="_blank">PRAXBIND, l&#39;antidote sp&eacute;cifique de PRADAXA, est commercialis&eacute; &agrave; l&#39;h&ocirc;pital</a></p> <p>(22/02/2016)&nbsp;<a href="http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=541" target="_blank">B&eacute;n&eacute;fices-risques de la cigarette &eacute;lectronique pour la population g&eacute;n&eacute;rale</a></p> <p>(10/01/2016)&nbsp;<a href="https://www.vidal.fr/actualites/19070/avastin_bevacizumab_deux_extensions_de_prise_en_charge_dans_le_cancer_de_l_ovaire" target="_blank">AVASTIN (bevacizumab) : deux extensions de prise en charge dans le cancer de l&#39;ovaire</a></p> <p>&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/recommandations-veille/veille-sanitaire Fiches pédagogiques <p><a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/biopsie-exerese">&gt; Biopsie - Biopsie ex&eacute;r&egrave;se</a>&nbsp;<br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/primo-infection-herpetique">&gt; Primo infection herp&eacute;tique</a>&nbsp;<br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/avulsion-dent-incluse">&gt; Avulsion d&#39;une dent incluse</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/zona">&gt; Zona</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/lesion-muqueuse-buccale">&gt; L&eacute;sion muqueuse</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/lesion-precancereuse">&gt; L&eacute;sion pr&eacute;canc&eacute;reuse</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/mesiodens">&gt; M&eacute;siodens</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/lithiase-sous-mandibulaire">&gt; Lithiase sous mandibulaire</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/naevomatose-baso-cellulaire">&gt; Naevomatose baso-cellulaire</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/epulis-fibreuse">&gt; Epulis fibreuse</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/avulsions-dentaires-multiples">&gt; Avulsions Dentaires Multiples</a><br /> <a href="../../non-classe/fiches-pedagogiques/drainage-collection-exobuccale">&gt; Drainage d&#39;une collection exobuccale</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/fiches-pedagogiques Cas cliniques <p><a href="../../non-classe/cas-cliniques/decouverte-clinique-lymphome">&gt; Cas clinique n&deg;1 - D&eacute;couverte clinique d&#39;un lymphome</a>&nbsp;<br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/lymphome-apres-chimiotherapie">&gt; Cas clinique n&deg;2 - Prise en charge d&#39;un cas de lymphome apr&egrave;s chimioth&eacute;rapie</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/ameloblastome">&gt; Cas clinique n&deg;3 - A propos d&#39;un am&eacute;loblastome</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/cas-de-zona">&gt; Cas clinique n&deg;4 - A propos d&#39;un cas de zona</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/fracture-radiculaire-incisive-centrale-permanente">&gt; Cas clinique n&deg;5 - Fracture radiculaire d&#39;une incisive centrale permanente</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/kyste-folliculaire">&gt; Cas clinique n&deg;6 - Ex&eacute;r&egrave;se kyste folliculaire</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/traumatisme-oro-facial">&gt; Cas clinique n&deg;7 - Traumatisme oro-facial</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/degagement-canine">&gt; Cas clinique n&deg;8 - D&eacute;gagement canine</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/greffe-gingivale-libre">&gt; Cas clinique n&deg;9 - Greffe gingivale libre</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/sialometaplasie-necrosante">&gt; Cas clinique n&deg;10 - Sialom&eacute;taplasie n&eacute;crosante</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/foyer-infectieux-bucco-dentaire">&gt; Cas clinique n&deg;11 - Foyer infectieux bucco dentaire et abc&egrave;s c&eacute;r&eacute;bral : infection focale</a><br /> <a href="../../non-classe/cas-cliniques/cellulite-genienne">&gt; Cas clinique n&deg;12 - Cellulite g&eacute;nienne basse d&#39;origine dentaire</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/cas-cliniques Quizz Diagnostic Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/quizz-diagnostic Thèmes proposés aux associations de formation Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/themes-formation Site OGDPC Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/site-ogdpc Dpc-sfco <p style="text-align:center">&nbsp;</p> <p style="text-align:center">Jeudi 28 Mai 2015 :&nbsp;Formation DPC Pr&eacute;-Congr&egrave;s<br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/dpc-sfco/28MAI-DPC-SFCO-TOULOUSE.pdf" target="_blank">Informations</a>&nbsp; / &nbsp;<a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/seance_de_formation_pre_congres.pdf" target="_blank">Programme</a></p> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/sfco/formation-dpc/dpc-sfco 02 - 04 octobre 2014 - Berlin <h2><strong>8&egrave;me congr&egrave;s de l&#39;EFOSS</strong></h2> <p style="text-align:center">&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><img alt="8ème congrès de l'EFOSS : Berlin" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche-berlin-02-2014.jpg" /></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/2-4-octobre-2014-berlin 22 - 24 mai 2014 - Reims <h2><strong>62ème congrès de la SFCO</strong></h2> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="62ème congrès de la SFCO : Reims" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche_reims_2014.jpg" /></p> <p> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-14/programme-Reims-2014.pdf">&gt; Programme Reims 2014</a><br /><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-14/Programme-TP-pre-Congres-du-21-05.pdf">&gt; Programme TP pré congrès du 21.05</a><br /><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-14/Programme-seance-article-medical-du-22-05.pdf">&gt; Programme séance article médical du 22.05</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-mai-2014-reims 05 avril 2014 - Besançon <h2><strong>Journée de Printemps de la SFSCMFCO</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="Journée de Printemps de la SFSCMFCO : Besançon" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche_jp_besancon_2014.jpg" /></p> <p> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/LesCongres/preprogramme-JP-Besancon-2014.pdf">&gt; Pré-programme JP Besançon 2014</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/5-avril-2014-besancon 10 - 13 octobre 2013 - San Féliu de Guixols (Costa Brava - Espagne) <h2><strong>61&egrave;me congr&egrave;s de la SFCO</strong></h2> <p>&nbsp;</p> <p style="text-align:center"><img alt="61ème congrès de la SFCO - San Féliu de Guixols (Costa Brava - Espagne)" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche-esapgne-2014.jpg" /></p> <p style="text-align:center">les 10, 11, 12 et 13 octobre 2013<br /> <br /> Renseignements -Inscriptions :<br /> <a href="mailto:j.bayssiere@wanadoo.fr">J.Bayssiere@wanadoo.fr</a></p> <p>&nbsp;</p> <p><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/10-13/61e-congres.pdf" target="_blank">&gt; 61&egrave;me congr&egrave;s</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/10-13/San-Feliu-Programme.pdf" target="_blank">&gt; Programme San F&eacute;liu</a><br /> <p>&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/10-13-octobre-2013-san-feliu-de-guixols 30-31 mai & 1 juin 2013 - Lille <h2><strong>60ème congrès de la Société Française de Chirurgie Orale</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="60ème congrès de la Société Française de Chirurgie Orale - Lille" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/60_1.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">les 30, 31 Mai &amp; 1er Juin 2013<br /><br /> Thèmes : <br /> "Innovations et nouvelles technologies"<br /> "Implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/06-13/Prog-congres_Lille2013-web3.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/30-31-mai-et-1-juin-2013-lille 05 - 06 octobre 2012 - Milan <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/10-12/efoss_3_congress_milan_2012.pdf">&gt; Télécharger le pdf</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/5-6-octobre-2012-milan 17-19 mai 2012 - Lyon <h2>59ème congrès de la SFMBCB</h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="59_1.jpg" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/59_1.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">les 17 - 18 - 19 Mai 2012<br /><br /> Thèmes : <br /> "La sédation en médecine et chirurgie bucco-dentaire"<br /> "Implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-12/programme_lyon_2012_59.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-mai-2012-lyon 14 - 16 octobre 2011 - Alger : ANNULE <h2>58ème congrès de la SFMBCB</h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="58ème congrès de la SFMBCB - Alger" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/58.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">les 14 au 16 Octobre 2011<br /><br /> Thèmes : <br /> "Effets indésirables des médicaments : manifestations d’expression buccale"<br /> "Implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-octobre-2011-alger 19-21 mai 2011 - Nantes <h2><strong>57ème congrès de la SFMBCB</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="57ème congrès de la SFMBCB - Nantes" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/57.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">les 19, 20 et 21 Mai 2011<br /><br /> Thèmes : <br /> "Radiothérapie et chimiothérapie"<br /> "Implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-11/12_programme_nantes.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/19-21-mai-2011-nantes 22 - 24 avril 2010 - Nimes <h2><strong>56ème congrès de la SFMBCB</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="56ème congrès de la SFMBCB - Nîmes" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche_nimes.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">les 22, 23 et 24 avril 2010<br /><br /> Thèmes : <br /> "Imagerie médicale"<br /> "Implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/04-10/programme_11.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-avril-2010-nimes 13 - 14 octobre 2009 - Dakar <h2><strong>55ème congrès de la SFMBCB</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="55ème congrès de la SFMBCB - Dakar" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche_dakar.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">13 et 14 octobre 2009<br /><br /> Thèmes : <br /> "Prise en charge des patients à besoins spécifiques"<br /> "Implantologie orale"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/10-09/dakar_programme.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/13-14-octobre-2009-dakar 14 - 16 mai 2009- Bordeaux <h2><strong>54ème congrès de la SFMBCB</strong></h2> <p> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="54econgres.jpg" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/54econgres.jpg" /></p> <p style="text-align:center;">14 au 16 mai 2009<br /><br /> Thèmes : <br /> "Hématologie"<br /> "Sida et Odontologie"<br /> "La régénération du tissu osseux en implantologie"</p> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-09/programme_bordeaux.pdf">&gt; Programme</a></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/14-16-mai-2009-bordeaux 18 - 19 - 20 Septembre 2014 - Lyon <h2><strong>50ème congrès de la SFSCMFCO</strong></h2> <p style="text-align:center;"> </p> <p style="text-align:center;"><img alt="62ème congrès de la SFCO : Reims" src="http://www.societechirorale.com/img/congres/affiche-lyon-2014.jpg" /></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/18-19-20-septembre-2014-lyon 17 - 19 septembre 2015 - Lyon <h2>51&egrave;me Congr&egrave;s de la SFSCMFCO</h2> <p style="text-align:center"><img alt="" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/Affiche_SFSCMFCO_2015-V1-A4.jpg" style="height:708px; width:500px" /></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/17-19-septembre-2015-lyon 22 - 24 Octobre 2015 Marrakech <table style="width:100%"> <tbody> <tr> <td style="text-align:right; width:500px"><img alt="" src="http://www.societechirorale.com/uploads/affiche%20smmbcb%202015.jpg" style="height:562px; text-align:center; width:400px" /></td> <td> <p style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/Programme smmbcb.pdf" target="_blank">Programme SMMBCB</a></p> <p style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/Programme PACKAGE du 21 au 25 OCT 2015.pdf" target="_blank">Programme Package 21-25 octobre</a></p> <p style="text-align:center"><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/Programme PACKAGE du 21 au 28 OCT 2015.pdf" target="_blank">Programme Package 21-28 octobre</a></p> </td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/22-24-octobre-2015-marrakech 18 - 20 juin 2015 - Montpellier <table style="width:100%"> <tbody> <tr> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;&nbsp;<img alt="" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/annonce-AFCF.jpg" style="height:425px; width:300px" /></td> <td style="width:400px"> <p><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/annonce_AFCF.pdf" target="_blank">&gt; Pr&eacute;-programme</a></p> <p><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/AFCF_2015_programme_cours_du_DESC.doc" target="_blank">&gt; Programme cours du DESC</a></p> </td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/18-20-juin-2015-montpellier 28 - 30 Mai 2015 Toulouse <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tbody> <tr> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp;<img alt="" src="http://www.societechirorale.com/uploads/documents/afficheSFCO_40x60_web.jpg" style="height:525px; text-align:center; width:350px" /></td> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;&nbsp;</td> <td> <h3 style="text-align:center">-- &nbsp;Informations &nbsp;--<br /> &nbsp;</h3> <p><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/seance_de_formation_DPC.pdf" target="_blank">&gt; S&eacute;ance de formation DPC</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/seance_de_formation_SFCO-CHUMBCB.pdf" target="_blank">&gt; S&eacute;ance de formation SFCO-CHUMBCB</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/programme_congres_toulouse-2015_web.pdf" target="_blank">&gt; Programme</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/programme_accompagnants_nouveau.pdf" target="_blank">&gt;&nbsp;Programme Accompagnants</a></p> </td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/28-30-mai-2015-toulouse 26 - 28 Mai 2016 Metz <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tbody> <tr> <td><img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/sfco2016_metz.jpg" style="height:495px; text-align:center; width:350px" /></td> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;&nbsp;</td> <td> <h3 style="text-align:center">-- &nbsp;Informations &nbsp;--<br /> &nbsp;</h3> <p><a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/2016-metz_seance-formation-dpc.pdf" target="_blank">&gt; S&eacute;ance de formation DPC</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/2016-metz_programme-congres.pdf" target="_blank">&gt; Programme</a><br /> <a href="http://www.societechirorale.com/documents/congres/05-15/2016-metz_programme-accompagnants.pdf" target="_blank">&gt;&nbsp;Programme Accompagnants</a></p> </td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/26-28-mai-2016-metz 18-19-20 Mai 2017 Rouen <table border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tbody> <tr> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp;<img alt="" src="http://societechirorale.com/uploads/2017rouen-lite.jpg" style="text-align:center; width:600px" /></td> <td>&nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;&nbsp;</td> <td> <p>C&#39;est avec grand plaisir que nous vous annon&ccedil;ons l&#39;ouverture des inscriptions au 65&egrave;me congr&egrave;s de la SFCO.</p> <p>Pour nous rejoindre, inscrivez-vous en ligne sur le site internet du congr&egrave;s : <a href="http://www.sfco2017.fr" target="_blank">http://www.sfco2017.fr</a>, rubrique &quot;Pr&eacute;-inscription&quot;.</p> <p>Les inscriptions &agrave; tarif pr&eacute;f&eacute;rentiel seront disponibles pendant trois mois. Nous vous invitons &agrave; vous inscrire avant la majoration du 19 avril 2017.</p> <p>Nous esp&eacute;rons que vous serez nombreux &agrave; nous rejoindre pour faire de ce congr&egrave;s un succ&egrave;s et un lieu d&#39;&eacute;changes et d&#39;interactions autour des trois th&egrave;mes suivants :</p> <ul> <li>Traumatologie orale et maxillo-faciale</li> <li>Gestion des &eacute;checs et complications en chirurgie orale</li> <li>Implantologie.</li> </ul> <p>&nbsp;</p> <p>Au plaisir de vous voir &agrave; Rouen, du 18 au 20 mai 2017 !</p> </td> </tr> </tbody> </table> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/les-congres/18-19-20-mai-2017-rouen Revue de littérature - Avril 2014 <p><strong>"Skeletal Cell Differentiation is enhanced by atmospheric dielectric barrier discharge plasma treatment"</strong></p> <p><strong>M. Steinbeck, N. Chernets, J. Zhang, D. Kurpad, G. Fridman, A; Fridman, T. Freeman<br /><br /> PLOS one, Dec 2013 8 (12)</strong></p> <p>Un plasma gazeux, est un gaz ionisé, caractérisé par la génération d’ions, d’électrons, de radicaux et d’espèces excitées. Il existe fréquemment des espèces radiatives (notamment UV) ainsi qu’un champ électrique transitoire. Il existe différents types de plasma et différentes conditions de production (notamment basse pression et pression atmosphérique).<br /><br /> L’utilisation des plasmas au niveau biomédical fait l’objet d’une intense activité scientifique. Peu de dispositifs sont aujourd’hui commercialisés. Il existe différents domaines d’application potentiels : effet anti-tumoral, cicatrisation, angiogénèse, stérilisation du matériel médical, décontamination des plaies, coagulation, …<br /><br /> Les deux articles proposés s’intéressent aux effets des plasmas gazeux sur la différentiation et la mort cellulaire.</p> <p> </p> <p>La stimulation de la différentiation ostéogénique et chondrogénique est une piste thérapeutique particulièrement intéressante dans la régénération osseuse et la prise en charge des fractures. L’étude présentée dans l’article a pour objectif d’évaluer les capacités de stimulation de la différentiation et prolifération des chondrocytes et ostéoblastes, d’un plasma particulier. Le mécanisme d’interaction des espèces actives produites par plasma avec les cellules, est encore mal compris. Il existe vraisemblablement un rôle majeur des espèces réactives oxygène et nitrogène (ROS et RNS). En fonction des conditions expérimentales, l’effet sur les cellules varie entre mort cellulaire, différentiation et prolifération. Ces études sont pilotes mais il semble que la technologie plasma représente une alternative intéressante, en particulier dans l’optimisation de la cicatrisation des fractures osseuses.</p> <p> </p> <p> </p> <p><strong>"Nonthermal plasma induces head and neck cancer cell death: the potential involvement of mitogen-activated protein kinase-dependent mitochondrial reactive oxygen species."<br /><br /> S.Kang, JH Cho, JW Chang, YS Shin, KL Kim, JK Park, SS Yang, JS Lee, E Moon, K Lee, CH Kim<br /><br /> Cell Death and disease (2014)5</strong></p> <p>Cette étude s’intéresse à l’action d’un plasma sur l’apoptose cellulaire d’un modèle de cancer cervicofacial. Différentes techniques sont utilisées pour évaluer ce mécanisme sur le plan moléculaire. Les ROS semblent être indispensables pour réguler la croissance cellulaire, via des voies de transduction du signal spécifiques. Cependant une concentration importante en ROS peut entrainer des altérations au niveau des lipides membranaires, des protéines, et de l’ADN.</p> <p> </p> <p>Cette étude met en évidence que la production intra-cellulaire de ROS est significativement augmentée par l’application du plasma gazeux.<br /><br /> Si certains plasmas gazeux sont capables d’induire la mort des cellules cancéreuses (VADS), ils pourraient représenter une alternative thérapeutique aux lésions dysplasiques et précancéreuses de la cavité buccale.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2014 Revue de littérature - Mars 2014 <p>Bone Healing after Tooth Extraction with or without an Intervention: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials</p> <p>Cicatrisation osseuse après avulsion avec ou sans comblement d’alvéole : revue de littérature d’études prospectives randomisées.<br /><br /> Kushel R. Morjaria, Ron Wilson, Richard M. Palmer, Clinical Implant Dentistry and Related Research, Volume 16, Number 1, 2014, p1-20</p> <p> </p> <p style="text-align:justify;">L’objectif de cet article est de répondre à la question : est il nécessaire de combler et/ou de mettre une membrane pour améliorer la qualité de la reconstruction osseuse sur un site d‘avulsion dentaire. Les critères d’évaluation de cette qualité étant dimensionnels, radiographiques et/ou histologiques. <br /><br /> Jusqu’en août 2011 toutes les études randomisées qui visent à comparer la cicatrisation osseuse entre des groupes sans intervention et des groupes avec greffes et/ou mise en place de membrane à partir des bases de données Medline, Embase et Cochrane ont été analysées.</p> <p style="text-align:justify;">Seulement 9 études correspondent aux critères énoncés. 2 études ont été faites sur les sites d’avulsion de 3ième molaires incluses avec des critères d’évaluation purement radiologiques. Une étude se base sur des critères purement cliniques, 4 sur des critères cliniques et histologiques, une 1 sur des critères radiologiques et histologiques et 1 sur des critères purement histologiques. Les matériaux de comblement utilisés sont très différents. Certaines études utilisent des patients différents dans chaque bras, d’autres utilisent le même patient. Cette diversité de dessin des études rend la délivrance de conclusions complexe. Ce que l’on peut dire c’est que quelle que soit la méthode utilisée, on a une résorption de l’alvéole qui est plus importante sans comblement et/ou mise en place d’une membrane. Si nous considérons les critères cliniques (133 patients), la perte en épaisseur est de 2.46 mm(sd .4mm) à 4.56 mm (.33 mm) pour les groupes contrôles et de 1.14 mm (sd.87mm) à 2.5 mm (sd 1.2mm) pour les groupes tests. La perte en hauteur est de .9 mm(sd 1.6mm) à 3.6 mm (1.5 mm) pour les groupes contrôles et d’un gain de 1.3 mm (sd 2.0mm) à une perte de .62 mm (sd .51mm) pour les groupes tests. Les critères radiologiques (139 patients) vont dans le même sens. Les critères histologiques (216 patients) sont plus complexes à analyser du fait de la grande diversité des matériaux utilisés. Il semblerait donc que le comblement soit bénéfique à la préservation de l’os alvéolaire en post-avulsion. Ceci rejoint la conclusion d’études antérieures qui tendaient à montrer que la mise en place immédiate d’implant après une avulsion d’influence en rien la résorption de la crête. La résorption osseuse est comme prédéterminée. Elle ne peut être contrariée positivement que par la réalisation d’un comblement de l’alvéole. Pour autant tous les matériaux ne sauraient convenir. Certains ont fait la preuve de leur inefficacité alors de d’autres (les matériaux allogéniques par exemple) montrent des résultats favorables.</p> <p style="text-align:justify;"> </p> <hr /><p> </p> <p>Inflence du switching platform sur le remodelage osseux autour d’implants courts dans la région postérieure mandibulaire ou maxillaire :suivi à un an dans une étude prospectivement randomisée.</p> <p> </p> <p>Gerdien Telleman, Gerry M. Raghoebar, Arjan Vissink, Henny J.A. Meijer,</p> <p>Clinical Implant Dentistry and Related Research, Volume 16, Number 1, 2014, pp 70 -80</p> <p> </p> <p>L’objectif de cette étude est d’évaluer la perte osseuse autour des implants courts mis en place dans les secteurs mandibulaire et maxillaire, encastrés ou non, unitaires ou non et solidarisés. 17 patients ont été inclus, présentant de chaque côté un édentement, pour un total de 62 implants de longueur 8,5 mm et de diamètre 4 ou 5. Par tirage au sort, le type de connection a été choisi, pilier à diamètre réduit par rapport au col de l’implant ou de même diamètre. La mise en place des implants se fait sur crête cicatrisée soit au moins 3 à 4 mois après avulsion. Il n’y a pas d’information concernant le positionnement du col de l’implant par rapport au sommet de la crête lors de la mise en place de l’implant. Il est à noter qu’il n’y a pas de retrait de l’étude pour les patients sur lesquels une fenestration vestibulaire apparaît lors de la mise en place de l’implant ce qui pourtant peut favoriser la perte osseuse péri-implantaire. Les critères d’évaluation sont quantitatifs avec mesures radiologiques de la perte osseuse et qualitative avec l’accumulation de plaque, l’indice de saignement, l’indice gingival, la présence de tartre et la profondeur des poches parodontales. Ces mesures sont enregistrées un mois après la mise en place de l’implant et 16mois après soit 12 mois après la mise en charge. 2 implants sont perdus dans chaque bras pour un taux de survie de 93,6%. Pour les critères qualitatifs, il n’existe pas de différence. Pour le critère « perte d’os autour de l’implant » il existe une différence lorsque 2 implants ou plus sont mis cote à cote ; la perte osseuse est moins importante pour la switching platform.  Pour l’implant unitaire, on ne note pas de différence. Ces résultats vont dans le sens des différentes études sur l’intérêt du switching platform sans pour autant supprimer les zones d’ombres entourant ce concept, données à long terme par exemple. Il faut également relativiser ces résultats par le fait que ne sont pas sorti de l’étude les patients pour lesquels une fenestration est apparue, que l’on ne parle pas de la partie interne de la connection et que l’on ne compare pas toujours le même type d’édentement dans chaque bras.   </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2014 Revue de littérature - Février 2014 <p><strong>Effects of gustatory nerve transection and/or ovariectomy on oral capsaicin avoidance in rats.</strong></p> <p>Boucher Y, Simons CT, Carstens MI, Carstens E. Pain. 2014 Jan 24. pii: S0304-3959(14)00041-4. doi: 10.1016/j.pain.2014.01.020. [Epub ahead of print]</p> <p>Les stomatodynies (burning mouth syndrome en anglais) sont des douleurs buccales chroniques dont l’incidence est plus élevée chez les femmes en périménopause et qui pourrait être liée à des lésions nerveuses gustatives. Les auteurs de l’étude ont testé les effets de la lésion bilatérale de la corde du tympan (CT), accompagnée ou non d’une ovariectomie, à l’aide du test d’aversion à la capsaïcine chez la ratte.<br /> Ils ont ensuite quantifié l’expression de la protéine Fos après stimulation linguale nociceptive à la capsaicine. Les animaux avaient un accès limité à des solutions contenant de la capsaïcine à différentes concentrations (0,33-33μmol/L) vs véhicule. La consommation a été évaluée à la fois par le volume de liquide ingéré et le nombre de léchées. L’aversion a été testée avant et 0,5 , 3 , 6 , 9 et 12 mois après les interventions chirurgicales suivantes : 1) section bilatérale de la corde du tympan (CTx); 2) ovariectomie (Ovx) ; 3) CTx + Ovx ou 4) intervention sham. Avant chirurgie, la consommation de capsaïcine était négativement corrélée à la concentration de capsaïcine, avec un seuil situé entre 0,1 et 0,3 ppm.<br /> La majorité des léchées survenaient lors des premières 9 minutes d’exposition. Globalement sur la période de 12 mois, le groupe CTx ne montrait pas de diminution de la consommation de capsaïcine sauf à 6 et 9 mois pour certaines concentrations. Les rats du groupe Ovx évitaient toujours la capsaïcine ; ils présentaient de plus une immunoréactivité c-Fos évoqué par la capsaïcine dans le sous-noyau caudal de trijumeau dorsomédial ( Vc ) plus élevée que celle de tous les autres groupes traités. Que la CTx , avec ou sans Ovx , n'augmente pas l’aversion pour la capsaïcine indique que des dommages du système gustatif ne désinhibent pas la transmission nociceptive trigéminale.</p> <p><strong>Commentaires</strong></p> <p>Les mécanismes étio-pathogéniques des stomatodynies qui mêlent souvent des symptômes sensitifs (brûlure) et gustatifs (dysgueusie) restent méconnus. De plus en plus d’arguments plaident pour une origine neuropathique avec composante hormonale.<br /> Les auteurs de cette étude ont voulu tester l’hypothèse trigémino-gustative qui postule une inhibition tonique du système gustatif sur les inputs nociceptifs trigéminaux. Les résultats des lésions gustatives sélectives sur la consommation de capsaïcine et de l’expression du marqueur nociceptif c-fos contredisent cette hypothèse. Une partie de l’intérêt de ces données tient à la durée des observations, 12 mois, ce qui est long chez le rat. Ils confirment par ailleurs des études précédentes de la même équipe réalisés cette fois en aigu.<br /> Il est également intéressant de remarquer que l’ovariectomie utilisée pour modéliser les effets de la ménopause, diminue les seuils de sensibilité douloureuse buccale chimique, ce qui concorde avec les données cliniques. Ces données sont en revanche difficiles à transposer en clinique humaine car le test à la capsaïcine utilisé chez l’animal n’est pas pleinement validé chez l’Homme (ou plutôt la Femme) pour la stomatodynie.</p> <p> </p> <p>Utilisation chronique d’opioïdes avant et après une chirurgie bariatrique</p> <p>Par Vianney Descroix (Consultation douleur orofaciale chronique – Service d’Odontologie CHU Pitié Salpêtrière Paris)</p> <p>Article commenté</p> <p>Chronic use of opioid medications before and after bariatric surgery. Raebel MA, et al. JAMA. 2013 Oct 2;310(13):1369-76.</p> <p>L’obésité est associée à des douleurs chroniques non cancéreuses. Peu de données existent concernant l’évaluation de l’intérêt de la chirurgie bariatrique sur la consommation d’opioïdes chez les patients obèses souffrant de douleur chronique.</p> <p>Objectifs de l’étude : Etudier les modifications d’utilisation d’opioïdes à la suite d’une chirurgie bariatrique chez des patients obèses qui avaient déjà recours avant la chirurgie aux opioïdes de façon chronique pour le traitement de la douleur et déterminer l’effet de la dépression préopératoire, de la douleur chronique, ou des variations postopératoires de l’IMC sur les changements de la consommation d’opioïdes.</p> <p>Résultats<br /> Avant la chirurgie, 8 % (IC à 95%, 7% - 8 %, n = 933) des patients obèses étaient des usagers chroniques d'opiacés. Parmi eux, 77 % (IC 95%, 75 %-80 %, n = 723) ont poursuivi un usage chronique d'opiacés dans l'année suivant la chirurgie. Avant la chirurgie, la consommation moyenne en équivalent de morphine des patients usagers chroniques étaient de 45,0 mg par jour (IC à 95%, de 40,0 à 50,1) et de 51,9 mg (IC à 95%, de 46,0 à 57,8) après l'opération (P &lt; 0,001). Chez ces patients il n’a pas été retrouvé de différence concernant une modification de consommation d’opioïdes selon que les patients avaient perdus plus de 50 % de l'excès d’IMC vs ceux ayant perdu 50% ou moins. Dans les autres sous-groupes analysés il n’a pas été retrouvé de différence significative concernant les doses équivalents de morphine avant vs après la chirurgie en fonction de la présence ou non chez les patients d’un diagnostic préopératoire de dépression et/ou de douleur chronique (dépression seule [ n = 75 ; ratio du taux d’incidence (IRR) , 1,08 ; IC 95% , 0.90 -1,30 ] ; douleur chronique seule [ n = 440 ; IRR , 1,17 , IC 95% , 1.8 à 1.27 ] ; dépression et douleur chronique [ n = 226 ; IRR , 1.11 , IC 95% , 0,96 à 1,28 ] , ni dépression ni douleur chronique [ n = 192 ; IRR , 1,22 , IC 95% , 0,98 à 1,51 ).</p> <p>Cette étude met en exergue deux situations de plus en plus fréquentes d’une part l’obésité et d’autre part l’utilisation d’opioïde dans des douleurs chroniques non cancéreuses. Alors que les auteurs s’attendaient à ce que la perte de poids fasse diminuer la symptomatologie douloureuse et donc diminuer la consommation d’opioïdes, c’est bien l’inverse qu’ils ont observé.<br /> Les auteurs concluent, à juste titre, en suggérant un besoin important de mieux prendre en charge la douleur de ces patients. Ils confirment également, si il le fallait, que les déterminants conduisant à l’arrêt ou à la poursuite d’un traitement par opioïdes dans les douleurs chroniques non cancéreuses sont complexes et multifactoriels et qu’ils vont bien au-delà de l’expérience douloureuse et inclus, entre autre, des facteurs fortement liés aux patients et à leurs médecins.<br /> Plus généralement, cette étude pointe du doigt l’importance de mieux cerner quand et comment il convient de diminuer ou d'interrompre en toute sécurité et efficacement le traitement par opioïde des patients souffrant de douleur chronique.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2014 Revue de littérature - Janvier 2014 <p><strong>Oral rehabilitation with dental implant in irradiated patients : a méta-analysis on implant survival</strong></p> <p><strong>E. Schiegnitz , B. Al-Nawas , P. W. Kämmerer , K. A. Grötz</strong></p> <p><strong>Clin Oral Investig</strong><strong>. 2013 Nov 24.</strong></p> <p> </p> <p>La stabilisation par des implants, des prothèses  maxillo-faciales après exérèse carcinologique, est une technique de choix pour permettre une meilleure tolérance de celles-ci.  Or , ces implants doivent souvent être posés<a></a> en terrain irradié. La littérature des années 1990 et 2000 montre des taux de succès moindre des implants sont posés en terrain irradié par rapport à ceux posés en tissu osseux sain. Ceci est expliqué par une hypocellularité , une fibrose et une dégénérescence graisseuse de la médullaire et par une altération de la micro vascularisation osseuse.</p> <p>Cette méta analyse  est basée sur 9 études pertinentes qui évaluent le taux de succès de 6188 implants posés en terrain irradié entre 25 et 75 Gy et 1989 implants posés dans un os sain après une observation moyenne de 56 ± 34 mois.</p> <p>Deux périodes ont été évaluées : 1990 à 2006 et 2007 à 2013. Ce cutoff a été imposée par le fait que les informations sur la nature de l’os implanté étaient incomplètes jusqu’en 2006 et que, à partir de 2007,  les évaluations étaient faites sur au moins 5 années.</p> <p> En utilisant les études publiées de 2007 à 2013, cette étude montre qu’il n’y a pas de différence significative de taux de succès entre les implants posés en terrain irradiés et ceux posés dans un os sain, contrairement aux observations précédentes.</p> <p>Cependant, le taux de succès  est plus faible lorsque les implants sont posés dans un os greffé et irradié , ce du fait de l’altération de la qualité osseuse, du volume osseux plus faible et de la revascularisation médiocre de l’os greffé par rapport à l’os natif.</p> <p> </p> <p><strong>Que retenir ?</strong></p> <p>Cette méta analyse montre la validité de l’implantation dans l’os natif irradié qui a toute sa place dans la réhabilitation maxillo-faciale, ce malgré les réticences régulièrement exprimées en France.</p> <p> </p> <p><strong>Update on coronectomy. A safer way to remove high risk mandibular third molars.</strong></p> <p><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Renton%20T%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=23909229"><strong>Renton T</strong></a><strong>.</strong></p> <p><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23909229"><strong>Dent Update.</strong></a><strong> 2013 Jun;40(5):362-4, 366-8.</strong></p> <p> </p> <p><strong>ADA Continuing Education: Coronectomy: A surgical option for impacted third molars in close proximity to the inferior alveolar nerve</strong></p> <p><strong>Monaco, G, et al.</strong></p> <p><strong>JADA April 2012 143(4): 363-369</strong></p> <p> </p> <p>Le risque de lésion neurosensorielle lors de l’avulsion des dents de sagesses mandibulaires dont les racines sont au contact ou à proximité du nerf alvéolaire inférieur, ne doit pas être négligé par le chirurgien.  La lésion de ce nerf s’accompagne de déficit sensitif de la région labiomentonnière, mais également de paresthésies ou dysesthésies et d’altérations des fonctions de la sphère orale, handicapant  de façon sévère les patients.</p> <p>Aussi l’alternative à l’avulsion des dents de sagesses intimes avec ce nerf est la coronectomie. Cette technique largement utilisée aux Etats Unis et en Angleterre ne l’est que de façon confidentielle en France.  Elle vise à réaliser l’ablation de la couronne de la dent en laissant en place les racines.</p> <p>De nombreuses études dont celle de Monaco G ont montré l’absence de complications nerveuses avec cette technique, l’absence de complication infectieuses.  Quelques cas de migration des racines nécessitant une réintervention sans risque nerveux ont été rapportés.</p> <p> </p> <p><strong>Que retenir ?</strong></p> <p>La coronectomie est une alternative valide à l’avulsion des dents de sagesse en cas de proximité radiculaire avec le nerf alvéolaire inférieur</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2014 Revue de littérature - Décembre 2013 <p style="text-align:justify;">Revue de littérature Société Française de Chirurgie Orale</p> <p style="text-align:justify;">(Philippe Lesclous décembre 2013)</p> <p style="text-align:justify;"><strong>A ce jour, il n´existe toujours pas de biomarqueur fiable du risque d´ostéonécrose des maxillaires associée aux bisphosphonates.</strong></p> <p style="text-align:justify;">La recherche d´un marqueur prédictif du risque d´ostéonécrose des maxillaires associée aux bisphosphonates (ONMBPs) est une préoccupation majeure depuis plusieurs années. Dès 2007, Marx R.E. et coll. avaient suggéré en conclusion d´une étude rétrospective non contrôlée l´utilisation du télépeptiqde C-terminal de dégradation du collagène de type I, le CTX, comme biomarqueur fiable. Hélas, d´autres études beaucoup mieux menées sur le plan méthodologique vinrent invalider bien vite cette proposition. Cette étude cas-contrôle prospective cherche à investiguer la prédictibilité de biomarqueurs connus pour être représentatif du remodelage osseux, tant du côté de la résorption, CTX, NTX (télépeptiqde N-terminal de dégradation du collagène de type I), DPD (déoxypyrydinoline) que du côté de la formation osseuse, BAP (phosphatase alcaline spécifique osseuse ), OC (ostéocalcine) et PTH (parathormone), comme facteur de risque d´ONMBPs.</p> <p style="text-align:justify;">Le groupe ONMBPs est constitué de 37 patients traités ou ayant été traités par bisphosphonates (BPs) atteints d´ONMBPs. Le groupe de patients contrôles traités par BPs sans ONMBPs est apparié en nombre, selon le sexe et l´âge. Les patients traités par radiothérapie ont été exclus pour éviter toute confusion avec une ostéoradionécrose. Les principaux facteurs de comorbidité osseuse (diabète, corticothérapie en cours, obésité, insuffisance rénale, chimiothérapie en cours) ainsi que les caractéristiques cliniques des ONMBPs sont enregistrés. Les prélèvements sanguins et urinaires servant aux dosages des différents facteurs sont réalisés au moment du diagnostic d´ONMBPs et lors de chaque visite de contrôle clinique.</p> <p style="text-align:justify;">35 des 37 patients atteints d´ONMBPs sont traités par BPs pour ostéoporose, les 2 autres pour métastases osseuses. Aucune différence significative n´est retrouvée entre les deux groupes concernant les facteurs de comorbidité et la durée de traitement par BPs. Hormis le taux de PTH plus élevé chez les patients atteints d´ONMBPs, aucune différence significative n´est identifiée concernant tous les autres facteurs explorés. Cependant la spécificité et la sensitivité du test de détection de la PTH utilisé dans cette étude sont trop faibles pour pouvoir considérer cette faible différence comme pertinente.</p> <p style="text-align:justify;">Cette étude bien menée sur le plan méthodologique, certes sur un faible nombre de patients, vient donc confirmer qu´à ce jour, <strong>aucun des biomarqueurs les plus couramment utilisés dans l´exploration du remodelage osseux ne constitue un facteur prédictif fiable du risque de survenue d´ONMBPs et certainement pas le CTX encore trop souvent cité dans nombre de publications généralistes dentaires</strong>. D´autres biomarqueurs osseux encore du domaine de la recherche clinique tel le facteur de croissance vaso-endothélial (VEGF) ou la phosphatase acide tartrate résistante ostéoclastique (TRACP) devraient être prochainement explorés dans ce contexte.</p> <p style="text-align:justify;">Pour en savoir plus : Jin-Woo et al. : Prospective biomarker evaluation in patients with osteonecrosis of the jaws who received bisphosphonates. Bone 57 : 201-205, 2013.</p> <p style="text-align:justify;"> </p> <p style="text-align:center;">---------------------------------------</p> <p style="text-align:justify;"> </p> <p style="text-align:justify;"><strong>Une inflammation d’origine dentaire, ici une parodontite apicale aiguë, pourrait induire une ostéonécrose des maxillaires associée aux bisphosphonates en l’absence de tout geste chirurgical.</strong></p> <p style="text-align:justify;">Les ostéonécroses des maxillaires associées aux bisphosphonates (ONMBPs) sont majoritairement décelées après une intervention chirurgicale bucco-dentaire intéressant le tissu osseux, le plus fréquemment des avulsions dentaires. Bien que la physiopathologie de cette affection reste obscure, l’inhibition du remodelage osseux représente un point crucial de sa physiopathogenèse.</p> <p style="text-align:justify;">L’ONMBPs est une pathologie complexe impliquant des interactions entre différents tissus, muqueux et osseux et de multiples types cellulaires dans un contexte de cicatrisation perturbée, d’infection locale et souvent de pathologies systémiques importantes. Pouvant constituer des facteurs de comorbidités non négligeables. Quelques modèles animaux sont utilisés pour reproduire cette pathologie afin d’en disséquer le mécanisme et d’en inférer un traitement le plus approprié possible. La plupart d’entre eux impliquent une extraction dentaire chez des animaux traités à haute dose de bisphosphonates (BPs) par voie IV en présence d’une corticothérapie concomitante.</p> <p style="text-align:justify;">Néanmoins, chez l’homme, un nombre non négligeable d’ONMBPs survient en l’absence de tout geste chirurgical intéressant le tissu osseux. Récemment, des modèles animaux de parodontite, sans aucune avulsion dentaire, traités par haute dose de BPs ont montré des lésions mimant une ONMBPs, soulignant ainsi l’importance d’un phénomène inflammatoire local dans sa physiopathogenèse. Partant de ce fait, cette étude cherche à investiguer ce rôle inflammatoire local en ayant recours cette fois-ci à un modèle murin de parodontite apicale aiguë par exposition pulpaire d’une molaire mandibulaire pendant 7 semaines chez des animaux traités par BPs (acide zolédronique IV) à haute dose, en l’absence de tout geste opératoire intéressant le tissu osseux. Cette haute dose de BPs est un facteur limitant de cette étude puisque l’équivalent de 2 ans de traitement chez l’homme est utilisé en 8 semaines chez ces animaux.</p> <p style="text-align:justify;">L’importance des lésions péri-apicales est quantifiée par analyse microscanner. Un groupe d’animaux non traité par BPs sert de contrôle « sain ». De plus au sein de chacun des 2 groupes, le côté opposé à celui où la pulpe molaire a été exposée sert de témoin. L’ostéonécrose est identifiée et quantifiée en histologie comme étant une zone de tissu osseux dénuée de toute population ostéocytaire. Les résultats objectivent des lésions péri-apicales plus importantes chez les animaux contrôles non traités par BPs que chez leurs homologues traités alors qu’aucune différence significative n’est notée au niveau des dents témoins saines. Les analyses histologiques montrent des zones de nécrose osseuse plus importantes du côté des dents atteintes et nettement plus importantes chez les animaux traités par BPs. 6% des animaux traités par BPs montrent même une exposition intra-orale du côté lingual de la dent atteinte.</p> <p><strong>Cette étude montre donc que des lésions mimant des ONMBPs peuvent survenir dans des conditions inflammatoires sans aucun geste osseux confirmant ainsi les résultats observés dans des modèles animaux de maladie parodontale. Il s’agit d’une avancée majeure dans la physiopathogénie de l’ONMBPs</strong>. Bien d’autres résultats figurent dans cette très belle étude.</p> <p>Pour en savoir plus : Kang et al. : Periapical disease and bisphosphonates induce osteonecrosis of the jaws in mice. JBMR 28 : 1631-1640, 2013.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2013 Revue de littérature - Novembre 2013 <p style="text-align:justify;"><strong>Correlation between Schneiderian membrane perforation and sinus lift graft outcome: a retrospective evaluation of 359 augmented sinus.<br /> (Corrélation entre perforation de la membrane de Schneider et devenir des greffes sinusiennes: évaluation rétrospective de 359 cas d'augmentation de sinus).</strong></p> <p style="text-align:justify;"><strong><strong>Patrick J. Nolan, Katherine Freeman and Richard A. Kraut.<br /> J Oral Maxillofac Surg 2013 : 1-6 (article in press)</strong></strong></p> <p style="text-align:justify;"><strong>Afin d'évaluer l'incidence de la perforation de la membrane de Schneider, qui constitue une des complications per-opératoires les plus communes lors des greffes sinusiennes, 359 cas d'augmentation de sinus ont été rétrospectivement évalués en termes de complications postopératoires infectieuses, de sinusites et d'échecs de greffes et d'implants.</strong></p> <p style="text-align:justify;"><strong>Parmi les 42% de sinus ayant fait l'objet d'une perforation de la membrane sinusienne, environ 11% ont nécessité une prescription secondaire d'antibiotiques pour infections et sinusites alors que cette prescription n'a concerné qu'environ 1% des cas où la membrane n'avait pas été altérée. Plus de 93% des greffes sinusiennes furent un succès. Sur les 24 sinus qui ont été le siège d'un échec de greffe ou d'implant, 17 (soit environ 70%) présentaient une perforation de leur membrane. Environ 12% des sinus qui présentaient une atteinte de la membrane lors du placement de la greffe se soldèrent par un échec en comparaison au taux de l'ordre de 3% dans un contexte de membrane intacte. Pour les 17 sinus qui avaient fait l'objet d'une augmentation, ceux qui présentaient une hauteur verticale inférieure à 3 mm ont bénéficié d'un taux de succès d'environ 74% comparativement au taux de 94% des greffes placées au niveau de sites présentant une hauteur de plus de 3 mm. Dans ces 2 cas de figure, le taux de perforation n'était pas significativement différent. Cependant, l'ensemble des sites avec une hauteur inférieure à 3 mm et ayant fait l'objet d'un échec présentait une membrane perforée lors de l'augmentation.</strong></p> <p style="text-align:justify;"><strong>Comme rapporté par d'autres auteurs, cette évaluation rétrospective a permis de confirmer que les échecs se manifestent le plus souvent lorsque la membrane de Schneider est perforée (11%) plutôt qu'intacte (3%). Il en va de même de l'incidence des complications infectieuses et des sinusites. Malgré la prise en compte et l'analyse de nombreux paramètres tels que l'âge et le sexe des patients, le type d'opérateur..., les auteurs ont nullement considéré la nature de la perforation (taille, localisation, cause, fermeture per-opératoire...). Pour autant, ces résultats doivent être connus du praticien qui devra, le cas échéant, à la fois en informer son patient et en assurer la prise en charge.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2013 Revue de littérature - Octobre 2013 <p>Stefan Fickl, Otto Zuhr, Jamal M.Stein, Markus B. Hürzeler. Int J Oral Maxillofacial implants 2010; 25: 577-581.</p> <p><strong>Peri-implant bone level around implants with platform-switched abutments</strong></p> <p>L'objectif de cette étude est d'évaluer la cratérisation autour des implants présentant une connectique de type switching platform par comparaison avec des implants présentant une connection interne classique. Les implants switching platform utilisés sont des implants de 5 mm de diamètre placés en sous-crestal alors que les implants classiques sont de 4 mm de diamètre et placés en juxta-crestal. Après une période de cicatrisation de 3 à 6 mois un second temps chirurgical est entrepris avant mis en place de la prothèse définitive 3 mois après. Des radiographies intra-orales sont prises lors de l'insertion de la prothèse définitive et un an après. La position de l'os contre l'implant est évaluée radiologiquement par rapport au col de cet implants. Cette étude inclus 36 patients ne nécessitant pas de chirurgie osseuse additionnelle sur lesquels ont été posé 75 implants switching-platform et 40 implants classiques sans que l'on sache comment l'allocation des implants a eu lieu (tirage au sort, deux bras différents ou les deux implants ont été posés sur les mêmes patients? On a le sentiment que cette dernière hypothèse soit la bonne). Cette étude conclue que la cratérisation peut être limitée de manière très significative avec le switchng-platform. Les mesures sont de 0,39 mm pour le switching-platform contre 1,00 mm pour la connection classique. Cette étude amène une lecture critique par le faible nombre de patients inclus et par le fait que les critères d'inclusion sont limités à l'absence de nécessité de chirurgie additionnelle. On peut raisonnablement imaginer que des implants distaux ne subiront pas les mêmes contraintes mécaniques que des implants encastrés entre deux dents naturelles ou dans un bridge. La cratérisation liée à ces contraintes ne sera donc pas la même. L'évaluation purement radiographique ne nous semble pas non plus pertinente bien qu'elle soit la plus simple à mettre en Å“uvre. En effet on peut tout à fait avoir une cratérisation autour de l'implant qui est radiologiquement masquée par le versant vestibulaire et palatin/linguale résiduel de la crête surtout pour un implant sous-crestal. Les résultats de cette étude nous semblent n'être que des résultats partiaux à manier avec un esprit critique.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2013 Revue de littérature - Septembre 2013 <p><u>Article 1</u></p> <p>Dr Cédric MAUPRIVEZ</p> <p><strong>Retard de cicatrisation après extraction dentaire chez les patients sous bisphosphonates par voie orale.</strong></p> <p>Le but de cette étude a été d’évaluer si un arrêt préopératoire du traitement par bisphosphonate oral pendant 3 mois permettrait de réduire le risque de survenu d’une ostéonécrose des mâchoires (ONM) ou un retard de cicatrisation après extractions dentaires. 434 dents ont extraites chez 201 patients (18 hommes et 183 femmes). Les patients sont divisés en deux groupes : un groupe avec arrêt de 3 mois du traitement antirésorbeur avant avulsion dentaire (BP-) et un groupe sans arrêt préalable du bisphosphonate (BP+). Résultats : dans le groupe (BP-) sur 242 extractions pratiquées, aucune ONM n’est observée ; mais 2 cas de retard de cicatrisation muqueuse &gt; 8 semaines sont rapportés. La cicatrisation muqueuse a été obtenue au bout de 12 semaines sous antibiothérapie et bain de bouche. Dans le groupe (BP+) sur 172 extractions, 1 cas d’ONM stade 1 est rapporté (fistule muqueuse avec décharge purulente et exposition osseuse persistante 120 semaines après l’extraction). Cette étude observationnelle suggère que l’arrêt du BP oral 3 semaines avant une extraction dentaire réduirait le risque de survenu d’ONM.</p> <p><strong>Pour en savoir plus : Hasegawa T, Ri S, Umeda M, Komatsubara H, Kobayashi M, Shigeta T, Yoshitomi I, Ikeda H, Shibuya Y, Asahina I, Komori T. The observational study of delayed wound healing after tooth extraction in patients receiving oral biphosphonates therapy. </strong><strong>J Cranio-Maxillo-Facial Surgery 2013 (41) :558-63.</strong></p> <p><u>Article 2</u></p> <p>Dr Cédric MAUPRIVEZ</p> <p><strong>Le traitement des kératokystes odontogènes et le problème des récidives</strong></p> <p>Le but de cette étude a été d’évaluer les différentes modalités de traitement de la tumeur odontogènique kératokystique (anciennement dénommé kératokyste, kyste épidermoides) en fonction du taux de récidive locale. Une revue systématique de la littérature de 1999 à 2010 a permis de sélectionner 8 articles parmi les 2736 articles publiées durant cette période. Les critères de sélection étaient au nombre de quatre : le diagnostic est défini sur l’histopathologie, la série de cas doit être continue (étude longitudinale), la période de suivie et la modalité thérapeutique parfaitement définies. Les cinq méthodes chirurgicales décrites dans la littérature et analysées sont : le curetage, l’énucléation simple et/ou associée à des thérapeutiques adjuvantes (bleu de méthylène, solution de Carnoy, cryothérapie), l’énucléation radicale consistant en élimination de l’os périphérique de la lésion soit par curetage ou par résection à l’aide d’instrument rotatif associé à l’exérèse des tissus mous directement en contact avec la lésion, la marsupialisation ou décompression, et enfin la résection mandibulaire (marginale ou segmentaire). Les résultats de cette revue de littérature combinée à celle faite ultérieurement (de 1970 à 1998) selon les mêmes critères montrent que les taux de récidive sont 27,8% après énucléation, 18,2% après marsupialisation et énucléation de la lésion résiduelle, 4,8% après énucléation + solution de Carnoy, et enfin de 1,85% après résection osseuse. La conclusion des auteurs est que l’énucléation combinée à l’utilisation de la solution de Carnoy serait la modalité thérapeutique qui permettrait d’une part de garantir un taux de récidive aussi faible que possible et, d’autre part une morbidité acceptable pour le patient. Malgré son faible niveau de preuve, l’intérêt de cette étude est de promouvoir une approche conservatrice en chirurgie de première intention des TOK, et de souligner l’intérêt de la solution de Carnoy (préparation à base alcool absolu+chloroforme+ acide acétique glacial+chlorure ferrique). Malgré le degré élevé d’invasivité de la procédure chirurgicale, la résection osseuse demeure inévitable dans certains cas, notamment en cas de lésions multilobulées avec présence de nombreuses anfractuosités (où il est quasiment impossible d’éliminer avec certitude la totalité de la paroi kystique), en cas de lésions multiples avec l’existence de kystes satellites et enfin les lésions étendues dans le maxillaire supérieur (où le risque de dissémination dans les régions de la base du crâne est majeur).</p> <p><strong>Pour en savoir plus : Johnson NR, Batstone MD, Savage NW. </strong><strong>Management and recurrence of keratocystic odontogenic tumor: a systematic review. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2013;116:e271-e276. </strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2013 Revue de littérature - Août 2013 <p><strong>La prise en charge chirurgicale des patients présentant une ostéonécrose des maxillaires induite par les biphosphonates est-elle pertinente ?</strong><br /><br /> Relevance of surgical management of patients affected by biphosphonate-associated osteonecrosis of the jaws. A prospective clinical and radiological study.<br /><br /> Philippe Lesclous, Sophie Grabar, Semaan Abi Najm, Jean-Pierre Carrel, Tommaso Lombardi, Jean-louis Saffar, Jacky Samson<br /><br /> Clin Oral Invest DOI 10.1007/s00784-013-0979-2<br /><br /> Il n’est pas inutile de rappeler que les biphosphonates sont des médicaments très utiles et efficaces dans la prise en charge de pathologies osseuses métaboliques (telles que l’ostéogénèse imparfaite, la maladie de Paget, l’ostéoporose post-ménauposique) et malignes (métastases osseuses, myélome multiple, …). Ils présentent en effet la capacité à bloquer la résorption osseuse ; cet effet est particulièrement puissant pour les « amino-biphosphonates ». En 2013, les premiers cas d’ostéonécroses des maxillaires, induites par les biphosphonates, sont rapportés. La physiopathologie de ces nécroses osseuses n’est pas totalement connue aujourd’hui. Comment prendre en charge ces ostéonécroses ? Actuellement, une attitude « conservatrice » est privilégiée : prise en charge de la douleur et de l’infection avec des moyens médicamenteux (antibiotiques, antalgiques, bains de bouche antiseptiques) et de manière occasionnelle, débridement chirurgical superficiel de l’os exposé. La prise en charge chirurgicale plus invasive est réservée au aux patients très symptomatiques et/ou chez qui le traitement conservateur est un échec. Ce n’est qu’un traitement de seconde intention. Plus récemment, certains auteurs préconisent l’approche chirurgicale d’emblée, prenant en compte différents facteurs tels que la sévérité et l’importance de la nécrose osseuse, le mode d’administration des biphosphonates, le contexte pathologique du patient, …. Il n’existe cependant aucun consensus concernant cette prise en charge.<br /><br /> Dans ce contexte, l’objectif de l’étude prospective présentée dans cet article, est d’évaluer les résultats de trois prises en charge différentes des ostéonécroses des maxillaires induites par la prise d’aminobisphosphonates (ONJ). Trois traitements sont proposés : un traitement conservateur (antibiotiques, antiseptiques locaux, anesthésiques locaux si nécessaires), une chirurgie non invasive (décortication, régularisation du relief osseux nécrotique, fermeture à l’aide de colles de fibrine et lambeau sans tension ; médicaments identiques au traitement précédent) et une chirurgie invasive (résection osseuse large, curettage de l’os périphérique et médicaments identiques au traitement précédent).<br /><br /> Trois groupes de patients sont également définis : le groupe 1 (8 patients, ONJ légère ou patients présentant ONJ sévère et refusant la prise en charge chirurgicale), le groupe 2 (8 patients, ONJ légère à modérée), le groupe 3 (23 patients ONJ modérée à sévère).<br /><br /> Les patients sont suivis tous les 3 à 4 mois la première année puis tous les 6 mois. Les critères de jugement sont cliniques et radiologiques (guérison, stabilisation ou aggravation de l’exposition osseuse, cicatrisation muqueuse, …).<br /><br /> Cette étude confirme que l’apparition et la sévérité des ONJ, dépendent du type, de la dose, de la voie d’administration et de la durée d’administration du biphosphonate. <br /> Les résultats montrent également qu’une cicatrisation muqueuse est plus fréquemment obtenue avec une approche chirurgicale plutôt que conservatrice. De plus, elle semble plus pérenne dans le temps. Le délai de prise en charge chirurgicale apparait important : plus elle est précoce, meilleure est la cicatrisation muqueuse, ce qui va à l’encontre des recommandations actuelles.<br /><br /> Article à lire et affaire à suivre…</p> <hr /><p> </p> <p><br /><strong>Quel protocole chirurgical pour les patients traités par biphosphonates par voie intra-veineuse et devant bénéficier d’une avulsion dentaire ?</strong><br /><br /> Tooth extractions in intravenous Biphosphonate-Treated Patients: A refined Protocol.<br /><br /> Matteo Scoletta, Valentina Arata, Paolo G. Arduino, Ennio Lerda, Andrea Chiecchio, Giorgia Gallesio, Crispian Scully and Marco Mozzati<br /><br /> J Oral Maxillofac Surg 71:994-999, 2013<br /><br /> Il s’agit d’une étude observationnelle, prospective. L’objectif est de valider un nouveau protocole chirurgical d’avulsion dentaire, chez des patients recevant des biphosphonates par voie intra-veineuse. L’hypothèse est qu’une durée opératoire diminuée favorise une meilleure cicatrisation chez ces patients.<br /><br /> Les patients sont suivis jusqu’à 12 mois après la réalisation des avulsions dentaires. La prise en charge des patients est la suivante : deux semaines avant la chirurgie, les patients bénéficient d’un détartrage/surfaçage ainsi qu’une séance de motivation à l’hygiène. La veille de l’intervention, un traitement antibiotique est initié (amoxicilline + acide clavulanique, 3g/j pendant 6 jours, ou érythromycine 1800mg/j pendant 6 jours en cas d’allergie). L’anesthésie utilise du chlorhydrate de mépivacaïne associé à de l’épinéphrine à 1/100 000. La luxation dentaire est la moins traumatique possible, utilisant des instruments manuels. En fin d’intervention, l’alvéole est révisée avec des inserts chirurgicaux ultrasonores. La régularisation osseuse éventuelle est réalisée avec le même matériel. Les sites d’avulsions sont comblés avec du PRGF (plasma rich in growth factor). Une suture au Vicryl 4-0 permet la stabilité du PRGF. L’antisepsie post-opératoire du site opéré est effectuée à l’aide de compresses imbibées de peroxyde d’hydrogène à 3%, 3 fois par jour, pendant 2 semaines.<br /><br /> Les contrôles cliniques et radiologiques sont réalisés tous les 1, 3, 6 et 12 mois. Dans l’article proposé, les complications sont exceptionnelles.</p> <p>Cet article présente une technique chirurgicale sans lambeau, rapide et simple, qui semble donner de très bons résultats lors d’avulsions dentaires chez des patients bénéficiant d’une administration intra-veineuse de biphosphonates. Certaines idées sont à retenir, telles que la préparation de la cavité buccale à l’intervention, la non nécessité de réaliser un lambeau et donc un décollement du périoste nourricier, la fermeture du site et donc la protection de l’os vis-à-vis du milieu buccal septique, l’apport de facteurs de croissance et donc l’amélioration de la cicatrisation muqueuse.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2013 Revue de littérature - Juillet 2013 <p><strong>Radiation exposure from CT scans in childhood and subsequent risk of leukaemia and brain tumours: a retrospective cohort study</strong><br /><br /><em>Mark S Pearce, Jane A Salotti, Mark P Little, Kieran McHugh, Choonsik Lee, Kwang Pyo Kim, Nicola L Howe, Cecile M Ronckers, Preetha Rajaraman,</em><br /><em>Sir Alan W Craft, Louise Parker, Amy Berrington de González</em><br /><em>The Lancet</em> Vol 380 August 4, 2012, 499-505</p> <p>Cette étude s’intéresse au risque d’apparition de leucémie et de tumeur du cerveau consécutive à l’exposition aux rayons-X. Elle se base sur une cohorte de patients n’ayant pas subi de dépistage de cancer.  Les sujets inclus dans cette étude rétrospective ont eu un scanner avant l’âge de 22 ans dans l’un des centres de la NHS en Grande Bretagne entre 1985 et 2002. En parallèle, une analyse est faite à partir du registre central de la NHS (NHSCR), qui renseigne l’incidence des cancers, la mortalité et la perte de suivit des patients ainsi que divers détails de la vie civile, entre le 1 janvier 1985 et le 31 décembre 2008. A partir de l’étude des scanner les doses absorbées estimées au niveau du cerveau et de la moelle osseuse sont exprimées en mGy. Les auteurs excluent dans leur étude tous les patients avec leucémie diagnostiquée depuis moins de 2 ans après le premier scanner et moins de 5 ans après le premier scanner dans le cadre des tumeurs du cerveau, puisqu’on estime qu’il faudrait respectivement 2 ans et 5 ans pour développer l’une ou l’autre des pathologies. Cette étude rétrospective inclue 178 604 patients dans le bras leucémie et 176 587 patients dans le bras tumeur du cerveau. Ont ainsi été analysés respectivement 283 919 scanners, certains patients ayant plusieurs scanner (64 % tête, 9 % abdomen, pelvis, 7 % autres) et 279 824 scanner (distribution sensiblement identique à la précédente) respectivement pour le bras leucémie et pour le bras tumeur du cerveau. Parmi les patients inclus 74 ont eu une leucémie et 135 une tumeur du cerveau. Les auteurs, d’après la méthode utilisée, mettent en évidence un risque positif du scanner dans l’apparition de leucémie et de tumeur du cerveau. Ce risque est multiplié par 3 pour une exposition cumulée de 50 mGy pour la leucémie et de 60 mGy pour la tumeur du cerveau. Il faut tout de même interpréter les résultats en gardant à l’esprit que ces cancers sont relativement rare ; les risques cumulés sont faibles : parmi les patients ayant subi un scanner X dans leur première décennie, il y aurait, dans les 10 ans qui suivent le premier scanner, un cas de leucémie ou de cancer en plus due à l’exposition aux rayonnements X pour 10 000 scanner tête. Outre le fait qu’il est difficile de comprendre comment les groupe sont constitués, il est important nous semble-t-il de mettre ce chiffre en rapport avec le bénéfice attendue et non contesté de l’examen. Le mérite de cette étude est tout même de mettre en évidence un effet rayons-X, au faible soit-il, pour des expositions lors des deux premières décennies à des doses qui ne sont pas celles de la bombe atomique, pour lesquels nous connaissons déjà les effets.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2013 Revue de littérature - Juin 2013 <p style="text-align:justify;"><strong>L’anxiété, facteur de risque de douleur chronique après toute chirurgie</strong></p> <p style="text-align:justify;">Masselin-Dubois A, Attal N, Fletcher D, Jayr C, Albi A, Fermanian J, Bouhassira D, Baudic S. Are Psychological Predictors of Chronic Postsurgical Pain Dependent on the Surgical Model? A Comparison of Total Knee Arthroplasty and Breast Surgery for Cancer. J Pain. 2013 May 16. pii: S1526-5900(13)00906-1. doi: 10.1016/j.jpain.2013.02.013. [Epub ahead of print]</p> <p style="text-align:justify;">L'anxiété, la dépression et le catastrophisme sont généralement considérés comme des facteurs prédictifs de la douleur postopératoire chronique. Cela pourrait cependant être très différent d’une chirurgie à l’autre autrement dit être dépendant du type chirurgical. L’équipe du Pr Bouhassira a évalué dans cette étude la valeur prédictive de ces facteurs pour la douleur postopératoire chronique dans deux modèles chirurgicaux différentes: l’arthroplastie totale du genou pour l'arthrose (89 patients, 65% de femmes, âge moyen = 69 ± 9 ans, intensité de la douleur de base = 4,7 ± 2,1) et ablation d’une tumeur mammaire (100 patients, 100% femmes, âge moyen = 55 ± 12 ans, pas de douleur préopératoire). Les données ont été recueillies avant la chirurgie, puis 2 jours et 3 mois après la chirurgie. L'anxiété, la dépression et catastrophisme ont été mesurés grâce à l’inventaire d'anxiété état-trait de Spielberger, l’inventaire de dépression de Beck, et l’échelle de catastrophisme de la douleur, respectivement. La douleur a été évaluée avec le Questionnaire Concis sur les Douleurs. La douleur neuropathique a été détectée avec le questionnaire DN4. Leurs résultats montrent que l’état anxieux et la sensibilité à la douleur (« l’amplification de la douleur ») avant l’opération sont des facteurs prédictifs indépendants du développement d’une douleur chronique ultérieure, quel que soit le type de chirurgie et le profil du patient. Par ailleurs, la douleur aiguë deux jours après l’opération contribue également à la douleur chronique postopératoire.<br /> Ainsi, l'état d'anxiété et de l'agrandissement de la douleur semblent constituer des facteurs de risque psychologiques de la douleur postopératoire chronique pertinente dans tous les modèles chirurgicaux.<br /> Ces facteurs sont à considérer comme des « drapeaux rouges » pouvant être évalués avant une intervention. Si une opération n’est pas urgente, le fait d’apaiser au préalable l’anxiété par des médicaments ou des thérapies cognitivo-comportementales peut réduire le risque de douleur postopératoire.</p> <hr /><p style="text-align:justify;"> </p> <p style="text-align:justify;"><strong>L’ibuprofène en préopératoire peut il améliorer l’efficacité d’une anesthésie loco-régionale à l’épine de Spix ?</strong></p> <p style="text-align:justify;">Efficacy of preoperative ibuprofen on the success of inferior alveolar nerve block in patients with symptomatic irreversible pulpitis: a randomized clinical trial. <br /> Noguera-Gonzalez D, Cerda-Cristerna BI, Chavarria-Bolaños D, Flores-Reyes H, Pozos-Guillen A. Int Endod J. 2013 Mar 11. doi: 10.1111/iej.12099. [Epub ahead of print]</p> <p style="text-align:justify;">L’objectif principal de cette étude clinique a été d’évaluer l’effet de la prise d’ibuprofène en préopératoire sur le succès de l’anesthésie locorégionale du nerf alvéolaire inférieure chez des patients présentant une pulpite irréversible symptomatique. L’anesthésie était réalisée avec de la mépivacaine associée à de l’adrénaline 1/100 000ème. <br /> Il s’agit d’une étude clinique randomisée en double aveugle versus placebo. Deux groupes de 25 patients chacun sont inclus, tous les patients présentent une pulpite irréversible symptomatique d’une molaire mandibulaire. Pour être inclus dans l’étude les patients doivent présenter une douleur prolongée (&gt; 10 secondes) après un test au froid et doivent évaluer leur douleur sur l’échelle visuelle analogique de Heft-Parker. Les patients reçoivent alors soit 600 mg d’ibuprofène (groupe IBU) soit le placebo, une heure avant l’anesthésie du nerf alvéolaire inférieur à l’épine de spix. Quinze minutes après l’anesthésie, le bloc anesthésique a été évalué par un examen en trois étapes (engourdissement de la lèvre inférieure, réponse positive ou négative au test au froid et inconfort lors de la réalisation de la cavité d'accès endodontique). Le succès de l’anesthésie locorégionale a été défini comme l'absence de douleur au cours de l'une de ces évaluations. Résultats : Tous les patients ont rapporté une douleur d’intensité modérée ou sévère au moment de l’inclusion. Des différences statistiquement significatives ont été observées entre le groupe ibuprofène et le groupe placebo (P &lt;0,05), les taux de réussite pour le bloc à l’épine de Spix étaient de 72% dans le groupe iburpofène et de 36% dans le groupe placebo.<br /> CONCLUSIONS: l’administration orale préopératoire d’ibuprofène a considérablement amélioré l'efficacité l’anesthésie du nerf alvéolaire inférieure chez les patients présentant une pulpite irréversible symptomatique.</p> <p style="text-align:justify;">L’anesthésie des molaires mandibulaires en état de pulpite irréversible peuvent être particulièrement difficile à anesthésier. Depuis la première étude de Modaresie en 2006, cette nouvelle étude est la 7ème qui s’interroge sur la capacité d’un AINS à diminuer la sensibilité périphérique et donc l’inflammation favorisant ainsi l’efficacité de l’anesthésie locale. Aujourd’hui, il y a autant d’études qui démontrent l’efficacité de la prise d’AINS une heure avant l’anesthésie locale que d’étude qui ne retrouve aucune efficacité. Il s’agit d’un sujet particulièrement intéressant qu’il conviendra de surveiller de près !</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2013 Revue de littérature - Mars 2013 <p>Bone Healing after Tooth Extraction with or without an Intervention: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials</p> <p>Cicatrisation osseuse après avulsion avec ou sans comblement d’alvéole : revue de littérature d’études prospectives randomisées.<br /><br /> Kushel R. Morjaria, Ron Wilson, Richard M. Palmer, Clinical Implant Dentistry and Related Research, Volume 16, Number 1, 2014, p1-20</p> <p> </p> <p style="text-align:justify;">L’objectif de cet article est de répondre à la question : est il nécessaire de combler et/ou de mettre une membrane pour améliorer la qualité de la reconstruction osseuse sur un site d‘avulsion dentaire. Les critères d’évaluation de cette qualité étant dimensionnels, radiographiques et/ou histologiques. <br /><br /> Jusqu’en août 2011 toutes les études randomisées qui visent à comparer la cicatrisation osseuse entre des groupes sans intervention et des groupes avec greffes et/ou mise en place de membrane à partir des bases de données Medline, Embase et Cochrane ont été analysées.</p> <p style="text-align:justify;">Seulement 9 études correspondent aux critères énoncés. 2 études ont été faites sur les sites d’avulsion de 3ième molaires incluses avec des critères d’évaluation purement radiologiques. Une étude se base sur des critères purement cliniques, 4 sur des critères cliniques et histologiques, une 1 sur des critères radiologiques et histologiques et 1 sur des critères purement histologiques. Les matériaux de comblement utilisés sont très différents. Certaines études utilisent des patients différents dans chaque bras, d’autres utilisent le même patient. Cette diversité de dessin des études rend la délivrance de conclusions complexe. Ce que l’on peut dire c’est que quelle que soit la méthode utilisée, on a une résorption de l’alvéole qui est plus importante sans comblement et/ou mise en place d’une membrane. Si nous considérons les critères cliniques (133 patients), la perte en épaisseur est de 2.46 mm(sd .4mm) à 4.56 mm (.33 mm) pour les groupes contrôles et de 1.14 mm (sd.87mm) à 2.5 mm (sd 1.2mm) pour les groupes tests. La perte en hauteur est de .9 mm(sd 1.6mm) à 3.6 mm (1.5 mm) pour les groupes contrôles et d’un gain de 1.3 mm (sd 2.0mm) à une perte de .62 mm (sd .51mm) pour les groupes tests. Les critères radiologiques (139 patients) vont dans le même sens. Les critères histologiques (216 patients) sont plus complexes à analyser du fait de la grande diversité des matériaux utilisés. Il semblerait donc que le comblement soit bénéfique à la préservation de l’os alvéolaire en post-avulsion. Ceci rejoint la conclusion d’études antérieures qui tendaient à montrer que la mise en place immédiate d’implant après une avulsion d’influence en rien la résorption de la crête. La résorption osseuse est comme prédéterminée. Elle ne peut être contrariée positivement que par la réalisation d’un comblement de l’alvéole. Pour autant tous les matériaux ne sauraient convenir. Certains ont fait la preuve de leur inefficacité alors de d’autres (les matériaux allogéniques par exemple) montrent des résultats favorables.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2013 Revue de littérature - Février 2013 <p style="text-align:justify;"><strong>A retrospective analysis of replacing dental implants in previously failed sites <br /> (Analyse rétrospective de la remise en place d’implants sur sites ayant fait l’objet d’un échec implantaire)</strong></p> <p style="text-align:justify;"><strong>Ofer Mardinger, Yonatan Ben Zvi, Gavriel Chaushu, Josep Nissan and Yifat Manor. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Biol 2012; 114: 290-293.</strong></p> <p style="text-align:justify;">Les échecs implantaires, dont le taux durant la première année est compris entre 3 et 8% selon les auteurs, peuvent remettre en question un projet de réhabilitation par prothèse fixée. Si tel est le cas, le maintien du projet de réhabilitation nécessite alors la mise en place d’un nouvel implant sur le site siège de l’échec. Malgré le peu d’informations disponibles dans la littérature rapportant un taux de « survie » inférieur à celui d’une première implantation, cette approche est de plus en plus pratiquée.</p> <p style="text-align:justify;">L’objet de cette l’étude a été d’évaluer le taux de succès des implants placés sur un site siège d’un premier échec et d’évaluer les facteurs pouvant y être associés.</p> <p style="text-align:justify;">Cent quarante quatre patients ((60 hommes et 84 femmes) âgés de 31 à 73 ans ont fait l’objet de la remise en place d’un implant sur le site d’un premier échec. Un suivi de 48 mois en moyenne a été réalisé.</p> <p style="text-align:justify;">Les résultats de cette étude ont montré après un 1er échec un taux de survie de 93% (133/144) et de 85% après un 2ième échec. Parmi les paramètres à considérer, il semble que le temps écoulé avant l’échec initial puisse être à l’origine d’une perte osseuse différente notamment en raison d’une exposition plus ou moins longue à l’infection. Une hyperossification en réaction à l’inflammation chronique pourrait aussi être à l’origine de la qualité osseuse notamment à la mandibule.</p> <p style="text-align:justify;">Bien que cette étude présente quelques insuffisances en particulier concernant les caractéristiques du premier échec et les causes potentiellement attribuables, les résultats observés doivent encourager les praticiens à renouveler une pose implantaire après un premier échec voir après un deuxième échec tout particulièrement si le projet de réhabilitation prothétique devait être remis en cause.</p> <hr /><p style="text-align:justify;"> </p> <p style="text-align:justify;"><strong>Does computed tomography prevent inferior alveolar nerve injuries caused by lower third molar removal? <br /> (Le scanner  peut-il permettre de prévenir les lésions du nerf alvéolaire inférieur causées par l’avulsion des troisièmes molaires mandibulaires ?)<br /><br /> Gemma Sanmarti-Garcia, Eduard Valmaseda-Castellon and Cosme Gay-Escoda.<br /> J Oral Maxillofac Surg 2012; 70: 5-11.</strong></p> <p style="text-align:justify;">En raison du nombre de 3ième molaires (3M) présentant une superposition des racines et la présence d’un canal mandibulaire large, la systématisation du scanner (CT) engendre une augmentation du coût des soins et de l’irradiation des patients toutefois moins conséquente avec le cone-beam. Bien qu’à ce jour de nombreux rapports insistent sur les avantages du CT pour déterminer la relation entre la 3M et le nerf alvéolaire inférieur (NAI), alors qu’aucune étude n’a montré une diminution de la prévalence ou de la sévérité des lésions du NAI résultant d’un CT pré-opératoire, l’utilité du CT versus la radiographie panoramique (RP) se pose car 1/ très souvent la technique chirurgicale n’est pas modifiée 2/ le CT ne permet pas toujours de bien identifier le canal mandibulaire et 3/ le CT semble avoir une valeur prédictive positive faible de lésion du NAI.</p> <p style="text-align:justify;">L’objectif de cette étude rétrospective a été d’évaluer sur une cohorte de 150 patients (95 avec une RP constituant le groupe contrôle et 55 avec CT), l’utilité du CT dans la prévention ou la diminution de la sévérité des lésions du NAI lors de l’avulsion d’une 3M présentant sur la RP une relation étroite avec le NAI.</p> <p style="text-align:justify;">Les résultats ont montré que 6 avulsions (4%) dans le groupe RP et 15 avulsions (10%) dans le groupe CT pré-opératoire ont été à l’origine d’une atteinte du NAI. Si les signes radiographiques (assombrissement des racines, rétrécissement du canal…) ont été associés à plus de demandes de CT, celui-ci n’a pas semblé pas être à l’origine d’une diminution du risque de produire une lésion du NAI.</p> <p style="text-align:justify;">Si certains auteurs préconisent un CT en présence d’au moins 2 signes de proximité dent-canal associés à une inclusion horizontale profonde, que d’autres recommandent un CT quand la RP révèle un apex en regard de la moitié inférieure du canal ou positionné sous la paroi inférieure ou lorsque le liseré canalaire n’apparaît pas clairement, les résultats de cette étude, en accord avec certains auteurs, montrent que les données issus du CT ont une incidence minimale sur l’approche chirurgicale et la morbidité et qu’ils ne permettent pas d’en recommander une utilisation systématique car la plupart des patients qualifiés à haut risque sur la RP ne présentent pas de complications post-opératoires.</p> <p style="text-align:justify;">Même si en lui-même le CT ne semble pas significativement diminuer la prévalence des atteintes du NAI, il peut toutefois en présence de plusieurs facteurs de risque pas seulement radiographiques, aider dans la décision et probablement (dans peu de cas) dans le changement de procédure chirurgicale.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2013 Revue de littérature - Janvier 2013 <p style="text-align:justify;"><strong>Smith WP <br /> The relative risk of neurosensory deficit following removal of mandibular third molar teeth : the influence of radiography and surgical technique Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2013 ;115 :18-24</strong></p> <p style="text-align:justify;">L’objectif de cette étude a été d’évaluer l’incidence des lésions nerveuses du nerf alvéolaire inférieur et du nerf lingual lors de l’avulsion des dents de sagesse mandibulaires. <br /> La lésion du nerf alvéolaire inférieur entraine une hypoesthésie ou une anesthésie labiomentonnière ipsilatérale à la lésion, avec présence ou non de paresthésies ou de dysesthésies. Celle du nerf lingual entraine des modifications sensorielles au niveau du coté ipsilatéral de la langue. <br /> Le même chirurgien a avulsé 1589 dents de sagesses avec des techniques  chirurgicales différentes selon la difficulté anatomique: avulsion par voie vestibulaire, par voie linguale , avec ou non fractionnement dentaire.</p> <p style="text-align:justify;">Cette étude montre que le risque de lésion du nerf alvéolaire inférieur provoquant un déficit neurosensoriel temporaire après chirurgie est de 3,9 %. Il n’est permanent que dans 0,7% des cas. <br /> La principale étiologie de cette lésion nerveuse est l’intimité du contact des apex dentaires avec le canal mandibulaire. L’incidence du déficit neurosensoriel dans cette situation anatomique est de 11%. Elle est définie par 2 des 3 critères radiologiques suivants : déviation du canal mandibulaire, obscurcissement des apex plongeant dans le canal, déformation des apex. <br /> L’incidence des lésions du nerf lingual lors de l’avulsion des dents de sagesse mandibulaires est beaucoup plus faible : 0,3% (5 cas) dans cette étude. Les modifications sensorielles sont transitoires dans la majorité des cas. <br /> La principale étiologie retenue est la réclinaison du lambeau lingual lors de l’ostéotomie.</p> <p style="text-align:justify;"><strong>Que retenir ? </strong><br /> Cette étude rappelle l’incidence non négligeable de la lésion du nerf alvéolaire inférieur lors d’un contact intime des apex dentaires avec le canal mandibulaire sur l’orthopantomogramme. Le chirurgien doit, devant une telle situation anatomique : 1) faire pratiquer un examen tomographique pour préciser les rapports de la dent et du nerf alvéolaire inférieur, 2) préférer si possible la coronectomie (élimination de la partie coronaire uniquement) à l’avulsion de la dent.</p> <hr /><p style="text-align:justify;"> </p> <p style="text-align:justify;"><strong>Kwon T-G, Lee C-O, Park J-W, Choi S-Y, Rijal G, Shin H-I. <br /> Osteonecrosis associated with dental implants in patients undergoing bisphosphonate treatment. <br /> Clin. Oral Impl. Res. 00, 2012, 1–9</strong></p> <p style="text-align:justify;">La nécrose osseuse des maxillaires liée aux bisphosphonates est régulièrement rapportée autour d’implants. Cette étude vise à caractériser cliniquement, radiologiquement et d’un point de vue histopathologique les ostéonécroses retrouvées chez 19 patients au niveau d’implants dentaires.</p> <p style="text-align:justify;">La majorité des nécroses fait suite à la prise de bisphosphonates oraux (79% des sujets). Cette forte proportion de nécrose liée à la prise orale de bisphosphonates est en accord avec une étude multicentrique coréenne (78,7% des cas selon Lee, 2012). Pour la plus part des nécroses, un traitement par bisphosphonates avait été instauré avant la pose d’implants. Par contre, pour quelques nécroses (15% d’entre elles), les bisphosphonates ont été administrés après l’ostéointégration des implants. Dans ce deuxième groupe, les bisphosphonates n’étaient administrés que par voie orale. Quarante sept pour cent des nécroses se sont développées après l’ostéointégration des implants. Seules 3 nécroses peuvent être directement imputées à la pose de l’implants  et 4 à la dépose d’implants suite à une péri-implantite.</p> <p style="text-align:justify;">L’étude histologique montre 3 modèles de lésion osseuse: soit une nécrose complète de l'os autour de l'implant , soit une ostéolyse étendue autour de l'implant avec ou sans séquestre , soit une séquestration d'os avec un implant toujours ostéointégré. Ces 3 modèles de nécrose peuvent coexister.</p> <p style="text-align:justify;"><strong>Que retenir ? </strong><br /> Cette étude a montré qu’une nécrose osseuse liée aux bisphosphonates autour d’implants peut apparaitre spontanément, sans facteur étiologique identifié, après l’ostéointégration de ceux-ci. Il est donc nécessaire de surveiller régulièrement les implants des patients traités par bisphosphonates, que ceux-ci soient administrés par voie intraveineuse ou orale. L’indication de pose d’implants doit également être murement réfléchie, vu le risque non négligeable de nécrose osseuse, même chez les patients n’ayant reçu que des bisphosphonates administrés par voie orale.</p> <p> </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2013 Revue de littérature - Octobre 2012 <p><strong>Philippe Lesclous, Semaan Abi Najm, Jean-Pierre Carrel, Brigitte Baroukh, Tommaso Lombardi, Jean-Pierre Willi, René Rizzoli, Jean-Louis Sffar, Jacky Samson.<br /> Bisphosphonate-associated osteonecrosis of the jaw : a key role of inflammation ?<br /> Bone. 2009; 45: 843-852</strong> <br /><br /> Il s’agit d’une étude observationnelle portant sur 30 patients traités par bisphosphonates dans le cadre d’un traitement de cancer ou d’ostéoporose, ayant développés une ostéonécrose des maxillaires et présentant une exposition persistante de l’os depuis au moins 8 semaines, malgré un traitement antibiotique au long court. Aucun des patients inclus dans cette série n’a été soumis à une radiothérapie. Les antécédents d’infections et de parodontopaties ont été renseignés et une radiographie panoramique a été prise pour chaque patient afin éliminer d’éventuelles causes locales.<br /><br /> Un fragment de l’os nécrotique a été reséqué sur 26 patients et analysé histologiquement après déminéralisation. Pour 10 patients, l’os sain périphérique a également été prélevé et analysé sans déminéralisation. De l’os alvéolaire « témoin » a également été prélevé sur 5 patients. L’étude des différentes données collectées et notamment le fait que l’extension clinique de l’ostéonécrose soit en relation statistique directe avec le nombre de cellules inflammatoires, suggère que la nécrose osseuse est associée au phénomène inflammatoire et qu’elle précède les signes cliniques. Les auteurs font l’hypothèse que l’altération osseuse progresse à partir d’une zone primitive de manière centrifuge dans la masse osseuse provoquant secondairement les lésions de la muqueuse, et cela avant que les signes cliniques ne soient patents. L’ostéonécrose serait en effet initialement un processus aseptique.<br /><br /> On en veut pour preuve le fait que dans cette série des dents ont été extraite du fait de douleur ou de mobilité importante en l’absence de signe clinique ou radiologique de processus infectieux. Ceci confirme d’autres études qui font la même hypothèse. Ainsi une mobilité conduisant à l’avulsion d’une dent sans historique clinique local qui puisse l’expliquer pourrait être le premier signe clinique de nécrose osseuse. De plus et malgré le nombre limité de patients, l’étude semble confirmers que l’ostéonécrose est un processus qui dépend de la molécule utilisée, de sa quantité et de son mode d’administration. L’acide Zoledronic et l’admistration intraveineuse aboutissant probablement à une accumulation tissulaire plus rapide aurait les effets les plus délétères.<br />  </p> <hr /><p> </p> <p><strong>Evaluation of subjective image quality in relation to diagnostic task for cone beam computed tomography with different fields of view.<br /> Sara Lofthag-Hansen, Anne Thilander-Klang, Kerstin Gröndahl.<br /> Eur J Radiol. 2011 Nov;80(2):483-8. Epub 2010 Oct 20</strong> <br /><br /> Cette équipe suédoise pilotée par Madame le Professeur Gröndahl s’est posé la question de savoir si la variation de la dose en imagerie à faisceau conique (CBCT) avait un effet sur l’interprétation des images. Pour cela ils procèdent à 150 acquisitions d’images d’un crâne sec figé dans un matériau acrylique simulant les tissus mous. Ne sont concerné que la partie postérieure du maxillaire et de la mandibule. Deux types d’appareils sont utilisés pour ces acquisitions petits champs (3*4 à 6*6), toujours de la société Morita, 3D accutomo avec amplificateur de brillance, et 3D accutomo FPD avec capteurs plans. Différents paramètres ont été utilisés allant de de 60 à 80 kV et de 2 à 10 mA avec soit une rotation complète (360°) ou en utilisant qu’une demi rotation (180°) moins irradiante. Ces images d’objet anatomiques ont été présentées en coupes axiales, frontal et sagittal, sans information sur leur acquisition et dans un ordre randomisé. Sept observateurs ont eu à répondre à 5 questions sur chaque image, 3 en rapport avec les structures anatomiques et 2 en rapport avec les qualités diagnostiques de l’image, une pour la mise en évidence des pathologies péri-apicales et une pour l’implantologie. Pour chacune de ces questions, un score sur la qualité image utilisant une échelle de six points est proposé par l’observateur.<br /><br /> Les résultats montrent qu’un même observateur donne sensiblement le même score quelque-soit l’exposition (w=0.76) et que les variations d’un observateur à l’autre sont plus importantes (w=50). D’une manière générale le diagnostic péri-apicale requiert une irradiation plus importante pour obtenir des scores identiques à ceux du diagnostic péri-implantaire, et le diagnostic péri-implantaire maxillaire requiert des doses plus faibles qu’à la mandibule.<br /><br /> Les auteurs de cette étude tirent plusieurs conclusions. Tout d’abord que les paramètres d’exposition doivent être adaptés en fonction de l’indication et de la situation anatomique. Ensuite qu’une réduction substantielle de la dose peut être obtenue sans perte d’information. <br /><br /> Cette étude pertinente va dans le sens des études qui sont menés par d’autres équipes. Il est manifeste, en particulier pour l’implantologie, que des niveaux d’irradiation très faible peuvent être obtenues, parfois inférieur à ceux d’une panoramique dentaire, pour un diagnostic équivalent. La confirmation de ces résultats aura un impact majeur notamment sur les recommandations élaborées par les agences sanitaires. Nous pouvons tout de fois faire un reproche à cette étude, elle n’aborde pas le problème des artéfacts liés au matériau de reconstruction radio-opaques qui peuvent rendre une image inexploitable. </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2012 Revue de littérature - Septembre 2012 <p><strong>Herrera-Briones FJ, PradosSánchez E, Reyes Botella C, VallecilloCapilla M.Update on the use of corticosteroids in thirdmolarsurgery: systematicreview of the literature. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2012 Aug 16. [Epubahead of print]</strong> <br /><br /> Cette équipe espagnole a réactualisé, à partir d'une étude de la littérature, l'intérêt de l'utilisation des glucocorticoïdes lors de chirurgie des troisièmes molaires. Il s'agit d'une question débattue de longue date. Les questions posées sont nombreuses à la fois sur l'efficacité thérapeutique de ces médicaments sur des symptômes cliniques inflammatoires (œdème, trismus, douleur) mais également sur les modalités de prescription (molécule et dose, schéma thérapeutique…)La chirurgie des dents de sagesse notamment mandibulaires incluses représente un modèle « classique » d'intervention à forte composante inflammatoire responsable fréquemment d'une forte morbidité post-opératoire ayant un impact non négligeable sur la qualité de vie des patients. Parce que les glucocorticoïdes (prednisolone, prednisone, dexaméthason, béthamétasone) exercent une importante activité anti-inflammatoire (inhibition de la vasodilatation, réduction de l'extravasation plasmatique et de l'œdème postopératoire) ils sont susceptibles de réduire la symptomatologie postopératoire des chirurgies des dents de sagesses.<br /><br /> Pour répondre à cette question les auteurs ont recherché sur différentes bases de données scientifiques (PubMed, Scopus, Medline, Cochrane) l'ensemble des articles se rapportant à l'utilisation des glucocorticoïdes en chirurgie orale. Ils ont retrouvés 72 publications parmi lesquelles ils ont sélectionnés 28 publications qui répondaient le mieux aux critères d'une étude clinique (randomisation, double aveugle, critères d'inclusion et de non inclusion…) Il ressort de ces études une très grandes hétérogénéité des molécules utilisées (dexaméthasone, méthylprednisolone, prednisolone, prednisone, béthamétasone), des doses de corticoïdes, des voies d'administration (orale, IV, IM), des moments d'administration (préopératoire, postopératoire). Les critères cliniques évalués sont l'œdème, le trismus et la douleur postopératoire.<br /><br /> L'intérêt majeur de cette nouvelle méta-analyse est de confirmer le gain de l'administration de glucocorticoïdes lors de chirurgie des dents de sagesse mandibulaire. Les effets cliniques sont significatifs sur l'œdème et le trismus post-opératoire mais pas sur la douleur. Autrement dit, la prescription de corticoïdes doit être associée à celle de médicaments antalgiques. Les glucocorticoïdes doivent être administrés avant l'intervention et seront moins efficaces si ils sont administrés en post-opératoire. Contrairement aux autres métaanalyses sur le sujet, cette étude semble mettre en évidence que les voies parentérales (intramusculaire et intraveineuse) sont plus efficaces que la voie orale. <br /><br /> Il n'est pas encore possible à ce jour de distinguer les différentes molécules et les différents dosages entre eux. Il semble cependant que l'efficacité clinique est obtenue avec des doses fortes de corticoïdes voisines de 1 mg/kg d'équivalent prednisolone.<br />  </p> <hr /><p> </p> <p><strong>Pneumonia associated with a dental unit waterline. Ricci ML, Fontana S, Pinci F, Fiumana E, Pedna MF, Farolfi P, Sabattini MA, Scaturro M. Lancet. 2012 Feb 18; 379(9816):684.</strong> <br /><br /> Cet article présente le cas d'une femme de 82 ans hospitalisée en unité de soins intensifs pour fièvre et détresse respiratoire. A son arrivée a l'hôpital elle est consciente et réactive. Elle ne présente aucune pathologie sous-jacente. Très rapidement le diagnostic de maladie du légionnaire ou légionellose est posé après le dosage urinaire des antigènes anti Legionella pneumophila. Une aspiration bronchique est réalisée pour un examen microbiologique. Un traitement par ciprofloxacine est débuté immédiatement. Cependant, la patiente développe un choc septique fulminant et irréversible qui entraine son décès deux jours plus tard.<br /><br /> Durant la période d'incubation (2 à 10 jours), la patiente n'a été en contact avec aucune source connue d'infection à Legionelle, elle n'est sortie de chez elle que pour deux rendez vous chez son chirurgien dentiste<br /><br /> Des prélèvements ont été effectué au domicile de la patiente (douche, lavabo) et chez son praticien (lavabo, eau de l'unit). Tous les échantillons provenant de son domicile étaient négatifs pour Legionella pneumophila, par contre ils étaient positifs au cabinet dentaire. Les échantillons provenant du robinet d'eau froide contenaient 1500 CFU/L, 4000 CFU pour le robinet de l'unit et 62000 pour l'eau de l'irrigation de la turbine. <br /><br /> Les auteurs ont retrouvé le même sérogroupe dans l'eau utilisée chez le chirurgien dentiste que dans les aspirations bronchiques de la patiente. <br /><br /> Après un traitement adéquat du circuit d'eau du cabinet, le nombre de Légionnelle était revenu à un niveau normal. Aucun autre cas de légionellose n'a été retrouvé parmi les patients de ce cabinet et les praticiens.<br /><br /> Les sources d'infection de légionnelle sont connues pour être principalement les systèmes de climatisation, les systèmes d'eau chaude, les spas, et les fontaines d'eau. La contamination par légionnelle des conduites d'eau des unités a été largement documentée. Des études sérologiques ont également montré une prévalence plus élevée d'anticorps anti-L pneumophila chez les chirurgiens dentistes et le personnel des cabinets dentaires, ce qui suggère un risque potentiel pour la santé de ces professionnels de santé. Cependant aucun cas de développement de légionellose n'avait été encore décrit par cette voie.<br /><br /> Les auteurs de cet article soulignent l'importance des mesures de contrôle des systèmes d'eau des units dentaire, d'utiliser des systèmes anti-stagnation et de circulation continu d'eau ou encore l'utilisation de l'eau stérile au lieu de l'eau courante.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2012 Revue de littérature - Juin 2012 <p><strong>Raquel González-Martínez, Isidoro Cortell-Ballester, José-María Herráez-Vilas, José-María Arnau-de Bolós, Cosme Gay-Escoda.<br /><br /> Antibiotic prescription in the treatment of odontogenic infection by health professionals: A factor to consensus<br /><br /> Med Oral Patol Oral Cir Bucal. 2012; 17: 452-6.</strong> <br /><br /> L'objet de cette étude a été d'analyser les habitudes de prescription d'antibiotiques face aux infections d'origine dentaire. Une enquête, menée sous forme de questionnaire adressé à 200 praticiens (100 odontologistes et 100 médecins généralistes) a permis de mettre en évidence des différences significatives entre les deux groupes de praticien quant au choix des molécules anti-infectieuses.<br /><br /> Les résultats de cette enquête espagnole montrent que l'Amoxicilline est prescrite en première intention par plus de 80 % des odontologistes alors que plus de 70 % des médecins généralistes préfèrent l'association Amoxicilline-acide clavulanique. Une différence de prescription encore plus significative est observée dans le choix de l'antibiotique en cas d'allergie aux bêta-lactamines. Les médecins généralistes prescrivent plus volontiers un macrolide (Erythromycine, Spiramycine) alors que pour les odontologistes, la Clindamycine est prescrite dans plus de 65 % des cas.<br /><br /> Les auteurs concluent la discussion de leurs résultats en affirmant que si l'Amoxicilline ou son association avec l'acide clavulanique semble actuellement le traitement de première intention le plus adapté aux infections odontogéniques, il n'en est pas de même pour l'utilisation d'autres familles d'antibiotiques, en particulier des macrolides, dont l'utilisation massive favorise l'apparition de souches bactériennes résistantes.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2012 Revue de littérature - Mai 2012 <p><strong>Hannah E. Cottom, Faten I. Bshena, Paul M. Speight, Geoffrey T. Craig, Adam V. Jones<br /><br /> Histopathological features that predict the recurrence of odontogenic keratocysts<br /><br /> J Oral Pathol Med (2012) 41: 408-14.</strong> <br /><br /> Le but de cette étude a été de mettre en évidence un nouveau facteur prédictif de récidive de la tumeur odontogénique kératokystique (kératokyste odontogénique) : la présence de zones de hyalinisation sous-épithéliale dans la paroi conjonctive sous jacente à la lame basale épithéliale. 110 cas de lésions kératokystiques odontogéniques prélevées chez des patients entre 9 et 86 ans ont été sélectionnés et examinés histologiquement en aveugle (53 non récidivantes, 50 récidivantes et 7 associées à une naevomatose baso-cellulaire).<br /><br /> Les résultats obtenus montrent une hyalinisation sous-épithéliale significativement plus fréquente dans les lésions récidivantes, en particulier chez un groupe dont l'âge moyen est égal ou inférieur à 40 ans.<br /><br /> De nombreuses publications très controversées ont tenté de mettre en évidence certains facteurs susceptibles d'être à l'origine du caractère récidivant des kératokystes odontogéniques. Cette étude très détaillée et très complète sur les aspects histologique, immunohistochimique et moléculaire impliquant la pathogénie de la lésion odontogénique kératokystique, présente un nouveau facteur prédictif de récidive fondé sur la présence de hyalinisation sous-épithéliale. Cette caractéristique histologique dont le processus d'apparition est encore méconnu, semble constituer un indicateur très intéressant qui mériterait approfondissement dans le pronostic d'évolution de la tumeur odontogénique kératokystique après traitement chirurgical.<br />  </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2012 Revue de littérature - Avril 2012 <p><strong>Pan SL, Yen MF, Chiu YH, Chen LS, Chen HH.<br /><br /> Increased risk of trigeminal neuralgia after hypertension. A population-based study. Neurology.<br /><br /> 2011 Oct 25;77(17):1605-10.</strong> <br /><br /> La névralgie trigéminale (NT) est un trouble douloureux unilatéral qui se caractérise par des douleurs brèves, similaires à des décharges électriques, dont l'apparition et la disparition sont soudaines, et se limite à une distribution sur une ou plusieurs divisions du nerf trigéminal. La société internationale des céphalées établit la différence entre la névralgie trigéminale classique, souvent provoquée par une compression microvasculaire au niveau de l'entrée de la racine trigéminale dans le tronc cérébral et la névralgie trigéminale symptomatique, provoquée par une lésion structurelle autre que la compression vasculaire. Il est suggéré par des travaux récents que la NT serait provoquée par une compression proximale de la racine du trijumeau située près du tronc cérébral (zone d'entrée de la racine) par un vaisseau sanguin tortueux ou ectasique (une artère ou une veine), entraînant la torsion mécanique des fibres nerveuses et une démyélinisation secondaire, probablement médiées par des lésions microvasculaires ischémiques. Par ailleurs, différentes malformations cérébrales vasculaires sont également associées à l'hypertension artérielle.<br /><br /> L'objectif de cette étude de suivi de population est de déterminer si l'hypertension est un facteur de risque de développer une névralgie du trijumeau.<br /><br /> Au total, 138 432 personnes hypertendues et 276 984 personnes non hypertendues ont été suivi pendant 3 ans. Ces deux groupes ont été appareillés en âge et en sexe (57,5 ans en moyenne et 49,5% de femmes). Seule l'hyperlipoprotéinémie était plus importante dans le groupe de patients hypertendus. <br /><br /> Sur l'ensemble des patients inclus dans cette étude, (415 476) l'incidence de NT a été de 0,07 %. Le groupe de patients hypertendus avait un taux d'incidence de NT plus élevé que le groupe de non hypertendus (35,2 vs 23,2 pour 100 000 par an). Le hazard ratio ajusté de développer une NT durant les trois ans de suivi était de 1,51 pour le groupe des patients hypertendus par rapport au groupe des non hypertendus. Les sujets les plus âgés étaient les plus à risque avec une augmentation du risque de 3 % par année d'âge.<br /><br /> Finalement cette étude de suivi issu des données de l'assurance maladie de Tawain tend à confirmer la relation entre hypertension artérielle et risque de NT. Dans cette perspective, un mécanisme qui sous-tend le possible la relation temporelle entre l'hypertension et la NT est que l'hypertension pourrait exacerber la tortuosité artérielle au niveau du tronc cérébral et augmenter les chances de développer de compression neurovasculaire, qui, à son tour, contribue à un risque plus élevé de NT.<br />  </p> <hr /><p> </p> <p><strong>Lopes RD, Horowitz JD, Garcia DA, Crowther MA, Hylek EM.<br /><br /> Warfarin and acetaminophen interaction: a summary of the evidence and biologic plausibility. Blood.<br /><br /> 2011 Dec 8;118(24):6269-73</strong><br /><br /> La warfarine est l'anticoagulant de la famille des antivitamine K (AVK) la plus prescrite. Son effet clinique est évalué par l'INR (international normalized ratio) qui en fonction des indications peut varié entre 2 et 3. Malgré sa grande efficacité à prévenir et traiter les maladies tromboemboliques, la warfarine et les AVK en général présentent de nombreux inconvénients, un faible index thérapeutique, un effet dose-réponse très variable d'un patient à l'autre, et d'importantes interactions médicamenteuses cliniquement significatives avec de nombreux médicaments utilisés couramment. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment le paracétamol dont le premier cas d'interaction avec la warfarine a été rapporté en 1968. Depuis cette date, différents rapports de cas et cinq essais randomisés ont tenté d'évaluer l'imputabilité et l'importance d'une interaction entre le paracétamol et la warfarine. Il semble aujourd'hui clairement établit qu'une prise d'au moins deux grammes par jour de paracétamol pendant 48 à 72 heures augmente l'INR des patients sous AVK. Les mécanismes d'une telle interaction ne sont pas encore clairement connus, il semble qu'il ne s'agisse pas d'une interaction d'ordre pharmacocinétique. Le paracétamol et/ou son métabolite le plus toxique, le NAPQI, pourrait agir directement sur le cycle d'oxydo-réduction de la vitamine K.<br /><br /> Bien que les preuves soient encore faibles aujourd'hui, les auteurs de cette étude préconisent : <br />     - Une réévaluation de l'INR trois à cinq jours après la première prise de paracétamol chez les patients traités par AVK et à qui il est prescrit au moins 2 g/J de paracétamol pendant au moins 3 jours consécutifs de paracétamol (grade 2C).<br />     - Chez les patients traités par AVK qui présentent une variabilité de l'INR inexpliquée, l'utilisation de paracétamol devrait être considérée comme un facteur contributif possible (grade 2C).</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2012 Revue de littérature - Mars 2012 <p><strong>Bree AF, Shah MR for the BCNS Colloquium Group.<br /><br /> Consensus statement from the first international colloquium on basal cell nevus syndrome (BCNS).<br /><br /> Am J Med Genet 2011;155:2091-7.</strong> <br /><br /> A la suite du premier colloque international sur la naevomatose baso-cellulaire (syndrome de Gorlin et Goltz) en mai 2005, les auteurs rapportent la synthèse d'un travail très intéressant réalisé par un groupe multidisciplinaire d'experts dont l'objectif est d'élaborer des recommandations favorisant la précocité du diagnostic, permettant l'accéléde la prise en charge de la pathologie et améliorant le suivi des malades et de leur parenté. Le rôle de l'odontologiste y occupe une place importante compte tenu du rang accordé aux tumeurs odontogéniques kératokystiques des maxillaires, tumeurs considérées comme le second critère majeur du diagnostic clinique et comme le premier critère déclencheur « trigger » du processus confirmant le diagnostic et passant par la mise en évidence des autres éléments caractéristiques du syndrome.</p> <hr /><p> </p> <p><strong>Nabil S, Samman N.<br /><br /> Incidence and prevention of osteoradionecrosis after dental extraction in irradiated patients: a systematic review.<br /><br /> Int. J. Oral Maxillofac. Surg. 2011;40:229-43.</strong><br /><br /> Dans le cadre de la prévention de l'ostéoradionécrose (ORN) des maxillaires chez les patients atteints de cancer des VADS, les auteurs proposent une analyse critique et très complète des publications parues sur le sujet entre 1950 et 2010. Il ressort de cette importante revue de la littérature que les technologies innovantes mises en place dans les protocoles de radiothérapie, durant ces vingt dernières années, ont permis le recul de l'incidence de l'ORN de 16 % à 2 %. Néanmoins, les précautions classiquement décrites en Odontostomatologie (antibioprophylaxie, technique chirurgicale, oxygénothérapie hyperbare ..) restent d'actualité bien que le risque d'ORN soit devenu minimal chez les patients recevant des doses inférieures à 60 Gy. Dans cette mise au point très actualisée, les auteurs évoquent également des traitements prophylactiques nouveaux et prometteurs mais dont l'efficacité n'est pas encore rigoureusement démontrée.</p> <p> </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2012 Revue de littérature - Février 2012 <p><strong>Accidental benzalkonium chloride (Zephiran) injection.</strong> <br /><br /> Erdem Kilic, Nilay Er, Alper Alkan, Ayten Ferahbas.<br /><br /> Oral Surg, Oral Med, Oral Pathol, Oral Radiol and Endod.Vol 112, Issue 6, Dec 2011, Pages e103-e105.<br /><br /> La littérature contient un grand nombre de rapports concernant l’injection accidentelle de solutions variées, en lieu et place d’un anesthésique local. Si la plupart impliquent l’hypochlorite de sodium, tout autre liquide pouvant être placé sur la table opératoire peut faire l’objet d’une injection malencontreuse. <br /><br /> C’est le cas rapporté ici avec l’injection accidentelle de Chloride de Benzalkonium (Zephiran*), ammonium quaternaire cationique de surface destiné à l’antisepsie de la peau et des muqueuses et éventuellement à la désinfection de matériel hospitalier ou de surface. <br /><br /> L’injection de ce produit chez une femme de 33 ans, en lieu et place d’un anesthésique local au niveau de 31 devant être extraite, a provoqué très rapidement un œdème du menton et du cou suivit d’une dyspnée précédant une perte de conscience. La patiente hospitalisée d’urgence a reçu 100 mg de prednisolone en IV et 2 ml de maléate de phéniramine en IV également. Son traitement médical a été poursuivit pendant 14 jours à l’aide de :-méthylprednisolone en IM tous les jours, -maléate de phéniramine en IV, deux fois par jour, -lansoprazole ,30 mg par jour en gélule. L’œdème a augmenté pendant 4 jours et s’est résolu graduellement au cours des 10 jours suivants. <br /><br /> Des lésions nécrotiques sont apparues le 5° jour ; au 20° jour l’évaluation clinique révèle une zone nécrotique de l’os alvéolaire et de la muqueuse sus-jacente, à partir du vestibule de 41 s’étendant jusqu’aux molaires du côté gauche. A ce stade une intervention chirurgicale sous anesthésie locale a été pratiquée pour supprimer le tissu nécrotique et réaliser une vestibuloplastie.La paresthésie qui s’était installée au début a disparu dans les 3 mois. <br /><br /><strong>Ce rapport de cas met l’accent, une fois de plus, sur la nécessité d’être extrêmement vigilant lorsque l’on doit pratiquer une injection. En effet, il est très facile de charger une seringue destinée à l’injection d’un anesthésique local avec un produit autre que l’anesthésique lorsqu’il y a sur la table opératoire plusieurs liquides disponibles et principalement si ces liquides sont translucides (c’est le cas du Zéphiran*).Pour éviter ce geste malencontreux qui peut avoir des conséquences dramatiques, il faut bannir de la table opératoire tous les  liquides translucides autres que ceux destinés à être injectés. De la même manière, il faut s’interdire tous les produits conditionnés en cartouche destinés à être placés dans une seringue métallique, exceptés les anesthésiques locaux.</strong><br />  </p> <hr /><p> </p> <p><strong>A model for the pathogenesis of bisphosphonate-associated osteonecrosis of the jaw and teriparatide's potential role in its resolution.</strong><br /><br /> Gayathri Subram anian, Harold V Cohen, Samuel Y P Quek<br /><br /> Oral Surg, Oral Med, Oral Pathol, Oral Radiol &amp; Endod.Vol 112, Issue 6, Dec 2011, P: 744-753 <br /><br /> Les mécanismes éthiopathogéniques des ostéonécroses des maxillaires induites par les bisphosphonates (ONM) ne sont pas complètement élucidés. Différentes théories existent mais aucune ne fait actuellement l’unanimité. <br /><br /> L’objectif de cette étude est de proposer une nouvelle hypothèse pathogénique pour cette affection en se basant sur les preuves actuellement disponibles dans la littérature. Après étude des différents mécanismes, les auteurs suggèrent que la pathogénie des ONM est multifactorielle et qu’elle est le résultat combiné de trois facteurs :<br /> -rôle de la maladie sous-jacente (ostéoporose, myélome multiple) qui implique la suppression de la fonction ostéoblastique.<br /> -rôle du traitement par les bisphosphonates qui implique la suppression de la fonction ostéoclastique.<br /> -rôle des facteurs locaux qui influencent le remodelage osseux pour maintenir l’homéostasie osseuse et la réponse à une blessure.<br /> La conjonction de ces trois facteurs compromet l’interaction ostéoblaste-ostéoclaste nécessaire au remodelage osseux, ce qui crée un cercle vicieux dont le résultat est un remodelage inefficace avec persistance des défects osseux compromettant la vascularisation et conduisant finalement à une nécrose. Pour les auteurs, l’intégrité de la fonction ostéoblastique est déterminante dans le résultat de l’interaction ostéoblaste-ostéoclaste et une excellente activité ostéoblastique pourrait soutenir le cycle de remodelage malgré une fonction ostéoclastique très diminuée. <br /><br /> La littérature a également fait ressortir six rapports de cas récents concernant la résolution  spontanée des ONM après administration de Tériparatide, peptide synthétique d’hormone parathyroïdienne humaine (PTH). C’est dans sa capacité à augmenter la fonction ostéoblastique que cette molécule suscite un grand intérêt comme actif potentiel dans la gestion des ONM. Bien sûr des études cliniques seront nécessaires pour confirmer les justifications biologiques et les données préliminaires de l’efficacité du Tériparatide dans la guérison des ONM. <br /><br /> La preuve de l’efficacité de cette molécule serait indiscutablement une confirmation de notre hypothèse éthiopathogénique des ONM.<br /><br /><strong>Bien que le Tériparatide soit contre-indiqué dans la maladie de Paget et chez les malades atteints de tumeurs osseuses malignes ou de métastases osseuses, il est par contre parfaitement indiqué dans l’ostéoporose primitive et l’ostéoporose cortisonique. Dans ce sens, si son efficacité contre les ONM se confirme nous disposerions, au moins pour ces patients, d’une première arme intéressante.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2012 Revue de littérature - Janvier 2012 <p><strong>Omer Waleed Majid. Amélioration des critères de qualité de vie par l’injection sous muqueuse de dexaméthasone après avulsion chirurgicale des dents de sagesse mandibulaires: étude comparative. J Oral Maxillofac Surg 69 : 2289-2297, 2011.</strong> <br /> La prise en considération de l’incidence sur la qualité de vie des effets des maladies et de leur(s) traitement(s) occupe une place grandissante dans la prise en charge des patients. L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets de l’administration intramusculaire (AIM) ou sous muqueuse (ASM) de dexaméthasone (DXM) sur certains critères de qualité vie (sommeil, alimentation, travail, isolement, expression orale) et sur les séquelles postopératoires (trismus, douleur, œdème) après l’avulsion chirurgicale de dents de sagesse mandibulaires. <br /> Sur un total de 33 patients, 11 ont reçu une ASM postopératoire de 4 mg de DXM en  et 11 une AIM. Les effets sur la qualité de vie ont évalués à J4 et J7 et sur les séquelles postopératoires à J1, J3 et J7. <br /> Une diminution de la douleur et de l’œdème postopératoires et une moindre incidence sur les critères de qualité de vie évalués dans la période postopératoire immédiate ont été retrouvées après ASM ou AIM de DXM 4 mg juste après l’intervention. Seul le trismus a été plus réduit dans le groupe ayant reçu une ASM. <br /><strong>Bien que cette étude randomisée n’ait pas été faite en aveugle vs placebo et que les critères d’évaluation n’ont pas été différenciés en un critère principal et en critères secondaires, elle confirme l’intérêt des corticoïdes. Si ces résultats été retrouvés dans un protocole plus rigoureux permettant aussi de définir le timing de l’injection (pré –per ou postopératoire), le choix de l’option de l’ASM pourrait être préférentiellement retenu non seulement en raison d’une réduction plus conséquente sur le trismus mais car il s’agit aussi d’une approche simple, non douloureuse, économique et peu invasive.</strong><br /><br />  </p> <hr /><p><br /><br /><strong>Moon JW, Sohn DS, Heo JU et al. Augmentation de sinus par utilisation de sang périphérique seul comme matériau de comblement. J Oral Maxillofac Surg 69 : 2357-2367, 2011.</strong> <br /> L’objet de cette étude a été d’évaluer la formation de tissu osseux après soulèvement de la membrane sinusienne, mise en place immédiate d’implants et simple comblement avec du sang veineux périphérique.17 élévations de sinus chez 14 patients ont fait l’objet de cette approche. Chez 6 d’entre eux, une biopsie a été réalisée pour analyse histomorphométrique. <br /> Six à 7 mois après l’intervention, une consolidation osseuse radiographique et histologique a été retrouvée. L’étude histomorphométrique a mis en évidence 38% de nouveau tissu osseux. Parmi les 31 implants placés, 2 implants posés en extraction-implantation immédiate ont fait l’objet d’un échec. <br /> Les auteurs argumentent leur succès en mettant en avant : le rôle du caillot en tant que mainteneur d’espace et le rôle de l’angiogénèse dans l’ostéogénèse ; le bien fondé du repositionnement du volet d’accès, véritable substrat ostéo-inducteur permettant quand il est réalisé à la scie (piezzo/oscillante) une étanchéité limitant l’invasion par les tissus mous et favorisant le maintient du matériau ; le rôle des matériaux et surfaces implantaires et notamment l’augmentation de génération de thrombine, l’inhibition de l’apoptose des ostéoblastes et la stimulation de leur prolifération. <br /> Malgré la nécessité de réaliser des études à long terme, les observations rapportées laissent à penser que la mise en place de substituts osseux ne soit pas nécessaire pour combler le sinus maxillaire en cas d’insuffisance : l’utilisation de sang périphérique associée à la mise en place simultanée d’implants semble être une alternative.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2012 Revue de littérature - Novembre 2011 <p><strong>Sélection de Cédric Mauprivez</strong></p> <p><strong>Risk of laryngeal edema and facial swellings after tooth extraction in patients with hereditary angioedma with and with C1 inhibitor concentrate : a restrospective study. </strong><br /><strong>Konrad Bork, Jochen Hardt, Petra Staubach-Renz , Guenther Witzke. </strong><br /><strong>Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral radiol Endod 2011 ; 112 : 58-64.</strong></p> <p><strong>Objectif de l’étude</strong>. <br /> Le but est d’évaluer l’efficacité clinique d’une prophylaxie préopératoire avec un concentré de C1 inhibiteur (C1inh) avant extractions dentaires. <br /><strong>Méthodologie. </strong><br /> Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée à partir de dossiers cliniques de 171 patients atteinte d’angioedème héréditaire (AOH) ayant bénéficiés d’extractions dentaires. <br /><strong>Résultats.</strong> <br /> La population étudiée avait une moyenne d’âge de 43,6 ±15,1 ans et regroupait 68 femmes et 103 hommes. 801 dents ont été extraites au cours de 705 interventions. <br /> Deux groupes ont été définis ; le groupe 1 regroupant les patients n’ayant bénéficiés d’aucune prophylaxie et le second groupe réunissant l’ensemble des patients ayant pu bénéficiés d’une prophylaxie avec injection en préopératoire de 500  ou 1000 UI de C1inh. <br /> Parmi les patients du groupe 1, 37,2% des patients (55 patients sur 148) soit 21,5% des extractions dentaires (124 extractions sur un total de 577) ont présenté un accident d’angioedème (88 œdèmes faciaux isolés,  6 œdèmes laryngés isolés et 28 œdèmes diffus avec atteinte faciale et ORL). Pour le groupe 2, 20,8%  des patients (10 patients sur 48) soit 12,5% des extractions dentaires (16 extractions sur un total de 128) ont déclarés avoir eu une crise d’angioedème (9 œdèmes faciaux isolés, 4 œdèmes laryngés et 3 œdèmes avec une double atteinte faciale et laryngée). Dans les 2 groupes, aucun œdème fatal n’a été déploré. <br /> La prophylaxie avec injection intraveineuse de C1 inh une heure avant  permet ainsi de réduire de 41 ,9%  le risque de survenue d’une crise d’angioedème après extraction dentaire. Cette réduction est significative uniquement pour une dose de 1000 U.   <br /> Sous prophylaxie, le délai de survenue d’une crise d’OA suite à des extractions dentaires est de 8,4 ± 8,8 heures (intervalle de 4 à 36 heures). En l’absence de prophylaxie, ce délai est de 14,3 ± 10 heures (intervalle de 1 à 72 heures). La différence entre les 2 groupes est statistiquement différente (p&lt;0.001). <br /><strong>Discussion</strong>. <br /> Le concentré de C1 inh est habituellement indiqué dans le traitement symptomatique des crises aiguës d’OAH. Son indication en tant que traitement prophylactique fait l’objet de cette étude. Son efficacité pour prévenir le risque de crises sévères d’OAH serait dose-dépendance. Le pourcentage d’AOH survenu après soins dentaires est de 21,5 % sans prophylaxie, 16,0% pour une dose de 500 U et 7,5% pour une dose 1000 U. <br /> Même si les extractions dentaires sont probablement le facteur déclenchant le plus fréquent de crise d’AOH, un traitement prophylactique est également nécessaire pour tout soin dentaire même sans anesthésie.  Dans cette étude, 8 patients ont rapporté une crise d’AOH suite à des soins de dentisterie restauratrice et d’endodontie sans anesthésie. <br /> Dans cette étude, la majorité des crises d’AOH survient dans les 12 heures qui suivent les extractions dentaires. Aussi la nuit suivant le jour des extractions est une période à haut risque de crise d’AOH. Les 4 décès par asphyxie décrits dans la littérature comme conséquence directe d’une crise d’AOH déclenchée par une extraction dentaire se sont tous produit entre 3h30 et 6h00 du lendemain de l’intervention. <br /> La principale limite de cette étude est d’ordre méthodologique. Il s’agit d’une étude rétrospective, non randomisée. Aussi de nombreux biais existent : les patients ayant bénéficiés d’une prophylaxie étaient sans doute les patients les plus à risque de développer une crise d’AOH, une surestimation  ou au contraire la sous-estimation des événements identifiés comme crise d’AOH du fait de la simple lecture d’un dossier…<br /> En revanche, la principale force de cette étude est le nombre d’extractions effectuées dans les deux groupes. <br /><strong>Conclusion </strong><br /> Malgré ses limites, les auteurs de cette étude concluent de l’intérêt de l’administration du concentré de C1 inh à la dose de 20U/kg avant des extractions dentaires pour diminuer le risque de survenue de crise d’angioedème facial et/ou laryngé chez des patients atteints d’AOH. Malgré cette prophylaxie, des crises sévères d’AOH peuvent survenir.</p> <p><strong>L’AOH est une maladie génétique héréditaire due à une mutation du gène  (situé sur le chromosome 11) codant pour la synthèse d’une protéine du sang, appelée C1 inhibiteur ou C1 inh. On dénombre plus de 250 mutations possibles du gène. </strong><br /><strong>La mutation est,  dans 75% des cas, transmise par l’un des deux parents (transmission dominante), elle est </strong><em>de novo</em><strong> dans 25% des cas (mutation se produisant chez une personne dont les parents ne portent pas la mutation). </strong><br /><strong>Selon l’altération génétique, on distingue 2 types d’AOH : </strong></p> <ul><li><strong>le type 1, le plus fréquent (85% des malades) se caractérise par une diminution du C1 inh plasmatique ;</strong></li> <li><strong>le type 2 (15% des malades) se caractérise par un taux normal de C1 inh mais il existe une baisse de l’activité fonctionnelle de la protéine</strong></li> </ul><p><strong>Il s’agit d’une maladie rare. Environ 1000 personnes (hommes et femmes) sont atteintes d’AOH en France.</strong></p> <p><strong>Le C1inh régule la voie classique du complément, la phase de contact de la coagulation et la fibrinolyse. Il inhibe à 90% le facteur XII et à 42% la kallicréine et la plasmine. En cas de déficit, tout traumatisme endothélial activera en excès la phase de contact de la coagulation et la voie classique du complément et libérera en grand quantité de la bradykinine et de substances kinine-like. La bradykinine provoque une augmentation de la perméabilité des vaisseaux sanguins, d’où une extravasation plasmatique et une fuite liquidienne dans les tissus, responsable d’œdème (= crise d’AOH).</strong></p> <p><strong>Ces oedèmes d’origine bradykinique, contrairement aux oedèmes d’origine histaminique, sont non prurigineux et peuvent être douloureux. Ils persistent en général 2 à 5 jours puis disparaissent. Il y a souvent une zone de prédilection pour chaque malade (mains, pieds, face, thorax). Du fait de leur localisation, certains oedèmes peuvent être graves :</strong></p> <ul><li><strong>les œdèmes laryngés constituent une urgence vitale. Le risque de détresse ventilatoire voire d’obstruction des voies aériennes supérieures nécessite une prise en charge spécifique et urgente.</strong></li> <li><strong>les œdèmes abdominaux sont responsable de douleurs et de vomissements, parfois intenses, pouvant nécessiter une hospitalisation.</strong></li> </ul><p><strong>La plupart des crises surviennent spontanément, sans raison apparente, mais certains évènements peuvent les déclencher : une intervention chirurgicale, des soins dentaires, voir un stress émotionnel. </strong><br /><strong>Une prise en charge adaptée et certaines précautions permettent de réduire le risque de survenue des complications graves.</strong></p> <p><strong>Chez les patients ayant un antécédent d’œdème laryngé, une hospitalisation d’au moins 24h doit être envisagée. Le traitement prophylactique classique repose sur une prise de Danazol (augmente la synthèse de C1inh)  per os à la dose de 600 mg/j pendant les 5 à 10 jours précédents les soins dentaires (même sans anesthésie). Le contrôle du taux de C1 inh est nécessaire avant l’intervention et le traitement doit être poursuivi à la même dose 3 jours après.  Deux autres alternatives thérapeutiques existent : l’administration de concentré de C1 inh (Bérinert ®) et l ‘ Icatibant (Firazyr ®)</strong><br /><strong>Comme il a été souligné dans l’article analysé, le concentré de C1 inh (Bérinert ®) doit être injecté par voie intraveineuse 1 heure avant les soins ou l’intervention  à la dose de 20 à 25 UI/kg. Les principaux avantages du Bérinert ® par rapport au Danazol est qu’il est efficace dès la première 1/2h qui suit l’injection avec une durée d’action de 1 à 2  jours. Son intérêt majeur réside donc dans la possibilité de pratiquer une intervention chirurgicale en cas urgence (chirurgie non programmée). Les deux principales limites de ce médicament sont sa prescription et sa délivrance uniquement hospitalière (produit dérivé du sang) et son coût élevé.</strong><br /><strong>L’Icatibant  (Firazyr ®) est une protéine synthétique qui bloque les récepteurs de la bradykinine. Il est efficace dans le traitement des œdèmes laryngés et à pour principaux avantages d’être administrable par voie sous-cutanée et de se conserver à température ambiante.  Les limites  à l’emploi de ce médicament sont les mêmes que celle du concentré de C1 inh à savoir sa prescription hospitalière et son coût.</strong></p> <p> </p> <hr /><p><br />  </p> <p><strong>Long buccal nerve block : a previously unreported complication.  </strong><br /><strong>Marjorie Kerry Herd, Robert Smith , Peter Brennan</strong><br /><strong>Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod 2011 ; 112 : e1-e3.</strong></p> <p><strong>Le cas clinique</strong> rapporté est celui d’une femme âgée de 50 ans qui  est adressé pour la biopsie d’une  macule blanche  située sur la face interne de la joue droite. Un bloc du nerf buccal est pratiqué à l’aide d’une aiguille de 29 G, le point d’injection étant situé en regard de la  3ème molaire mandibulaire juste au dessus du plan d’occlusion. 1mL d’une solution de 2% de Lidocaine associée à 1/80.000ème d’adrénaline est injecté après réalisation d’un test aspiratif. Immédiatement après l’infiltration, la patient ressent une douleur aiguë soudaine localisée au niveau de la région infra-orbitaire droite. Un blanchiment cutané facial homolatéral est immédiatement observé. Il correspond au territoire de vascularisation de l’artère infraorbitaire et s’étend depuis la paupière inférieure jusqu’au sillon nasogénien. L’examen clinique exobuccal objective une anesthésie du territoire concerné et l’examen de la muqueuse buccale révèle une décoloration de la muqueuse buccale strictement localisé au niveau du point d’injection. La biopsie est pratiquée et la recoloration des territoires cutanéo-muqueux est rapidement observée en moins 30 minutes. <br /><strong>Discussion. </strong><br /> Les mêmes auteurs avaient dans une publication ultérieure rapporté cette complication exceptionnelle de l’anesthésie locale mais elles faisaient suite à un bloc du nerf alvéolaire inférieur (Paul R, Arnand R, Wray P, d’Sa, Brennan P. An unusual complication of an inferior dental nerve block : a case report. Br Dent J 2009 ; 10 (1) : 9-10.). <br /> Deux explications à ce phénomène de blanchiment cutané suite à une anesthésie de la muqueuse buccale sont avancées : l’injection intravasculaire de la solution anesthésique adrénalinée commis par inadvertance malgré un test d’aspiration négatif et la stimulation du système nerveux sympathique périvasculaire par contact direct avec l’aiguille suivie d’une vasoconstriction réflexe. <br /> D’un point de vue anatomique, la diffusion de la vasoconstriction depuis le site d’injection (artère buccale, branche collatérale de la maxillaire) jusqu’au territoire cutané de la région infraorbitaire pourrait suivre deux trajets. La première voie possible serait du à un flux rétrograde via l’artère maxillaire jusqu’ à l’artère infraorbitaire, branche terminale de cette dernière. La seconde, qualifiée d’orthograde, serait due à l’existence d’anastomose directe entre l’artère buccale et l’artère infraorbitaire et/ou l’artère faciale.</p> <p><strong>Si le mécanisme physiopathologique n’est pas totalement élucidé, l’hypothèse d’une injection intravasculaire accidentelle ou d’une diffusion de la solution anesthésique avancée par les auteurs semble peu probable. En effet, en cas d’injection intravasculaire,  des modifications hémodynamiques (augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle) et des manifestations cardiovaculaires  (tachycardie, palpitation) domineraient le tableau clinique. </strong><br /><strong>L’hypothèse étiopathogénique la plus vraisemblable est celle d’une vasoconstriction réflexe d’origine sympathique initiée par le traumatisme direct des fibres du système nerveux autonome entourant les artères. La vasoconstriction répondrait à une stimulation massive des récepteurs adrénergiques </strong><strong>a1 localisés au niveau des muscles lisses de la paroi vasculaire. Anatomiquement, la topographie impliquée répond strictement au territoire cutané de l’artère infraorbitaire et non de l’artère faciale. Les lèvres et l’aile du nez vascularisés, respectivement par les artères labiales supérieures et inférieures et par l’artère angulaire ne sont pas concernées par la vasoconstriction. Or, toutes ses artères sont issues de l’artère faciale, ce qui rend peu probable l’existence d’anastomose entre l’artère buccale (plan profond) et l’artère faciale (plan superficiel). La vasoconstriction suit donc le territoire de vascularisation de l’artère maxillaire.  Pour confirmer cette hypothèse anatomique, il aurait été intéressant de savoir si en endobuccal, cette vasoconstriction reflexe concernait également la muqueuse palatine ipsilatérale.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2011 Revue de littérature - Mai 2014 <p><strong>Revue Littérature Cédric MAUPRIVEZ Mai 2014</strong></p> <p> </p> <p><strong><u>Article 1</u></strong></p> <p> </p> <p><strong>La radiothérapie facteur de risque majeur à la pose d’implant.</strong></p> <p> </p> <p>ChambroneL, Mandia J, Shibli JA, Abrahao M.</p> <p>Dental implants installed in irradiated jaws: a systematic review.</p> <p><em>J Dent Res</em> 2013;92: 119S-130S.</p> <p> </p> <p>La question posée par les auteurs était « la radiothérapie cervico-faciale dans le traitement des cancers des VADS diminue-t-elle le taux de survie en cas de pose d’implants en secteur irradié non greffé ? ». Pour y répondre, une méta-analyse a été réalisée à partir des bases de données de la Cochrane, PubMed et Embase, sans restriction de langue et publication avant le 1<sup>er</sup> février 2013. Quinze études ont été sélectionnées : 13 séries de cas et 2 essais cliniques contrôlés et randomisés. 10 150 implants ont été inclus avec 1689 (14,3%) ont été placé en zone irradiée. Trois études rapportent de l’utilisation concomitante d’oxygénothérapie hyperbare (HBO). Le taux moyen de survie variait de 46,3 % à 98 % selon les études avec un taux d’'échec significativement plus élevée chez les patients et ou zones irradiés par rapport aux patients n’ayant pas bénéficié de  radiothérapie ou hors champ (une augmentation de 174 %) avec un risque relatif (RR) de 2,74 (intervalle de confiance de 95% compris entre 1.86 et 4.05, p &lt;0,00001). Au maxillaire, le RR était de 5,96  (IC à 95% : 2.71  - 13.12, p &lt;0,00001). L'oxygénothérapie hyperbare n'a réduit le taux d’échec des implants placés en os irradié avec un RR de 1,28 (IC 95% : 0,19 - 8,82).</p> <p> </p> <p><strong><u>Commentaire</u></strong></p> <p>Malgré la lutte anti-tabac,  l’incidence des cancers des VADS demeure toujours très élevée. 18 000 nouveaux cas de cancer ORL ont été diagnostiqué en France en 2011, avec cette même année 7 700 décès associés à ces cancers. Beaucoup de ces patients, après la prise en charge carcinologique (chirurgie, radiothérapie) présentent des édentements non compensés. Le remplacement des dents manquantes est donc un problème majeur pour cette population de patient. La mise en place d’implant, en raison des avantages importants sur le plan prothétique,  est une option de traitement de plus en plus discutée.</p> <p>Si les auteurs de cet article, concluent que la radiothérapie cervico-faciale est associée à un taux d’échec implantaire plus élevé par rapport aux taux d’échec observé chez des patients n’ayant pas subi de radiothérapie, cette méta-analyse présente certaines limites (faible niveau de preuve des études, études la plupart anciennes avec utilisation d’implants usinés ne possédant pas les états de surface « actifs » actuellement commercialisés, la non prise en compte des facteurs occlusaux, des protocoles de maintenance ...).</p> <p>De même, il serait intéressant d’évaluer chez ces patients, l’amélioration de la qualité de vie, le degré de satisfaction vis-à-vis de la prothèse réalisée (implanto-portée versus amovible ou rien). Aussi, la nécessité d’autres études cliniques (avec un niveau de  preuve plus élevé), permettraient de répondre à la question de la mise en place des implants en terrain irradié avec quel surcout en terme de risque ? (perte d’implant, de péri-implantite…), quel bénéfice en terme de confort pour les patients ?  et ainsi peut être changer de paradigme.</p> <p> </p> <p> </p> <p> </p> <p><strong><u>Article 2</u></strong></p> <p> </p> <p><strong>La Syphilis : une recrudescence inquiétante. </strong></p> <p> </p> <p>Pallar ME, Su JR, Nelson R, Weinstock H.</p> <p>Primary and secondary syphilis in United States 2005 to 2013.</p> <p><em>MMWR </em>2014; 63 (18) : 402-406.</p> <p> </p> <p>Cette étude publiée en mai 2014 par le centre de contrôle des maladies, le CDC (centre de contrôle des maladies), l'agence gouvernementale américaine chargée de la santé publique aux Etats Unis confirme la recrudescence de la syphilis. Cette infection  sexuellement transmissible a doublé aux États-Unis entre 2005 et 2013, pour atteindre plus de 16.000 personnes touchées.  </p> <p> </p> <p>Transmise par une bactérie, treponema <em>pallidum</em>, la syphilis est contractée, en dehors de la syphilis congénitale, lors de comportements sexuels non protégés (y compris la fellation). Si les politiques de santé publique ont produit des résultats pour enrayer la transmission de la maladie chez les femmes et les hommes hétérosexuels, elles se sont avérées inefficaces chez les homosexuels et bisexuels masculins, qui représentent 75 % des cas<strong>.</strong> Par ailleurs, de nombreux patients découvrent leur statut vis-à-vis du VIH au décours du diagnostic de syphilis.</p> <p><u>Commentaire </u></p> <p>Devenue exceptionnelle, à la fin du XXe, la syphilis a été retirée en 2000 de la liste des maladies à déclaration obligatoire au regard du faible nombre de nouveaux cas : 37 cas en 2000. Depuis, selon  l’InVS (Institut de Veille Sanitaire) elle gagne inexorablement du terrain : 48 nouveaux-cas en 2001, 500 en 2009, 857 en 2012. Cette incidence est vraisemblablement très en dessous de la réalité. En effet, à tous les stades évolutifs de la maladie, la syphilis peut passer inaperçue ou ressembler à de très nombreuses autres maladies (ce qui a valu à la syphilis le surnom de "grande simulatrice"). Une recrudescence similaire de la syphilis a été observée dans d’autres pays d’Europe (Belgique, Irlande, Pays-Bas, Royaume-Uni …). L’émergence actuelle de la syphilis en France est cohérente avec la recrudescence d’autres MST déjà mise en évidence (gonococcies) et la tendance au relâchement de la prévention, notamment chez les homosexuels (HAS, 2007). Même si les symptômes buccaux et cutanés de la syphilis sont très variables d'une personne à l'autre, les professionnels de la Santé, et plus particulièrement les dentistes et les dermatologues se doivent de connaître les principales lésions élémentaires (érosion, ulcération, fissure …), associées aux 3 stades évolutifs de la maladie et inclure la syphilis dans le diagnostic différentiel des lésions buccales atypiques.</p> <p> </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2014 Revue litterature juin 2014 <h1>Is post-operative antibiotic therapy justified for surgical removal of mandibular third molar? A comparative study.</h1> <p><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Sane%20VD%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Sane VD</a>, <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Gadre%20KS%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Gadre KS</a>, <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Chandan%20S%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Chandan S</a>, <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Halli%20R%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Halli R</a>, <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Saddiwal%20R%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Saddiwal R</a>, <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Kadam%20P%5BAuthor%5D&amp;cauthor=true&amp;cauthor_uid=24822012">Kadam P</a>.</p> <p><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24822012" title="Journal of maxillofacial and oral surgery.">J Maxillofac Oral Surg.</a> 2014 Jun;13(2):189-94.</p> <p> Les recommandations de l’AFSSAPS de juillet 2011 indiquent l’inutilité de l’antibioprophylaxie péri opératoire lors de chirurgie de dents de sagesse mandibulaire incluse et préfèrent une antibioprophylaxie 1 heure avant (grade A). Cependant, aujourd’hui encore, une antibioprophylaxie péri-opératoire est encore souvent prescrite pour un tel acte, ce malgré de nombreuses publications montrant l’inutilité  de cette prescription systématique.</p> <p>Cette étude vise a vérifier si  le taux de complications post opératoires après avulsion de dents de sagesse incluses mandibulaires diffère selon la prescription ou non d’une antibioprophylaxie  post-opératoire.</p> <p>Cinquante sujets présentant une dent de sagesse mandibulaire incluse partiellement ont été répartis, après randomisation,  en 2 groupes égaux. Les sujets du premier groupe ont tous reçu la même antibioprophylaxie post-opératoire (Amoxicilline-acide clavunamique), ceux du 2<sup>ème</sup> groupe n’ont pas reçu d’antibiotique pré ou post-opératoire. L’intervention, les consignes post-opératoires et l’antalgie post-opératoire étaient standardisées.</p> <p>Les complications infectieuses post-opératoires ont été recherchées pendant 10 jours post-opératoires par évaluation de la douleur , de la tuméfaction faciale post-opératoire, de la température axillaire, par la recherche d’adénopathies et par l’observation d’écoulement séro-purulent au niveau du site d’avulsion.</p> <p>Les résultats montre que l’intensité de la douleur post-opératoire diminue progressivement jusqu’au 10<sup>ème</sup> jour et la tuméfaction faciale post-opératoire est maximale à 3 jours post-opératoires., sans différence entre les 2 groupes  Aucune complication infectieuse n’a été relevé dans chacun des  2 groupes.</p> <p>Cette étude rapporte, comme celles de Curran JB 1974, Sands T 1973 , Mac Gregor AJ 1990, que l’antibioprophylaxie pré opératoire ou péri-opératoire pour les des cas chirurgicaux simples, n’influence pas le risque de complication infectieuse post-opératoire, évalué comme étant inférieur à 1%,.</p> <p>Par contre, lorsque l’avulsion des dents de sagesse mandibulaire présente une difficulté opératoire plus importante, le risque d’infection post opératoire est plus important (8,1%) en l’absence d’antibioprophylaxie que chez les sujets recevant une antibioprophylaxie (0%) (Halpern LR 2007) . Cette antibioprophylaxie présente une efficacité maximale si le pic sérique est atteint au moment de l’acte chirurgical. Elle doit donc être administrée entre 30 minutes et 2 heures avant l’acte chirurgical (Classen DC 1992) .</p> <p>En conclusion, l’antibioprophylaxie  n’est pas  impérative  pour l’avulsion de dents de sagesse incluse partiellement sans difficulté opératoire. Si une administration antibiotiques est indiquée, elle doit être uniquement préopératoire tel que le rappelle les recommandations de l’AFSSAPS de  2011.</p> <p><strong>Factors affecting peri-implant bone loss: a post-five-year retrospective study</strong></p> <p>Vazquez Alvarez R, Perz Sayans M, Gayoso Diz P, Garcia Garcia A</p> <p><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24978819" title="Clinical oral implants research.">Clin Oral Implants Res.</a> 2014 Jun 30</p> <p>Le paramètre principal d’évaluation du succès implantaire est la perte osseuse péri-implantaire. Aussi, pléthore d’études ont recherché les facteurs étiologiques de la perte osseuse péri-implantaire.</p> <p>Plusieurs théories se sont affrontées. La théorie infectieuse qui considère que péri-implantite et parodontite sont un même mécanisme physio pathogénique implique un contexte parodontal péri-implantaire défaillant, les maladies systémiques concomitantes (notamment le diabète), le tabac, l’hygiène, l’absence de gencive kératinisée péri-implantaire. Une autre théorie plus mécanistique implique les paramètres implantaires : site implantaire, taille, forme, design de l’implant, occlusion, caractéristiques de la prothèse.</p> <p>Un des paramètres peu évalués est le profil de la prothèse implantaire.</p> <p>Cette étude prospective évalue le niveau osseux de 585 implants juxta-osseux sur 148 patients pendant les 5 premières années. Outre les paramètres présentés ci-dessus, la hauteur de l’embrasure (distance entre l’implant et le sommet de l’embrasure) entre 2 implants juxtaposés est évaluée</p> <p>L’analyse univariée puis multivariée  a montré que aucun des paramètres classiquement décrits comme étant prédictifs n’est pertinent.</p> <p>Seule la hauteur de l’embrasure inter implantaire est prédictif de la perte osseuse péri-implantaire. est le seul paramètre significatif. La perte osseuse péri-implantaire est importante lorsque la hauteur de l’embrasure est inférieure à 3, 3 mm mais par contre la résorption osseuse est nulle lorsque cette distance est d’au moins 6 mm.  Cependant, une embrasure haute est un facteur de risque pour l’accumulation de plaque bactérienne et donc d’inflammation.</p> <p>L’intérêt de ce travail est de montrer l’importance de la reconstruction prothétique dans la perte osseuse péri-implantaire. Les facteurs habituellement décrits, tels que parodontite pré-existante, diabète, environnement tissulaire péri-implantaire, etc semblent  être secondaires voire  aggravants tout au plus.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2014 Revue litterature juillet 2014 <p><strong>Hygiène orale et réanimation : comment limiter la survenue d’une pneumonie sous ventilation assistée.</strong></p> <p> </p> <p><strong>Shi Z, Xie H, Wang P, Zhang Q, Wu Y, Chen E, Ng L, Worthington HV, Needleman I, Furness S. </strong><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23939759"><strong>Oral hygiene care for critically ill patients to prevent ventilator-associated pneumonia.</strong></a><strong> Cochrane Database Syst Rev. 2013;8.</strong></p> <p> </p> <p> </p> <p>La pneumonie sous ventilation assistée (PVA) est définie comme une pneumonie se développant chez les malades sous ventilation mécanique depuis au moins 48 heures. La PAV est une complication potentiellement grave chez des patients déjà très affaiblis. De nombreux faisceaux d’arguments mettent en évidence une contamination pulmonaire directe par les germes buccaux par le biais de la sonde d’intubation. Les auteurs de cette revue Cochrane ont cherché à mettre en évidence si la réalisation de soins d'hygiène buccale pouvait réduire le risque d’apparition d’une PVA chez ces malades.</p> <p> </p> <p>35 essais randomisés (incluant 5374 malades) ont été inclus dans cette revue. 5 essais (14%) ont été évalués à faible risque de biais, 17 (49%) à haut risque de biais et 13 (37%) à risque indéterminé sur un ou plusieurs des paramètres étudiés.</p> <p> </p> <p>Malgré le manque d’homogénéité des études (classique dans ce genre de méta-analyses), les résultats ont toutefois montré qu’il y avait une réduction de 40% de la probabilité de développer une PAV avec la simple réalisation de soins de bouche. Cependant, il n'existerait pas de preuve d'une différence sur les taux de mortalité global, sur la durée de ventilation ou sur la durée de séjour en réanimation. Il n'existe également aucune preuve de supériorité d’une technique sur une autre (bain de bouche ou gel contenant un antiseptique, brossage dentaire électrique ou mécanique,  nettoyage des dents et des gencives par une gaze, etc..). La povidone-iodée utilisée en bain de bouche semblerait néanmoins plus efficace.</p> <p> </p> <p>Commentaire :</p> <p> </p> <p>Il est ici intéressant de voir que le seul fait de s’intéresser à la bouche en réalisant quelques soins simples peut améliorer significativement la survenue d’une infection nosocomiale au premier rang des complications fatales. Il faut avoir en tête que 25% des malades développant une PAV vont décéder ou vont avoir des séquelles graves.  Il existe malheureusement de nombreux obstacles à l’accès à ces soins (liés au système de soins lui-même, mais aussi liés à l’enseignement prodigué aux infirmières et aux médecins…). A nous de faire changer les choses….et de faire passer le message.</p> <p> </p> <p> </p> <p><strong>« Krokodil » : une drogue aux effets dévastateurs sur l’organisme et notamment sur les maxillaires</strong></p> <p><strong>Poghosyan YM, Hakobyan KA, Poghosyan AY, Avetisyan EK. </strong><a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24969764"><strong>Surgical treatment of jaw osteonecrosis in "Krokodil" drug addicted patients.</strong></a><strong> J Craniomaxillofac Surg. 2014 (in press)</strong></p> <p> </p> <p> </p> <p>La substance active du "Krokodil" est la  désomorphine, molécule appartenant au groupe des opiacés. Les toxicomanes synthétisent la désomorphine en utilisant des substances peu onéreuses et facilement disponibles en pharmacie, drogueries ou divers autres magasins : analgésiques contenant de la codéine, iode, sodium, phosphore rouge (à partir de boîtes d'allumettes), acide chlorhydrique et essence. L'utilisation de cette drogue, en intraveineuse, a un effet destructeur sur l’organisme, au point d’injection (entrainant une nécrose verdâtre ressemblant à la peau de crocodile, d’ou son nom) mais aussi dans la zone maxillo-faciale, entrainant l’apparition d’une ostéonécrose rapidement extensive.</p> <p> </p> <p>Les auteurs décrivent ici les séquelles maxillo-faciales de cette substance, notamment une nécrose quasi complète de la mandibule avec exposition osseuse endo-buccale (impressionnante) de la presque totalité de celle-ci. Ils décrivent leur protocole de prise en charge, la chirurgie d’exérèse avec reconstruction semblant être la meilleure alternative. Les récidives sont néanmoins très fréquentes, présentes dans 23% des cas traités malgré l’arrêt de l’intoxication.</p> <p> </p> <p> </p> <p>Commentaire :</p> <p> </p> <p>Tout ceci rappelle un article de Carrel et al. (2006) publié dans MBCB sur la relation entre intoxication au phosphore et la survenue d’une ostéochémonécrose (décrite il y a déjà 2 siècles avec les « phossy jaws » chez les ouvriers fabricant les allumettes, et compatible avec celle retrouvée pour les bisphosphonates).  L’imputabilité du phosphore dans l’apparition de ces ostéonécroses est encore  mise en évidence.</p> <p>L’espérance de vie des toxicomanes est faible, dépassant rarement 3 ans à partir de la première injection. Cette drogue, apparue en 2002 en Sibérie a vu son utilisation se développer au sein de la Russie. Son passage dans d’autres pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis a été suspecté mais jusqu’alors non démontré. Espérons que cette drogue ne s’implante pas dans nos contrées….</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2014 Revue de litterature août 2014 <p><strong>Philippe Lesclous</strong></p> <p> </p> <p><strong>Jaw bone marrow-derived osteoclast precursors internalize more bisphosphonate than the long-bone marrow precursors.</strong></p> <p><strong>Vermeer J.A.F., Jansen I.D.C., Marthi M., Coxon F.P., Mc Kenna C.E., Sun S., de Vries T.J, Everts V. </strong></p> <p><strong>Bone 2013, 57, 242-253.</strong></p> <p>Plusieurs hypothèses sont actuellement proposées pour tenter d’expliquer la physiopathogénie des ostéonécroses des maxillaires associées aux bisphosphonates (ONMBPs). L’une d’entre elles repose sur une supposée plus grande susceptibilité des ostéoclastes des maxillaires et de leurs précurseurs aux bisphosphonates (BPs) que ceux d’autres sites anatomiques. Cette faculté engendrerait alors une plus grande inhibition du turn over osseux au niveau des maxillaires, ce qui en feraient des sites anatomiques plus propices à l’émergence d’ONMBPs. Pour étudier cette hypothèse, les auteurs ont isolé à partir de prélèvements médullaires osseux chez des souris deux types de populations d’ostéoclastes, l’une mandibulaire, l’autre fémorale. Ils ont étudié l‘effet d’un amino-BP, (la famille de BPs la plus impliquée dans l’émergence des ONMBPs), le pamidronate, plus particulièrement utilisé par voie intraveineuse dans le cadre du traitement de métastases osseuses malignes sur l’ostéoclastogénèse in vitro. Ils ont aussi étudié la capacité d’internalisation de ces différentes populations ostéoclastiques d’un autre type de d’amino-BP, le risédronate, plus particulièrement prescrit par voie orale dans le cadre du traitement de l’ostéoporose.</p> <p>Les résultats montrent clairement que les ostéoclastes et leurs précurseurs d’origine mandibulaire internalisent par endocytose entre 2 et 3 fois plus de risédronate que les ostéoclastes et leurs précurseurs d’origine fémorale. En revanche, le pamidronate à haute dose affecte significativement l’ostéoclastogénèse, mais de manière similaire quelque soit l’origine anatomique des ostéoclastes et de leurs précurseurs. De plus, le pamidronate à haute dose affecte de façon similaire les ostéoclastes fémoraux et les ostéoclastes mandibulaires et que l’effet inhibiteur est plus prononcé sur leur activité que sur les ostéoclastes eux-mêmes.</p> <p>Pour la première fois, cette étude souligne une différence de comportement des ostéoclastes et de leurs précurseurs en fonction de leur origine anatomique en présence de risédronate. Leur plus grande capacité à internaliser ce BP couplée au taux de remodelage osseux plus important au niveau des maxillaires va induire une plus forte concentration in situ de risédronate, ce qui pourrait constituer un facteur de risque majeur dans l’éthiopathogénie des ONMBPs. Il est à noter que d’autres cellules osseuses ont une forte capacité d’internalisation des BPs par endocytose, les macrophages et que leur rôle dans l’étiopathogénie des ONMBPs n’est sans doute pas négligeable.</p> <p><strong>Au total, cette étude met en évidence une spécificité comportementale in vitro, en l’occurrence une plus grande faculté d’ingestion, des ostéoclastes des maxillaires d’un amino-BP, le risédronate, ce qui pourrait jouer un rôle majeur dans l’éthiopathogénie des ONMBPs. Un hic cependant, d’après toutes les études épidémiologiques concernant la prévalence des ONMBPs, le risédronate est l’une des molécules les moins associées. </strong></p> <p> </p> <p><strong>Mucosal lichen planus : an evidence-based treatment update.</strong></p> <p><strong>Davari P., Hsiao H., Fazel N.</strong></p> <p><strong>Am J Clin Dermatol 2014, DOI 10.1007/s40257-014-0068-6</strong></p> <p>Le lichen plan buccal (LPB) est une maladie chronique qui bien souvent pose des problèmes thérapeutiques. De multiples approches sont proposées dans le but de soulager le patient et d’induire une amélioration clinique de sorte qu’il est difficile pour le praticien de s’y retrouver. L’objectif de cette revue de la littérature est donc de faire le point sur ce sujet en se basant uniquement sur l’evidence based medicine. Ainsi, 13 revues systématiques de la littérature (dont une revue Cochrane) et 66 essais cliniques randomisés, contrôlés ont été analysés. Il en ressort trois différents types de traitements, ceux ayant une efficacité clinique démontrée, ceux nécessitant plus de preuves cliniques (généralement à cause de la faible taille des populations traitées ou par manque de traitement comparateur) et ceux n’ayant aucune efficacité clinique prouvée ou une efficacité moindre qu’un traitement comparateur.</p> <p>Parmi les traitements ayant une efficacité clinque démontrée, les corticoïdes se taillent la part du lion. Il ressort de la riche littérature qui leur est dévolue que les corticoïdes en usage topique doivent être considérés comme la thérapeutique de première intention du LPB. Parmi ceux-ci, la bétaméthasone en aérosol, le clobétasol 17 en pastille adhésive et le fluocinomide 0.025% en gel ont montré un bénéfice thérapeutique significatif. La corticothérapie systémique peut être préférée dans les phases aiguës du LPB sur une durée courte. La triamcinolone en injection locale sous-lésionnelle peut être envisagée pour suppléer un traitement systémique. Dans la classe des inhibiteurs de la calcineurine, le tacrolimus 0.1% topique montre une efficacité clinique au moins équivalente et bien souvent supérieure à celle des corticoïdes locaux. Seule la faible taille des groupes traités le fait actuellement réserver au traitement de seconde intention du LPB. Dans la famille des rétinoïdes, la trétinoïne à 0.1% en traitement topique possède aussi une efficacité clinique démontrée mais en induisant plus d’effets indésirables locaux. La photothérapie psoralène plus ultraviolet A dite PUVA thérapie est aussi un traitement efficace mais le risque de carcinome à cellules squameuses la fait réserver au traitement des cas de LPB érosifs réfractaires.</p> <p>Parmi les traitements nécessitant plus de preuve clinique, le pimecrolimus 1% (un autre inhibiteur de la calcineurine) semble montrer une bonne efficacité clinique sur les lésions érosives du LPB. La mésalazine 5%, l’amlexanox, l’aloé véra en gel, la chloroquine, l’hydroxychloroquine, la griséofulvine, le purslane en traitement systémique, l’injection sous-lésionnelle d’une fraction polysaccharidique d’acide nucléique de bacille de Calmette-Guérin (dérivé du bacille tuberculeux bovin), l’usage de bains de bouche de zinc à 0.2%, la laserthérapie low level, la thérapie à base d’ondes électromagnétiques millimétriques de haute fréquence nécessitent beaucoup plus d’argumentation.</p> <p>Parmi les traitements sans aucune efficacité clinique démontrée, on peut noter la vitamine A et l’acide hyaluronique. La cyclosporine A en application topique est moins efficace que les corticoïdes locaux.</p> <p><strong>Au total, d’après cette remarquable revue systématique de la littérature, les corticoïdes locaux ou systémiques doivent être considérés encore et toujours comme les thérapeutiques de première intention du LPB. Le tacrolimus à 0.1% topique doit être considéré actuellement comme l’alternative de choix en cas d’échec de la corticothérapie. La trétinoïne à 0.1% topique ou la PUVA thérapie peuvent parfois constituer une autre alternative. </strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2014 Revue de littérature septembre 2014 <p><strong>Les papillomavirus dans les cancers de la tête et du cou. </strong></p> <p><strong>Garbuglia AR. Human papillomavirus in Head and Neck Cancer.</strong></p> <p><strong>Cancers 2014, 6, 1705-26</strong></p> <p> </p> <p>Depuis quelques années, le papillomavirus (HPV) a belle presse en cancérologie orale et est considéré comme un facteur étiologique tout comme l’alcool et le tabac. Cependant, beaucoup de questions restent en suspens sur son implication dans la cancérogénèse des carcinomes épidermoïdes de la tête et du cou. Cette revue de littérature effectuée par une équipe italienne de virologie fait le point sur l’infection HPV au niveau de la cavité orale et de l’oropharynx.</p> <p>L’article, bien construit, reprend tout d’abord les aspects et la classification des HPV. Ainsi les papillomavirus appartenant au genre <em>Polyomavirus</em> sont des virus ubiquitaires. Actuellement, 170 HPV humains ont été identifiés par approche métagénomique et sont classés génotypiquement en 5 sous groupes : alpha, beta, gamma, mu et nu.</p> <p>La deuxième partie de cet article traite de l’infection à HPV en fonction des sites anatomiques et en fonction de leur potentiel carcinogène. Les HPV alpha cutanés sont considérés à faible risque. Les HPV muqueux à haut risque sont corrélés au développement de cancer du col de l’utérus et anal (HPV16, HPV18, HPV33, HPV58,…).</p> <p>A l’exclusion du nasopharynx, les cancers de la tête et du cou sont responsables de 300 000 morts par an dans le monde. Le taux des cancers de la cavité orale est en nette augmentation chez les femmes. Hormis le tabac et l’alcool, d’autres facteurs de risque sont suggérés car 15 à 20% des cancers tête et cou surviennent chez des patients n’ayant aucune intoxication éthylo-tabagique et que le nombre des cancers augmente dans les pays développés alors que la consommation éthylo-tabagique diminue.</p> <p>Plusieurs auteurs rapportent la présence de HPV dans la cavité orale comme facteur de risque des cancers oraux et oropharyngés. Une prévalence de 22% a été retrouvée sur 253 biopsies de cancers tête et cou avec pour 89% du HPV16. La prévalence de HPV dans les carcinomes amygdaliens atteint de nos jours 70% et 6 à 10% dans les autres cancers de la tête et du cou.</p> <p>Les cancers oropharyngés HPV+ sont distincts des autres cancers d’un point de vue épidemiologique. Ce sont des cancers retrouvés chez des personnes plus jeunes avec une prédominance masculine dont le pronostic est meilleur.</p> <p>La prévalence de HPV au niveau de la cavité orale dans la population en bonne santé est de 4,5% et le sex ratio égal à 1. Un tiers d’entre eux est porteur de HPV16.</p> <p>Le risque d’infection orale à HPV est augmenté chez les patients séropositifs au VIH avec une prévalence de 35% chez les femmes et 45% chez les hommes.</p> <p>Cette revue se termine par l’analyse des méthodes de détection du HPV par biologie moléculaire. Actuellement, les méthodes de détection de routine utilisent la PCR mais la prévalence de nouveaux génotypes dans la cavité orale devrait augmenter avec l’introduction des nouvelles méthodes de détection de métagénomique.</p> <p>Comme les changements du statut épithélial retrouvés au niveau du col de l’utérus ne sont pas transposables dans les cancers oraux et oro-pharyngés, il est difficile de définir une mesure préventive. L’auteur propose de répéter le test HPV après 6 mois et 12 mois quand il a été détecté au niveau de la cavité orale, spécialement s’il est à haut risque carcinologique, si le patient a une dysplasie anale ou du col de l’utérus ou s’il présente une immunodépression.</p> <p> </p> <p>Commentaire :</p> <p>Cet article est riche d’informations sur la classification des papillomavirus. Cependant, les données sur le rôle de HPV dans la genèse des cancers de la tête et du cou sont polymorphes mettant à mal son implication dans un lien causal direct. Sa présence est un facteur pronostique favorable sur une réponse thérapeutique à la radio-chimiothérapie dans les carcinomes épidermoïdes amygdaliens de l’adulte. </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2014 Revue de littérature d'octobre 2014 <h2><strong>Dr Cédric. MAUPRIVEZ</strong></h2> <h3><strong>Implants dentaires en territoire irradié.</strong></h3> <p><strong>Schiegnitz</strong><strong> E, Al-Nawas B, Kämmerer PW, Grötz KA. </strong></p> <p><strong>Oral rehabilitation with dental implants in irradiated patients : a meta-analysis on implant survival.</strong></p> <p><strong>Clin</strong><strong> Oral Invest 2014; 18: 687-698. </strong></p> <p><u>Résumé</u> :</p> <p>Le but de cette revue de la littérature était d’établir des recommandations sur la possibilité ou non de proposer une solution implantaire chez des patients ayant bénéficiés d’une irradiation cervico-faciale.</p> <p>Une méta-analyse comparant la survie de l'implant chez des patients irradiés versus non irradiés a été réalisée. Une recherche électronique a été réalisée dans la base de données Medline pour des articles publiés entre Janvier 1990 et Janvier 2013 pour déterminer le taux de survie donné des implants chez les patients atteints d’un cancer des VADS ayant bénéficiés d’une radiothérapie externe de la tête et du cou.</p> <p>Seules les études avec un suivi moyen d'au moins 5 ans ont été incluses. Sur 529 articles sélectionnés, les auteurs ont inclus 31 études. Le taux de survie des implants moyen calculé à partir des études examinées était de 83% (intervalle de 34% à 100%). Cette méta-analyse de la littérature actuelle (entre 2007 à 2013) a révélé une absence de différence statistiquement significative du taux de survie implantaire entre une implantation en os natif avant irradiation et après irradiation (odds ratio [OR], 1,44; intervalle de confiance à 95% [IC], 0,67 à 3,1). En revanche, après irradiation, le taux de survie implantaire est sensiblement plus élevé dans un os natif comparativement à un os greffé ([OR], 1,82; [IC], 1,14 à 2,90)</p> <p>Dans les limites de cette méta-analytique, cette étude indique pour la première fois que chez des patients atteints d’un cancer des VADS, le taux de survie implantaire était comparable en zone irradié et non irradié a niveau de l’os natif</p> <p><u>Commentaire </u>:</p> <p><em>La pose d’’implant dentaire dans un os irradié est toujours controversée. Pour certains, l’irradiation est une contre-indication formelle, pour d’autres l’implantation est faisable avec un taux de complications acceptable. L’analyse des articles actuellement disponibles indique que le taux d’ostéo-intégration en os irradié varie de 46,3 à 98% selon les études. Le taux de succès des implants en milieu irradié est donc inférieur à celui d’implants en zone non irradié ou chez des patients non irradiés, mais le pronostic reste bon. Le risque d’ostéonécrose des maxillaires qui touche en priorité la mandibule, est la complication grave la plus redoutée, son estimation varie de 1,6 à 12% selon les études. Ces complications ne doivent pas être mésestimées. Elles doivent être prévenues avec des protocoles de prise en charge adaptés et ne représentent pas une contre-indication formelle à la mise en place d’implant dentaire en terrioire irradié. </em>L’implantation en milieu irradié est donc possible, avec des risques limités, même si elle est difficile au regard des séquelles de la radiothérapie au niveau des tissus mous (abord chirurgical étroit en raison de la limitation de l’ouverture buccale, fibrose sous-muqueuse et de la xérostomie).</p> <p><strong>Les antibiotiques</strong><strong> diminuent-ils le taux d’échec implantaire et d’infections post-opératoires ? </strong></p> <p><strong>J. Ata-Ali, F. Ata-Ali, F. Ata-Ali: Do antibiotics decrease implant failure and postoperative infections? A systematic review and meta-analysis. Int. J. Oral Maxillofac. </strong><strong>Surg. 2014 ;43: 68–74.</strong></p> <p><u>Résumé</u></p> <p>Cette méta-analyse récente propose la prescription d’une antibiothérapie prophylactique avant la mise en place d’implant dentaire dans le but de réduire le taux d’échec implantaire</p> <p>Elle repose sur quatre essais cliniques randomisés par rapport à un groupe témoin (patient ne recevant pas d’antibiotique ou un placebo). Eposito et coll., 2008 et 2010 ; Abu Ta ‘a et coll., 2008 et Caiazzo et coll., 2011. L’ensemble des essais a regroupé un nombre total de 1002 patients avec un total de 2063 implants dentaires.</p> <p>Les résultats de cette méta-analyse montre que l’utilisation des antibiotiques en pré-opératoire seul ou poursuivit en post-opératoire (pendant 2 à 7 jours) permet de réduire de façon significative le taux d’échec implantaire (p=0.003) avec un odds ratio de 0.331 correspondant à une réduction du taux d’échec implantaire de 66,9%. Le nombre nécessaire de patients à traiter pour éviter un échec implantaire est de 48 (intervalle de confiance à 95% : 31-109). En revanche, l’utilisation d’antibiotiques n’a pas réduit de façon significative l’incidence de l’infection postopératoire (p=0.754).</p> <p><u>Commentaire :</u></p> <p>Aucun de ces quatre essais cliniques ne permet individuellement de mettre en évidence de différence significative entre les groupes test et contrôle pour aucun des paramètres mesurés (infection du site opératoire, échec implantaire précoce). En revanche, la compilation des résultats permet de suppléer le manque de puissance de ces essais et de montrer l’intérêt d’une antibiothérapie prophylactique lors de la mise en place d’implant dans la réduction du taux d’échec implant, comparativement aux groupes contrôles (patient ne recevant pas d’antibiotique ou un placebo)</p> <p>La conclusion de cette méta-analyse étant en faveur d’une utilisation systématique d’antibiotique en cas de pose d’implant est donc en contradiction avec les recommandations de l’Afssaps de 2011 concernant la prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire. Parmi les quatre études sélectionnées dans cette méta-analyse, trois d’entre-elles figuraient déjà parmi celles retenues pour grader la recommandation sur l’antibiothérapie prophylactique en chirurgie implantaire. L’étude d’Anuita et coll., 2009 a été exclue dans cette méta-analyse car les implants étaient systématiquement humidifiés avec du PRGF pour plasma rich growth factor, avant implantation. En revanche, l’étude de Caiazzo et coll., 2011, postérieure aux recommandations a été retenue. Le but de cette étude était de définir la modalité optimale d’amoxicilline en chirurgie implantaire. Cent patients ont été randomisés en ‘ groupes différents : (1) amoxicilline 2g 1heure avant la chirurgie, (2) amoxicilline 2g 1heure avant la chirurgie et 1g deux fois par jour en postopératoire pendant 7 jours, (3) amoxicilline 1g deux fois par jour en postopératoire pendant 7 jours, (4) pas de prise d’antibiotique. Au moment du 2<sup>ème</sup> temps chirurgical, 2 échecs implantaires sur 148 implants posés sont rapportés dans le seul groupe sans antibiotique.</p> <p>L’analyse de l’ensemble des études disponibles aujourd’hui indique que :</p> <p style="margin-left:7.1pt;">- seule une molécule a été évaluée : l’amoxicilline, quid en cas d’allergie aux β-lactamines, aucune donnée sur la clindamycine dans cette indication ;</p> <p style="margin-left:7.1pt;">- l’échec implantaire précoce est un évènement rare, que ce soit avec ou sans antibiothérapie prophylactique. En moyenne, 5% des patients sans prise d’antibiotique sont exposés à 5% d’échec implantaire, contre 2% des patients sous antibiothérapie prophylactique préopératoire et 1% des patients sous antibiothérapie prophylactique pré et post-opératoire.</p> <p>La prescription d’une antibiothérapie prophylactique avant la mise en place d’implant semble justifiée (avec un bénéfice escompté faible 5% versus 1 à 2%) avec une prise d’amoxicilline unique de 2g 1heure avant la pose d’implant</p> <p> </p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2014 Revue Littérature Novembre 2014 <h2><strong>Dr Christophe Deschaumes</strong></h2> <p><strong>Implants dentaires et biphosphonates</strong><br /> <br /> Holzinger D, Seemann R, Matoni N, Ewers R, Millesi W, Wulzl A. Effect of dental implants on bisphosphonate-related osteonecrosis of the jaws. J Oral Maxillofac Surg 2014 ; 72 :1937-.e1-2037.e8<br /> <br /> <u>R&eacute;sum&eacute; :</u><br /> <br /> La n&eacute;crose osseuse des maxillaires est un effet secondaire majeur des traitements par biphosphonates. Ces n&eacute;croses apparaissent de fa&ccedil;on pr&eacute;dominante apr&egrave;s des avulsions dentaires. Bas&eacute;e sur 13 sujets pr&eacute;sentant des n&eacute;croses osseuses li&eacute;es aux biphosphonates en relation avec la pose de 47 implants, cette &eacute;tude &eacute;value les d&eacute;lais d&rsquo;apparition de la n&eacute;crose osseuse en fonction de la dur&eacute;e de traitement par biphosphonates et de la pose des implants. Ces implants ont &eacute;t&eacute; pos&eacute;s avant, pendant ou apr&egrave;s traitement par biphosphonates per os ou intraveineux.<br /> Cette &eacute;tude montre qu&rsquo;il y a un fort risque de n&eacute;crose osseuse pr&eacute;coce si la pose des implants intervient apr&egrave;s ou pendant un traitement par biphosphonates, surtout avec une administration par voie intraveineuse mais &eacute;galement dans une moindre mesure avec une administration per os. La dur&eacute;e du traitement par biphosphonates est le principal facteur de risque de d&eacute;clenchement de la n&eacute;crose.<br /> Elle montre &eacute;galement que le risque de perte pr&eacute;coce des implants par absence d&rsquo;ost&eacute;oint&eacute;gration est plus important lors que le traitement par biphosphonates n&rsquo;est pas interrompu.<br /> Les conclusions issues de leur petite cohorte sont confirm&eacute;es par la m&eacute;ta analyse de la litt&eacute;rature r&eacute;alis&eacute;e dans cet article.<br /> <br /> <u>Commentaire :</u><br /> <br /> <em>Au bilan, comme le sugg&egrave;rent les recommandations de l&rsquo;AAOMS, la prudence doit rester de mise pour la pose d&rsquo;implant apr&egrave;s et surtout pendant un traitement par biphosphonates m&ecirc;me administr&eacute; en per os. M&ecirc;me si le risque de n&eacute;crose osseuse est faible en pr&eacute;sence de biphosphonates per os, l&rsquo;incidence de p&eacute;riimplantite est augment&eacute;e dans ce contexte.</em></p> <p><br /> <strong>Extractions dentaires et double anti-agr&eacute;gation plaquettaire</strong><br /> <br /> Olmos-Carrasco O, Pastor-Ramos V, Espinilla-Blanco R, Ortiz-Z&aacute;rate A, Garc&iacute;a-&Aacute;vila I, Rodr&iacute;guez-Alonso E, Herrero-Sanju&aacute;n R, Ruiz-Garc&iacute;a MM, Gallego-Beuter P, S&aacute;nchez-Salgado MP, Ter&aacute;n-Agust&iacute;n AI, Fern&aacute;ndez-Behar M, Pe&ntilde;a-Sainz I.Hemorrhagic Complications of Dental Extractions in 181 Patients undergoing double antiplatelet therapy. J Oral Maxillofac Surg. 2014 Aug 12. pii: S0278-2391<br /> <br /> <u>R&eacute;sum&eacute; :</u><br /> <br /> L&rsquo;objectif de cette &eacute;tude multicentrique est d&rsquo;&eacute;valuer le risque h&eacute;morragique lors d&rsquo;avulsions dentaires chez 181 sujets sous double anti-agr&eacute;gation plaquettaire sans arr&ecirc;t d&rsquo;un des 2 antiagr&eacute;gants.<br /> Les r&eacute;sultats montrent que 91% des sujets pr&eacute;sentent un saignement post op&eacute;ratoire l&eacute;ger, de moins de 30 minutes. Seuls 8% des sujets ont une h&eacute;morragie sup&eacute;rieure &agrave; 30 minutes et pour 1 seul patient, sup&eacute;rieure &agrave; 1 heure. Toutes ces h&eacute;morragies ont pu &ecirc;tre g&eacute;r&eacute;es par une simple h&eacute;mostase locale.<br /> L&rsquo;analyse multivari&eacute;e identifie comme facteurs de risque locaux, la pr&eacute;sence d&rsquo;une inflammation locale pr&eacute;op&eacute;ratoire et l&rsquo;avulsion de plus de 3 racines.<br /> Par cette &eacute;tude, les auteurs r&eacute;affirment l&rsquo;inutilit&eacute; de l&rsquo;arr&ecirc;t de la double anti agr&eacute;gation plaquettaire pour des avulsions dentaires.<br /> <br /> <u>Commentaire :</u><br /> <br /> <em>Cependant il faut prudence garder. En pr&eacute;sence d&rsquo;un des facteurs de risque locaux ici rapport&eacute;s, en pr&eacute;sence d&rsquo;un facteur de risque g&eacute;n&eacute;ral, telle une an&eacute;mie s&eacute;v&egrave;re, une hypertension art&eacute;rielle non contr&ocirc;l&eacute;e, une insuffisance h&eacute;patique ou r&eacute;nale &hellip; ou en cas d&rsquo;ant&eacute;c&eacute;dents d&rsquo;h&eacute;morragie post-chirurgicale, il convient tout de m&ecirc;me de g&eacute;rer ces patients en hospitalisation.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2014 Revue Littérature Décembre 2014 <h2>Pr Vianney Descroix<br /> &nbsp;</h2> <p><strong>Douleur du cancer et prise en charge psychologique</strong></p> <p>Syrjala KL, Jensen MP, Mendoza ME, Yi JC, Fisher HM, Keefe FJ. Psychological and behavioral approaches to cancer pain management. J Clin Oncol. 2014 1; 32(16):1703-11.</p> <p style="text-align: justify;"><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p style="text-align: justify;">Les auteurs de cet article ont analys&eacute; l&rsquo;ensemble des &eacute;tudes cliniques qui ont &eacute;valu&eacute;es l&rsquo;influence de la prise en charge psychologique et comportementale dans la pr&eacute;vention et le traitement de la douleur du cancer. L&rsquo;efficacit&eacute; de ces approches a &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute;e &agrave; toutes les &eacute;tapes du cancer : le diagnostic, au cours du traitement, en post-traitement et en phase palliative.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Il est aujourd&rsquo;hui admis qu&rsquo;il existe un lien de causalit&eacute; entre les &eacute;motions comme la d&eacute;pression, l&rsquo;anxi&eacute;t&eacute;, l&rsquo;incertitude, le d&eacute;sespoir et la douleur. Par ailleurs, la douleur du cancer non soulag&eacute;e peut augmenter le d&eacute;sir de mourir plus rapidement. Ainsi les patients atteints de cancers pourront appr&eacute;hender la douleur en utilisant diff&eacute;rentes strat&eacute;gies n&eacute;gatives comme par exemple le catastrophisme qui accentue la douleur ou positive comme l&rsquo;auto-efficacit&eacute; qui la diminue. Plusieurs &eacute;tudes randomis&eacute;es et contr&ocirc;l&eacute;es de haut niveau de preuve ainsi que diff&eacute;rentes m&eacute;ta-analyses ont pu mettre en &eacute;vidence l&rsquo;efficacit&eacute; de diff&eacute;rentes th&eacute;rapeutiques comportementales et cognitives dans la r&eacute;duction de la &nbsp;s&eacute;v&eacute;rit&eacute; de la douleur et des pertes de fonctions au cours du cancer.</p> <p style="text-align: justify;">Les m&eacute;thodes efficaces comprennent l&#39;&eacute;ducation th&eacute;rapeutique, l&rsquo;hypnose, les approches cognitivo-comportementales et la relaxation avec des images. L&#39;exercice physique a &eacute;t&eacute; test&eacute; chez des patients atteints de cancer comme chez les survivants &agrave; long terme, mais peu d&#39;&eacute;tudes ont &eacute;valu&eacute; l&rsquo;effet des exercices directement sur la douleur. Chez les survivants post-traitement, le yoga et l&#39;hypnose ainsi que l&#39;exercice physique sont des m&eacute;thodes int&eacute;ressantes pour contr&ocirc;ler la douleur. Bien que certains de ces traitements r&eacute;duisent efficacement la douleur pour les patients ayant un cancer de stade avanc&eacute;, seuls quelques-uns dans un petit nombre d&rsquo;&eacute;tude ont &eacute;t&eacute; test&eacute;s chez des patients en fin de la vie. Beaucoup de ces m&eacute;thodes psychologiques et de th&eacute;rapie comportementale ont &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute; et semblent efficace pour r&eacute;duire la douleur dans de nombreux cancers il faut maintenant que l&rsquo;efficacit&eacute; de ces m&eacute;thodes soient plus amplement analys&eacute;e chez les patients suivis en post-traitement et chez les patients en stade terminal.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;"><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p style="text-align: justify;"><em>Cet article d&eacute;montre de fa&ccedil;on particuli&egrave;rement pertinente l&rsquo;importance d&rsquo;une prise en charge pluridisciplinaire en canc&eacute;rologie et la place toute singuli&egrave;re que doivent occuper les prises en charges psychologiques et comportementales tout particuli&egrave;rement dans la pr&eacute;vention et le traitement des douleurs li&eacute;es au cancer.</em></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p><strong>Les troubles factices et la &laquo; Sinistrose &raquo;</strong></p> <p>Bass C., Halligan P. Factitious disorders and malingering: challenges for clinical assessment and management Lancet 201 383(9926): 1422-32.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;:</u></p> <p style="text-align: justify;">Le diagnostic de troubles factices est rare, en comparaison avec d&rsquo;autres troubles psychiques.</p> <p style="text-align: justify;">Leur identification d&eacute;pend en grande partie du recueil syst&eacute;matique d&rsquo;informations pertinentes, comprenant une chronologie d&eacute;taill&eacute;e et un examen minutieux du dossier m&eacute;dical du patient.</p> <p style="text-align: justify;">La prise en charge de tels troubles n&eacute;cessite dans l&rsquo;id&eacute;al une approche pluridisciplinaire et une implication forte du m&eacute;decin traitant. La tromperie &eacute;tant un &eacute;l&eacute;ment cl&eacute;, constitutif des troubles factices, le diagnostic a d&rsquo;importantes implications pour de jeunes enfants, en particulier quand il est identifi&eacute; chez leurs m&egrave;res ou les personnes qui prennent soin d&rsquo;eux.</p> <p style="text-align: justify;">La Sinistrose, en pratique clinique, est consid&eacute;r&eacute;e comme un trouble rare, alors que la simulation de sympt&ocirc;mes, motiv&eacute;e par l&rsquo;app&acirc;t du gain, se trouve plus courante dans le cadre m&eacute;dico-l&eacute;gal. Des investigations psychom&eacute;triques peuvent aider &agrave; rep&eacute;rer la simulation d&rsquo;une maladie, pour cela elles doivent utiliser des tests de validit&eacute; de sympt&ocirc;mes qui doivent s&rsquo;appuyer sur des sources de preuves convergentes, comprenant des entretiens d&rsquo;&eacute;valuation d&eacute;taill&eacute;s, des notes m&eacute;dicales, et des investigations non-m&eacute;dicales pertinentes. Un enjeu principal, dans l&rsquo;observation d&rsquo;un comportement de recherche pathologique de soins, serait de savoir dans quelle mesure des sympt&ocirc;mes rapport&eacute;s par la personne rel&egrave;vent de son propre choix, ou d&rsquo;un m&eacute;canisme psychopathologique d&eacute;passant le contr&ocirc;le volontaire, voire des deux. Les comp&eacute;tences cliniques seules ne suffisent pas &agrave; d&eacute;tecter ou diagnostiquer la Sinistrose. Les &eacute;tudes m&eacute;dicales doivent apporter au praticien une structure, un cadre conceptuel, d&eacute;veloppemental et de prise en charge pour comprendre et s&rsquo;occuper de patients dont les sympt&ocirc;mes apparaissent comme &eacute;tant simul&eacute;s.</p> <p style="text-align: justify;">Les mod&egrave;les bas&eacute;s sur l&rsquo;explicatif et les croyances, utilis&eacute;s pour donner du sens &agrave; la fois aux patients et aux m&eacute;decins, sont d&rsquo;une importance fondamentale pour la compr&eacute;hension des troubles factices et de la sinistrose.</p> <p style="text-align: justify;"><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p style="text-align: justify;"><em>Toute approche m&eacute;dicale doit tenir compte de ce que les anglo-saxons nomment avec pr&eacute;cision &laquo; disease, illness, sickness et sick role &raquo;, dans les troubles factices, cela demeure particuli&egrave;rement vrai. En effet, disease suppose que la maladie soit objectiv&eacute;e, quantifi&eacute;e, d&eacute;couverte et trait&eacute;e ; illness nous dit ce que le patient vit, en tenant compte de ses sympt&ocirc;mes, ses interpr&eacute;tations, ses &eacute;motions ; sickness signifie la socialisation de la maladie et le sick role la validation du statut de malade avec ses droits et ses devoirs.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2014 Revue Littérature Janvier 2015 <h2><strong>Rubrique scientifique SFCO Janvier 2015</strong></h2> <p><strong>Dr Thomas Fortin</strong></p> <p><strong>Greffe osseuse verticale dans la r&eacute;gion post&eacute;rieure mandibulaire. Utilisation de blocs de x&eacute;nogreffe et comparaison entre la tunn&eacute;lisation et le lambeau conventionnel.&nbsp;</strong></p> <p>Xuan F, Lee CU, Son JS, Fang Y, Jeong SM, Choi BH. Vertical ridge augmentation using xenogenous bone blocks: a comparison between the flap and tunneling procedures. J Oral Maxillofac Surg. 2014&nbsp;; 72(9):1660-70.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude animale qui consiste &agrave; comparer la n&eacute;oformation osseuse dans deux techniques chirurgicales de greffes osseuses. Dans les deux cas se sont des greffons d&rsquo;origine bovine mis en onlay sur un &eacute;dentement mandibulaire. Dans un cas la technique est &agrave; lambeau ouvert alors que dans l&rsquo;autre c&rsquo;est un tunnel qui est r&eacute;alis&eacute; avec uniquement une incision de d&eacute;charge et sans vis d&rsquo;ost&eacute;osynth&egrave;se. Pour cela 6 chiens re&ccedil;oivent deux blocs, un de chaque cot&eacute; avec tirage au sort pour la technique &agrave; utiliser. Les greffons osseux sont analys&eacute;s au bout de 6 mois. Le pourcentage moyen d&rsquo;os n&eacute;oform&eacute; au sein du bloc est de 15.3 &plusmn; 6.6% dans le groupe &agrave; lambeau classique avec un os form&eacute; essentiellement dans la partie apicale et de 46.6 &plusmn; 23.4% dans le groupe tunnel avec cette fois-ci de l&rsquo;os non seulement &agrave; la base du greffon mais &eacute;galement dans sa partie coronale.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:&nbsp;</u></p> <p><em>Cette &eacute;tude, parfaitement men&eacute;e, montre que la pr&eacute;servation de l&rsquo;int&eacute;grit&eacute; du p&eacute;rioste am&eacute;liore consid&eacute;rablement la n&eacute;oformation osseuse. Un autre avantage de la technique de tunnelisation est le maintien du greffon qu&rsquo;elle assure puisque dans cette &eacute;tude il n&rsquo;est pas utilis&eacute; de vis de cicatrisation. L&rsquo;inconv&eacute;nient majeur de la m&eacute;thode est le manque potentiel de visibilit&eacute; du site pour la pr&eacute;paration du greffon et en particulier pour son adaptation parfaite.&nbsp;&nbsp;</em></p> <p><strong>Etude r&eacute;trospective portant sur 124 patients ayant re&ccedil;u des implants courts dans la r&eacute;gion mandibulaire post&eacute;rieure.&nbsp;</strong></p> <p>Grant BT, Pancko FX, Kraut RA&nbsp;; Outcomes of placing short dental implants in the posterior mandible: a retrospective study of 124 cases. J Oral Maxillofac Surg. 2009&nbsp;; 67(4):713-7.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Il a &eacute;t&eacute; &eacute;tudi&eacute; le devenir de r&eacute;habilitations proth&eacute;tiques implantoport&eacute;es chez 124 patients ayant re&ccedil;u des implants de 8 mm de long (335 au total). Parmi les 124&nbsp;patients, 112 sont partiellement &eacute;dent&eacute;s, 32 pr&eacute;sentent des &eacute;dentements unitaires et 12 totalement &eacute;dent&eacute;s. Tous les implants supportent des proth&egrave;ses fixes, dont 245 avec solidarisation des couronnes et 75 avec des couronnes individualis&eacute;es. Le suivi pour 76 implants est sup&eacute;rieur &agrave; 2 ans et pour 197 implants sup&eacute;rieur &agrave; 1 an. Le taux de survie des implants est de 99%.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Ainsi les auteurs concluent que la mise en place d&rsquo;implants de 8 mm en r&eacute;gion mandibulaire post&eacute;rieure est une m&eacute;thode pr&eacute;dictible pour le traitement des &eacute;dentements. Il convient toutefois de nuancer cette conclusion en constatant, tout d&rsquo;abord que la notion de survie se limite &agrave; la pr&eacute;sence de l&rsquo;implant dans l&rsquo;os sans consid&eacute;ration de la r&eacute;action des tissus environnants, d&rsquo;autre part que la dur&eacute;e de suivi est tr&egrave;s courte, 2 ans pour seulement 76 implants et que nombre de restaurations associent implants de 8 mm avec des implants de longueurs standards. Il serait int&eacute;ressant aujourd&rsquo;hui de publier des &eacute;tudes qui d&eacute;taillent pr&eacute;cis&eacute;ment les indications des implants courts, ce qui reviendrai &agrave; dissocier chaque type d&rsquo;&eacute;dentement avec un suivi d&rsquo;au moins 5 ans.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2015 Revue Littérature Février 2015 <h2><strong>Autom&eacute;dication et effets ind&eacute;sirables : au premier plan des hospitalisations, les AINS&nbsp;!</strong></h2> <p><strong>Dr Sarah Cousty</strong></p> <p>Schmiedl S, Rottenkolber M, Hasford J, Rottenkolber D, Farker K, Drewelow B, Hippius M, Salj&eacute; K, Th&uuml;rmann P. Self-medicationwith over-the-counter and prescribeddrugscausing adverse-drug-reaction-relatedhospital admissions: results of a prospective, long-term multi-centre study. Drug Saf. 2014 Apr;37(4):225-35.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Cette &eacute;tude, r&eacute;alis&eacute;e par une &eacute;quipe Allemande, s&rsquo;int&eacute;resse aux effets potentiellement d&eacute;l&eacute;t&egrave;res de l&rsquo;autom&eacute;dication. Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude observationnelle multicentrique et prospective, men&eacute;e en Allemagne, entre 2000 et 2008. Les dossiers m&eacute;dicaux de 212&nbsp;000 patients des services de m&eacute;decine interne de plusieurs h&ocirc;pitaux sont analys&eacute;s.Un total de 6&nbsp;887 (3,2%) hospitalisations, est li&eacute; &agrave; un effet ind&eacute;sirable m&eacute;dicamenteux. 3,9% de ces effets ind&eacute;sirables sont le r&eacute;sultat d&rsquo;une autom&eacute;dication&nbsp;: m&eacute;dicament en vente libre ou m&eacute;dicament anciennement prescrit au patient.</p> <p>Si l&rsquo;on s&rsquo;int&eacute;resse au groupe des patients hospitalis&eacute;s pour effet ind&eacute;sirable m&eacute;dicamenteux, la population des patients &laquo;&nbsp;autom&eacute;diqu&eacute;s&nbsp;&raquo; est plus jeune et le plus souvent de sexe masculin. Ces patients pr&eacute;sentent peu de pathologies associ&eacute;es (moins que dans l&rsquo;autre population) et prennent par cons&eacute;quent moins de m&eacute;dicaments. Globalement, la population des patients hospitalis&eacute;s pour effet ind&eacute;sirable m&eacute;dicamenteux est &acirc;g&eacute;e.</p> <p>Au premier rang des effets ind&eacute;sirables li&eacute;s &agrave; une autom&eacute;dication, on retrouve les h&eacute;morragies digestives, le plus souvent dues &agrave; la prise d&rsquo;AINS &agrave; vis&eacute;e antalgique&nbsp;: aspirine, diclof&eacute;nac puis ibuprof&egrave;ne. Dans certains cas, l&rsquo;effet ind&eacute;sirable est li&eacute; &agrave; la prise de plusieurs sp&eacute;cialit&eacute;s diff&eacute;rentes, contenant le m&ecirc;me principe actif, de mani&egrave;re concomitante.</p> <p>Les auteurs insistent sur l&rsquo;importance des strat&eacute;gies d&rsquo;&eacute;ducation th&eacute;rapeutique et de pr&eacute;vention en particulier pour les patients &acirc;g&eacute;s et polym&eacute;diqu&eacute;s. Une attention particuli&egrave;re est &agrave; porter lors de la prescription des AINS, notamment vis-&agrave;-vis des m&eacute;dicaments interf&eacute;rant avec l&rsquo;h&eacute;mostase.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Cet article insiste sur la n&eacute;cessit&eacute; de rappeler &agrave; nos patients les risques li&eacute;s &agrave; l&rsquo;autom&eacute;dication. Nous devons rester vigilants, tout particuli&egrave;rement &agrave; l&rsquo;heure o&ugrave; le march&eacute; fran&ccedil;ais des m&eacute;dicaments en vente libre est florissant, notamment sur internet.</em></p> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>Les antibiotiques toujours prescrits &agrave; tort&nbsp;?</strong></h2> <p><strong>Dr Sarah Cousty</strong></p> <p>Rapport de l&rsquo;ANSM &laquo;&nbsp;Evolution des consommations d&rsquo;antibiotiques en France entre 2000 et 2013&nbsp;&raquo;, novembre 2014.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:&nbsp;</u></p> <p>Au d&eacute;but des ann&eacute;es 2000, face au d&eacute;veloppement des r&eacute;sistances bact&eacute;riennes, l&rsquo;Assurance Maladie lance une campagne d&rsquo;information concernant la prescription des antibiotiques. L&rsquo;objectif est de rationnaliser l&rsquo;usage des antibiotiques afin d&rsquo;en pr&eacute;server l&rsquo;efficacit&eacute;. L&rsquo;effet est positif avec une baisse notable de l&rsquo;utilisation des antibiotiques entre 2002 et 2004.</p> <p>Malheureusement, cette tendance n&rsquo;a pas dur&eacute;&nbsp;: depuis plusieurs ann&eacute;es, l&rsquo;Agence Nationale de S&eacute;curit&eacute; du M&eacute;dicament et des produits de sant&eacute;, observe une augmentation de la consommation, accentu&eacute;e en 2013. Au total, entre 2000 et 2013, la consommation d&rsquo;antibiotique a baiss&eacute; de 10,7% mais elle a augment&eacute; de 5,9% depuis 2010.</p> <p>En volume, environ 90% des antibiotiques sont prescrits &laquo;&nbsp;en ville&nbsp;&raquo;. Les p&eacute;nicillines sont les plus utilis&eacute;es (58% des antibiotiques en 2011), avec une augmentation de l&rsquo;amoxicilline associ&eacute;e &agrave; l&rsquo;acide clavulanique. Pour le secteur de ville, la France n&rsquo;est plus le premier consommateur d&rsquo;antibiotiques en Europe, comme c&rsquo;&eacute;tait le cas au d&eacute;but des ann&eacute;es 2000. En 2012, elle se situait au 4<sup>&egrave;me</sup> rang pour le secteur ambulatoire.A l&rsquo;h&ocirc;pital, la consommation fran&ccedil;aise se situe dans la moyenne europ&eacute;enne.</p> <p>En 2013, les g&eacute;n&eacute;riques d&rsquo;antibiotiques ont repr&eacute;sent&eacute; 82,5% de la consommation d&rsquo;antibiotiques en&nbsp;ville.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Les donn&eacute;es pr&eacute;sent&eacute;es dans ce rapport montrent que la situation fran&ccedil;aise est loin d&rsquo;&ecirc;tre satisfaisante.</em></p> <p><em>Le recours de plus en plus fr&eacute;quent &agrave; l&rsquo;association amoxicilline-acide clavulanique, est pr&eacute;occupant car&nbsp; la justification n&rsquo;a pas &eacute;t&eacute; d&eacute;montr&eacute;e dans toutes les situations cliniques.Parall&egrave;lement, le d&eacute;veloppement des souches r&eacute;sistantescr&eacute;e d&eacute;j&agrave; des situations d&rsquo;impasse th&eacute;rapeutique. L&rsquo;introduction de nouvelles mol&eacute;cules ne peut pas &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute;e comme une solution. L&rsquo;innovation est en effet tr&egrave;s peu active. </em></p> <p><em>Les prescripteurs doivent s&rsquo;efforcer d&rsquo;&eacute;tablir une distinction entre les antibiotiquesde premi&egrave;re ligne et les antibiotiques de recours qui, encore plus que les autres antibiotiques, doivent &ecirc;treconsid&eacute;r&eacute;s comme une ressource rare dont l&rsquo;utilisation doit &ecirc;tre limit&eacute;e &agrave; des cas pleinement justifi&eacute;s.</em></p> <p>&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2015 Revue Littérature Mars 2015 <h2><strong>Incidence de l&rsquo;endocardite infectieuse en Angleterre&nbsp;: vers un retour en arri&egrave;re&nbsp;?</strong></h2> <p><strong>Dr Laurent Devoize</strong></p> <p>Dayer MJ, Jones S, Prendergast B, Baddour LM, Lockhart PB, Thornhill MH. Incidence of infectiveendocarditis in England, 2000-13: a secular trend, interrupted time-seriesanalysis. Lancet. 2014;(ahead of print).</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les changements r&eacute;cents dans l&rsquo;antibioprophylaxie de l&rsquo;endocardite infectieuse aux Etats-Unis et en Europe ont sensiblement r&eacute;duit le nombre de patients pour lesquels une antibioprophylaxie est recommand&eacute;e. A l&rsquo;heure actuelle, en France, seuls les patients &agrave; haut risque d&rsquo;endocardite infectieuse n&eacute;cessitent une antibioth&eacute;rapie prophylactique pour toute proc&eacute;dure pouvant entrainer une bact&eacute;ri&eacute;mie significative. Au Royaume-Uni, en mars 2008, l&#39;Institut national pour la sant&eacute; et l&#39;excellence clinique (NICE) est m&ecirc;me all&eacute; jusqu&rsquo;&agrave; recommanderune cessation compl&egrave;te de l&#39;antibioprophylaxie pour la pr&eacute;vention de l&#39;endocardite infectieuse.&nbsp; Les auteurs de cet article ont analys&eacute;s de mani&egrave;re r&eacute;trospective l&rsquo;effet de cet arr&ecirc;t brutal sur le nombre de cas d&rsquo;endocardites d&eacute;clar&eacute;es par les structures hospitali&egrave;res anglaises, ceci sur une p&eacute;riode de 13 ans, allant de 2000 &agrave; 2013. Les r&eacute;sultats ont montr&eacute; une baisse drastique de la prescription d&rsquo;antibiotiques, passant de 10900 &agrave; 2236 prescriptions par mois&nbsp;; se basant sur les chiffres de d&eacute;claration de 2000 &agrave; 2008, la tendance de survenue d&rsquo;une endocardite a &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute;e &agrave; 0,11 cas pour 10 millions d&rsquo;habitants&nbsp;; En mars 2013, 35 cas par mois ont &eacute;t&eacute; signal&eacute;s en plus de que ce qui aurait &eacute;t&eacute; attendu si l&rsquo;on avait suivi les pr&eacute;visionsde cette tendance.Un autre r&eacute;sultat important de cette &eacute;tude montre que cette augmentation de l&#39;incidence de l&#39;endocardite &eacute;tait aussi importante pour les individus &agrave; haut risque d&#39;endocardite infectieuse que pour ceux &agrave; faible risque.</p> <p>Bien que leurs donn&eacute;es n&rsquo;&eacute;tablissent pas un lien de causalit&eacute;, il est tout de m&ecirc;me mis en exergue que l&#39;incidence de l&#39;endocardite infectieuse a consid&eacute;rablement augment&eacute; en Angleterre depuis l&#39;introduction des directives de NICE 2008.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Cet article, publi&eacute; dans une revue de prestige (The Lancet), ne permet n&eacute;anmoins pas de donner de conclusions formelles, certaines d&rsquo;entre elles pouvant &ecirc;tre sujettes &agrave; caution.&nbsp; Divers facteurs de confusion pourraient expliquer une incidence accrue de l&#39;endocardite infectieuse ind&eacute;pendamment de tout changement dans les lignes directrices de l&#39;antibioprophylaxie. Le changement pourrait &ecirc;tre caus&eacute;, par exemple, par une augmentation du nombre de personnes &agrave; risque d&#39;endocardite infectieuse r&eacute;sultant de plusieurs facteurs: vieillissement de la population, augmentation du nombre de patients ayant b&eacute;n&eacute;fici&eacute; de l&rsquo;implantation de dispositifs intracardiaques, augmentation de la pr&eacute;valence du diab&egrave;te, etc. Il n&rsquo;y a &eacute;galement aucun argument prouvant qu&rsquo;il s&rsquo;agit d&rsquo;endocardites ayant pour origine une bact&eacute;ri&eacute;mie &agrave; streptocoques buccaux&hellip;</em></p> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>Quels sont les facteurs de risque de l&eacute;sion du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur pour l&rsquo;avulsion des dents de sagesse mandibulaires&nbsp;?</strong></h2> <p><strong>Dr Laurent Devoize</strong></p> <p>Sarikov R, Juodzbalys G. Inferioralveolar nerve injuryaftermandibularthirdmolar extraction: a literaturereview. J Oral MaxillofacRes. 2014;5(4):e1.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;avulsion des troisi&egrave;mes molaires mandibulaires est l&#39;une des proc&eacute;dures chirurgicales les plus fr&eacute;quemment r&eacute;alis&eacute;es. &nbsp;Le retrait de ces dents a des indications bien pr&eacute;cises&nbsp;; il existe n&eacute;anmoins de nombreuses controverses concernant l&rsquo;avulsion prophylactique de dents asymptomatiques. &nbsp;L&rsquo;indication repose dans ces cas sur une &eacute;valuation du b&eacute;n&eacute;fice/risque de les laisser en place ou non. Cette revue de litt&eacute;rature a pour objectif de mettre en &eacute;vidence l&rsquo;incidence des l&eacute;sions du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur (NAI) et les facteurs de risque pouvant expliquer ces l&eacute;sions, et aider ainsi le praticien &agrave; &eacute;valuer le risque de son &eacute;ventuel acte chirurgical.</p> <p>Sur 84 articles traitant du sujet de 2009 &agrave; 2014, 14 ont &eacute;t&eacute; s&eacute;lectionn&eacute;s pour leur&nbsp; pertinence (articles en anglais, avec un minimum de 6 mois de suivi, analyse des l&eacute;sionsrapport&eacute;es par les patients en s&rsquo;aidant de l&rsquo;imagerie m&eacute;dicale et de tests neurosensoriels). Les r&eacute;sultats montrent une incidence de l&eacute;sion du NAI comprise entre 0,35 et 8,4%. Les r&eacute;sultats montrent &eacute;galement qu&rsquo;apr&egrave;s 6 mois de dysfonctions du NAI, celles-ci semblent permanentes et la r&eacute;cup&eacute;ration compl&egrave;te rare. Il existe finalement peu de crit&egrave;res pr&eacute;dicitifs&nbsp;: un &acirc;ge sup&eacute;rieur &agrave; 24 ans, avec inclusion horizontale de la dent, et un op&eacute;rateur inexp&eacute;riment&eacute;.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>En fin de compte, peu de choses de nouveau&hellip; Mais si l&rsquo;on analyse de plus pr&egrave;s cet article, on s&rsquo;aper&ccedil;oit que certaines techniques alternatives &agrave; l&rsquo;avulsion classique des dents de sagesse mandibulaires incluses, comme l&rsquo;aide &agrave; la migration m&eacute;siale par section m&eacute;sialepartielle de la couronne ou la coronectomie, ont &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute;es et semblent donner des r&eacute;sultats int&eacute;ressants.&nbsp; En effet, dans tous les cas (m&ecirc;me s&rsquo;ils sont peu nombreux), la proc&eacute;dure&nbsp;a &eacute;t&eacute; efficace et il n&rsquo;a pas &eacute;t&eacute; rapport&eacute; de complications cicatricielles, infectieuses ou neurosensorielles. Face &agrave; une dent ankylos&eacute;e et/ou pr&eacute;sentant angulation horizontale &agrave; proximit&eacute; du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur, il semble donc licite de proposer l&rsquo;une ou l&rsquo;autre de ces deux options.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2015 Revue Littérature Avril 2015 <h2><strong>Evidence supporting pre-radiation elimination of oral foci of infection in head and neck cancer patients to prevent oral sequelae. A systematic review.</strong></h2> <p><em><strong>Pr&nbsp;</strong><strong>Philippe Lesclous</strong></em></p> <p>Schuurhuis J.M., Stokman M.A., Witjes M.J.H., Dijkstra P.U., Vissink A., Spijkervet F.K.L.&nbsp; Oral Oncology 2014, 5&nbsp;:212-20.</p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;examen et la mise en &eacute;tat de la cavit&eacute; orale syst&eacute;matique avant une radioth&eacute;rapie cervico-faciale chez des patients atteints d&rsquo;un cancer des voies a&eacute;ro-digestives sup&eacute;rieures font partie des dogmes enseign&eacute;s dans la plupart des universit&eacute;s du monde. Il est reconnu que de tels patients pr&eacute;sentent un &eacute;tat bucco-dentaire plus alt&eacute;r&eacute; qu&rsquo;une population saine. Cet &eacute;tat de fait est corr&eacute;l&eacute; bien sur &agrave; l&rsquo;addiction alcolo-tabagique. Tous les praticiens sont sensibilis&eacute;s au risque d&rsquo;ost&eacute;radion&eacute;crose et les complications aff&eacute;rentes. Mais sur quelle base scientifique repose r&eacute;ellement ce dogme? C&rsquo;est exactement le but de cette revue syst&eacute;matique de la litt&eacute;rature qui analyse les b&eacute;n&eacute;fices apport&eacute;s (ou non) et prouv&eacute;s par l&rsquo;&eacute;limination pr&eacute;-radique des foyers infectieux buccaux de fa&ccedil;on &agrave; minimiser les effets ind&eacute;sirables d&rsquo;une telle irradiation au niveau de la cavit&eacute; buccale.</p> <p>Cette revue syst&eacute;matique a &eacute;t&eacute; conduite en interrogeant la base de donn&eacute;e Medline jusqu&rsquo;en mai 2014 sur ce sujet. Sur les 1770 articles identifi&eacute;s, seules 20 &eacute;tudes, dont 17 r&eacute;trospectives, remplissant tous les crit&egrave;res de s&eacute;lection ont &eacute;t&eacute; retenues. Une tr&egrave;s grande h&eacute;t&eacute;rog&eacute;n&eacute;it&eacute; concernant les groupes de patients &eacute;tudi&eacute;s ainsi que les techniques d&rsquo;examen et de mise en &eacute;tat de la cavit&eacute; buccale utilis&eacute;es a &eacute;t&eacute; retrouv&eacute;e. la d&eacute;finition m&ecirc;me de foyer infectieux bucco-dentaires est diff&eacute;rente entre certaines de ces &eacute;tudes. Par exemple, 7 d&eacute;finitions diff&eacute;rentes de la parodontite ont &eacute;t&eacute; retrouv&eacute;es et donc des proc&eacute;dures de prise en charge, conservatrices ou plus radicales, pas toujours convergentes. La pr&eacute;sence d&rsquo;une fluoroth&eacute;rapie per ou post-radique n&rsquo;est pas toujours renseign&eacute;e. L&rsquo;incidence de l&rsquo;ost&eacute;oradion&eacute;crone apr&egrave;s avulsion dentaire post-radique varie de 4 &agrave; 57%. Les doses totales et les modes d&rsquo;irradiation ne sont pas souvent d&eacute;finis et lorsqu&rsquo;ils le sont, pas toujours comparables. Les dur&eacute;es de suivi des patients sont aussi tr&egrave;s diff&eacute;rentes d&rsquo;une &eacute;tude &agrave; l&rsquo;autre.</p> <p>La plupart de ces &eacute;tudes souffre de graves manquements m&eacute;thodologiques de telle sorte qu&rsquo;aucune corr&eacute;lation positive entre l&rsquo;&eacute;limination pr&eacute;-radiques des foyers infectieux buccaux et la survenue de s&eacute;quelles endo-buccales post-radiques, en particulier l&rsquo;incidence de l&rsquo;ost&eacute;oradion&eacute;crose, n&rsquo;est statistiquement pas possible.&nbsp; &nbsp;</p> <p><br /> <u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><strong><em>Cette conclusion peut para&icirc;tre difficilement croyable. Mais il faut bien comprendre que l&rsquo;absence de preuve dans un tel contexte m&eacute;thodologique ne signifie pas l&rsquo;absence d&rsquo;efficacit&eacute; des proc&eacute;dures d&rsquo;&eacute;limination pr&eacute;-radique des foyers infectieux buccaux.</em></strong><em> Il convient de le prouver par des &eacute;tudes prospectives, avec des crit&egrave;res d&rsquo;&eacute;valuation clairs et reproductibles concernant l&rsquo;identification de ces foyers (et donc leurs d&eacute;finitions) et les moyens de les &eacute;radiquer. De plus, la caract&eacute;risation des patients inclus et des tumeurs ainsi que le traitement radioth&eacute;rapique (dose d&rsquo;irradiation, technique utilis&eacute;e) devraient &ecirc;tre syst&eacute;matiquement renseign&eacute;s. Enfin, les s&eacute;quelles orales post-radiques devraient &ecirc;tre syst&eacute;matiquement enregistr&eacute;es. Du travail de recherche clinique en perspective&nbsp;!&nbsp; &nbsp;</em></p> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>CD14 and TNF</strong><strong>a single nucleotide polymorphisms are candidates for genetic biomarkers of peri-implantitis.</strong></h2> <p><em><strong>Pr&nbsp;</strong><strong>Philippe Lesclous</strong></em></p> <p>Rakic M., Petkovic-Curcin A.,&nbsp; Struillou X., Matic S., Stammatovic N., Vojvodic D. Clin Oral Invest 2015, 19&nbsp;:791-801.</p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;objectif de cette &eacute;tude prospective et contr&ocirc;l&eacute;e est de rechercher dans quelle mesure des polymorphismes nucl&eacute;otidiques des CD14-159 C/T (le principal co-r&eacute;cepteur du toll-like r&eacute;cepteur impliqu&eacute; dans la transmission du stimulus des bact&eacute;ries parodontog&egrave;nes, localis&eacute; &agrave; la surface des neutrophiles et des cellules de la lign&eacute;e monocyte/macrophage) et du TNFa-308 A/G seraient associ&eacute;s, ou non, &agrave; la p&eacute;ri-implantite et, si oui, d&rsquo;&eacute;valuer leurs effets sur la r&eacute;sorption osseuse en corr&eacute;lant ces polymorphismes avec les niveaux d&rsquo;expression locale de facteurs mol&eacute;culaires cl&eacute;s dans ce ph&eacute;nom&egrave;ne, facilitateur&nbsp;: le RANKL (receptor activator nuclear factor kappa-B ligand) ou inhibiteur&nbsp;: l&rsquo;OPG (ost&eacute;oprot&eacute;g&eacute;rine). Le CD14-159 C/T est connu pour avoir une expression proportionnellement corr&eacute;l&eacute;e &agrave; la production de cytokines pro-inflammatoires conduisant &agrave; la r&eacute;sorption osseuse cons&eacute;cutive &agrave; l&rsquo;infection bact&eacute;rienne chez les patients pr&eacute;sentant une parodontite chronique. Le TNFa est l&rsquo;une de ces cytokines pro-inflammatoires connue pour fortement stimuler la r&eacute;sorption osseuse en agissant sur la diff&eacute;rentiation et l&rsquo;activit&eacute; ost&eacute;oclastique. Ces polymorphismes concernant ces deux facteurs prot&eacute;iques sont d&eacute;j&agrave; document&eacute;s chez les patients atteints de parodontite chronique.</p> <p>Cette &eacute;tude se d&eacute;roule chez 180 patients pr&eacute;sentant une p&eacute;ri-implantite et chez 189 patients contr&ocirc;les implant&eacute;s d&eacute;nu&eacute;s de toute p&eacute;ri-implantite.&nbsp; Les crit&egrave;res d&rsquo;inclusion et d&rsquo;exclusion sont clairement d&eacute;finis tant du point de vue d&eacute;mographique que du point de vue implantaire. Le g&eacute;notypage se fait sur pr&eacute;l&egrave;vement sanguin p&eacute;riph&eacute;rique par PCR (Polymerase Chain Reaction) et le dosage de RANKL et OPG est r&eacute;alis&eacute; &agrave; partir de pr&eacute;l&egrave;vements de fluide gingival sur les sites atteints ou contr&ocirc;les par ELISA (Enzyme-Linked ImmunoSorbent Assay), techniques couramment utilis&eacute;es en biologie mol&eacute;culaire.</p> <p>L&rsquo;analyse des r&eacute;sultats montre qu&rsquo;aucune diff&eacute;rence n&rsquo;est enregistr&eacute;e entre les deux groupes de patients concernant les crit&egrave;res d&rsquo;inclusion. Ils sont donc comparables. Tous les crit&egrave;res classiques d&rsquo;atteinte parodontale (indice de plaque, saignement au sondage, profondeur de poche) sont plus &eacute;lev&eacute;s chez les patients atteints de p&eacute;ri-implantites.&nbsp; Le taux de RANKL dans le fluide gingival est aussi plus &eacute;lev&eacute; chez ces patients alors que celui d&rsquo;OPG est plus important chez les patients sains. Un polymorphisme au niveau du CD14-159 C/T est retrouv&eacute; pour les patients porteurs du g&eacute;notype CC, patients atteints de p&eacute;ri-implantite, alors que le g&eacute;notype CT est plus fr&eacute;quent chez les patients sains. Ce polymorphisme entraine un risque de p&eacute;ri-implantite 5 fois plus &eacute;lev&eacute;. De plus, cette cat&eacute;gorie de patients montre un taux de RANKL plus &eacute;lev&eacute;, signe d&rsquo;une r&eacute;sorption osseuse alv&eacute;olaire accrue. En ce qui concerne le TNFa-308 A/G, le g&eacute;notype AG est aussi associ&eacute; &agrave; un sur-risque multipli&eacute; par 5 de p&eacute;ri-implantite chez les patients porteurs alors que le ph&eacute;notype GG est plus fr&eacute;quent chez les patients sains. En revanche, aucune corr&eacute;lation avec le RANKL ou l&rsquo;OPG, n&rsquo;est retrouv&eacute;e concernant le TNFa-308 A/G.</p> <p><br /> <u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><strong><em>En conclusion, cette &eacute;tude a permis d&rsquo;identifier deux polymorphismes g&eacute;niques qui pourraient constituer des marqueurs int&eacute;ressants du risque de p&eacute;ri-implantite en pratique clinique. </em></strong><em>Il convient n&eacute;anmoins de reproduire ces r&eacute;sultats chez un plus grand nombre de patients. Une prise en charge implantaire plus adapt&eacute;e pourrait alors en d&eacute;couler. &nbsp; &nbsp;</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2015 Revue Littérature Mai 2015 <p>Dr Sylvie Boisram&eacute;</p> <h2>Comparative study of the effect of warm saline mouth rinse on complications after dental extractions.</h2> <p><em>Osunde OD, Adebola RA, Adeoye JB, Bassey GO. International Journal of Oral and Maxillofacial Surgery. 2014&nbsp;; 43(5)&nbsp;: 649-53.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les avulsions repr&eacute;sentent un acte quotidien de chirurgie orale. L&rsquo;utilisation de bain de bouche ou de rin&ccedil;age alv&eacute;olaire apr&egrave;s avulsion au s&eacute;rum physiologique est rapport&eacute;e par de nombreux praticiens. Cette utilisation empirique n&rsquo;a pas fait l&rsquo;objet d&rsquo;un travail m&eacute;thodologique suffisant.</p> <p>Cette &eacute;quipe &eacute;cossaise a relev&eacute; le d&eacute;fi en effectuant cette &eacute;tude contr&ocirc;l&eacute;e randomis&eacute;e en simple aveugle pour &eacute;valuer l&rsquo;efficacit&eacute; ou non des bains de bouches au s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de. <strong>L&rsquo;objectif principal</strong> est de d&eacute;terminer si cette utilisation r&eacute;duit l&rsquo;incidence des alv&eacute;olites s&egrave;ches, suppur&eacute;es apr&egrave;s une avulsion simple. L&rsquo;objectif secondaire est d&rsquo;&eacute;tudier l&rsquo;effet des diff&eacute;rentes fr&eacute;quences de bains de bouche.</p> <p><strong>La m&eacute;thodologie&nbsp;</strong>: 3 groupes de patients &acirc;g&eacute;s de plus de 16 ans n&eacute;cessitant une avulsion randomis&eacute;e&nbsp;</p> <p>Tous les patients ont re&ccedil;u les m&ecirc;mes antibiotiques et antalgiques, les instructions postop&eacute;ratoires similaires (sauf pour la partie bain de bouche)</p> <p>Pour les bains de bouche, l&rsquo;instruction &eacute;tait de commencer 24 heures apr&egrave;s la proc&eacute;dure chirurgicale et les patients &eacute;taient revus &agrave; 72 heures soit J+3.</p> <ul> <li>Groupe A&nbsp;: n = 40. &nbsp;6 bains de bouche/jour avec du s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de.</li> <li>Groupe B&nbsp;: n = 40. &nbsp;2 bains de bouche/jour avec du s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de.</li> <li>Groupe C&nbsp;: n = 40. T&eacute;moins&nbsp;: pas de bain de bouche.</li> </ul> <p><br /> <strong>Les r&eacute;sultats&nbsp;</strong>: un praticien ind&eacute;pendant (simple aveugle) (ne connaissant pas le groupe du patient examin&eacute;) a &eacute;valu&eacute; la pr&eacute;sence d&rsquo;une alv&eacute;olite ou d&rsquo;une inflammation. Sur les 120 patients, la pr&eacute;valence globale d&rsquo;une alv&eacute;olite &eacute;tait de 10%. Aucun cas d&rsquo;alv&eacute;olite suppur&eacute;e n&rsquo;&eacute;tait observ&eacute;. Une diff&eacute;rence statistiquement significative concernant le d&eacute;veloppement d&rsquo;une alv&eacute;olite s&egrave;che entre les groupes A et B salins (2 sur 80) par rapport &agrave; 25% (10 de 40) dans le groupe t&eacute;moin C est retrouv&eacute;e.</p> <p>De plus, sur la fr&eacute;quence des bains de bouche, il n&#39;y a pas de diff&eacute;rence significative dans l&#39;efficacit&eacute; du bain de bouche au s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de en biquotidien versus 6 par jour. Cette &eacute;tude conclut donc au b&eacute;n&eacute;fice de l&rsquo;utilisation du s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de en bain de bouche pour la pr&eacute;vention des alv&eacute;olites post-op&eacute;ratoires, en posologie biquotidienne (observance du patient++). Cet usage peut &ecirc;tre effectu&eacute; par le patient avec peu de risques et avec un co&ucirc;t modique.</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Cette &eacute;tude est bien men&eacute;e par la constitution de groupes homog&egrave;nes (donn&eacute;es d&eacute;mographiques, raisons de l&rsquo;avulsion) et par l&rsquo;examinateur post-intervention qui du fait de son aveuglement permet de r&eacute;duire les biais. </em></p> <p><em>Elle pr&eacute;sente quelques limites&nbsp;:</em></p> <ul> <li><em>le lecteur ne sait pas comment la randomisation a &eacute;t&eacute; men&eacute;e.</em></li> <li><em>A l&rsquo;heure o&ugrave; une meilleure gestion (r&eacute;duction) de la prescription des antibiotiques est demand&eacute;e par les autorit&eacute;s sanitaires europ&eacute;ennes, tous ces patients en bonne sant&eacute; ont re&ccedil;u une bi-antibioth&eacute;rapie (amoxicilline 500mg et m&eacute;tronidazole 200mg&nbsp; 3 fois par jour pendant 5 jours) pour une avulsion simple. </em></li> <li><em>L&rsquo;&acirc;ge moyen des patients de 29 ans ne peut &ecirc;tre g&eacute;n&eacute;ralis&eacute; &agrave; la population au niveau de la gu&eacute;rison.</em></li> <li><em>Aucun retour n&rsquo;est fait sur le protocole effectu&eacute; par le patient&nbsp;: ceux du groupe B ont ils bien fait leurs 6 bains de bouche&nbsp;? </em></li> </ul> <p><br /> <strong><em>Cette &eacute;tude, montrant l&rsquo;efficacit&eacute; </em></strong><strong><em>du s&eacute;rum physiologique ti&egrave;de en bain de bouche pour la pr&eacute;vention des alv&eacute;olites post-op&eacute;ratoires, en posologie biquotidienne, m&eacute;rite &nbsp;d&rsquo;une part d&rsquo;&ecirc;tre &eacute;largie &agrave; des groupes de patients exclus de cette &eacute;tude du fait de leur morbidit&eacute; (diab&egrave;te, fumeurs, etc&hellip;) et d&rsquo;autre part de tester l&rsquo;efficacit&eacute; de cette utilisation sans aucun effet antibiotique sous-jacent.</em></strong></p> <p>&nbsp;</p> <h2>PENTOCLO : A novel treatment for osteoradionecrosis of the temporal bone.</h2> <p><em>Glicksman JT, Khalili S, Fung K, Parnes LS, Agrawal SK. Head Neck. 2015 Mar 27.&nbsp;</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;ost&eacute;oradion&eacute;crose (ORN) est une complication de la radioth&eacute;rapie cervico-faciale. Elle entra&icirc;ne une d&eacute;sunion muqueuse avec exposition, lyse et surinfection osseuse pouvant aller jusqu&rsquo;&agrave; la fracture pathologique. Durant la derni&egrave;re d&eacute;cennie, le Dr Sylvie Delanian de l&rsquo;APHP Saint Louis, Paris, France a d&eacute;velopp&eacute; un protocole de prise en charge par un traitement m&eacute;dical, &agrave; partir du concept physiopathologique de l&rsquo;ORN (&laquo;&nbsp;atteintes directe par ost&eacute;olyse ost&eacute;oclastique (macrophage) et ost&eacute;ocytique amplifi&eacute;e par l&rsquo;infection chronique et ost&eacute;oporose (ost&eacute;oblaste), et indirecte par fibrose radio-induite et microcirculation d&eacute;fectueuse&nbsp;&raquo;) appel&eacute; PENTOCLO. Il s&rsquo;agit d&rsquo;un traitement associant pentoxifylline, tocoph&eacute;rol, clodronate, prednisolone et ciprofloxacine.</p> <p>Cet article rapporte la prise en charge efficace par PENTOCLO d&rsquo;un cas atypique et rare d&rsquo;ORN de l&rsquo;os temporal survenu 20 ans post-radioth&eacute;rapie cervico-faciale chez une femme de 52 ans ayant &eacute;t&eacute; trait&eacute;e pour une tumeur parotidienne. Il s&rsquo;agit de la premi&egrave;re description d&rsquo;un cas d&rsquo;ORN de l&rsquo;os temporal r&eacute;fractaire aux s&eacute;ries de d&eacute;bridement, de lavage, aux multiples m&eacute;dications (antibiotiques oraux et topiques, antifongiques) c&eacute;dant &agrave; la mise en place du protocole PENTOCLO.</p> <p>Les autres modalit&eacute;s de prise en charge&nbsp;: l&rsquo;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare (HBO) et la r&eacute;section de l&rsquo;os temporal avaient &eacute;t&eacute; discut&eacute;es avec cette patiente. Compte tenu de la distance de son lieu de r&eacute;sidence &nbsp;pour l&rsquo;HBO et son refus de la chirurgie, un essai th&eacute;rapeutique contr&ocirc;l&eacute; randomis&eacute; de phase III PENTOCLO lui a &eacute;t&eacute; propos&eacute;.&nbsp; Il comprenait un traitement &laquo;&nbsp;antiseptique&nbsp;&raquo; initial de 2 semaines comprenant&nbsp; 20 mg/J de prednisone par voie orale, 2g/500mg d&rsquo;amoxicilline-acide clavulanique/J, ciprofloxacine 1g/J et fluconazole 50mg/J suivi du r&eacute;gime PENTOCLO (5J/semaine 400mg x2/J de pentoxifylline du lundi au vendredi, vitamine E 600 unit&eacute;s internationales chaque matin et 400 unit&eacute;s internationales chaque soir, et 1600mg/J per os de clodronate, 1g/J de ciprofloxacine et 20 mg/J de prednisolone 2j par semaine (samedi et dimanche)). Apr&egrave;s un mois de PENTOCLO, les otalgies et otorrh&eacute;es du patient &eacute;taient r&eacute;solues et une r&eacute;&eacute;pith&eacute;lialisation &eacute;tait effective. Les auteurs font &eacute;tat des travaux publi&eacute;s sur ce protocole peu connu du monde m&eacute;dical et chirurgical.&nbsp;</p> <p><u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Ce cas atypique d&rsquo;ORN de l&rsquo;os temporal est un cas difficile &agrave; g&eacute;rer et l&rsquo;apport de cette approche th&eacute;rapeutique est int&eacute;ressant. Bien s&ucirc;r, d&rsquo;autres &eacute;tudes sont n&eacute;cessaires avant de pouvoir tirer des conclusions. M&ecirc;me si les r&eacute;sultats publi&eacute;s sont prometteurs chez les patients atteints d&rsquo;ORN de la mandibule, diverses &eacute;tudes pourront &ecirc;tre men&eacute;es dans l&rsquo;avenir&nbsp;: &eacute;tude comparative versus approche chirurgicale, versus autres approches m&eacute;dicales. Une &eacute;tude longitudinale permettrait aussi d&rsquo;&eacute;valuer la l&rsquo;efficacit&eacute; de PENTOCLO dans la r&eacute;mission voire la gu&eacute;rison des patients atteints d&rsquo;ORN.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2015 Revue Littérature Juin 2015 <p><em>Dr C&eacute;dric Mauprivez</em></p> <h2>Prescription antibiotique&nbsp;: le risque nul n&rsquo;existe pas&nbsp;!</h2> <p><strong>Intracranial bacterial infections of oral origin.</strong></p> <p><em>Moazzam AA et al. Journal of Clinical Neuroscience 2015&nbsp;; 22&nbsp;: 800-6.&nbsp;</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Il s&rsquo;agit d&rsquo;une revue de la litt&eacute;rature rapportant 60 cas publi&eacute;s ayant pr&eacute;sent&eacute; un abc&egrave;s c&eacute;r&eacute;bral d&rsquo;origine dentaire. Il n&rsquo;existe &agrave; ce jour, aucune &eacute;tude prospective ni de cohorte sur le sujet. L&rsquo;objectif de cette revue &eacute;tait de fournir une synth&egrave;se des connaissances disponibles sur l&#39;histoire naturelle, la pathogen&egrave;se, la microbiologie, et les infections et proc&eacute;dures dentaires les plus souvent associ&eacute;s &agrave; cette complication rare mais potentiellement mortelle.</p> <p>L&#39;incidence des abc&egrave;s cer&eacute;brauxodontog&egrave;nesest comprise entre 1 &agrave; 8 &eacute;v&eacute;nements pour 100.000 patients par an.Le taux de mortalit&eacute; estim&eacute; est de 8,3%. Il n&rsquo;existe aucune concordance entre la topographie de l&rsquo;infection intra-cr&acirc;nienne et le cot&eacute; (homolat&eacute;ral ou ipsilat&eacute;ral) de la porte d&rsquo;entr&eacute;e dentaire ce qui sugg&egrave;re que la diss&eacute;mination h&eacute;matog&egrave;ne (bact&eacute;ri&eacute;mie) est la voie de diffusion la plus probableplut&ocirc;t que par drainage veineux.Il n&#39;y a pas de pr&eacute;dilection pour le maxillaire ou les dents mandibulaires. Dans la cavit&eacute; orale, plus de 1200 esp&egrave;ces bact&eacute;riennes diff&eacute;rentes ont &eacute;t&eacute; isol&eacute;es, 350 esp&egrave;ces dans les parodontites apicales et plus de 150 dans les infections endodontiques. La diss&eacute;mination h&eacute;matog&egrave;ne des bact&eacute;ries orales peut &ecirc;tre la cons&eacute;quence d&rsquo;une infectionodontog&egrave;ne: caries sans parodontite apicale (15 cas), caries avec parodontite apicale (21 cas), gingivites et parodontites(28 cas) cellulites (7 cas) mais aussi d&rsquo;une proc&eacute;dure dentaire en dehors de toute pathologie infectieuse d&rsquo;origine dentaire : extractions dentaires (15 cas), soins parodontaux (2 cas), soins endodontiques (1 cas), soins orthodontiques (2 cas). A noter que 2 cas d&rsquo;abc&egrave;s c&eacute;r&eacute;bral sont survenus suite &agrave; la pose de piercing au niveau de la langue. La litt&eacute;rature rapporte &eacute;galement qu&rsquo;une extraction dentaire simple d&rsquo;une dent non infect&eacute;e et le brossage des dents pouvaient induire une bact&eacute;ri&eacute;mie transitoire dans 38 % des cas. Le d&eacute;lai moyen entre la proc&eacute;dure dentaire et l&rsquo;apparition des sympt&ocirc;mes neurologiques est de 17,6 jours soit d&rsquo;environ 2 &agrave; 3 semaines avec un intervalle de 1 &agrave; 4 semaine(s).&nbsp;</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>L&rsquo;Afssaps (2011) et l&rsquo;American Dental American (2014)recommandent de ne pas r&eacute;aliser d&rsquo;antibioth&eacute;rapie pr&eacute;ventive pour les proc&eacute;dures dentaires sp&eacute;cifiquement pour &eacute;viter la survenue d&rsquo;abc&egrave;s du cerveau &eacute;tant donn&eacute;e la faible incidence de cette complication, le potentiel &eacute;lev&eacute; de d&eacute;velopper des r&eacute;sistances bact&eacute;riennes et l&rsquo;absence d&rsquo;enqu&ecirc;tes &eacute;pid&eacute;miologiques. Actuellement, la seule indication m&eacute;dicale motivant la prescription d&rsquo;une antibioth&eacute;rapie prophylactique est la pr&eacute;vention de l&rsquo;endocardite infectieuse pour les patients qualifi&eacute;s de &laquo;&nbsp;&agrave; haut risque&nbsp;&raquo; &agrave; savoir les patients porteurs d&rsquo;une proth&egrave;se valvulaire, les patients avec ant&eacute;c&eacute;dents d&rsquo;endocardite infectieuse et ceux pr&eacute;sentant une cardiopathie cong&eacute;nitale cyanog&egrave;ne.&nbsp;</em></p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>A unique strain of community-acquired Clostridium difficile in severecomplicated infection and death of a youngadult.</strong></p> <p><em>Heslop O et al. BMC infectiousDiseases 2013&nbsp;; 13&nbsp;: 299.&nbsp;</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Ce papier rapporte le cas d&rsquo;une jeune femme &acirc;g&eacute;e de 22 ans, en bonne sant&eacute;, qui a pr&eacute;sent&eacute; une colite pseudomembraneuse survenue 5 jours apr&egrave;s l&rsquo;instauration d&rsquo;une antibioth&eacute;rapie (clindamycine) dans le cadre du traitement m&eacute;dical d&rsquo;un abc&egrave;s dentaire.Le tableau clinique initial, le jour de son hospitalisation,&eacute;tait celui d&rsquo;une diarrh&eacute;e f&eacute;brile. L&rsquo;&eacute;tat de la patiente s&rsquo;est rapidement d&eacute;t&eacute;rior&eacute; avec apparition d&rsquo;un m&eacute;gac&ocirc;lon toxique, d&rsquo;une perforation intestinaleet d&rsquo;un sepsis. Des h&eacute;mocultures ont permis d&rsquo;isoler Clostridium difficile (souche NAP12/ ribotype 087 r&eacute;f&eacute;rence ATCC 43255) et Klebsiellapneumoniae. Malgr&eacute; l&rsquo;instauration d&rsquo;un traitement par m&eacute;tronidazole et l&rsquo;admission en soins intensif, la patienteest d&eacute;c&eacute;d&eacute;e 10 jours apr&egrave;s la proc&eacute;dure dentaire. Une autopsie a &eacute;t&eacute; pratiqu&eacute;e et &agrave; confirmer la toxi-infection &agrave; Clostridium difficile avec atteinte du gros intestin et des poumons.</p> <p>Le choix de la mol&eacute;cule de l&rsquo;antibiotique utilis&eacute;e ici (la clindamycine) n&rsquo;est pas est le facteur de risque principal. Des colites pseudomembraneuses peuvent compliquer la prescription de toute antibioth&eacute;rapie &agrave; large spectre, y compris l&rsquo;amoxicilline seule ou en association, les fluoroquinolones et dans une moindre mesure les macrolides. La survenue de cette toxi-infection est initi&eacute;e par le d&eacute;s&eacute;quilibre de la flore intestinale et de la rupture de l&rsquo;effet barri&egrave;re de la flore commensale digestive. Si la fr&eacute;quence de survenue d&rsquo;une diarrh&eacute;e post-antibiotique est estim&eacute;e entre 5 et 30%, seuls 3% des adultes sont porteurs asymptomatiques de Clostridium difficile. Il n&rsquo;existe aucun examen de routine permettant d&rsquo;identifier cette cat&eacute;gorie de patient &agrave; risque de colite pseudomembraneuse. La fr&eacute;quence de colite pseudo-membraneuse (CPM) est estim&eacute;e entre 1 et 3 cas&nbsp; pour 100.000 patients ambulatoires sous antibioth&eacute;rapie. Les principaux facteurs de risques de CPM sont le sujet &acirc;g&eacute; et la prise de m&eacute;dicaments anti-acides (inhibiteurs de la pompe &agrave; protons, anti-histaminiques H2). Devant une diarrh&eacute;e post-antibiotique f&eacute;brile, il est recommand&eacute; de stopper l&rsquo;antibioth&eacute;rapie, de r&eacute;aliser un coproculture (identification des toxines A ou B dans les selles), d&rsquo;instaurer un traitement par m&eacute;tronidazole ou par vancomycine. Une colectomie partielle ou totale doit &ecirc;tre pratiqu&eacute;e en urgence en cas de perforation intestinale. La gravit&eacute; et l&rsquo;&eacute;volution fatale de cette CPM est vraisemblablement li&eacute;e &agrave; la virulence de la souche isol&eacute;e et &agrave; l&rsquo;absence d&rsquo;une prise en charge chirurgicale, et ce malgr&eacute; l&rsquo;instauration rapide d&rsquo;une antibioth&eacute;rapie curative ad&eacute;quate et l&rsquo;absence de facteur&nbsp;de risque.&nbsp;</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Le choix de prescrire ou de ne pas prescrire un antibiotique repose sur des recommandations (Afssaps 2011). Malgr&eacute; une bonne observance de ces recommandations, le risque z&eacute;ro n&rsquo;existe pas. La prescription d&rsquo;antibiotique expose &agrave; des effets ind&eacute;sirables le plus souvent b&eacute;nins (diarrh&eacute;es post-antibiotiques, rash cutan&eacute; &hellip;), mais des accidents beaucoup plus rares mais graves et parfois mortels (colite pseudomembraneuse, choc anaphylactique &hellip;) peuvent survenir. </em></p> <p><em>La prescription est un acte m&eacute;dical qui doit reposer sur un diagnostic pr&eacute;cis. La d&eacute;cision de &laquo;&nbsp;prescrire ou de ne pas prescrire&nbsp;&raquo; doit &ecirc;tre un acte raisonn&eacute;, r&eacute;fl&eacute;chit qui doit s&rsquo;appuyer sur des r&eacute;f&eacute;rentiels actualis&eacute;s. Toute prescription ou non prescription doit pouvoir se justifier &agrave; partir dedonn&eacute;es recueillies lors de l&rsquo;interrogatoire m&eacute;dical et l&rsquo;examen clinique. Il est imp&eacute;ratif que ces &eacute;l&eacute;ments soient notifi&eacute;s sur le dossier m&eacute;dical du patient.&nbsp;</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2015 Revue Littérature Juillet 2015 <h2><strong>Evaluation of linear nesurements of implant sites based on head orientation during acquisition&nbsp;: An ex vivo stydy using cone beam computed tomography</strong></h2> <p><em>Sabban H, Mahdian M, Dhingra A, Lurie AG, Tadinada A. Imaging Sci Dent 2015&nbsp;; 45&nbsp;:73-80</em></p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;utilisation de la tomographie par faisceau conique (CBCT) s&rsquo;est g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;e ces dix derni&egrave;res ann&eacute;es en odontologie et en chirurgie maxillo-faciale notamment pour l&rsquo;analyse des volumes osseux disponibles avant pose d&rsquo;implants. La plus part des &eacute;tudes ont montr&eacute; la fiabilit&eacute; des images issus de la CBCT, notamment dans les mesures de hauteur d&rsquo;os disponible pour la pose d&rsquo;implants. Par contre, d&rsquo;autres &eacute;tudes ont relev&eacute;, une sous-estimation importante de la hauteur d&rsquo;os disponible, &eacute;valu&eacute;e jusqu&rsquo;&agrave; 6mm. (Leung 2010). Cela a &eacute;t&eacute; initialement attribu&eacute; &agrave; la r&eacute;solution spatiale de la CBCT inf&eacute;rieure &agrave; celle de la radiographie r&eacute;tro-alv&eacute;olaire. De telles &eacute;tudes peuvent interroger le clinicien dans la mesure o&ugrave; une impr&eacute;cision de l&rsquo;ordre du millim&egrave;tre est importante voire r&eacute;dhibitoire dans le cadre de la planification implantaire.</p> <p>Outre une r&eacute;solution insuffisante qui peut &ecirc;tre reproch&eacute;e &agrave; la CBCT, il est licite d&rsquo;incriminer un mauvais positionnement de la t&ecirc;te du patient lors de l&rsquo;examen. C&rsquo;est l&rsquo;objectif de cette &eacute;tude qui a &eacute;valu&eacute; le volume osseux sur des images CBCT par des mesures verticales et horizontales selon diff&eacute;rentes positions de la t&ecirc;te du patient lors de l&rsquo;examen.</p> <p>Des examens CBCT ont &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s sur 6 cranes secs pr&eacute;sentant des &eacute;dentations au niveau des r&eacute;gions incisives, pr&eacute;molaires et molaires mandibulaires et maxillaires.</p> <p>Pour reproduire les diff&eacute;rents positionnements physiologiques de la t&ecirc;te du patient lors de l&rsquo;examen CBCT, les cranes secs ont &eacute;t&eacute; fix&eacute;s sur une plateforme mont&eacute;e sur un tr&eacute;pied avec une rotule index&eacute;e permettant une angulation calibr&eacute;e du cr&acirc;ne dans les 3 plans de l&rsquo;espace. Un examen a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; pour chacun des cr&acirc;nes dans 7 positions. La position centr&eacute;e, avec un plan d&rsquo;occlusion dans le sens frontal et le plan de Frankfort parall&egrave;les au sol, est consid&eacute;r&eacute;e comme la position de r&eacute;f&eacute;rence. Les autres positions sont la flexion vers l&rsquo;avant &agrave; 20&deg; par rapport &agrave; la position centr&eacute;e, l&rsquo;extension en arri&egrave;re &agrave; 20&deg;, la rotation lat&eacute;rale de 20&deg; droite puis gauche du cr&acirc;ne et la flexion de 20&deg; &agrave; droite puis &agrave; gauche.</p> <p>On observe des diff&eacute;rences mineures (inf&eacute;rieure &agrave; 1 mm) entre les mesures horizontales et verticales issues des examens r&eacute;alis&eacute;s en position centr&eacute;e et celles issues des examens r&eacute;alis&eacute;s avec flexion, rotation ou flexion de la t&ecirc;te.</p> <p>Par contre, l&rsquo;&eacute;tude montre une diff&eacute;rence significative dans les mesures verticales lorsque le crane est en extension arri&egrave;re par rapport &agrave; celles r&eacute;alis&eacute;es en position de r&eacute;f&eacute;rence, ce quelque soit le site anatomique (variabilit&eacute; allant de -2,02 &agrave; +3,3 mm). Les d&eacute;formations les plus importantes sont observ&eacute;es au niveau de la r&eacute;gion molaire qui, parall&egrave;lement, est la zone la plus &agrave; risque du fait de la pr&eacute;sence du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur.</p> <p>Ces observations sont confirm&eacute;es par d&rsquo;autres &eacute;tudes utilisant des orientations de la t&ecirc;te de moindre amplitude.</p> <p><br /> <u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>Toute extension en arri&egrave;re de la t&ecirc;te du patient lors de la r&eacute;alisation de la CBCT s&rsquo;accompagne d&rsquo;une d&eacute;formation d&rsquo;importance non pr&eacute;dictible. Ce risque de malposition de la t&ecirc;te du patient est souvent li&eacute; au mat&eacute;riel car la plus part des appareils de CBCT n&rsquo;ont pas de syst&egrave;me de positionnement actif. Ce risque peut &ecirc;tre major&eacute; en pr&eacute;sence de malformations squelettiques ou de malocclusion.</em><br /> &nbsp;</p> <hr /> <h2><br /> <strong>Analysis of the biomechanical behavior of short implants&nbsp;: The photo&ndash;elasticity method.</strong></h2> <p><em>Pellizzer EP, Cantieri de Mello C, Ferrera santiagi J, de Souza Batsta VE, de Faria Almeida DA, Verri FR. Mater Sci Eng C Mater Biol Appl. 2015 Oct 1;55:187-92</em></p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les implants courts sont aujourd&rsquo;hui une solution valid&eacute;e pour la restauration implanto-proth&eacute;tique de cr&ecirc;tes alv&eacute;olaires maxillaires et mandibulaires pr&eacute;sentant une r&eacute;sorption verticale importante. Cependant, aucun consensus n&rsquo;existe premi&egrave;rement sur le ratio entre le nombre d&rsquo;implants et le nombre d&rsquo;&eacute;l&eacute;ments dentaires &agrave; remplacer et deuxi&egrave;mement sur l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de la solidarisation des implants entre eux par une proth&egrave;se monolithique ou &agrave; contrario sur la possibilit&eacute; de r&eacute;alisation de proth&egrave;ses unitaires.</p> <p>Cette &eacute;tude, simulant in vitro une classe I de Kennedy, a &eacute;valu&eacute; le comportement biom&eacute;canique d&rsquo;implants courts (7 mm de longueur), compar&eacute;s &agrave; de implants standards (10 et 13 mm), viss&eacute;s dans une plaque de plastique transparent. Des suprastructures unitaires ou plurales solidarisant 3 implants entre eux, ont &eacute;t&eacute; mises en place.</p> <p>L&rsquo;analyse des contraintes subies autour des implants lors de forces exerc&eacute;es axialement ou lat&eacute;ralement, a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;e par photo&eacute;lasticit&eacute;. Les param&egrave;tres &eacute;valu&eacute;s &eacute;taient la localisation des contraintes, leur direction de propagation, leur intensit&eacute;. Les observations ont &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;es en aveugle par 2 examinateurs calibr&eacute;s.</p> <p><br /> <u>R&eacute;sultats&nbsp;:</u></p> <p>1- L&rsquo;application de forces sur un implant unitaire court montre, conform&eacute;ment &agrave; la litt&eacute;rature, une concentration plus importante des contraintes &agrave; la partie cervicale et axiale de l&rsquo;implant par rapport &agrave; la partie m&eacute;diane. L&rsquo;application de forces obliques majore les contraintes sur la partie cervicale de l&rsquo;implant. Ces contraintes sont proportionnelles &agrave; l&rsquo;intensit&eacute; de la force exerc&eacute;e (R=0,8).</p> <p>2- Le fait de solidariser 3 implants courts par une proth&egrave;se monolithique permet de diminuer significativement les contraintes par rapport &agrave; des implants unitaires (p&lt; 0,001). Lors de l&rsquo;application d&rsquo;une force axiale sur les implants solidaris&eacute;s, les contraintes sont distribu&eacute;es sur tous les implants et se situent &agrave; la partie cervicale et apicale des implants. Lors de l&rsquo;application de forces obliques , les contraintes sont mieux distribu&eacute;es au niveau des implants adjacents. Cependant les contraintes exerc&eacute;es &agrave; la partie cervicale et apicale des implants restent significativement plus importantes lors de forces axiales que lors de forces exerc&eacute;es obliquement sur les implants (p&lt; 0,001).</p> <p>3- L&rsquo;intensit&eacute; des contraintes diminue au niveau de l&rsquo;ensemble des implants solidaris&eacute;s si l&rsquo;implant sollicit&eacute; a une longueur sup&eacute;rieure aux 2 autres (p&lt; 0,001).</p> <p><br /> <u>Commentaire&nbsp;:</u></p> <p><em>1- Les forces exerc&eacute;es obliquement sur un implant provoquent des contraintes importantes au niveau de l&rsquo;os cervical. Comme les implants courts ont moins de surface pour dissiper les contraintes, le risque de r&eacute;sorption angulaire est major&eacute;. Il faut donc pr&eacute;f&eacute;rer une d&eacute;socclusion en lat&eacute;ralit&eacute; en pr&eacute;sence d&rsquo;implants courts.</em></p> <p><em>2- Le fait de solidariser les implants par une superstructure proth&eacute;tique monolithique permet de r&eacute;duire les tensions osseuses p&eacute;ri-implantaires.</em></p> <p><em>3- Solidariser un implant de longueur standard (10 mm) &agrave; des implants courts permet de diminuer les contraintes osseuses p&eacute;ri implantaires notamment au niveau des plus courts.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2015 Revue Littérature Aout 2015 <p>Revue de litt&eacute;rature aout 2015 - Pr Descroix</p> <h2><strong>La musique adoucit les m&oelig;urs mais pas que&hellip;</strong></h2> <p><strong>Music as an aid for postoperative recovery in adults: a systematic review and meta-analysis.</strong>&nbsp;Hole J, Hirsch M, Ball E, Meads C. Lancet. 2015 Aug 12. pii: S0140-6736(15)60169-6. doi: 10.1016/S0140-6736(15)60169-6.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Jenny Hole du Queen Mary University de Londres nous offre dans la prestigieuse revue &laquo;The Lancet&raquo; une remarquable revue de litt&eacute;rature et m&eacute;ta-analyse sur l&rsquo;&eacute;valuation de l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de la musique dans l&rsquo;am&eacute;lioration de la r&eacute;cup&eacute;ration post-op&eacute;ratoire en chirurgie chez l&rsquo;adulte. Plus sp&eacute;cifiquement cette &eacute;tude vise pour la premi&egrave;re fois d&rsquo;une part &agrave; &eacute;valuer les r&eacute;sultats concernant les caract&eacute;ristiques chirurgicales post-op&eacute;ratoires (douleur, besoins d&#39;analg&eacute;sie, anxi&eacute;t&eacute; et dur&eacute;e du s&eacute;jour), et d&rsquo;autre part &agrave; identifier des sous-groupes pertinents (choix du patient de la musique, moment de l&#39;intervention, anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale).</p> <p>Parmi les 4261 articles ou r&eacute;sum&eacute;s correspondant &agrave; la question pos&eacute;e, 72 &eacute;tudes cliniques randomis&eacute;es ont &eacute;t&eacute; s&eacute;lectionn&eacute; sur leur qualit&eacute; m&eacute;thodologique. La musique &eacute;tait choisi par le patient ou par les exp&eacute;rimentateurs, tous les styles de musique sont retrouv&eacute;s avec pr&eacute;f&eacute;rentiellement des musiques apaisantes. La musique pouvait &ecirc;tre diffus&eacute;e &agrave; travers des oreillettes destin&eacute;e uniquement au patient ou &agrave; travers des haut-parleurs pour l&rsquo;ensemble des personnes du bloc op&eacute;ratoire. La musique &eacute;tait pr&eacute;sente avant, pendant ou apr&egrave;s l&rsquo;intervention. Le comparateur dans les &eacute;tudes pouvait &ecirc;tre le silence, le bruit du bloc op&eacute;ratoire, un casque sans musique.</p> <p>Les r&eacute;sultats concernant la douleur (mesur&eacute;es par une EVA de 100 mm) montrent que la musique r&eacute;duit les scores de douleur de 23 mm en moyenne, par rapport au placebo. Les r&eacute;sultats de l&#39;anxi&eacute;t&eacute; (mesur&eacute;es par STAI sur une &eacute;chelle de 20-80) ont &eacute;t&eacute; r&eacute;duits de 6,4 unit&eacute;s par rapport au placebo.</p> <p>Points int&eacute;ressants, l&rsquo;effet sur la douleur et l&rsquo;anxi&eacute;t&eacute; serait d&rsquo;autant plus important que le patient &agrave; le choix du morceau (diff&eacute;rence cependant non significative). De la m&ecirc;me fa&ccedil;on l&rsquo;effet semble d&rsquo;autant plus int&eacute;ressant que la musique est jou&eacute;e en pr&eacute;op&eacute;ratoire, puis en perop&eacute;ratoire et enfin en postop&eacute;ratoire. Enfin point tr&egrave;s &eacute;tonnant, la musique fait son effet antalgique et anxiolytique m&ecirc;me chez les patients non conscients b&eacute;n&eacute;ficiant d&rsquo;une anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale&nbsp;!!</p> <p>Enfin d&eacute;couverte non n&eacute;gligeable, aucune des &eacute;tudes incluses n&rsquo;a rapport&eacute; d&rsquo;effet secondaire. Cependant, le volume de la musique ne doit &eacute;videmment en aucun cas emp&ecirc;cher la communication perop&eacute;ratoire permis avec les &eacute;quipes m&eacute;dicales.</p> <p>Les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude peuvent s&rsquo;expliquer assez facilement si l&rsquo;on tient compte du fait que la douleur est une exp&eacute;rience sensorielle et &eacute;motionnelle d&eacute;sagr&eacute;able. Ainsi en modulant par la musique l&rsquo;aspect &eacute;motionnel il semble possible de moduler les aspects sensoriels. De la m&ecirc;me fa&ccedil;on, il est tout &agrave; fait possible que la musique module l&rsquo;activit&eacute; du syst&egrave;me nerveux autonome et diminue ainsi la fr&eacute;quence et les pulsations cardiaques ainsi que la fr&eacute;quence respiratoire.</p> <p>Finalement, la musique est une intervention non invasive, s&ucirc;re et peu co&ucirc;teuse qui peut &ecirc;tre utilis&eacute; facilement et avec succ&egrave;s pour toutes les interventions chirurgicales. Les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude mettent clairement en &eacute;vidence que la musique devrait &ecirc;tre disponible pour tous les patients b&eacute;n&eacute;ficiant d&rsquo;interventions op&eacute;ratoires. Les patients doivent &ecirc;tre en mesure de choisir le type de musique qu&#39;ils aimeraient entendre m&ecirc;me lors d&rsquo;une intervention sous anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale&nbsp;!</p> <p>&nbsp;</p> <h2><strong>Traitement pharmacologique des douleurs neuropathiques de l&rsquo;adulte&nbsp;: des recommandations &agrave; revoir&nbsp;!</strong></h2> <p><strong>Pharmacotherapy for neuropathic pain in adults: a systematic review and meta-analysis.&nbsp;</strong>Finnerup NB, Attal N, et al. . Lancet Neurol. 2015 Feb;14(2):162-73.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Nanna Finnerup, Nadine Attal et l&rsquo;ensemble des membres du groupe des douleurs neuropahtiques de l&rsquo;association internationale de l&rsquo;&eacute;tude de la douleur (Special Interest Group on Neuropathic Pain of International Association for the Study of Pain) ont publi&eacute; une nouvelle revue syst&eacute;matique et m&eacute;ta-analyse portant sur l&rsquo;&eacute;valuation des traitements pharmacologiques des douleurs neuropathiques. Cette &eacute;tude publi&eacute;e dans &laquo;&nbsp;The Lancet Neurology&nbsp;&raquo; a repris l&rsquo;ensemble des &eacute;tudes publi&eacute;es sur le sujet depuis janvier 1966.</p> <p>229 &eacute;tudes ont &eacute;t&eacute; incluses dans la m&eacute;ta-analyse. L&rsquo;analyse du biais de publication montre une surestimation de 10% des effets du traitement. Les &eacute;tudes publi&eacute;es dans des revues &agrave; comit&eacute; de lecture ont rapport&eacute; des effets plus importants que les &eacute;tudes non publi&eacute;es. D&rsquo;une fa&ccedil;on g&eacute;n&eacute;rale, les r&eacute;sultats des diff&eacute;rentes &eacute;tudes &eacute;taient modestes. Les NNT (number nead to treat, le nombre de patient qu&rsquo;il faut traiter pour observer une r&eacute;duction de 50 % de la douleur chez au moins un patient) &eacute;taient de 6,4 (95% CI 5,2-8,4) pour les inhibiteurs de la recapture de la s&eacute;rotonine et de la noradr&eacute;naline, dont principalement la dulox&eacute;tine (alias Cymbalta&reg;); 7,7 (6,5-9,4) pour la pr&eacute;gabaline (alias Lyrica&reg;); 7,2 (5,9-9,21) pour la gabapentine (alias Neurontin&reg;), et 10,6 (7,4-19,0) pour la capsa&iuml;cine &agrave; forte concentration en patchs (alias Qutenza&reg;). La valeur moyenne des NNT &eacute;taient plus faibles pour les antid&eacute;presseurs tricycliques, 3,6 (3,0 -4,4) (amitriptyline, alias Laroxyl&reg;), les opio&iuml;des forts, le tramadol 4,7 (3,6&ndash;6,7) et la toxine botulique A, et ind&eacute;termin&eacute;e pour les patchs de lidoca&iuml;ne. L&rsquo;&eacute;valuation qualitative des &eacute;tudes a pu mettre en &eacute;vidence une qualit&eacute; finale du niveau de preuve mod&eacute;r&eacute; ou &eacute;lev&eacute; pour tous les traitements en dehors de patchs de lidoca&iuml;ne. Les valeurs concernant la tol&eacute;rance et la s&eacute;curit&eacute; &eacute;taient plus &eacute;lev&eacute;es pour les m&eacute;dicaments topiques. Enfin, le co&ucirc;t &eacute;tait plus faible pour les antid&eacute;presseurs tricycliques et le tramadol.</p> <p>Ces r&eacute;sultats ont permis d&rsquo;&eacute;mettre une recommandation forte &agrave; la prescription de premi&egrave;re intention dans la douleur neuropathique pour les antid&eacute;presseurs tricycliques, la pr&eacute;gabaline et la gabapentine, ce qui &eacute;tait d&eacute;j&agrave; connu mais &eacute;galement pour les inhibiteurs de la recapture de la s&eacute;rotonine et de la noradr&eacute;naline (qui &eacute;taient jusqu&rsquo;alors des traitements de seconde intention). Une recommandation faible pour l&#39;utilisation des patchs de lidoca&iuml;ne, les patchs de capsa&iuml;cine &agrave; forte concentration et le tramadol qui seront propos&eacute;s en deuxi&egrave;me ligne. Enfin, les opio&iuml;des forts et la toxine botulique A ne devraient &ecirc;tre prescrit qu&rsquo;en troisi&egrave;me intention. Les agents topiques et la toxine botulique A sont recommand&eacute;s seulement pour les douleurs neuropathiques p&eacute;riph&eacute;riques.</p> <p>Les donn&eacute;es de la litt&eacute;rature mettent clairement en &eacute;vidence une r&eacute;ponse inad&eacute;quate aux traitements m&eacute;dicamenteux, ce qui constitue un important besoin non satisfait chez les patients souffrant de douleurs neuropathiques. L&rsquo;efficacit&eacute; modeste, de fortes r&eacute;ponses au placebo comme des crit&egrave;res diagnostiques h&eacute;t&eacute;rog&egrave;nes repr&eacute;sentent tr&egrave;s probablement les raisons des r&eacute;sultats tr&egrave;s modestes des essais et devraient &ecirc;tre prises en compte dans les &eacute;tudes futures.&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2015 Revue Littérature Septembre 2015 <p>Revue de litt&eacute;rature septembre 2015 - Dr Fortin</p> <h2>La proportion d&rsquo;os spongieux comme facteur pr&eacute;dictif de la perte osseuse marginale autour d&rsquo;implants en position mandibulaire post&eacute;rieure.</h2> <hr /> <h3><strong>The proportion of cancellous bone as predictive factor for early marginal bone loss around implants in the posterior part of the mandible.</strong></h3> <p><em>Willem-Frederik Simons. Menke De Smit, Joke Duyck, Wim Coucke, Marc Quirynen<strong>. </strong>Clin. Oral Impl. Res 2015&nbsp;;26&nbsp;: 1051&ndash;59.</em></p> <p>De tr&egrave;s nombreux facteurs pourraient expliquer le remodelage osseux p&eacute;ri-implantaire allant de la simple crat&eacute;risation consid&eacute;r&eacute;e comme physiologique &agrave; la rupture de l&rsquo;ost&eacute;oint&eacute;gration&nbsp;: le trauma li&eacute; &agrave; la chirurgie ou &agrave; l&rsquo;occlusion, l&rsquo;infiltration microbienne, les ant&eacute;c&eacute;dents de parodontopathies agressives, le manque d&rsquo;hygi&egrave;ne, le tabagisme, le manque d&rsquo;ajustement des diff&eacute;rents composants de la structures implantaire ou encore, bien que ceci manque de preuves formelles, un diab&egrave;te mal contr&ocirc;l&eacute;. Certaines &eacute;tudes laissent &agrave; penser que les &eacute;checs implantaires sont plus fr&eacute;quents dans les r&eacute;gions post&eacute;rieures. Il n&rsquo;existe &agrave; notre connaissance que peu d&rsquo;&eacute;tudes qui &eacute;tablissent une corr&eacute;lation entre le rapport os cortical &ndash; os spongieux et la crat&eacute;risation marginale. C&rsquo;est l&rsquo;objectif que s&rsquo;est fix&eacute;e cette &eacute;tude. Pour cela les radiographies de 423 implants &agrave; surfaces lisses ont &eacute;t&eacute; analys&eacute;es r&eacute;trospectivement sur une dur&eacute;e de 42 mois en moyenne. 242 implants sont des unitaires et 181 inclus dans des reconstructions plurales. Ont &eacute;t&eacute; pris en compte les radiographies intra-orales le jour de la mise en fonction, &agrave; un an puis &agrave; 3-4 ans. Les images sectionnelles (CBCT ou scanner multispiral&eacute;) pr&eacute;op&eacute;ratoires ont &eacute;galement &eacute;t&eacute; prises en compte. La qualit&eacute; osseuse est d&eacute;termin&eacute;e selon le rapport os cortical-os spongieux. A 3-4 ans apr&egrave;s la mise en charge la perte osseuse lorsque la proportion d&rsquo;os spongieux est inf&eacute;rieur &agrave; 30 % est de 1.83 (&plusmn;1.48) mm sur 37 implants suivi et lorsque la proportion d&rsquo;os spongieux est sup&eacute;rieur &agrave; 60% est de 0.91 (&plusmn;0.75) mm sur 20 implants suivi. Le m&ecirc;me type de r&eacute;gression lin&eacute;aire est observ&eacute; un an apr&egrave;s la mise en charge. Les r&eacute;sultats fournis par cette &eacute;tude montrent que plus la proportion d&rsquo;os spongieux est faible, plus le remodelage marginal est fort. Ces r&eacute;sultats sont &agrave; rapprocher d&rsquo;une &eacute;tude histologique r&eacute;cente faite sur le chien (Rossi 2014) qui met clairement en &eacute;vidence une diff&eacute;rence significative de la surface os n&eacute;oform&eacute;-implant dans la partie de l&rsquo;implant qui est dans l&rsquo;os spongieux par rapport &agrave; celle qui est en contact avec l&rsquo;os cortical. La plus grande richesse vasculaire et en cellules m&eacute;senchymateuses explique cette plus grande capacit&eacute; de l&rsquo;os spongieux &agrave; s&rsquo;adapter. L&rsquo;os cortical est favorable &agrave; la stabilit&eacute; primaire de l&rsquo;implant lors de sa mise en place mais il pourrait favoriser la crat&eacute;risation au contraire de l&rsquo;os spongieux. Cette &eacute;tude analyse le rapport entre les deux types d&rsquo;os sur un nombre restreint d&rsquo;implants par cat&eacute;gorie, c&rsquo;est sa seule limite, mais sans discuter de la qualit&eacute; de l&rsquo;os puisque l&rsquo;utilisation du CBCT ne le permet pas.</p> <hr /> <h3><strong>The influence of sinus membrane thickness upon membrane perforation during transcrestal sinus lift procedure.</strong></h3> <p><em>Wen S-C, Lin Y-H, Yang Y-C, Wang H-L. Clin. Oral Impl. Res. 26, 2015, 1158&ndash;1164.</em></p> <p>La mise en place d&rsquo;implants dans le secteur maxillaire post&eacute;rieur doit souvent s&rsquo;accompagner de ce que l&rsquo;on appel commun&eacute;ment un soulev&eacute; de sinus qui se pratique soit par voie lat&eacute;ral (Boyne &amp; James 1980), soit par voie crestale&nbsp; (Summers 1994) en fonction de l&rsquo;&eacute;paisseur d&rsquo;os r&eacute;siduel. Des complications associ&eacute;es &agrave; ce geste sont r&eacute;guli&egrave;rement d&eacute;crites dont la plus commune est la perforation de la membrane. L&rsquo;incidence est loin d&rsquo;&ecirc;tre n&eacute;gligeable puisqu&rsquo;elle est estim&eacute;e entre 20% et 44% selon les &eacute;tudes pour la voie lat&eacute;rale et entre 0% et 25 % pour la technique de Summer. La perforation entraine la diffusion du mat&eacute;riau de greffe&nbsp; dans la cavit&eacute; sinusienne avec son corolaire d&rsquo;infections, de sinusites chroniques potentiels et d&rsquo;&eacute;checs th&eacute;rapeutiques. Cette perforation peut &ecirc;tre associ&eacute;e &agrave; la technique elle-m&ecirc;me, &agrave; l&rsquo;existence d&rsquo;un septum, une anatomie crestale particuli&egrave;re ou une membrane trop fine. Cette &eacute;tude r&eacute;trospective portant sur 122 patients (&acirc;ge moyen 52.28 ans +/- 12.40)&nbsp; ayant re&ccedil;u entre 2010 et 2013 un nombre de 185 greffes par voie transcrestale se propose de mettre en &eacute;vidence une corr&eacute;lation entre l&rsquo;&eacute;paisseur de la membrane et le taux de perforation. Des donn&eacute;es telles que l&rsquo;&eacute;paisseur pr&eacute;op&eacute;ratoire de la membrane (1.78 +/- 1.99mm), le nombre de perforation (17.3%), la hauteur d&rsquo;os r&eacute;siduel (6.88 +/- 2.98mm) et le gain osseux obtenu (6.75 +/- 3.59mm) ont &eacute;t&eacute; collect&eacute; et analys&eacute;. Les auteurs mettent en &eacute;vidence une forte corr&eacute;lation entre l&rsquo;&eacute;paisseur et le taux de perforation. Il est le plus faible lorsque l&rsquo;&eacute;paisseur est entre 1.5 et 2 mm. Il est tr&egrave;s &eacute;lev&eacute; lorsque l&rsquo;&eacute;paisseur est inf&eacute;rieure &agrave; 0.5 mm et de mani&egrave;re assez surprenante lorsque l&rsquo;&eacute;paisseur est sup&eacute;rieure &agrave; 3 mm. Il est difficile de discuter ce dernier r&eacute;sultat car les auteurs ne fournissent pas le nombre de sujets &eacute;tudi&eacute;s par &eacute;paisseur. Pour autant, l&rsquo;&eacute;paississement d&rsquo;une membrane se traduit par une modification de ses structures &eacute;pith&eacute;liales et conjonctives qui &agrave; partir d&rsquo;une certaine &eacute;paisseur pourraient lui faire perdre ses propri&eacute;t&eacute;s m&eacute;caniques. Il est &eacute;galement montr&eacute; une corr&eacute;lation n&eacute;gative entre la hauteur d&rsquo;os r&eacute;siduelle et l&rsquo;&eacute;paisseur de la membrane, plus il reste d&rsquo;os, plus la membrane est fine, moins il reste d&rsquo;os plus la membrane est &eacute;paisse sans que l&rsquo;on puisse &eacute;tablir une corr&eacute;lation entre le taux de perforation et l&rsquo;&eacute;paisseur d&rsquo;os r&eacute;siduel. Ceci confirme les &eacute;tudes pr&eacute;c&eacute;dentes qui associent la perte osseuse parodontale et l&rsquo;augmentation de l&rsquo;&eacute;paisseur de la membrane sinusienne. L&rsquo;augmentation du taux de perforation avec l&rsquo;&eacute;paisseur peut &ecirc;tre associ&eacute; &agrave; la fois &agrave; l&rsquo;&eacute;paisseur de la membrane et &agrave; la faible hauteur d&rsquo;os r&eacute;siduel. C&rsquo;est en effet ce que sugg&egrave;re d&rsquo;autres &eacute;tudes (van den Bergh et al. 2000&nbsp;; Ardekian et al. 2006). Il n&rsquo;existe pas de corr&eacute;lation entre la morphologie de la membrane (d&rsquo;&eacute;paisseur r&eacute;guli&egrave;re, complexe ou polypeuse) et le taux de perforation. En conclusion, il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude bien men&eacute;e qui synth&eacute;tise et confirme les &eacute;tudes pr&eacute;c&eacute;dentes.&nbsp;</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2015 Revue Littérature Octobre 2015 <p><strong>Philippe Lesclous</strong><br /> &nbsp;</p> <h2>The Relationship between resting arterial blood pressure and oral postchirrugical pain.</h2> <p><em>Deschaumes C., Devoize L., Sudrat Y., Baudet-Paumel M., Dual&eacute; C., Dallel R.<br /> Clin Oral Invest 2015, 19&nbsp;:299-305.</em></p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Malgr&eacute; les progr&egrave;s dans la prise en charge des douleurs postop&eacute;ratoires chirurgicales, celles-ci restent une source non n&eacute;gligeable de douleurs aigu&euml;s puis chroniques. Dans ce domaine et pour un m&ecirc;me type d&rsquo;intervention chirurgicale, il existe une variabilit&eacute; inter-individuelle tr&egrave;s importante. Les auteurs ont donc d&eacute;cid&eacute; de s&rsquo;int&eacute;resser &agrave; une variable individuelle, la pression art&eacute;rielle, qui d&rsquo;apr&egrave;s la litt&eacute;rature existante serait associ&eacute;e &agrave; la perception douloureuse. Cependant les donn&eacute;es disponibles sont ambigu&euml;s voire contradictoires, certaines montrant une association inverse entre pression art&eacute;rielle au repos et douleurs postop&eacute;ratoires aigu&euml;s alors que d&rsquo;autres retrouvent bien une relation positive entre les deux chez des patients souffrant de douleurs chroniques temporo-mandibulaires.</p> <p>Cette &eacute;tude prospective observationnelle a &eacute;t&eacute; men&eacute;e chez des patients adultes lors d&rsquo;avulsions dentaires sous anesth&eacute;sie locale. Les caract&eacute;ristiques d&eacute;mographiques habituelles dans ce genre d&rsquo;&eacute;tude (sexe, &acirc;ge, poids, indice de masse corporelle) ont &eacute;t&eacute; collect&eacute;es ainsi que les ant&eacute;c&eacute;dents m&eacute;dicaux, en particulier ceux li&eacute;s &agrave; la tension art&eacute;rielle. Les exp&eacute;riences douloureuses ant&eacute;rieures post-chirurgicales ont &eacute;t&eacute; aussi investigu&eacute;es. La pression art&eacute;rielle et la fr&eacute;quence cardiaque pr&eacute;-chirugicales &eacute;taient enregistr&eacute;es apr&egrave;s une p&eacute;riode de repos de 5 minutes. Les caract&eacute;ristiques aff&eacute;rentes &agrave; l&rsquo;intervention &eacute;taient la comp&eacute;tence de l&rsquo;op&eacute;rateur, le nombre de dents avuls&eacute;es, la difficult&eacute; et la dur&eacute;e op&eacute;ratoire ainsi que le nombre de cartouches anesth&eacute;siques utilis&eacute;es. La douleur post-op&eacute;ratoire &eacute;tait enregistr&eacute;e &agrave; l&rsquo;aide d&rsquo;une &eacute;chelle visuelle analogique toutes les 10 minutes pendant 6 heures. Le type, la dose et la quantit&eacute; d&rsquo;antalgiques utilis&eacute;s &eacute;taient &eacute;galement renseign&eacute;s ainsi que le moment de la premi&egrave;re prise post-op&eacute;ratoire. Un total de 293 patients, 135 femmes et 158 hommes, a particip&eacute; &agrave; l&rsquo;&eacute;tude. L&rsquo;analyse statistique univari&eacute;e montre une relation positive entre l&rsquo;intensit&eacute; de la douleur post-op&eacute;ratoire et l&rsquo;&acirc;ge, les ant&eacute;c&eacute;dents d&rsquo;hypotension, les exp&eacute;riences d&eacute;j&agrave; v&eacute;cues dans des circonstances similaires, le nombre de dents avuls&eacute;es, l&rsquo;avulsion d&rsquo;une troisi&egrave;me molaire et la dur&eacute;e de l&rsquo;acte chirurgical. En revanche aucune relation n&rsquo;a &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;e en ce qui concerne le sexe et le niveau d&rsquo;anxi&eacute;t&eacute;. L&rsquo;analyse multivari&eacute;e a r&eacute;v&eacute;l&eacute; une corr&eacute;lation positive entre l&rsquo;intensit&eacute; de la douleur post-op&eacute;ratoire et le maxillaire concern&eacute; (la mandibule &eacute;tant plus impliqu&eacute;e), la profondeur de l&rsquo;inclusion dentaire et la tension art&eacute;rielle au repos. En ce qui concerne ce dernier param&egrave;tre, plus cette derni&egrave;re est &eacute;lev&eacute;e, moins intense est la douleur post-op&eacute;ratoire. Cela sugg&egrave;re un r&ocirc;le protecteur antalgique pour une tension art&eacute;rielle &eacute;lev&eacute;e.</p> <p><br /> <em><u>Commentaires&nbsp;: </u></em></p> <p><em>Cette &eacute;tude fourmille d&rsquo;autres r&eacute;sultats tr&egrave;s int&eacute;ressants et demande une lecture attentive. Il eut aussi &eacute;t&eacute; int&eacute;ressant aussi d&rsquo;investiguer dans cette &eacute;tude les effets d&rsquo;une analg&eacute;sie anticip&eacute;e, c&rsquo;est &agrave; dire syst&eacute;matique et ind&eacute;pendante du stimulus douloureux, tant vis &agrave; vis de l&rsquo;activit&eacute; antalgique post-op&eacute;ratoire (ce qui a d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; d&eacute;montr&eacute; moult fois il est vrai) que du niveau de la pression art&eacute;rielle dans ce cas bien pr&eacute;cis.&nbsp;</em><br /> &nbsp;</p> <hr /> <h2><br /> The impact of sexual behavior on oral HPV infections in young unvaccinated adults.</h2> <p><em>Dalla Torre D., Burtscher D., S&ouml;lder E., Widschwendter A., Rasse M. Clin Oral Invest 2015, DOI 10.1007/s00784-015-1633-y.</em></p> <p><br /> <u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;infection par papillomavirus humain (HPV&nbsp;: human papillomavirus en anglais) est un sujet d&rsquo;actualit&eacute; en oncologie orale. En effet, plus de 5,2% des cancers humains seraient imputables &agrave; une infection par HPV mais si la part de cette infection est reconnue dans les cancers anaux et g&eacute;nitaux, en revanche, aucune donn&eacute;e fiable n&rsquo;existe en ce qui concerne les cancers buccaux. Cette hypoth&egrave;se est pourtant soulev&eacute;e voire affirm&eacute;e r&eacute;guli&egrave;rement dans la gen&egrave;se des carcinomes &eacute;pidermo&iuml;des buccaux. L&rsquo;infection buccale par HPV est consid&eacute;r&eacute;e comme transmise sexuellement, en particulier dans la population jeune.</p> <p>Cette &eacute;tude prospective longitudinale a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;e chez 310 jeunes patients &acirc;g&eacute;s de 18 &agrave; 30 ans, n&rsquo;ayant b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;aucune vaccination anti-HPV et n&rsquo;ayant aucun ant&eacute;c&eacute;dent de cancer. Les caract&eacute;ristiques d&eacute;mographiques (&acirc;ge, sexe) de m&ecirc;me que les consommations tabagiques et alcooliques ainsi que les ant&eacute;c&eacute;dents familiaux de cancer ont &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;es. L&rsquo;&eacute;tude repose sur un questionnaire de pratiques sexuelles&nbsp;: type et nombre de rapports bucco-g&eacute;nitaux, &acirc;ge de d&eacute;but de ces rapports et sur un pr&eacute;l&egrave;vement de la muqueuse orale par frottis. Cette &eacute;tude a concern&eacute; 138 femmes et 172 hommes pour un &acirc;ge moyen de 26.5 ans (sans diff&eacute;rence significative entre les deux sexes). En fonction du sexe concern&eacute;, entre 67.1 et 74.5% rapportaient une pratique sexuelle oro-g&eacute;nitale occasionnelle, de 12.9 &agrave; 23.2% assez r&eacute;guli&egrave;re et de 9.7 &agrave; 11.3% fr&eacute;quente. Dans 18.1% de la population de cette &eacute;tude la pr&eacute;sence d&rsquo;HPV a &eacute;t&eacute; diagnostiqu&eacute;e. En fonction des niveaux de d&eacute;tection virale, deux cat&eacute;gories sont distingu&eacute;es, les patients &agrave; haut risque et ceux &agrave; risque faible. La fr&eacute;quence de cette infection &eacute;tait corr&eacute;l&eacute;e positivement avec l&rsquo;addiction tabagique ainsi qu&rsquo;avec la fr&eacute;quence des rapports sexuels oro-g&eacute;nitaux. Plus l&rsquo;addiction tabagique ou ces rapports sexuels sont importants, plus la corr&eacute;lation avec l&rsquo;infection buccale par HPV est forte. Ces corr&eacute;lations sont major&eacute;es chez les patients &agrave; haut risque d&rsquo;infection par HPV. En revanche aucune corr&eacute;lation significative n&rsquo;est retrouv&eacute;e concernant le sexe et une infection buccale par HPV m&ecirc;me si cette derni&egrave;re est l&eacute;g&egrave;rement plus &eacute;lev&eacute;e chez les hommes. Aucune diff&eacute;rence significative n&rsquo;a &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;e entre les deux sexes concernant les consommations tabagique et alcoolique ainsi que le nombre de rapports sexuels oro-g&eacute;nitaux.</p> <p>Cette &eacute;tude souligne pour la premi&egrave;re fois l&rsquo;importance de l&rsquo;infection buccale par HPV li&eacute;e aux pratiques sexuelles oro-g&eacute;nitales et le r&ocirc;le significatif jou&eacute; par les addictions tabagique et alcoolique.</p> <p><br /> <em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cette &eacute;tude est une premi&egrave;re dans le domaine de l&rsquo;infection buccale par HPV. Elle &eacute;tablit le r&ocirc;le de certains facteurs comme r&eacute;ellement significatif. En revanche, aucune donn&eacute;e oncologique n&rsquo;est g&eacute;n&eacute;r&eacute;e par cette &eacute;tude. Le suivi &agrave; plus long terme sera n&eacute;cessaire. Une &eacute;tude compl&eacute;mentaire int&eacute;ressante serait de d&eacute;montrer l&rsquo;effet &eacute;ventuellement pr&eacute;ventif de la vaccination anti-HPV dans ce domaine &eacute;galement. &nbsp;&nbsp;</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2015 Revue Littérature Novembre 2015 <p><strong>Laurent Devoize</strong></p> <h2><strong>L&rsquo;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare peut-elle am&eacute;liorer la qualit&eacute; de vie des patients atteints d&rsquo;hyposialie post-radique&nbsp;?</strong></h2> <p><em>Hyperbaric oxygen therapy for the treatment of radiation-induced xerostomia: a systematic review.</em></p> <p><em>Fox NF, Xiao C, Sood AJ, Lovelace TL, Nguyen SA, Sharma A, Day TA. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2015;120(1):22-8.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>La x&eacute;rostomie est une cons&eacute;quence importante de la radioth&eacute;rapie cervico-faciale qui alt&egrave;re consid&eacute;rablement la qualit&eacute; de vie des malades et leur &eacute;tat bucco-dentaire. Les traitements propos&eacute;s, pharmacologiques (substituts salivaires, pilocarpine, cevimeline) ou non (stimulation gustative, acupuncture), ont des r&eacute;sultats peu concluants&nbsp;; aucun n&rsquo;est d&rsquo;ailleurs universellement reconnu. L&rsquo;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare a &eacute;t&eacute; initialement propos&eacute;e pour la pr&eacute;vention de l&rsquo;ost&eacute;oradion&eacute;crose. Son principe repose sur une dissolution de l&rsquo;oxyg&egrave;ne dans le plasma sanguin, permettant ainsi une meilleure oxyg&eacute;nation des tissus, favorisant la n&eacute;ovascularisation, la synth&egrave;se de collag&egrave;ne et la mobilisation de cellules souches. Le but de cette revue syst&eacute;matique &eacute;tait de faire le point sur les r&eacute;sultats de l&rsquo;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare sur la x&eacute;rostomie radio-induite. Apr&egrave;s s&eacute;lection rigoureuse des articles, les r&eacute;sultats montrent une am&eacute;lioration significative de la qualit&eacute; de vie, avec am&eacute;lioration significative des sympt&ocirc;mes subjectifs de x&eacute;rostomie &agrave; partir de 2 semaines de traitement et se poursuivant jusqu&rsquo;&agrave; (au moins) 18 mois, et une diminution significative de l&rsquo;impression de salive visqueuse&nbsp;;&nbsp; sans qu&rsquo;il y ait pour autant de r&eacute;el impact sur la salivation en elle-m&ecirc;me (en terme de quantit&eacute;).&nbsp;</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Devant le manque d&rsquo;efficacit&eacute; des th&eacute;rapies conventionnelles, et malgr&eacute; le peu d&rsquo;&eacute;tudes retenues pour cette revue de litt&eacute;rature (7 articles seulement sur les 293 r&eacute;f&eacute;renc&eacute;s gr&acirc;ce aux mots cl&eacute;s) l&rsquo;oxyg&eacute;noth&eacute;rapie hyperbare semble n&eacute;anmoins &ecirc;tre un traitement efficace dans l&rsquo;am&eacute;lioration des sympt&ocirc;mes subjectifs li&eacute;s &agrave; la s&eacute;cheresse buccale radio-induite. Se pose n&eacute;anmoins le probl&egrave;me de l&rsquo;accessibilit&eacute; de cette technique au plus grand nombre. En effet, en France m&eacute;tropolitaine, il n&rsquo;existe que 15 centres disposant de cette technologie&hellip;</em></p> <hr /> <h2><strong>Qui veut le plus&hellip; peut le moins&nbsp;!</strong></h2> <p><em>Comparaison between closure and absence of closure after removal of fully impacted mandibular third molar: a prospective randomized study.</em></p> <p><em>Ricard AS, Nau O, Veyret A, Majoufre-Lef&egrave;bvre C, Laurentjoye M. Rev Stomatol Chir Maxillofac Chir Orale. 2015;116(1):12-7.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Cette &eacute;tude prospective randomis&eacute;e avait pour but de comparer l&rsquo;&oelig;d&egrave;me p&eacute;rimandibulaire, les douleurs et l&rsquo;amplitude d&rsquo;ouverture buccale p&eacute;ri-op&eacute;ratoires (&agrave; J0, J2 et J7) suite &agrave; l&rsquo;avulsion de dents de sagesse mandibulaires incluses, avec pour un premier groupe fermeture du lambeau mucop&eacute;riost&eacute; et pour le second absence de sutures de ce m&ecirc;me lambeau. Il est int&eacute;ressant de noter une am&eacute;lioration significative de l&rsquo;ensemble des suites post-op&eacute;ratoires&hellip; pour le groupe n&rsquo;ayant pas &eacute;t&eacute; sutur&eacute;&nbsp;! Il est ainsi not&eacute; un &oelig;d&egrave;me tr&egrave;s significativement diminu&eacute;, et dans une moindre mesure moins de douleurs et une meilleure amplitude de l&rsquo;ouverture buccale, sans qu&rsquo;il y ait eu de complications notables hormis la pr&eacute;sence plus importante de tassements alimentaires intra alv&eacute;olaires.</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Nous aurait-on donc induit en erreur durant toutes nos ann&eacute;es d&rsquo;&eacute;tude&nbsp;concernant la cicatrisation et la n&eacute;cessit&eacute; de suturer&nbsp;? C&rsquo;est la question que je me suis pos&eacute; et que je me pose encore, dans ce domaine et dans bien d&rsquo;autres&nbsp;! Cette &eacute;tude, malgr&eacute; ses possibles biais m&eacute;thodologiques, sa faible puissance statistique et son suivi sur seulement 7 jours, est en fin de compte le reflet des dogmes que nous mettons chaque jour en &oelig;uvre sans que ceux-ci aient &eacute;t&eacute; r&eacute;ellement valid&eacute;s et/ou remis en cause. Il &eacute;tait&nbsp; inconcevable pour moi de ne pas suturer un lambeau, tout comme il y a encore quelques ann&eacute;es, il &eacute;tait inconcevable de r&eacute;aliser une coronectomie ou de ne pas prescrire d&rsquo;antibiotiques en post op&eacute;ratoire&hellip;&nbsp; les choses changent&hellip; bien souvent vers la simplification des proc&eacute;dures.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2015 Revue Littérature Janvier 2016 <p>Revue de Litt&eacute;rature MBCB Janvier 2016 - Dr Boisram&eacute;</p> <h2><strong>Cardiovascular drugs-induced oral toxicities: A murky area to be revisited and illuminated.</strong><strong> </strong></h2> <p><strong>Balakumar P, Kavitha M, Nanditha S.</strong><strong> </strong><strong>Pharmacol Res. 2015 Dec; 102:81-9.</strong></p> <p>Cette r&eacute;cente revue de litt&eacute;rature, effectu&eacute;e par des odontologistes et des pharmaciens a pour buts de rappeler les effets ind&eacute;sirables et l&rsquo;impact des m&eacute;dicaments &agrave; vis&eacute;e cardiovasculaire sur la cavit&eacute; orale. Selon l&rsquo;OMS, les maladies cardio-vasculaires sont la premi&egrave;re cause de mortalit&eacute; dans le monde. On estime &agrave; 17,5 millions le nombre de d&eacute;c&egrave;s imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31% de la mortalit&eacute; mondiale totale avec une imputabilit&eacute; en France de 147 000 d&eacute;c&egrave;s chaque ann&eacute;e. Les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou expos&eacute;es &agrave; un risque &eacute;lev&eacute; de maladies cardiovasculaires (du fait de la pr&eacute;sence d&rsquo;un ou plusieurs facteurs de risque comme l&rsquo;hypertension, le diab&egrave;te, l&rsquo;hyperlipid&eacute;mie ou une maladie d&eacute;j&agrave; install&eacute;e) n&eacute;cessitent une d&eacute;tection pr&eacute;coce pour une meilleure prise en charge.</p> <p>Si la physiopathologie cardiovasculaire et la pharmacocin&eacute;tique de ces m&eacute;dicaments est connue, les effets ind&eacute;sirables de ces traitements le sont moins et encore moins concernant la toxicit&eacute; orale. La symptomatologie la plus fr&eacute;quemment rapport&eacute;e &eacute;tant la x&eacute;rostomie avec plus de 14%. Ces m&eacute;dicaments entrainent d&rsquo;autres effets toxiques comme des r&eacute;actions lich&eacute;no&iuml;des, pemphigus, aphtes, dysgueusie, accroissement gingival, ch&eacute;ilite, glossite, une stomatodynie, etc&hellip;</p> <p>Cet article didactique reprend les diff&eacute;rentes classes m&eacute;dicamenteuses en fonction des maladies cardiovasculaires et des cibles recherch&eacute;es (r&eacute;cepteurs, canaux, enzymes,etc..) puis les effets ind&eacute;sirables au niveau de la cavit&eacute; orale sont mis en lien avec ces diff&eacute;rents m&eacute;dicaments. Ainsi,, pour exemples pour la s&eacute;cheresse buccale, les diff&eacute;rents m&eacute;dicaments incrimin&eacute;s sont de la famille des anti-hypertenseurs de classe des d&eacute;riv&eacute;s alphasympathomim&eacute;tiques (clonidine), antihypertenseurs d&rsquo;action centrale (guanfacine, metyldopa), des alpha bloquants (terazosine), des inhibiteurs de l&rsquo;enzyme de conversion (captopril, enlapril, lisinopril), des diur&eacute;tiques (furos&eacute;mide), des antagonistes du calcium (nifedipine, verapamil, diltiazem). Les l&eacute;sions lich&eacute;noides sont quant &agrave; elles retrouv&eacute;es chez les personnes prenant essentiellement des antihypertenseurs de la classe des alpha et beta bloquants (labetatol), ou des antihypertenseurs d&rsquo;action centrale (metyldopa). Les ulc&eacute;rations sont retrouv&eacute;es avec la prise d&rsquo;antiangoreux (activateur canaux potassique&nbsp;: nicorandil) ou d&rsquo;antihypertenseurs (labatatol, captopril), ou des inhibiteurs de l&rsquo;angiotensine (losartan, candesartan ou irbesartan).</p> <p>La sant&eacute; buccodentaire a un impact sur la sant&eacute; en g&eacute;n&eacute;ral. Cet article met en lumi&egrave;re et de fa&ccedil;on tr&egrave;s p&eacute;dagogique et synth&eacute;tique l&rsquo;impact des des effets ind&eacute;sirables des m&eacute;dicaments sur la cavit&eacute; orale qui n&rsquo;est pas suffisamment d&eacute;clar&eacute;e, entra&icirc;nant pourtant une g&ecirc;ne importante dans la qualit&eacute; de vie des patients.</p> <hr /> <h2><strong>An Unusual Cause of Bleeding on the Floor of Mouth: Leech Infestation.</strong></h2> <p><strong>Kantekin Y</strong><strong>1, </strong><strong>Sarı K</strong><strong>, </strong><strong>&Ouml;zkırış M</strong><strong>, </strong><strong>Kapusuz Gencer Z</strong><strong>.</strong><strong> </strong><strong>Turkiye Parazitol Derg.</strong><strong> 2015 Dec;39(4):323-5.</strong></p> <p>La sangsue est un ver annel&eacute; d&rsquo;eau douce, hermaphrodite. Elle est issue du phylum des ann&eacute;lides et rentre dans la sous-classe des hirudin&eacute;s qui regroupe 650 esp&egrave;ces. Elle habite les eaux douces des marais, des &eacute;tangs, des foss&eacute;s, des petits cours d&rsquo;eau, mais aussi parfois les eaux fra&icirc;ches de sources. Une d&rsquo;entre elles connue sous le nom de sangsue grise (ou sangsue m&eacute;dicinale), <em>Hirudo medicinalis, </em>est utilis&eacute;e en m&eacute;decine car elle emp&ecirc;che dans le tissu r&eacute;implant&eacute; une augmentation subite de sang avant m&ecirc;me la mise en place d&rsquo;un retour veineux fonctionnel et efficace. La salive de cette sangsue contient en outre un anesth&eacute;sique local et un anticoagulant puissant&nbsp;: l&rsquo;hirudine agissant sur la thrombine qui &eacute;vite la formation de caillots sanguins au site de morsure.</p> <p>Parfois, elle peut se retrouver accidentellement dans les voies a&eacute;rodigestives sup&eacute;rieures apr&egrave;s consommation d&rsquo;eaux de source ou de puits naturels ou apr&egrave;s des baignades en eaux stagnantes (lacs, barrages) et l&rsquo;infestation est indolore.</p> <p>Le cas rapport&eacute; est celui d&rsquo;un jeune homme de 10 ans vivant en zone rurale et nageant dans une rivi&egrave;re, ce qui est sans doute o&ugrave; il &eacute;tait infest&eacute; de la sangsue. Il a consult&eacute; aux urgences d&rsquo;un h&ocirc;pital de ville pour une tum&eacute;faction du plancher buccal associ&eacute; &agrave; un &eacute;coulement sanguin. L&#39;examen de la cavit&eacute; buccale a r&eacute;v&eacute;l&eacute; un corps &eacute;tranger de 2 x 3 cm. La num&eacute;ration formule sanguine et un test de coagulation &eacute;taient normaux. Sous anesth&eacute;sie locale, une incision chirurgicale a &eacute;t&eacute; faite, et le corps &eacute;tranger brun fonc&eacute; identifi&eacute; comme une sangsue a &eacute;t&eacute; retir&eacute; du plancher buccal.</p> <p>Les sangsues sont &eacute;quip&eacute;es d&#39;une grande et une petite ventouse. La bouche est situ&eacute;e sur la petite ventouse et a trois mors aux dents ac&eacute;r&eacute;es qui font une incision en forme de Y. Elles peuvent ing&eacute;rer environ 10 fois leur propre poids en quantit&eacute; sanguine. Elles peuvent parfois provoquer une an&eacute;mie grave pouvant n&eacute;cessiter une transfusion sanguine.</p> <p>En conclusion, cet article anecdotique permet de mettre en lumi&egrave;re les possibles infestations par ces organismes parasites qui malgr&eacute; leurs effets recherch&eacute;s en chirurgie r&eacute;paratrice. Peuvent aussi &ecirc;tre d&eacute;l&eacute;t&egrave;res (an&eacute;mie, h&eacute;morragie) en cas d&rsquo;infestation accidentelle. Face un patient consultant pour dysphagie, dyspn&eacute;e, h&eacute;moptysie, h&eacute;mat&eacute;m&egrave;se, saignement et habitant une zone rurale, il est important de garder &agrave; l&rsquo;esprit cette possibilit&eacute; diagnostique.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2016 Revue Littérature Février 2016 <p>Revue de litt&eacute;rature SFCO par le Dr C.MAUPRIVEZ</p> <h2><strong>R&eacute;sorption alv&eacute;olaire&nbsp;: les statines, un effet pr&eacute;ventif b&eacute;n&eacute;fique&nbsp;?</strong></h2> <p><em>deMon&egrave;s E, Schlaubitz S, Catros S, Fricain JC. </em><em>Statins and alveolar bone resorption&nbsp;: a narrative review of preclinical and clinical studies. </em><em>Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2015; 119: 65-73.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les statines inhibent la HMG-CoA r&eacute;ductase, enzyme cl&eacute; de la synth&egrave;se endog&egrave;ne du cholest&eacute;rol. Cette inhibition augmente la captation h&eacute;patocytaire des lipoprot&eacute;ines ath&eacute;rog&egrave;nes de basse densit&eacute; (LDL) et conf&egrave;re aux statines leur propri&eacute;t&eacute; hypolipid&eacute;miante. En plus de cet effet sur le m&eacute;tabolisme lipidique, les statines se caract&eacute;risent par des m&eacute;canismes d&rsquo;action mol&eacute;culaires tr&egrave;s vari&eacute;s, qui sont &agrave; l&rsquo;origine de propri&eacute;t&eacute;s diverses et qui pourraient justifier leur utilisation au cours de pathologies articulaires et osseuses.</p> <p>Les auteurs de cette m&eacute;ta-analyse, se sont int&eacute;ress&eacute;s &agrave; l&rsquo;effet des statines sur le remodelage de l&rsquo;os alv&eacute;olaire. Chez l&rsquo;animal, 11 &eacute;tudes (chez le rat et le lapin)ont montr&eacute; que les statines r&eacute;duisaient de fa&ccedil;on significative la r&eacute;sorption de l&rsquo;os alv&eacute;olaire induite par la maladie parodontaleexp&eacute;rimentale et ce de fa&ccedil;on dose d&eacute;pendanteavec une valeur seuil d&eacute;finit &agrave; 3 mg/kg/jour.</p> <p>Chez l&rsquo;homme, sept &eacute;tudes observationnelles &eacute;tudiant les effets des statines sur la maladie parodontale. Six &eacute;tudes ont montr&eacute; un effet b&eacute;n&eacute;fique mais une, men&eacute;s sur des effectifs importants n&rsquo;a pas pu mettre en &eacute;vidence une diminution significative de la perte osseuse chez des patients atteints de parodontite.</p> <p>Du fait d&rsquo;une tr&egrave;s faible biodisponibilit&eacute; des statines (&lt;5% pr&egrave;s administration per os) cons&eacute;quence d&rsquo;un effet de 1<sup>er</sup> passage h&eacute;patique important, leur application topique permettrait d&rsquo;augmenter fortement leur concentrations osseuses et leur effet anabolique sur le tissu osseux. L&rsquo;os alv&eacute;olaire &eacute;tant facilement accessible durant les extractions dentaires, l&rsquo;application topique de statines &agrave; l&rsquo;aide de scaffold (PGLA, &eacute;ponge de g&eacute;latine, hydrogel, m&eacute;thylcellulose) a permis de r&eacute;duire la r&eacute;sorption post-extractionnelle dans 3 &eacute;tudes animales.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;</u>:</em></p> <p><em>Ces donn&eacute;es tr&egrave;s int&eacute;ressantes in vitro et in vivo chez l&rsquo;animal ont fait consid&eacute;rer la possibilit&eacute; que les statines, m&eacute;dicaments largement prescrits, soient de possibles agents anaboliques osseux. Plusieurs &eacute;tudesobservationnelles ont pu confirmer en partie les r&eacute;sultats obtenus in vivo chez l&rsquo;animal sur le m&eacute;tabolisme osseux de l&rsquo;os alv&eacute;olaire. Cependant, le niveau de preuve de leur efficacit&eacute; en pratique clinique est faible. Il faudra donc attendre les r&eacute;sultats d&rsquo;autres essais cliniques pour inclure ou non les statines dans notre arsenal th&eacute;rapeutique.</em></p> <hr /> <h2><strong>La maladie de Kaposi, une in&eacute;galit&eacute; entre les pays riches et les pays pauvres.</strong></h2> <p><em>De La Ferla L, Pinzone MR, Nunnari G, Martellotta F, Lesshi A, Tirelli U, De Paoli P, Berretta M, Capoppardo B. Kaposi&rsquo;ssarcoma in HIV-positive patients&nbsp;: the state of art in the HAART-era. EuropeanReview for Medical and Pharmacological Sciences. 2013&nbsp;; 17&nbsp;: 2354-2365.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>La <strong>maladie de Kaposi</strong>, &eacute;galement connue sous le nom de <strong>sarcome de Kaposi (SK</strong>) est une tumeur li&eacute;e &agrave; l&rsquo;infection par l&rsquo;herp&egrave;svirus-humain-type 8 (HHV8).&nbsp;Cette maladie tient son nom du dermatologue hongrois Moritz Kaposi, qui l&#39;a d&eacute;crit pour la premi&egrave;re fois en 1872. Le SK fut d&eacute;crit &agrave; la fin du XIX&egrave;me si&egrave;cle comme une maladie chronique tr&egrave;s rare provoquant des tumeurs cutan&eacute;es, surtout aux extr&eacute;mit&eacute;s, chez des personnes &acirc;g&eacute;es, en majorit&eacute; des hommes, dans le pourtour du bassin m&eacute;diterran&eacute;en (<strong>forme classique</strong>). Vers 1950, une deuxi&egrave;me forme clinique fut diagnostiqu&eacute;e en Afrique de l&rsquo;Est o&ugrave; le SKappara&icirc;t comme une <strong>forme end&eacute;mique</strong> de cancer survenant chez l&rsquo;enfant et l&rsquo;adulte jeune. La maladie est plus s&eacute;v&egrave;re, parfois diss&eacute;min&eacute;e, touchant les ganglions et les visc&egrave;res. Une troisi&egrave;me forme du SK fut ensuite d&eacute;crite chez des patients greff&eacute;s, en particulier du rein,trait&eacute;s par des immunosuppresseurs (<strong>forme du transplant&eacute;</strong>). A partir de 1981, une forme &eacute;pid&eacute;mique de SK apparait chez les homosexuels masculins dans le cadre de l&rsquo;infection VIH aux Etats-Unis et en Europe (<strong>forme associ&eacute;e au VIH</strong>). Il s&rsquo;agit d&rsquo;une forme le plus souvent diss&eacute;min&eacute;e avec des l&eacute;sions multifocales avec atteinte cutan&eacute;e, digestive et visc&eacute;rale. Le risque cumul&eacute; sur 10 ans de d&eacute;velopper un SK en cas de co-infection par HHV8 et VIH et en l&rsquo;absence de traitement est de 30 &agrave; 50%. Au niveau de la cavit&eacute; orale, la l&eacute;sion &eacute;l&eacute;mentaire initiale du SK s&rsquo;apparente &agrave; une plaque d&rsquo;aspect angiodysplasique&eacute;voluant progressivement vers une l&eacute;sion nodulaire puis tumorale. Les localisations au niveau du palais dur, de la gencive attach&eacute;e vestibulaire maxillaire et la face interne de la joue sont les plus fr&eacute;quentes. La distribution g&eacute;ographique mondiale de l&rsquo;HHV8 est non ubiquitaire. La s&eacute;ropr&eacute;valence globale du HHV8, varie de moins de 5% dans la plupart des pays occidentaux (dont la France) et en Asie du Sud-Est, entre 20 et 30% dans les pays du bassin m&eacute;diterran&eacute;en (micro-foyers end&eacute;mique en Sicile et en Gr&egrave;ce) &agrave; plus de 50 % en Afrique de l&rsquo;Est et Centrale. Les principales voies de transmission du HHV8 sont la salive et les rapports sexuels non prot&eacute;g&eacute;s.</p> <p>Les objectifs de cet article &eacute;taient de&nbsp;: 1) d&eacute;crire les aspects &eacute;pid&eacute;miologiques du SK chez les patients infect&eacute;s par le VIH depuis l&rsquo;introduction des th&eacute;rapeutiques anti-VIH efficaces (HAART pour Highly Active AntiretroviralTherapy), 2) faire une mise au point sur la pathog&eacute;nie et les traitements actuels de cette maladie.</p> <p><u><em>Commentaires</em><em>&nbsp;:</em></u></p> <p><em>L&rsquo;infection par le VIH a provoqu&eacute; une explosion du nombre de cas de SK dans les pays occidentaux au d&eacute;but de l&rsquo;&eacute;pid&eacute;mie de SIDA. L&rsquo;arriv&eacute;e des multi-th&eacute;rapies antir&eacute;trovirales a consid&eacute;rablement diminu&eacute;&nbsp; la pr&eacute;valence de la forme associ&eacute;e au VIH du SK ainsi que son agressivit&eacute; chez les patients VIH+, aux Etats-Unis et en Europe m&ecirc;me dans les zones de fortes end&eacute;mies du HHV8 (Sicile et Italie). En revanche, en Afrique subsaharienne, o&ugrave; l&rsquo;acc&egrave;s &agrave; ce type de traitement reste difficile, o&ugrave; la s&eacute;ropr&eacute;valence du HHV8 et celle du VIH sont &eacute;lev&eacute;es, le SK demeure un probl&egrave;me de sant&eacute; publique majeur. Il touche toute la population (hommes, femmes et enfants) avec une fr&eacute;quence &eacute;lev&eacute;e (entre 20 &agrave; 50% de tous les cancers diagnostiqu&eacute;s selon les pays) et un pronostic p&eacute;joratif&nbsp; (esp&eacute;rance de vie de moins de 6 mois en l&rsquo;absence de traitement).</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2016 Revue Littérature Juin 2016 <p>Revue de litt&eacute;rature SFCO par le Pr V Descroix</p> <h2><strong>Effet de l&rsquo;art sur les patients b&eacute;n&eacute;ficiant d&rsquo;une chirurgie : revue syst&eacute;matique et m&eacute;ta-analyse</strong></h2> <p><em>Vetter D, Barth J, Uyulmaz S, Uyulmaz S, Vonlanthen R, Belli G, Montorsi M, Bismuth H, Witt CM, Clavien PA. Effects of Art on Surgical Patients: A Systematic Review and Meta-analysis. Ann Surg. 2015; 262(5):704-13.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;</u></p> <p>Les interventions chirurgicales et leurs cons&eacute;quences ne peuvent se r&eacute;sumer &agrave; la simple plaie physique. La perte de contr&ocirc;le, la p&eacute;riode d&rsquo;attente avant la chirurgie, la douleur post-op&eacute;ratoire, la r&eacute;cup&eacute;ration progressive ou encore les cognitions &agrave; propos d&rsquo;une invalidit&eacute; temporaire ou d&eacute;finitive sont autant de stresseurs psychologiques. Tout ce qui permet de r&eacute;duire les cons&eacute;quences d&rsquo;une mauvaise adaptation au stress permet d&rsquo;am&eacute;liorer la morbidit&eacute; et la mortalit&eacute; per et post-op&eacute;ratoires. Parmi, les facteurs de r&eacute;duction de stress, l&rsquo;environnement de gu&eacute;rison est un point qui est de plus en plus &eacute;tudi&eacute;. Bien que le terme &laquo;environnement de gu&eacute;rison&raquo; soit souvent utilis&eacute;, il n&#39;a pas &eacute;t&eacute; d&eacute;fini de mani&egrave;re uniforme. Il sugg&egrave;re que l&#39;environnement physique de l&#39;&eacute;tablissement de soins peut am&eacute;liorer le processus de gu&eacute;rison et le sentiment de bien-&ecirc;tre des patients. L&#39;art doit faire partie d&#39;un environnement de gu&eacute;rison. Les auteurs de cette m&eacute;ta-analyse ont pu retrouver 48 &eacute;tudes se rapportant &agrave; l&rsquo;influence de l&rsquo;art sur la gu&eacute;rison post-chirurgicale dont 47 se rapportaient &agrave; la musique.</p> <p><u>Commentaire</u></p> <p>Les r&eacute;sultats mettent en &eacute;vidence un effet de la musique sur les crit&egrave;res&nbsp;: douleur post-op&eacute;ratoire, anxi&eacute;t&eacute;, pression art&eacute;rielle systolique et fr&eacute;quence cardiaque. Les effets de la musique &eacute;taient plus importants lorsqu&rsquo;elle est s&eacute;lectionn&eacute;e par les patients et plus faible dans les interventions chirurgicales effectu&eacute;es sous anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale. Les caract&eacute;ristiques du design int&eacute;rieur comme la pr&eacute;sence d&rsquo;images de nature et des chambres spacieuses, ou des caract&eacute;ristiques architecturales fournissant plus de lumi&egrave;re solaire ont eu des effets positifs sur l&#39;anxi&eacute;t&eacute; et la douleur postop&eacute;ratoire.</p> <p><strong><em>Il est aujourd&rsquo;hui impossible d&rsquo;ignorer l&rsquo;influence essentielle de l&rsquo;environnement op&eacute;ratoire sur le bien &ecirc;tre des patients et leur r&eacute;cup&eacute;ration post-op&eacute;ratoire.</em></strong><br /> &nbsp;</p> <hr /> <h2><br /> <strong>Notre cerveau d&eacute;tecte plus rapidement la douleur de l&rsquo;autre que son genre&hellip;</strong></h2> <p><em>Czekala C, Maugui&egrave;re F, Mazza S, Jackson PL, Frot M. My Brain Reads Pain in Your Face, Before Knowing Your Gender. J Pain. 2015; 16 (12):1342-52.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;</u></p> <p>L&rsquo;intensit&eacute; comme la souffrance de la douleur ressentie par nos patients peuvent se mesurer, le plus souvent avec des &eacute;chelles d&rsquo;auto-&eacute;valuation. D&rsquo;autres composantes de la douleur sont &eacute;galement observables. L&rsquo;une des plus importantes est la composante comportementale dont l&rsquo;un des marqueurs le plus fiable et sp&eacute;cifique est l&rsquo;expression faciale. Cette derni&egrave;re permet d&rsquo;&eacute;valuer &agrave; la fois la composante sensorielle et &eacute;motionnelle d&eacute;sagr&eacute;able de la douleur. Elle poss&egrave;de deux grandes finalit&eacute;s, permettre de transmettre un signal d&rsquo;avertissement de menace et &eacute;galement de g&eacute;n&eacute;rer chez l&rsquo;autre un comportement altruiste d&rsquo;aide et de compassion.</p> <p><u>Commentaire</u></p> <p>Les humains sont des experts pour reconna&icirc;tre la signification des traits du visage qu&rsquo;elles soient variables (&eacute;motions) ou immuable (genre). En raison de sa grande valeur communicative, la douleur peut &ecirc;tre d&eacute;tect&eacute;e plus rapidement sur les visages que les caract&eacute;ristiques immuables. Sur la base de cette hypoth&egrave;se, les auteurs de cette &eacute;tude fran&ccedil;aise ont cherch&eacute; &agrave; d&eacute;tecter un temps de pr&eacute;sentation qui permet la discrimination subliminale de l&rsquo;expression faciale de la douleur sans permettre la discrimination entre les sexes. Chez 80 personnes, ils ont compar&eacute; le temps n&eacute;cessaire (50, 100, 150, ou 200 millisecondes) pour distinguer les visages statiques de douleur, de col&egrave;re et neutres avec le temps n&eacute;cessaire pour distinguer le genre (homme versus femme). Les r&eacute;sultats ont montr&eacute; que, &agrave; 100 millisecondes, 75% des participants discriminent la douleur alors que seulement 20% des participants ont r&eacute;ussi &agrave; discriminer le genre. De plus, cette discrimination de la douleur semble &ecirc;tre subliminale. Cela confirme la th&eacute;orie de l&#39;&eacute;volution relative &agrave; la n&eacute;cessit&eacute; de lire rapidement les &eacute;motions aversives pour assurer la survie, mais pourrait &eacute;galement &ecirc;tre &agrave; la base des comportements altruistes tels que l&#39;aide et la compassion.</p> <p><strong><em>Nous n&rsquo;avons plus aucune excuse de ne pas avoir vu (rapidement) que nos patients avaient mal&hellip;</em></strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juin-2016 Revue Littérature Juillet 2016 <h2><strong>Medical Management of Oral Lichen Planus: A Systematic Review</strong></h2> <p><em>Swetha Singh Suresh, KrunalChokshi, Sachin Desai, Rahul Malu, AchalaChokshi<br /> Journal of Clinical and Diagnostic Research Vol 10(2): ZE10-ZE15, 2016 Feb</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Le lichen plan buccal (LPB) est une pathologie chronique inflammatoire fr&eacute;quemment rencontr&eacute;e chez nos patients. Cet article propose une revue de la litt&eacute;rature internationale, entre Janvier 1990 et D&eacute;cembre 2014. L&rsquo;objectif est d&rsquo;offrir une synth&egrave;se sur les diff&eacute;rents traitements existants du lichen plan buccal.</p> <p>Diff&eacute;rentes bases de donn&eacute;es ont &eacute;t&eacute; analys&eacute;es&nbsp;: &ldquo;Cochrane Oral Health Group Trials Register&rdquo;, &ldquo;Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL)&rdquo;, &ldquo;MEDLINE&rdquo;, &ldquo;EMBASE&rdquo;, &ldquo;Journal of Oral Surgery Oral Medicine Oral Pathology Oral Radiology&rdquo;, &ldquo;Oral Diseases&rdquo;, &ldquo;Journal of Oral Pathology and Medicine&rdquo;, &ldquo;The American Journal of the Medical Sciences&rdquo;, &ldquo;Journal of American Academy of Dermatology&rdquo;, &ldquo;International Journal of Oral &amp; Maxillofacial Surgery&rdquo;, et &ldquo;British Journal of Dermatology&rdquo;. Seules les &eacute;tudes control&eacute;es et randomis&eacute;es ont &eacute;t&eacute; retenues. Sont inclus les cas de lichens valid&eacute;s histologiquement et pour lesquels aucune &eacute;tiologie n&rsquo;a pu &ecirc;tre identifi&eacute;e, de mani&egrave;re &agrave; &eacute;liminer la grande majorit&eacute; des l&eacute;sions lich&eacute;no&iuml;des.</p> <p>Diff&eacute;rents parameters sont relev&eacute;s, tells que la r&eacute;duction de la douleur (&eacute;valu&eacute;e par EVA), l&rsquo;&eacute;tat de sant&eacute; global du patient, la manifestation clinique du lichen, la diminution de l&rsquo;intensit&eacute; et de la fr&eacute;quence des pouss&eacute;es du LPB, la dur&eacute;e de la r&eacute;mission apr&egrave;s arr&ecirc;t des traitements.</p> <p>Un total de 220 articles ont &eacute;t&eacute; identifies et 35ont &eacute;t&eacute; retenus.</p> <p>Douze essais ont compar&eacute; &laquo;&nbsp;traitement versus placebo&nbsp;&raquo;. Dans 3 essais, il n&rsquo;y avait pas de diff&eacute;rence concernant l&rsquo;intensit&eacute; de la douleur des patients. Dans les neuf autres essais, le traitement a &eacute;t&eacute; plus efficace que le placebo dans le contr&ocirc;le de la douleur. Diff&eacute;rents anti-inflammatoires st&eacute;ro&iuml;diens ont &eacute;t&eacute; compar&eacute;s les uns aux autres. Il est difficile de conclure car les gal&eacute;niques sont elles aussi diff&eacute;rentes. Pour certains auteurs, il n&rsquo;existe pas de diff&eacute;rence d&rsquo;efficacit&eacute; entre les diff&eacute;rentes mol&eacute;cules test&eacute;es (telles que la triamcinolone, la b&eacute;tamethasone ou la dexamethasone). Les inhibiteurs de la calcineurine sont &eacute;galement &eacute;tudi&eacute;s. Le Tacrolimus montre une sup&eacute;riorit&eacute; par rapport aux cortico&iuml;des topiques, en particuliers dans les formes &eacute;rosives.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cet article pr&eacute;sente l&rsquo;avantage de ne s&rsquo;int&eacute;resser qu&rsquo;aux essais randomis&eacute;s et contr&ocirc;l&eacute;s. L&rsquo;application locale de cortico&iuml;des et celle d&rsquo;inhibiteurs de la calcineurine, sont les deux th&eacute;rapeutiques les plus fr&eacute;quentes dans le traitement du LPB symptomatique. Il est difficile de montrer la sup&eacute;riorit&eacute; de l&rsquo;un par rapport &agrave; l&rsquo;autre. Compte-tenu des effets secondaires bien connus de ces th&eacute;rapeutiques, le choix des inhibiteurs de la calcineurine ne devrait relever que de la deuxi&egrave;me intention, qu&rsquo;en cas de LBP r&eacute;sistant aux cortico&iuml;des.</em><br /> &nbsp;</p> <hr /> <h2><br /> <strong>Possible alternative therapies for oral lichen planus case refractory to steroid therapies</strong></h2> <p><em>Huamei Yang, Yuanqin Wu, Hui Ma, Lu Jiang, Xin Zeng, Hongxia, Yu Zhou, Qianming Chen<br /> Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2016; 121: 496-509</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;objectif de cet article est de pr&eacute;senter les alternatives th&eacute;rapeutiques possibles dans la prise en charge du lichen plan buccal r&eacute;fractaire aux cortico&iuml;des. L&rsquo;&eacute;tiopathog&eacute;nie du lichen plan buccal est multifactorielle, associant l&rsquo;immunit&eacute; sp&eacute;cifique, l&rsquo;inflammation non-sp&eacute;cifique et des facteurs g&eacute;n&eacute;tiques. Du fait de cette &eacute;tiologie m&eacute;connue, le traitement du lichen plan oral est essentiellement symptomatique. Les cortico&iuml;des en application locale sont la premi&egrave;re ligne th&eacute;rapeutique. Une courte corticoth&eacute;rapie syst&eacute;mique peut &eacute;galement &ecirc;tre envisag&eacute;e et permet de traiter les phases aigues dans l&rsquo;&eacute;volution du lichen.</p> <p>Les auteurs de l&rsquo;article propos&eacute; passent en revue diff&eacute;rentes mol&eacute;cules&nbsp;: des agents topiques (Tacrolimus, Pimecrolimus, Cyclosporine A, Sirolimus, tetracyclines, inhibiteurs du TNF-alpha, &hellip;) et des m&eacute;dicaments administr&eacute;s par voie syst&eacute;mique (Thalidomide, Mycophenolate mofetil, retino&iuml;des, &hellip;). D&rsquo;autres th&eacute;rapeutiques non m&eacute;dicamenteuses sont &eacute;tudi&eacute;es&nbsp;: laser basse &eacute;nergie, laser CO2, UV th&eacute;rapie, th&eacute;rapie photodynamique, &hellip;)</p> <p>Chaque traitement pr&eacute;sente des avantages propres, en fonction de la forme clinique et de la douleur associ&eacute;e. Par exemple, le laser basse &eacute;nergie est une alternative int&eacute;ressante dans la prise en charge de la douleur des lichens atrophiques. Le Tacrolimus, fr&eacute;quemment utilis&eacute; dans la prophylaxie des rejets de greffes apr&egrave;s transplantation d&rsquo;organe, montre une bonne efficacit&eacute;, en application topique, sur des l&eacute;sions &eacute;rosives. Le passage syst&eacute;mique est n&eacute;gligeable.</p> <p>L&rsquo;ex&eacute;r&egrave;se chirurgicale des l&eacute;sions buccales du lichen plan est recommand&eacute;e par certains auteurs pour des l&eacute;sions de petite taille et bien limit&eacute;es. Elle pr&eacute;sente &eacute;galement l&rsquo;avantage de permettre une analyse anatomopathologique d&rsquo;une zone r&eacute;sistante au traitement par cortico&iuml;des, chronique et qui ne cicatrise pas.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>De nombreuses autres alternatives sont pr&eacute;sent&eacute;es et analys&eacute;es dans cet article. </em><em>Cependant, les &eacute;tudes rapportent</em> <em>peu de cas et il est difficile de conclure &agrave; la sup&eacute;riorit&eacute; d&rsquo;une technique par rapport &agrave; une autre.</em></p> <p><em>La prise en charge du LPB peut &ecirc;tre difficile. Il existe de nombreuses possibilit&eacute;s dans la th&eacute;rapeutique, mais chacune rel&egrave;ve d&rsquo;une forme clinique particuli&egrave;re et r&eacute;pond &agrave; un objectif th&eacute;rapeutique particulier (diminution de la douleur, diminution de l&rsquo;extension des l&eacute;sions, &hellip;)</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-juillet-2016 Revue Littérature Août 2016 <p>Revue de la litt&eacute;rature SFCO - Ao&ucirc;t 2016 -&nbsp;Dr L Devoize</p> <h2><strong>Boire du caf&eacute; r&eacute;duirait le risque de d&eacute;velopper un cancer oral</strong></h2> <p>Li YM, Peng J, Li LZ. Coffee consumption associated with reduced risk of oral cancer: a meta-analysis. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2016 Apr;121(4):381-389.e1.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>De nombreuses &eacute;tudes ont analys&eacute; la consommation de caf&eacute; et ses effets sur les cancers. Un certain nombre d&#39;&eacute;tudes &eacute;valuant l&#39;association entre consommation de caf&eacute; et risque de cancer oral ont donn&eacute; des r&eacute;sultats contradictoires en raison des diff&eacute;rences m&eacute;thodologiques entre ces &eacute;tudes (comme la conception de l&#39;&eacute;tude, la taille de l&#39;&eacute;chantillon, etc.). La plupart de ces &eacute;tudes ont montr&eacute; que la consommation de caf&eacute; jouait un r&ocirc;le protecteur vis &agrave; vis des risques de cancer de la cavit&eacute; buccale, alors que d&#39;autres ont donn&eacute; des r&eacute;sultats n&eacute;gatifs.</p> <p>Les r&eacute;sultats de cette m&eacute;ta-analyse indiquent que la consommation de caf&eacute; (lorsqu&rsquo;elle d&eacute;passe une tasse par jour), peut r&eacute;duire de mani&egrave;re significative le risque de cancer de la cavit&eacute; buccale, pouvant aller jusqu&rsquo;&agrave; une diminution du risque de 37% pour les consommateurs les plus importants.</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Le caf&eacute; est l&#39;une des boissons les plus fr&eacute;quemment consomm&eacute;es dans le monde. Il est cultiv&eacute; dans de nombreux pays tropicaux, le Br&eacute;sil &eacute;tant le plus grand producteur mondial. Le caf&eacute; est extrait de graines grill&eacute;es de plusieurs esp&egrave;ces de plantes de caf&eacute;, principalement Coffea arabica (caf&eacute; Arabica) et Coffea canephora (caf&eacute; Robusta). Divers antioxydants pr&eacute;sents dans le caf&eacute; comme les polyph&eacute;nols et d&#39;autres compos&eacute;s biologiquement actifs, ont des effets protecteurs potentiels contre le d&eacute;veloppement ou la progression du cancer, plus pr&eacute;cis&eacute;ment en r&eacute;duisant la g&eacute;notoxicit&eacute; de plusieurs carcinog&egrave;nes. Cette m&eacute;ta-analyse confirme donc le r&ocirc;le protecteur du caf&eacute; contre le cancer de la cavit&eacute; buccale. Cependant, les r&eacute;sultats de cette m&eacute;ta-analyse doivent &ecirc;tre trait&eacute;s avec prudence en raison des biais et facteurs de confusion potentiels, notamment sur les variables confondantes, comme le tabagisme et la consommation d&#39;alcool, qui sont des facteurs de risque environnementaux et sociaux qu&rsquo;il a &eacute;t&eacute; difficile d&rsquo;&eacute;valuer quantitativement dans les diff&eacute;rentes &eacute;tudes compil&eacute;es. </em></p> <hr /> <h2><strong>A la condition de ne pas le boire trop chaud !</strong></h2> <p>Loomis D, Guyton KZ, Grosse Y1, Lauby-Secretan B, El Ghissassi F, Bouvard V, Benbrahim-Tallaa L, Guha N, Mattock H, Straif K; International Agency for Research on Cancer Monograph Working Group. Carcinogenicity of drinking coffee, mate, and very hot beverages. Lancet Oncol. 2016</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>En 1991, le CIRC (Centre International de la Recherche contre le Cancer) avait class&eacute; par mesure de pr&eacute;caution la consommation de caf&eacute; comme &laquo;potentiel canc&eacute;rog&egrave;ne pour l&#39;homme&raquo;, sur la base de &laquo;&nbsp;preuves&nbsp;&raquo; limit&eacute;es d&#39;une possible association avec le cancer de la vessie et sur des preuves (tr&egrave;s sujettes &agrave; caution) de canc&eacute;rog&eacute;nicit&eacute; chez l&rsquo;animal. Leur derni&egrave;re analyse, objet de cette publication, montre clairement qu&rsquo;il n&rsquo;y a aucune association entre apparition d&rsquo;un quelconque cancer et la consommation de caf&eacute;, que ce soit en clinique humaine ou en exposition longue sur animaux de laboratoire.</p> <p>Par contre, leur analyse montre que la consommation de boissons tr&egrave;s chaudes (temp&eacute;rature sup&eacute;rieure &agrave; 65&deg;C), comme cela peut l&rsquo;&ecirc;tre traditionnellement pour le mat&eacute;, le th&eacute; ou m&ecirc;me le caf&eacute;, semble &ecirc;tre corr&eacute;l&eacute;e &agrave; l&rsquo;apparition du cancer de l&rsquo;&oelig;sophage.</p> <p><em><u>Commentaire&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cet avis d&rsquo;expert est int&eacute;ressant car il met en &eacute;vidence une relation (type effet-dose) entre temp&eacute;rature d&rsquo;absorption d&rsquo;un aliment/substance et cancer, et non aliment/substance absorb&eacute;e et cancer.&nbsp; Toutes les boissons d&eacute;crites ont des effets b&eacute;n&eacute;fiques contre le cancer (principalement par un puissant effet antioxydant), lorsqu&rsquo;ils sont bus &agrave; temp&eacute;rature ti&egrave;de ou froide&nbsp;! Ils mettent donc en &eacute;vidence que la modification de nos habitudes alimentaires passe bien entendu par une s&eacute;lection des produits pr&eacute;par&eacute;s mais aussi (et ici surtout) sur leur mani&egrave;re d&rsquo;&ecirc;tre consomm&eacute;e.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-aout-2016 Revue Littérature Septembre 2016 <p>Revue de la litt&eacute;rature SFCO - Septembre 2016 - Dr T Fortin</p> <h2><strong>Avantages cliniques de la chirurgie assist&eacute;e par ordinateur en implantologie&nbsp;: une revue de litt&eacute;rature.</strong></h2> <p><em>Maragreta Hultin, Krister Swensson, Mats Trulsson. Clinical Oral Implant Research, 23; 2012. 124-135.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute; :</u></p> <p>Cette revue de litt&eacute;rature repose sur 28 articles et deux revues de litt&eacute;rature. Quinze sont des &eacute;tudes prospectives observationnelles et 4 r&eacute;trospectives. Neuf &eacute;tudes sont des &eacute;tudes avec groupes contr&ocirc;le, 7 prospectives et 2 r&eacute;trospectives. Seulement 3 &eacute;tudes sont avec randomisation. Un total de 4032 implants a &eacute;t&eacute; pos&eacute; sur 852 patients. Le nombre de patients inclus dans chaque &eacute;tude varie de 6 &agrave; 206.</p> <p>La chirurgie assist&eacute;e par ordinateur permet une planification pr&eacute;-op&eacute;ratoire et un placement pr&eacute;cis des implants dans l&rsquo;os. La premi&egrave;re implication de cette particularit&eacute; est la grande pr&eacute;dictibilit&eacute; op&eacute;ratoire et la possibilit&eacute; de faire de la chirurgie sans lambeau. Le taux de survie des implants plac&eacute;s au travers de la muqueuse est le m&ecirc;me que celui des implants qui n&rsquo;ont pas &eacute;t&eacute; en contact avec la gencive. Ceci va dans le sens d&rsquo;une am&eacute;lioration du confort pour le patient et pour le praticien. De surcroit la mise en place des implants se fait selon un projet proth&eacute;tique d&eacute;fini en amont de la chirurgie ce qui limite les &eacute;checs li&eacute;s &agrave; un mauvais positionnement implantaire.</p> <p>Il est clairement mis en &eacute;vidence la diminution des suites op&eacute;ratoires imm&eacute;diates avec une baisse de la douleur ressentie, la suppression des &oelig;d&egrave;mes, tum&eacute;factions, h&eacute;matomes et trismus. Cette m&eacute;thode n&rsquo;a pour autant pas d&rsquo;impact sur le stress pr&eacute; et perop&eacute;ratoire. &nbsp;Cette diminution des suites est vraisemblablement &agrave; mettre en rapport avec la diminution du temps d&rsquo;intervention induite par cette technique. Pour autant l&rsquo;&eacute;valuation de la douleur en technique conventionnelle est de 1,56 le soir de l&rsquo;intervention puis diminue constamment au cours du temps. Nous pouvons donc raisonnablement consid&eacute;rer que la chirurgie implantaire n&rsquo;est pas une technique douloureuse et que cet avantage ne pourrait &agrave; lui seul justifier l&rsquo;utilisation de la chirurgie assist&eacute;e par ordinateur.</p> <p>Une seule &eacute;tude propose l&rsquo;utilisation de la chirurgie guid&eacute;e pour l&rsquo;&eacute;vitement des chirurgies additionnelles, particuli&egrave;rement les comblements sinusiens avec un taux de succ&egrave;s &agrave; 4 ans de 98%. C&rsquo;est vraisemblablement un des avantages majeurs de cette technique qui permet de r&eacute;duire le nombre d&rsquo;interventions et le risque de morbidit&eacute; associ&eacute;.</p> <p>Aucune &eacute;tude n&rsquo;&eacute;value le surco&ucirc;t associ&eacute;. Bien que l&rsquo;on puisse imaginer que tout d&eacute;faut dans la r&eacute;alisation du plan de traitement ait un co&ucirc;t,&nbsp; il n&rsquo;y a pas &agrave; ce jour de preuve que le surco&ucirc;t contrebalanc&eacute; par les avantages, mise en place pr&eacute;cise des implants en fonction d&rsquo;un projet proth&eacute;tique et diminution du nombre de chirurgie additionnelle.<br /> &nbsp;</p> <hr /> <h2><br /> <strong>Short implants versus longer implants in vertically augmented posterior mandibles: a randomised controlled trial with 5-year after loading follow-up.</strong></h2> <p><em>Felice P, Cannizzaro G, Barausse C, Pistilli R, Esposito M. Eur J Oral Implantol. 2014 Winter; 7(4):359-69.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;objectif de cet article est de comparer deux approches th&eacute;rapeutiques dans le cadre de l&rsquo;&eacute;dentement post&eacute;rieur mandibulaire libre&nbsp;: la mise en place d&rsquo;implants courts de 6.6 mm ou la mise en place d&rsquo;implants de longueur standard (9.6 mm ou plus) apr&egrave;s r&eacute;alisation d&rsquo;une greffe d&rsquo;augmentation verticale. La technique de greffe utilis&eacute;e consiste en une ost&eacute;otomie horizontale r&eacute;alis&eacute;e au pi&eacute;zotome et mise en place d&rsquo;un bloc d&rsquo;os bovin anorganique recouvert d&rsquo;une membrane r&eacute;sorbable.</p> <p>60 patients ont &eacute;t&eacute; inclus dans cette &eacute;tude, al&eacute;atoirement distribu&eacute;s dans deux bras, mise en place d&rsquo;implants courts ou r&eacute;alisation d&rsquo;une greffe et mise en place d&rsquo;implants de longueur standard. Chaque patient dispose d&rsquo;une hauteur d&rsquo;os de 7 &agrave; 8 mm au dessus du canal alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur. Il se verra poser de 1 &agrave; 3 implants en deux temps chirurgicaux. Dans le bras greffe 61 implants ont &eacute;t&eacute; pos&eacute;s, 60 dans le bras implants courts. Dans le bras greffe les implants sont mis en place au bout de 5 mois. Le suivi est de 5 ans avec l&rsquo;analyse de crit&egrave;res tels que &eacute;checs proth&eacute;tiques ou implantaires, complications et remodelage osseux p&eacute;ri-implantaire &eacute;valu&eacute;s radiologiquement.&nbsp;</p> <p>A 5 ans, 8 patients sont sortis de l&rsquo;&eacute;tude pour des raisons ind&eacute;pendantes des investigateurs et quelques d&eacute;viations mineures, parfaitement d&eacute;crites dans l&rsquo;article, sont intervenues. Dans chaque bras, 5 proth&egrave;ses sont consid&eacute;r&eacute;es comme en &eacute;chec, essentiellement li&eacute;es &agrave; des &eacute;checs implantaires qui ont pu &ecirc;tre corrig&eacute;s.&nbsp; Dans le bras greffe 3 implants ne se sont pas ost&eacute;oint&eacute;gr&eacute;s en premier intention. Dans le bras implants courts, il y a &eacute;chec sur 5 implants, 1 avant la mise en charge et 4 apr&egrave;s la mise en charge. Ces diff&eacute;rences entre les deux bras ne sont pas consid&eacute;r&eacute;es comme statistiquement significatives. Les complications chirurgicales sont beaucoup plus nombreuses dans le bras greffe que dans le bras implants courts (respectivement 25 sur 21 patients et 5 sur 5 patients). Les complications vont de la paresth&eacute;sie temporaire &agrave; la complication perop&eacute;ratoire telle que la fracture du greffon osseux.</p> <p>La perte osseuse p&eacute;ri-implantaire est dans cette &eacute;tude un ph&eacute;nom&egrave;ne qui se poursuit graduellement. A 5 ans, elle est mesur&eacute; sur 25 implants dans les deux bras, sans que l&rsquo;on sache pourquoi elle ne concerne que la moiti&eacute; des implants, et elle est plus importante dans le bras greffe que dans le bras implants courts (respectivement&nbsp; 2.34 sd 0.75 et 1.49 sd 0.40).&nbsp;&nbsp;</p> <p>Cette &eacute;tude r&eacute;pond aux crit&egrave;res CONSORT pour la r&eacute;alisation d&rsquo;&eacute;tudes cliniques avec randomisation. Les r&eacute;sultats sont conformes &agrave; la litt&eacute;rature sur le sujet. Elle confirme que les implants courts sont une alternative fiable, &agrave; 5 ans, &agrave; la greffe osseuse verticale qui est une technique tr&egrave;s op&eacute;rateur d&eacute;pendant. Il faut tout de m&ecirc;me s&rsquo;interroger sur la perte osseuse p&eacute;ri-implantaire qui est un ph&eacute;nom&egrave;ne continue au court du temps. Sur des implants courts cette perte osseuse aboutira &agrave; la perte des implants plus rapidement que sur des implants de longueur standard. Seules des &eacute;tudes &agrave; 10 ans ou plus pourraient lever cette incertitude. De telles &eacute;tudes ne sont pas disponibles, et oblige le praticien &agrave; une certaine forme de prudence.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-septembre-2016 Revue littérature octobre 2016 <p>Revue de litt&eacute;rature SFCO- Octobre 2016- Pr. Philippe Lesclous</p> <h2>Postoperative bleeding risk for oral surgery Under continued rivaroxaban anticoagulant therapy</h2> <p>Hanken H, Gr&ouml;be A, Heiland M, Smeets R, Kluwe L, Wikner J, Koehnke R, Al-Dam A et Eichhorn W.&nbsp;<br /> Clin Oral Invest 2016, 20 :1279-82.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute; :</u></p> <p>L&rsquo;usage grandissant des anticoagulants oraux directs (AOD) et en particulier du rivaroxaban, un inhibiteur direct du facteur Xa, pose le probl&egrave;me de la prise en charge des patients trait&eacute;s en chirurgie orale car, &agrave; ce jour, il n&rsquo;existe aucune recommandation internationale consensuelle. Interrompre ou continuer le traitement ? Tous les auteurs ne sont pas d&rsquo;accords. Comme, le risque h&eacute;morragique n&rsquo;est pas significativement augment&eacute; en chirurgie orale par l&rsquo;usage des agents antiplaquettaires (pris comme r&eacute;f&eacute;rence), et comme les donn&eacute;es concernant la prise en charge des patients trait&eacute;s par AOD font largement d&eacute;faut, les auteurs proposent d&rsquo;&eacute;valuer ce risque chez des patients trait&eacute;s par rivaroxaban chez lesquels une intervention de chirurgie orale a &eacute;t&eacute; pratiqu&eacute;e, sans interrompre le traitement AOD. Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude r&eacute;trospective &eacute;valuant les suites op&eacute;ratoires h&eacute;morragiques sur une p&eacute;riode de 2 semaines suite &agrave; des avulsions dentaires avec ost&eacute;otomie ou apr&egrave;s mise en place implantaire lors de 52 actes r&eacute;alis&eacute;s chez des patients trait&eacute;s par rivaroxaban 20mg/j (dont 2 en bith&eacute;rapie avec de l&rsquo;acide ac&eacute;tylsalycilique) et de 285 actes r&eacute;alis&eacute;s chez des patients contr&ocirc;les non trait&eacute;s. Les crit&egrave;res d&rsquo;exclusion sont bien mentionn&eacute;s et pertinents. &nbsp;Toutes les interventions se sont d&eacute;roul&eacute;es sous anesth&eacute;sie locale avec vasoconstricteur. L&rsquo;h&eacute;mosatse primaire &eacute;tait assur&eacute;e par la mise en place d&rsquo;une &eacute;ponge collag&eacute;nique r&eacute;sorbable dans l&rsquo;alv&eacute;ole d&rsquo;avulsion puis des sutures avec du fil non r&eacute;sorbable. Une antibioprphylaxie monodose &eacute;tait prescrite chez les patients &agrave; haut risque d&rsquo;endocardite infectieuse mais pas chez les autres ; le traitement antalgique reposait sur une prescription d&rsquo;ibuprof&egrave;ne 400 mg toutes les 6 heures pendant 3 jours. Le suivi &eacute;tait assur&eacute; &agrave; 1, 3, 7, 10 et 14 jours postop&eacute;ratoires. Une h&eacute;morragie postop&eacute;ratoire &eacute;tait d&eacute;finie comme un &eacute;v&eacute;nement n&eacute;cessitant une h&eacute;mostase suppl&eacute;mentaire. Le taux d&rsquo;h&eacute;morragie postop&eacute;ratoire &eacute;tait inf&eacute;rieur &agrave; 1% dans la population contr&ocirc;le alors que ce risque &eacute;tait significativement augment&eacute; &agrave; 11,5% dans la population trait&eacute;e par rivaroxaban. Il est &agrave; noter que tous les &eacute;v&egrave;nements h&eacute;morragiques sont survenus apr&egrave;s une extraction avec ost&eacute;otomie et jamais apr&egrave;s la mise en place d&rsquo;un implant, mais il est vrai que ce type d&rsquo;acte &eacute;tait peu fr&eacute;quent (10 actes/337). Chez les patients trait&eacute;s par rivaroxaban, ces saignements s&rsquo;&eacute;chelonnaient sur 6 jours alors que ceux enregistr&eacute;s chez les patients contr&ocirc;les &eacute;taient survenus le jour m&ecirc;me de l&rsquo;intervention. Parmi les saignements apparus chez les patients trait&eacute;s par rivaroxaban, le tiers a &eacute;t&eacute; contr&ocirc;l&eacute; par compression simple tandis que le reste n&eacute;cessitait le recours &agrave; une colle biologique et &agrave; des sutures suppl&eacute;mentaires. Ces &eacute;v&egrave;nements n&rsquo;&eacute;taient pas corr&eacute;l&eacute;s aux nombres de dents &agrave; avulser puisque la moiti&eacute; d&rsquo;entre eux sont survenus lors d&rsquo;avulsions unitaires. En conclusion, cette &eacute;tude montre un sur-risque h&eacute;morragique chez les patients trait&eacute;s par rivaroxaban lors d&rsquo;intervention de chirurgie orale n&eacute;cessitant une ost&eacute;otomie sous anesth&eacute;sie locale avec vasoconstricteur. Ce sur-risque est ma&icirc;tris&eacute; par une proc&eacute;dure d&rsquo;h&eacute;mostase locale conventionnelle. D&egrave;s lors, il semble pr&eacute;f&eacute;rable de ne pas interrompre le traitement anticoagulant eu &eacute;gard au risque thromboembolique que cela g&eacute;n&egrave;re et mettre en &oelig;uvre de mani&egrave;re syst&eacute;matique une proc&eacute;dure d&rsquo;h&eacute;mostase conventionnelle.&nbsp;</p> <p><u>Commentaires :</u><br /> Sur le plan m&eacute;thodologique, cette &eacute;tude est critiquable puisqu&rsquo;elle est r&eacute;trospective, que les patients perdus de vue sont sortis de l&rsquo;&eacute;tude et que ce sont les interventions qui sont &eacute;valu&eacute;s et non les patients. N&eacute;anmoins, elle souligne un sur-risque h&eacute;morragique chez ces patients trait&eacute;s par AOD dans les conditions de l&rsquo;&eacute;tude. Il convient de confirmer ces r&eacute;sultats par des &eacute;tudes m&eacute;thodologiquement mieux construites. En conclusion, les auteurs sugg&egrave;rent de r&eacute;partir le nombre d&rsquo;avulsions &agrave; r&eacute;aliser sur plusieurs s&eacute;ances de mani&egrave;re &agrave; minorer le sur-risque h&eacute;morragique. Mais dans la mesure o&ugrave; la moiti&eacute; des accidents h&eacute;morragiques a &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;e lors d&rsquo;avulsions unitaires, on peut se questionner sur le bien fond&eacute; de ce conseil. En revanche, on ne peut qu&rsquo;approuver celui de suivre ces patients par contact t&eacute;l&eacute;phonique quotidien pendant plus d&rsquo;une semaine. Enfin, cette &eacute;tude souligne la n&eacute;cessit&eacute; de recommandations de bonne pratique en la mati&egrave;re ce que vient de produire la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Chirurgie Orale (www.societechirbuc.com) &nbsp; &nbsp;</p> <hr /> <h2>Dental implants in patients at high risk for infective endocarditis : a preliminary study</h2> <p>Findfer M, Chackartchi T et Regev E.<br /> Int J Oral Maxillofac Surg 2014, 43 : 1282-85.&nbsp;</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>La pratique de l&rsquo;implantologie orale est contre-indiqu&eacute;e chez tout patient &agrave; haut risque d&rsquo;endocardite infectieuse (EI) (sauf chez les britanniques rejoints r&eacute;cemment par les su&eacute;dois). En revanche, certaines proc&eacute;dures chirurgicales orales sont r&eacute;alisables chez les m&ecirc;mes patients avec une antibioprophylaxie appropri&eacute;e, comme les avulsions dentaires par exemple. De plus, il semble que la bact&eacute;ri&eacute;mie induite par une proc&eacute;dure chirurgicale implantaire soit de moindre importance que celle g&eacute;n&eacute;r&eacute;e par une avulsion dentaire. D&egrave;s lors, les auteurs se posent la question de la faisabilit&eacute; d&rsquo;une chirurgie implantaire chez ces patients. Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude r&eacute;trospective concernant la mise en place d&rsquo;un ou plusieurs implants dentaires (57 au total en 16 interventions, toutes en deux temps chirurgicaux) chez 13 patients &agrave; haut risque d&rsquo;EI par plusieurs praticiens. Une antibioprophylaxie &eacute;tait mise en &oelig;uvre pour chacune de ces proc&eacute;dures chirurgicales (2 gr d&rsquo;amoxicilline 1 heure avant l&rsquo;intervention puis 1,5 gr par jour pendant 5 jours. Le traitement antithrombotique n&rsquo;a &eacute;t&eacute; interrompu que chez 2 patients pendant 3 jours. Une antisepsie pr&eacute;op&eacute;ratoire syst&eacute;matique (chlorhexidine 0,2%) a &eacute;t&eacute; mise en &oelig;uvre. Le suivi s&rsquo;&eacute;tale sur des p&eacute;riodes de 2 &agrave; 18 ans. Aucun cas d&rsquo;EI n&rsquo;est &agrave; d&eacute;plorer et 2 &eacute;checs implantaires sont rapport&eacute;s chez le m&ecirc;me patient. 2 accidents thrombotiques sont rapport&eacute;s, le premier 14 jours apr&egrave;s l&rsquo;arr&ecirc;t temporaire du traitement antithrombotique, le second 6 mois apr&egrave;s. Aucun accident h&eacute;morragique n&rsquo;est enregistr&eacute;.</p> <p><u>Commentaires :</u><br /> Cet article est plus un rapport de cas qu&rsquo;une v&eacute;ritable &eacute;tude puisqu&rsquo;aucune analyse statistique ne peut en &ecirc;tre inf&eacute;r&eacute;e et qu&rsquo;il existe de nombreux biais m&eacute;thodologiques. Il est &agrave; remarquer que les auteurs n&rsquo;appliquent pas la proc&eacute;dure d&rsquo;antibioprophylaxie monodose en une prise unique pr&eacute;-chirurgicale. De plus, le niveau d&rsquo;hygi&egrave;ne et l&rsquo;indice de plaque ne sont pas renseign&eacute;s. Le r&ocirc;le de l&rsquo;antisepsie pr&eacute;-op&eacute;ratoire est soulign&eacute; &agrave; juste titre par les auteurs. Une &eacute;tude prospective visant &agrave; &eacute;valuer le risque d&rsquo;EI chez des patients &agrave; haut risque candidat &agrave; des implants dentaires reste donc &agrave; entreprendre. N&eacute;anmoins, ce rapport de cas entrouvre une porte. Mais, pourquoi s&rsquo;appesantir sur une &eacute;tude de cas, publi&eacute;e il y a d&eacute;j&agrave; 2 ans ? Tout simplement car c&rsquo;est sur cette seule &eacute;tude que s&rsquo;est bas&eacute; la soci&eacute;t&eacute; europ&eacute;enne de cardiologie pour ne plus contre-indiquer les implants dentaires chez les patients &agrave; haut risque d&rsquo;endocardite infectieuse, en novembre dernier. M&ecirc;me si cette recommandation peut s&rsquo;av&eacute;rer l&eacute;gitime dans l&rsquo;avenir, aujourd&rsquo;hui il para&icirc;t tr&egrave;s surprenant de lever cette contre-indication implantaire sur la seule foi de ce rapporte de cas. Sans la remettre en question, il conviendra d&rsquo;encadrer cette pratique &nbsp;par des recommandations de bonne pratique pluridisciplinaires (cardiologues, infectiologues, chirurgiens dentistes). Ces recommandations sont en cours d&rsquo;&eacute;laboration sous l&rsquo;&eacute;gide de plusieurs soci&eacute;t&eacute;s scientifiques dont la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Chirurgie Orale.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-octobre-2016 Revue Littérature Novembre 2016 <h2>Revue de la litt&eacute;rature SFCO - Novembre 2016 - Dr Boisram&eacute;</h2> <p><strong>Accidental aspiration/ingestion of foreign bodies in dentistry: A clinical and legal perspective. </strong><strong>Yadav RK</strong><strong>, Yadav HK, Chandra A, Yadav S, Verma P, Shakya VK. Natl J Maxillofac Surg. 2015; 6(2):144-51.</strong></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Dans notre pratique quotidienne o&ugrave; nous utilisons de petits objets chez des patients en position semi-allong&eacute;e, l&rsquo;accident d&rsquo;inhalation ou d&rsquo;ingestion peut survenir. Ces accidents certes rares peuvent &ecirc;tre dramatiques pour le patient. Il est donc important de conna&icirc;tre ces types d&rsquo;accident pour mieux les pr&eacute;venir et les g&eacute;rer le cas &eacute;ch&eacute;ant.&nbsp; En effet, les risques inh&eacute;rents &agrave; ce type d&rsquo;accidents ne sont pas anodins&nbsp; et ne peuvent &ecirc;tre n&eacute;glig&eacute;s tant d&rsquo;un point de vue socio-&eacute;conomique que m&eacute;dico-l&eacute;gal.</p> <p>Cet article, &agrave; partir d&rsquo;un cas clinique d&rsquo;inhalation d&rsquo;une broche endodontique et de retrait par fibroscopie pulmonaire, reprend de fa&ccedil;on &eacute;tay&eacute;e et pertinente &agrave; la mani&egrave;re d&rsquo;un article p&eacute;dagogique, les diff&eacute;rents facteurs de risque, les sympt&ocirc;mes et la gestion de ces accidents iatrog&egrave;nes pour mettre en avant l&rsquo;importance de la pr&eacute;vention.</p> <p>Les facteurs de risque d&rsquo;inhalation ou d&rsquo;ingestion sont soit li&eacute;s au patient (enfants entre 1 et 3 ans,&nbsp; personnes &acirc;g&eacute;es, en &eacute;tat d&rsquo;&eacute;bri&eacute;t&eacute;, handicap mental ou &eacute;tat de conscience alt&eacute;r&eacute;, ant&eacute;c&eacute;dents neurologiques, ouverture buccale limit&eacute;e,..) soit li&eacute;s aux actes op&eacute;ratoires (position allong&eacute;e, perte du r&eacute;flexe lingual par anesth&eacute;sie, d&eacute;tachement d&rsquo;instrument, petits instruments glissants entre les gants).</p> <p>Les sympt&ocirc;mes de l&rsquo;inhalation sont fonction de la taille et de la forme du corps &eacute;tranger. La bronche droite &eacute;tant la plus droite est le si&egrave;ge le plus fr&eacute;quemment retrouv&eacute;. Les sympt&ocirc;mes de corps &eacute;trangers inhal&eacute;s sont une toux, une dyspn&eacute;e, une respiration sifflante mais parfois peuvent &ecirc;tre absents et venir tardivement se compliquer (paralysie cordes vocales, pneumonies, abc&egrave;s pulmonaires,&hellip;). Concernant l&rsquo;ingestion de corps &eacute;tranger, aucun sympt&ocirc;me n&rsquo;est per&ccedil;u en imm&eacute;diat mais si il y a obstruction de&nbsp; l&rsquo;&oelig;sophage ou perforation du tractus gastro-intestinal, diff&eacute;rents sympt&ocirc;mes surviennent (vomissements, naus&eacute;es, h&eacute;mat&eacute;m&egrave;se)</p> <p>Les techniques de pr&eacute;vention consistent en endodontie &agrave; utiliser la digue, en chirurgie &agrave; avoir une aspiration performante, l&rsquo;utilisation possible de packing.</p> <p>Enfin, les auteurs terminent en apportant une notion juridique &agrave; cette iatrog&eacute;nie en d&eacute;veloppant les diff&eacute;rentes raisons des proc&eacute;dures et comment y rem&eacute;dier. La base &eacute;thique pour la qualit&eacute; des soins est de recommander la meilleure th&eacute;rapie tout en minimisant des dommages &eacute;ventuels et d&#39;&eacute;viter de placer un patient &agrave; un risque d&eacute;raisonnable. Ainsi, les grands points &agrave; suivre pour &eacute;viter toute proc&eacute;dure sont une bonne relation m&eacute;decin-patient (attention particuli&egrave;re accord&eacute;e aux propos du patient, style de communication avec le patient), l&rsquo;obtention d&rsquo;un consentement &eacute;clair&eacute; appropri&eacute; du patient avant de commencer le traitement c&rsquo;est &agrave; dire expliquer le geste, les avantages, alternatives et cons&eacute;quences, et risques associ&eacute;s &agrave; ce geste. Aussi, la reconnaissance pr&eacute;coce des facteurs de risque &eacute;lev&eacute;s et l&#39;emplacement des corps &eacute;trangers aval&eacute;s au cours d&#39;une intervention chirurgicale ou non chirurgicale est importante mais dans les cas o&ugrave; l&rsquo;accident survient, le praticien doit reconna&icirc;tre les signes et sympt&ocirc;mes, informer le patient et tout mettre en &oelig;uvre pour que soit &eacute;limin&eacute; le corps &eacute;tranger inhal&eacute; ou ing&eacute;r&eacute;.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cet article, tr&egrave;s agr&eacute;able &agrave; lire, permet de faire le point sur ces &eacute;v&eacute;nements certes rares mais qui quand ils se pr&eacute;sentent, nous confrontent &agrave; notre professionalisme dans leur prise en charge.</em></p> <hr /> <p><strong>Oral health-related quality of life following third molar surgery with either oral administration or submucosal injection of prednisolone. </strong><strong>Ibikunle AA</strong><strong>, Adeyemo WL, Ladeinde AL. Oral Maxillofac Surg. 2016 Jul 22. </strong></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>A l&rsquo;heure du contr&ocirc;le qualit&eacute; et de l&rsquo;am&eacute;lioration de nos pratiques professionnelles,&nbsp; cet article trouve toute sa place. En effet, les auteurs ont r&eacute;alis&eacute; une &eacute;tude comparative et prospective pour &eacute;valuer la qualit&eacute; de vie orale apr&egrave;s chirurgie de la troisi&egrave;me molaire avec une administration par voie orale ou par injection sous-muqueuse de prednisolone. Ainsi, ils ont r&eacute;parti au hasard 62 sujets d&rsquo;&acirc;ge moyen de 28 ans dans 3 groupes&nbsp;:</p> <p>Groupe A&nbsp;: sujets ayant re&ccedil;u 40 mg de prednisolone par voie orale</p> <p>Groupe B&nbsp;: sujets ayant re&ccedil;u 40 mg de prednisolone en injection sous muqueuse</p> <p>Groupe C&nbsp;: groupe contr&ocirc;le.</p> <p>La qualit&eacute; de vie orale a &eacute;t&eacute; &eacute;valu&eacute;e en pr&eacute;op&eacute;ratoire et en post op&eacute;ratoire (&agrave; J+1, J+3, J+7) &agrave; l&rsquo;aide du questionnaire OHIP-14. Les sujets ont &eacute;t&eacute; class&eacute;s comme &eacute;tant soit affect&eacute; (score OHIP &le;28) ou non affect&eacute; (score OHIP&gt; 28). Une comparaison des scores moyens OHIP a &eacute;t&eacute; effectu&eacute;e entre les p&eacute;riodes pr&eacute;-op&eacute;ratoire et post-op&eacute;ratoires, ainsi qu&rsquo;entre les trois groupes.</p> <p>Les r&eacute;sultats ont mis en &eacute;vidence une augmentation significative des scores totaux dans tous les groupes postop&eacute;ratoires, ce qui est attendu avec un r&eacute;sultat plus marqu&eacute; &agrave; J+1 et d&eacute;croissant aux jours suivants. Les sujets ayant re&ccedil;u de la prednisolone (groupes A et B) ont eu une meilleure qualit&eacute; de vie orale statistiquement significative par rapport au groupe contr&ocirc;le. De plus,&nbsp; les sujets ayant re&ccedil;u une injection sous-muqueuse de prednisolone ont montr&eacute; moins de d&eacute;t&eacute;rioration significative de leur qualit&eacute; de vie orale par rapport &agrave; ceux ayant re&ccedil;u de la prednisolone par voie orale.</p> <p>En conclusion, les auteurs mettent en avant que l&#39;administration de prednisolone &eacute;tait significativement associ&eacute;e &agrave; une meilleure qualit&eacute; de vie orale apr&egrave;s avulsion des troisi&egrave;mes molaires. L&rsquo;injection sous-muqueuse de 40 mg de prednisolone est une strat&eacute;gie th&eacute;rapeutique efficace pour am&eacute;liorer la qualit&eacute; de vie apr&egrave;s l&#39;avulsion des troisi&egrave;mes molaires mandibulaires.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cet article conforte l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t significatif de l&rsquo;administration de cortico&iuml;des pour l&rsquo;avulsion des troisi&egrave;mes molaires mandibulaires (Eroglu et al, 2015/Darawada et al, 2014). Concernant l&rsquo;injection de cortico&iuml;des lors d&rsquo;une chirurgie des troisi&egrave;mes molaires mandibulaires, les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude rejoignent l&rsquo;&eacute;tude contr&ocirc;l&eacute;e randomis&eacute;e effectu&eacute;e par Vyas et al. en 2014&nbsp; qui a montr&eacute; qu&rsquo; une injection unique de 40mg de m&eacute;thylprednisolone en pr&eacute;op&eacute;ratoire &eacute;tait plus efficace pour r&eacute;duire la douleur, le trismus et l&rsquo;&oelig;d&egrave;me comparativement &agrave; celle administr&eacute;e en postop&eacute;ratoire.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-novembre-2016 Revue Littérature Décembre 2016 <h2><strong>Le dosage de la procalcitonine est-il un marqueur pr&eacute;dictif de la s&eacute;v&eacute;rit&eacute; d&rsquo;une cellulite odontog&egrave;ne ?</strong></h2> <p><em>Bertholus C, Schouman T, Aubry A, Hausfater P. Is procalcitonin a useful biomarker for the risk stratification of facial cellulitis? J Cranio Maxillo Facial Surg 2016; 995-7.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude prospective monocentrique men&eacute;e dans le Service d&rsquo;Accueil des Urgences de nuit de la Piti&eacute; Salp&eacute;tri&egrave;re de Paris. Quatre-vingt-deux patients cons&eacute;cutifs avec un diagnostic de cellulite faciale ont &eacute;t&eacute; inclus durant la p&eacute;riode d&rsquo;observation (mars &agrave; Septembre 2010). Au moment de l&rsquo;admission, une mesure de la procalcitonine (PCT) &eacute;t&eacute; effectu&eacute;e. Le crit&egrave;re de jugement principal &eacute;tait la n&eacute;cessit&eacute; d&rsquo;un drainage chirurgical. Les crit&egrave;res secondaires &eacute;taient la dur&eacute;e de l&rsquo;hospitalisation et la n&eacute;cessit&eacute; d&rsquo;une reprise chirurgicale.</p> <p>Sur les 82 patients, 12 patients ont &eacute;t&eacute; exclus pour donn&eacute;es manquantes (valeur de la PCT ou donn&eacute;es cliniques). Parmi les 70 dossiers complets, il y avait 33 hommes et 37 femmes avec une moyenne d&rsquo;&acirc;ge de 35 &plusmn; 14 ans. Soixante-et-un patients ont &eacute;t&eacute; hospitalis&eacute;s avec une dur&eacute;e moyenne de s&eacute;jour de 3 jours Les signes cliniques loco-r&eacute;gionaux &eacute;taient le trismus (33%) et l&rsquo;odynophagie (24%). Quarante-huit patients (68%) ont b&eacute;n&eacute;fici&eacute;s d&rsquo;un drainage chirurgical et seuls six d&rsquo;entre eux avaient une valeur de la PCT sup&eacute;rieure &agrave; 0.25ng/mL. Une &eacute;l&eacute;vation de la PCT (valeur normale &lt; 0.1ng/mL) avait une sensibilit&eacute; et une sp&eacute;cificit&eacute; respectivement de 30% et 100%, pour pr&eacute;dire le recours &agrave; un drainage chirurgical.</p> <p>Les auteurs de cette &eacute;tude concluent que le taux de PCT effectu&eacute; dans le cadre de la prise en charge des cellulites bact&eacute;riennes d&rsquo;origine odontog&egrave;ne n&rsquo;avait qu&rsquo;un int&eacute;r&ecirc;t limit&eacute;.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;: </u></em></p> <p><em>La prise en charge des patients pr&eacute;sentant une cellulite faciale reste encore actuellement une pr&eacute;occupation majeure de nos services hospitaliers d&rsquo;Odontologie, en raison de ses difficult&eacute;s d&rsquo;&eacute;valuation pronostique et de son risque &eacute;volutif. Parmi les marqueurs prot&eacute;iques de l&rsquo;infection, la PCT est consid&eacute;r&eacute; aujourd&rsquo;hui comme &eacute;tant un des meilleurs marqueurs de l&rsquo;infection bact&eacute;rienne syst&eacute;mique (sepsis). En plus de son int&eacute;r&ecirc;t diagnostic (distinction entre l&rsquo;origine bact&eacute;rienne et virale d&rsquo;une infection), il a &eacute;t&eacute; d&eacute;montr&eacute; que la PCT &eacute;tait un marqueur pronostic de la s&eacute;v&eacute;rit&eacute; des infections (principalement en cas de pneumopathie et chez les enfants). </em></p> <p><em>En revanche, cette &eacute;tude confirme la faible performance de ce test biologique en cas d&rsquo;infections localis&eacute;es comme il l&rsquo;a &eacute;t&eacute; d&eacute;j&agrave; d&eacute;montr&eacute; pour les abc&egrave;s des parties molles et l&rsquo;appendicite.</em></p> <hr /> <h2><strong>Le protocole PENT-E peut-il &ecirc;tre propos&eacute; comme traitement m&eacute;dical des ost&eacute;ochimion&eacute;croses des maxillaires&nbsp;?</strong></h2> <p><em>Owosho AA, Estilo CL,Huryn JM, SaeHee KY. Pentoxifylline and tocopherol in the management of cancer patients with medication-related osteonecrosis of the jaw: an observational retrospective study of initial case series. Oral Surg Oral Med Oral pathol Oral radiol 2016; 122: 455-9. </em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Il s&rsquo;agit d&rsquo;une &eacute;tude observationnelle r&eacute;trospective portant sur 7 patients (4 femmes et 3 hommes &acirc;g&eacute;s de 53 &agrave; 68 ans) trait&eacute;s pour un cancer (tumeur solide avec m&eacute;tastases osseuses et my&eacute;lome multiple) par des m&eacute;dicaments antir&eacute;sorbeurs (bisphosphonates, denosumab, sunitinib) ayant d&eacute;clar&eacute; une ost&eacute;ochimion&eacute;crose des maxillaires (ONM) au cours de leur traitement. Trois patients ont pr&eacute;sent&eacute; une ONM de stade 3, trois patients une ONM de stade 2 et un patient&nbsp; une ONM de stade 0.</p> <p>Une approche conservatrice, non chirurgicale d&eacute;nomm&eacute;e PENT-E, bas&eacute;e sur la co-administration de pentoxiphylline (400 mg, deux fois par jour) et de tocoph&eacute;rol (400 UI, deux fois par jour) a &eacute;t&eacute; propos&eacute;e &agrave; l&rsquo;ensemble des patients pour une dur&eacute;e moyenne de traitement de 16,8 mois en plus de la prise en charge m&eacute;dicale classique recommand&eacute;e. Durant la p&eacute;riode de suivi, des s&eacute;questres osseux mobiles&nbsp; ont &eacute;t&eacute; retir&eacute; chez deux patients.</p> <p>A la fin de la p&eacute;riode d&rsquo;observation, les 7 patients pr&eacute;sentaient une disparition compl&egrave;te des sympt&ocirc;mes (douleur et suppuration) ainsi qu&rsquo;une am&eacute;lioration des signes radiologiques. Pour deux, la cicatrisation osseuse (avec un comblement total du d&eacute;faut osseux initial) a &eacute;t&eacute; compl&egrave;te, pour quatre elle n&rsquo;a &eacute;t&eacute; que partielle, et aucune modification radiologique n&rsquo;est observ&eacute; dans un cas. Aucun effet ind&eacute;sirable majeur n&rsquo;est rapport&eacute;.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Diff&eacute;rents traitements m&eacute;dicaux et chirurgicaux ont &eacute;t&eacute; propos&eacute;s dans la prise en charge des ONM. De nombreux protocoles m&eacute;dicaux (optimisation de l&rsquo;hygi&egrave;ne buccodentaire, bain de bouche antiseptique, traitement antibiotique et antalgique, biostimulation &agrave; l&rsquo;aide de laser de faible intensit&eacute;, t&eacute;riparatide &hellip;) utilis&eacute;s seuls ou combin&eacute;s existent dans la litt&eacute;rature. La th&eacute;rapeutique m&eacute;dicale &eacute;valu&eacute;e dans cette &eacute;tude est bas&eacute;e sur l&rsquo;action b&eacute;n&eacute;fique et synergique de la pentoxifylline et de la vitamine E sur la trophicit&eacute; et la cicatrisation tissulaire. Cette association semble donc prometteuse. Elle a d&eacute;j&agrave; d&eacute;montr&eacute;e son efficacit&eacute; dans le traitement des ost&eacute;oradion&eacute;croses (ORN) des maxillaires et dans le traitement des ulc&egrave;res veineux et la claudication intermittente des membres inf&eacute;rieurs. Les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude montrent une efficacit&eacute; relative de cette association. Si les 7 patients sont am&eacute;lior&eacute;s cliniquement seulement 2 l&rsquo;&eacute;taient radiologiquement. Les limites de cette &eacute;tude sont nombreuses (taille r&eacute;duit de l&rsquo;effectif, choix de la panoramique dentaire comme outil mesure de la cicatrisation osseuse, absence de groupe contr&ocirc;le t&eacute;moin positif avec la prise uniquement d&rsquo;antibiotique et d&rsquo;antalgique et t&eacute;moin n&eacute;gatif avec prise de placebo&hellip;). De futurs essais cliniques seront n&eacute;cessaires pour valider l&rsquo;efficacit&eacute; th&eacute;rapeutique de cette association dans le traitement des ONM, et si elle constitue une bonne alternative aux traitements conservateurs existants d&eacute;j&agrave; valid&eacute;s.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-decembre-2016 Revue Littérature Janvier 2017 <p>Revue de la litt&eacute;rature SFCO Janvier 2017 - Pr. Descroix</p> <h2><strong>Int&eacute;r&ecirc;t compar&eacute; de la pleine conscience et des TCC dans la prise en charge de douleur chronique.</strong></h2> <p><em>Turner JA, Anderson ML, Balderson BH, Cook AJ, Sherman KJ, Cherkin DC. Mindfulness-based stress reduction and cognitive behavioral therapy for chronic low back pain: similar effects on mindfulness, catastrophizing, self-efficacy, and acceptance in a randomized controlled trial. Pain. 2016; 157(11):2434-44.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les th&eacute;rapies comportementales et cognitives (TCC) ont d&eacute;montr&eacute; leur efficacit&eacute; et sont recommand&eacute;es dans la prise en charge de la douleur chronique. Les interventions de r&eacute;duction du stress bas&eacute;e sur la pleine conscience (MBSR) commencent &agrave; &ecirc;tre &eacute;valu&eacute;es et sont utilis&eacute;es par les patients souffrant de douleurs chroniques. Comprendre les m&eacute;canismes d&#39;action des traitements psychosociaux dans le traitement de la douleur chronique et les potentiels points communs de ces diff&eacute;rentes th&eacute;rapies est essentiel pour am&eacute;liorer l&#39;efficacit&eacute; de ces traitements. Les principaux m&eacute;canismes d&#39;action de la TCC pour la douleur chronique incluent une diminution du catastrophisme et une augmentation du sentiment d&rsquo;auto-efficacit&eacute;. La prise de conscience accrue est consid&eacute;r&eacute;e comme un m&eacute;canisme central de changement dans la MBSR qui augmentent &eacute;galement l&#39;acceptation de la douleur. Cependant, peu de choses sont connues sur les liens entre le catastrophisme, l&#39;auto-efficacit&eacute;, l&#39;acceptation et l&#39;attention avant le traitement psychosocial ni sur les diff&eacute;rences d&rsquo;efficacit&eacute; des TCC par rapport aux MBSR sur ces diff&eacute;rentes variables. Cette &eacute;tude randomis&eacute;e a compar&eacute;e deux &nbsp;groupes de patients trait&eacute;s soit par TCC, MBSR &agrave; un groupe contr&ocirc;le soit 342 patients &acirc;g&eacute;s de 20 &agrave; 70 ans atteints de lombalgie chronique. Les auteurs ont examin&eacute;s (1) les relations de base entre les mesures de catastrophisme, d&rsquo;auto-efficacit&eacute;, d&rsquo;acceptation et de pleine conscience et (2) les changements sur ces mesures dans les 3 groupes apr&egrave;s traitement. Avant traitement, le catastrophisme &eacute;tait associ&eacute; n&eacute;gativement &agrave; l&#39;auto-efficacit&eacute;, &agrave; l&#39;acceptation et &agrave; 3 aspects de la pleine conscience (non-r&eacute;activit&eacute;, non jugement et action avec conscience). L&#39;acceptation &eacute;tait associ&eacute;e positivement &agrave; l&#39;auto-efficacit&eacute; et &agrave; l&#39;attention. Le catastrophisme a diminu&eacute; un peu plus dans le groupe MBSR que dans les groupes TCC ou contr&ocirc;le. Les deux traitements &eacute;taient plus efficaces sur la diminution du catastrophisme par rapport au contr&ocirc;le &agrave; 52 semaines. Finalement les diff&eacute;rences entre les patients du groupe MBSR ou TCC qui ont suivi au moins 6 des 8 s&eacute;ance &eacute;taient peu nombreuses. En conclusion les auteurs n&rsquo;ont pas pu mettre en &eacute;vidence de diff&eacute;rences entre TCC et MBSR concernant les crit&egrave;res &eacute;valu&eacute;s de catastrophisme, auto-efficacit&eacute;, acceptation et pleine conscience entre les traitements par TCC et MBSR.</p> <hr /> <h2><strong>Comment choisissions nous nos activit&eacute;s quotidiennes&nbsp;?</strong></h2> <p><em>Taquet M, Quoidbach J, de Montjoye YA, Desseilles M, Gross JJ. Hedonism and the choice of everyday activities. Proc Natl Acad Sci U S A. 2016; 113(35):9769-73.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Que ferez-vous dans une heure? Travailler? Faire la lessive? Prendre une bi&egrave;re avec un ami ? Derri&egrave;re ces questions qui semblent simples se trouve l&#39;une des d&eacute;cisions les plus importantes auxquelles nous faisons face dans nos vies, &agrave; savoir, comment passer notre temps. En moyenne, les humains vivent environ 600 000 heures, et si nous d&eacute;cidons de consacrer plus ou moins de ces heures &agrave; travailler, dormir, nous socialiser ou regarder la t&eacute;l&eacute;vision, cela a des cons&eacute;quences cruciales pour notre sant&eacute; mentale et physique.</p> <p>Il existe de nombreux facteurs qui influencent nos activit&eacute;s quotidiennes - des consid&eacute;rations financi&egrave;res aux normes sociales et aux contraintes politiques - pourtant la plupart des th&eacute;ories de la motivation ont mis en &eacute;vidence le r&ocirc;le essentiel jou&eacute; par les &eacute;motions n&eacute;gatives et positives. En particulier, il semble que le comportement humain est guid&eacute; par le principe h&eacute;donique, selon lequel nos choix d&#39;activit&eacute;s visent &agrave; minimiser les affects n&eacute;gatifs et &agrave; maximiser les affects positifs. Il reste &agrave; savoir comment concilier le principe h&eacute;donique avec le fait que les gens s&#39;engagent habituellement dans des activit&eacute;s d&eacute;sagr&eacute;ables pourtant n&eacute;cessaires. Pour r&eacute;soudre ce probl&egrave;me, l&rsquo;&eacute;quipe de James GROSS du laboratoire de psychologie de Stanford a suivi en temps r&eacute;el les activit&eacute;s et les humeurs de plus de 28 000 personnes sur une moyenne de 27 jours en utilisant une application de smartphone. Cette &eacute;quipe a constat&eacute; que les choix d&#39;activit&eacute;s des gens suivaient un principe de souplesse h&eacute;donique. Plus pr&eacute;cis&eacute;ment, les gens &eacute;taient plus enclins &agrave; s&#39;engager dans des activit&eacute;s d&rsquo;am&eacute;lioration de l&#39;humeur (faire du sport par exemple) lorsqu&#39;ils se sentaient tristes et &agrave; s&#39;engager dans des activit&eacute;s utiles mais affectant l&#39;humeur (le m&eacute;nage par exemple) lorsqu&rsquo;ils se sentaient bien. Ces r&eacute;sultats clarifient comment les consid&eacute;rations h&eacute;doniques fa&ccedil;onnent le comportement humain. Finalement les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude publi&eacute;e dans une revue de renom (PNAS) clarifient la mani&egrave;re dont les &eacute;motions fa&ccedil;onnent le comportement et peuvent expliquer pourquoi les humains &eacute;changent le bonheur &agrave; court terme pour le bien-&ecirc;tre &agrave; long terme. Surmonter ces compromis pourrait &ecirc;tre crucial pour notre bien-&ecirc;tre personnel et notre survie en tant qu&#39;esp&egrave;ce.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-janvier-2017 Revue Littérature Février 2017 <p>Revue de la litt&eacute;rature SFCO F&eacute;vrier 2017 - Dr. Deschaumes</p> <h2><strong>La coronectomie, une alternative fiable &agrave; l&rsquo;avulsion de la dents de sagesse incluses contre le canal mandibulaire</strong></h2> <p><em>Yui Yan Leung and Lim Kwong Cheung&nbsp; Long-term morbidities of coronectomy on lower third molar. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2016&nbsp;; 121&nbsp;:5-11</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;avulsion des dents de sagesse mandibulaire est une des chirurgies les plus couramment r&eacute;alis&eacute;es mais est responsable de la moiti&eacute; des complications neurosensorielles retrouv&eacute;es en odontostomatologie. Les dysesth&eacute;sies, hypoesth&eacute;sies ou anesth&eacute;sies labiomentonni&egrave;res suite &agrave; l&rsquo;avulsion de ces dents sont li&eacute;es &agrave; la proximit&eacute; des racines avec le nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur.</p> <p>L&rsquo;alternative est la coronectomie, technique qui vise &agrave; avulser uniquement la partie coronaire de la dent en laissant ad integrum les racines connexes au nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur.&nbsp; Cette technique qui a &eacute;t&eacute; rapport&eacute;e d&egrave;s les ann&eacute;es 2000, est encore peu d&eacute;crite. Plusieurs &eacute;tudes ont montr&eacute; que la coronectomie de dents de sagesses mandibulaires contigu&euml;s au nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur ne s&rsquo;accompagnait qu&rsquo;exceptionnellement de d&eacute;ficit nerveux contrairement &agrave; l&rsquo;avulsion de ces dents (Renton , Leung).</p> <p>Mais que deviennent ces racines laiss&eacute;es en place, &agrave; proximit&eacute; du canal mandibulaire&nbsp;?</p> <p>L&rsquo;objectif de cette &eacute;tude prospective est d&rsquo;&eacute;valuer les complications post op&eacute;ratoires pr&eacute;coces et tardives (entre 1 semaine post op&eacute;ratoire et 5 ann&eacute;es) de la coronectomie de dents de sagesse mandibulaires incluses en contigu&iuml;t&eacute; radiologique avec le canal mandibulaire.</p> <p>Une coronectomie a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;e sur&nbsp; 612 dents de sagesse mandibulaires devant &ecirc;tre avuls&eacute;es.</p> <p>Concernant le risque de l&eacute;sion nerveuse , qui est l&rsquo;indication m&ecirc;me de la coronectomie, les auteurs ne rapportent qu&rsquo;un seul cas (0,16%) pr&eacute;sentant une l&eacute;sion du nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur ayant provoqu&eacute; une hypoesth&eacute;sie labiomentonni&egrave;re l&eacute;g&egrave;re, persistante pendant 12 mois. Aucun sujet n&rsquo;a eu de l&eacute;sion du nerf lingual.</p> <p>Concernant la douleur post op&eacute;ratoire, la coronectomie s&rsquo;accompagne d&rsquo;une douleur relativement faible (3,2/10&nbsp;; SD&nbsp;: 1&nbsp;,7/10) par rapport &agrave; celle suite &agrave; l&rsquo;avulsion totale de cette dent.</p> <p>Concernant le devenir des racines laiss&eacute;es en place, le risque d&rsquo;&eacute;ruption est de&nbsp; 2,3% et est la plupart du temps tardif (entre 37 et 60 mois) et a n&eacute;cessit&eacute; une r&eacute; intervention dans tous ces cas. L&rsquo;avulsion secondaire de ces racines ne s&rsquo;est accompagn&eacute;e d&rsquo;aucune l&eacute;sion nerveuse.</p> <p>Les auteurs montrent que 2,9% des sujets ont pr&eacute;sent&eacute;s une infection post op&eacute;ratoire imm&eacute;diate trait&eacute;e uniquement par des mesures d&rsquo;hygi&egrave;ne locale sans avulsion des racines r&eacute;siduelles. Cette incidence d&rsquo;infection correspond &agrave; celle de l&rsquo;avulsion classique des dents de sagesse.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>La coronectomie est une alternative fiable &agrave; l&rsquo;avulsion de dents de sagesse en contact avec le nerf alv&eacute;olaire inf&eacute;rieur dans le mesure o&ugrave; elle pr&eacute;vient un risque de complications neurosensorielles non n&eacute;gligeable. Cependant la faible morbidit&eacute; &agrave; court et long terme de cette technique est li&eacute;e &agrave; une technique chirurgicale maitris&eacute;e.</em></p> <p><em>Le seul inconv&eacute;nient de cette technique est &hellip; son absence de cotation &agrave; la CCAM&nbsp;!</em></p> <hr /> <h2><strong>Parodontite + tabac&nbsp;= un cocktail explosif en implantologie</strong></h2> <p><em>Stijn Vervaeke et al. A 9-years prospective case using multivariate analyses to identify predictors of early and late peri-implant bone loss. Clin Implant Dent Relat Res 2016&nbsp;;18&nbsp;:30-9</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Nombreuses sont les &eacute;tudes qui ont recherch&eacute; les facteurs pr&eacute;dictifs de la perte osseuse p&eacute;ri implantaire. Cependant la plupart de ces &eacute;tudes sont r&eacute;trospectives, avec tous les biais m&eacute;thodologiques que cela implique et/ou &eacute;valuent sur une courte p&eacute;riode.</p> <p>Cette &eacute;tude a le triple int&eacute;r&ecirc;t d&rsquo;avoir &eacute;valu&eacute; la perte osseuse de fa&ccedil;on prospective, sur une p&eacute;riode de 9 ans et dans une cohorte implantaire homog&egrave;ne.</p> <p>Cinquante sujets ayant b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;une r&eacute;habilitation implant port&eacute;e totale, maxillaire ou mandibulaire, avec mise en charge imm&eacute;diate (2 jours) sur 5&nbsp;&agrave; 8 implants ont &eacute;t&eacute; inclus cons&eacute;cutivement. Seuls 39 sujets, soit 245 implants, ont pu &ecirc;tre &eacute;valu&eacute;s pendant 9 ann&eacute;es. Les facteurs pr&eacute;dictifs de la perte osseuse &eacute;valu&eacute;s par une analyse multivari&eacute;e &agrave; 1 an et &agrave; 9 ans dans cette &eacute;tude sont&nbsp;: l&rsquo;intoxication tabagique, l&rsquo;&eacute;paisseur gingivale,&nbsp; les ant&eacute;c&eacute;dents de maladie parodontale et la situation des implants.</p> <p>Cette &eacute;tude montre que la perte osseuse&nbsp; n&rsquo;est pas r&eacute;guli&egrave;re dans le temps mais qu&rsquo;elle se situe essentiellement dans les 3 premiers mois apr&egrave;s la pose de l&rsquo;implant puis est plus progressive les mois et ann&eacute;es suivants.</p> <p>Parmi les pr&eacute;dicteurs &eacute;tudi&eacute;s, l&rsquo;&eacute;paisseur de la gencive p&eacute;ri-implantaire &eacute;valu&eacute;e par la hauteur du pilier proth&eacute;tique est le seul facteur pr&eacute;dictif de la perte osseuse initiale &eacute;valu&eacute;e &agrave; 1 an. Celle ci est plus importante si la gencive est fine que si elle est &eacute;paisse. Tomasi et al.(2013) ont montr&eacute; que l&rsquo;&eacute;paisseur d&rsquo;une gencive saine p&eacute;ri implantaire est de 3,6 mm en moyenne. Cette &eacute;tude nous montre &eacute;galement l&rsquo;absence de r&eacute;sorption osseuse si l&rsquo;&eacute;paisseur de la gencive p&eacute;ri-implantaire est d&rsquo;au moins 3 mm.</p> <p>Par contre &agrave; long terme (9 ans) la perte osseuse p&eacute;ri implantaire est aggrav&eacute;e de plus de 1 mm chez les sujets ayant des ant&eacute;c&eacute;dents de parodontite et chez les sujets ayant une intoxication tabagique. Mais l&rsquo;association de ces 2 pr&eacute;dicteurs augmente de fa&ccedil;on drastique le risque d&rsquo;avoir une perte osseuse p&eacute;ri-implantaire bien sup&eacute;rieure aux sujets t&eacute;moins, comme le sugg&egrave;re l&rsquo;&eacute;tude de&nbsp; Heitz-Mayfield (2009).</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Cette &eacute;tude rappelle l&rsquo;importance du contexte local gingival dans le succ&egrave;s implantaire. Le sertissage gingival de l&rsquo;implant est essentiel dans le maintien du niveau osseux p&eacute;ri-implantaire et d&eacute;pend donc essentiellement du biotype gingival, Au del&agrave; de l&rsquo;&eacute;valuation du volume osseux disponible, l&rsquo;implantologiste doit surtout &eacute;valuer la qualit&eacute; des tissus gingivaux et leur capacit&eacute; de r&eacute;paration&nbsp;: les ant&eacute;c&eacute;dents parodontaux et l&rsquo;intoxication tabagique sont des facteurs de risques relatifs pris s&eacute;par&eacute;ment mais r&eacute;dhibitoires s&rsquo;ils sont associ&eacute;s&nbsp;!</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-fevrier-2017 Revue Littérature Mars 2017 <p>Revue de la litt&eacute;rature SFCO Mars 2017 - Dr. Fortin</p> <h2><strong>Effectiveness of Implant Therapy Analyzed in a Swedish Population: Prevalence of Peri-implantitis</strong></h2> <p>J. Derks, D. Schaller, J. H&aring;kansson, J.L. Wennstr&ouml;m, C. Tomasi, and T. Berglundh. Journal of Dental Research 2016, Vol. 95(1) 43&ndash;49.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>La p&eacute;ri-implantite est une maladie inflammatoire qui affecte &agrave; la fois les tissus durs et mous autour de l&rsquo;implant. L&rsquo;augmentation du nombre de patients trait&eacute;s avec des proth&egrave;ses implanto-port&eacute;es fait consid&eacute;rer la p&eacute;ri-implantite comme un probl&egrave;me croissant et majeur en dentisterie. L&rsquo;objet de cette &eacute;tude est l&rsquo;analyse de la pr&eacute;valence de cette pathologie dans la population su&eacute;doise trait&eacute;e. Pour cela 4716 patients trait&eacute;s en 2003 et &nbsp;regroup&eacute;s en deux tranches d&rsquo;&acirc;ge (45 &agrave; 54 ans et 65 &agrave; 74 ans en 2003) ont &eacute;t&eacute; s&eacute;lectionn&eacute;s au hasard &agrave; partir du registre national de l&rsquo;agence d&rsquo;assurance sociale su&eacute;doise. Parmi les 2765&nbsp; patients ayant donn&eacute;s leur consentement pour participer &agrave; cette &eacute;tude, 900 ont &eacute;t&eacute; tir&eacute;s au sort et invit&eacute;s &agrave; une consultation de maintenance gratuite dans une clinique su&eacute;doise de leur choix. Un total de 596 patients se sont rendus &agrave; cette consultation 9 ans apr&egrave;s la mise en place des implants pour un examen clinique et radiologique. La pr&eacute;valence des p&eacute;ri-implantites a &eacute;t&eacute; calcul&eacute;e et les facteurs de risques analys&eacute;s. Si l&rsquo;on d&eacute;finit la p&eacute;ri-implantite comme un saignement au sondage ou une suppuration et une perte osseuse sup&eacute;rieure &agrave; 0.5mm, alors 45 % des patients sont concern&eacute;s. Une p&eacute;ri-implantite mod&eacute;r&eacute;e &agrave; s&eacute;v&egrave;re (perte osseuse sup&eacute;rieure &agrave; 2 mm) est diagnostiqu&eacute;e pour 14.5% des patients avec une perte osseuse moyenne &eacute;quivalente &agrave; 30% de la hauteur osseuse initiale. C&rsquo;est chez les patients qui ont une parodontopathie et plus de 4 implants, ou chez ceux trait&eacute;s avec certaines marques d&rsquo;implants et des restaurations proth&eacute;tiques r&eacute;alis&eacute;es par des praticiens non sp&eacute;cialistes que l&rsquo;on observe le pourcentage le plus &eacute;lev&eacute;. Aucun facteur explicatif n&rsquo;est mis en &eacute;vidence dans cette &eacute;tude en particulier pour les proth&egrave;ses r&eacute;alis&eacute;es par des praticiens g&eacute;n&eacute;ralistes. Des facteurs implants&ndash;d&eacute;pendants sont mis en &eacute;vidence tels les implants mandibulaire et lorsque la limite proth&eacute;tique est &agrave; moins de 1.5 mm de la cr&ecirc;te alv&eacute;olaire &agrave; sa mise en place. Les auteurs de cette &eacute;tude consid&egrave;rent que la p&eacute;ri-implantite est un ph&eacute;nom&egrave;ne commun.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;</u></em><em>:</em></p> <p><em>Il faut rapprocher cette &eacute;tude de celle de Roos-Jansaker et al. (2006) qui ont analys&eacute; les radiographies de 216 patients avec un suivi de 9 &agrave; 14 ans. Ils rapportent que 16% des patients&nbsp; pr&eacute;sentent au moins un implant avec une perte osseuse sup&eacute;rieur &agrave; 1,8 mm. Le fait que les risques de p&eacute;ri-implantites augmentent chez les patients ayant re&ccedil;u plus de 4 implants est corrobor&eacute; par plusieurs &eacute;tudes (</em><em>Roos-Jans&aring;ker, Renvert, et al. 2006; Koldsland et al. 2011; Roccuzzo et al. 2012; Renvert et al. 2014).&nbsp; Ces r&eacute;sultats interpellent quant &agrave; la p&eacute;rennit&eacute; de nos traitements et doivent faire r&eacute;fl&eacute;chir sur la n&eacute;cessaire mis en &oelig;uvre d&rsquo;une maintenance r&eacute;guli&egrave;re et professionnelle mais &eacute;galement du discours &agrave; tenir &agrave; nos patients. S&rsquo;il est normal d&rsquo;associer la proth&egrave;se de hanche &agrave; une certaine dur&eacute;e de vie, classiquement 15 ans, ne devrait-on pas pr&eacute;venir nos patients sur la probable reprise de nos traitements au bout d&rsquo;un certain temps. Ne devrait-on pas reconsid&eacute;rer les traitements des dents parodontalement ou endodontiquement atteintes &agrave; l&rsquo;aune des nouvelles approches th&eacute;rapeutiques&nbsp;?</em></p> <hr /> <h2><strong>Crestal bone changes in macrogeometrically</strong> <strong>similar implants with the implant&ndash;abutment connection at the crestal bone level or 2.5 mm above: a </strong><strong>prospective randomized clinical trial</strong><strong>.</strong></h2> <p>van Eekeren P, Tahmaseb A, Wismeijer D. Clin. Oral Impl. Res. 27, 2016, 1479&ndash;1484.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;: </u></p> <p>Le crit&egrave;re de succ&egrave;s &agrave; long terme pour un implant&nbsp;repose sur le maintien des tissus durs et des tissus mous. Ainsi la compr&eacute;hension des facteurs aboutissant au remodelage osseux, pr&eacute;coce et tardif est essentielle. Parmi les facteurs contributifs du remodelage sont &eacute;voqu&eacute;s la formation d&rsquo;un espace biologique, l&rsquo;agression chirurgicale, la jonction pilier-implant, le design de l&rsquo;implant ou encore la contrainte occlusale. La position de la jonction pilier-implant par rapport &agrave; la cr&ecirc;te osseuse participe &agrave; la formation de l&rsquo;espace biologique.&nbsp; L&rsquo;objet de cette &eacute;tude est d&rsquo;&eacute;valuer le remodelage osseux lors de la premi&egrave;re ann&eacute;e apr&egrave;s la mise en fonction autour d&rsquo;implants de g&eacute;om&eacute;trie identique avec une connection proth&eacute;tique juxta-crestale et 2.5 mm au-dessus de la cr&ecirc;te. Cette &eacute;tude porte sur le traitement d&rsquo;&eacute;dentement pr&eacute;molo-molaire de 3 dents sur 2 implants. Le tirage au sort porte sur le choix de la position, m&eacute;siale ou distale, de l&rsquo;implant juxta-crestal. La mise en charge se fait apr&egrave;s 3 semaines de cicatrisation. 33 patients ont &eacute;t&eacute; inclus dans cette &eacute;tude pour la mise en place de 2 fois 39 implants. La lecture des radiographies de contr&ocirc;le est effectu&eacute;e par deux examinateurs ind&eacute;pendamment. Elle met en &eacute;vidence un remodelage osseux significativement diff&eacute;rent entre l&rsquo;enfouissement juxta crestal et 2.5 mm au-dessus de la cr&ecirc;te, respectivement 0.4 &plusmn;0.4 mm et 0.2&plusmn;0.5mm (p˂0.05).</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Des &eacute;tudes similaires ont d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;es mais l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de cette &eacute;tude est de ne placer que des implants de g&eacute;om&eacute;trique identique, excluant ainsi la forme de l&rsquo;implant comme facteur influen&ccedil;ant le remodelage. Pour autant il serait h&acirc;tif de conclure &agrave; la syst&eacute;matisation de la connextion supra-osseuse. Beaucoup d&rsquo;autres facteurs interviennent comme par exemple les indications esth&eacute;tiques qui poussent &agrave; enfouir les implants.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mars-2017 Revue Littérature Avril 2017 <p>Revue de la litt&eacute;rature Avril 2017 &ndash; Dr. S. Cousty</p> <h2><strong>Symptomatic oral lesions may be associated with contact allergy to substances in oral hygiene products</strong></h2> <p>K. R. Larsen, J. D. Johansen, J. Reibel, C. Zachariae, A. M. L. Pedersen. Clin Oral Investig. 2017 Jan 13. doi: 10.1007/s00784-017-2053-y.</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Dans cet article, l&rsquo;&eacute;quipe danoise s&rsquo;est int&eacute;ress&eacute;e au lien potentiel entre lichen plan buccal et allergie.</p> <p>Il est &eacute;tabli que certains mat&eacute;riaux dentaires pouvaient &ecirc;tre responsables de manifestations allergiques de contact. Le m&ecirc;me constat peut &ecirc;tre fait concernant des produits quotidiens d&rsquo;hygi&egrave;ne buccodentaire. Une exposition prolong&eacute;e &agrave; ces allerg&egrave;nes, chez certains patients, peut entrainer des alt&eacute;rations de la muqueuse buccale.</p> <p>La question est la suivante&nbsp;: peut-on mettre en &eacute;vidence une pr&eacute;valence &eacute;lev&eacute;e de ces allergies de contact chez trois cat&eacute;gories de patients&nbsp;: un groupe pr&eacute;sentant un lichen plan buccal (OLP) symptomatique, un groupe pr&eacute;sentant des l&eacute;sions lich&eacute;no&iuml;des (OLL) et un groupe soufrant de &laquo;&nbsp;stomatite&nbsp;&raquo;(ST)&nbsp;?</p> <p>Soixante-dix-huit patients sont inclus dans cette &eacute;tude&nbsp;: 49 patients &laquo;&nbsp;malades&nbsp;&raquo; (19 OLP + 19 OLL + 11 ST) et 29 patients &laquo;&nbsp;contr&ocirc;le&nbsp;&raquo;, appari&eacute;s en &acirc;ge et sexe. Les examens r&eacute;alis&eacute;s sont les suivants&nbsp;: interrogatoire, examen clinique, biopsie des l&eacute;sions buccales, tests &eacute;picutan&eacute;s (patch tests) selon les recommandations de la soci&eacute;t&eacute; europ&eacute;enne de la dermatite de contact.</p> <p>Les interrogatoires sont tous standardis&eacute;s, les examens cliniques sont r&eacute;alis&eacute;s par un seul op&eacute;rateur, sp&eacute;cialiste qualifi&eacute; en pathologie de la muqueuse buccale. Les crit&egrave;res histologiques retenus pour les diagnostics anatomopathologiques sont ceux d&eacute;cris par l&rsquo;OMS. Les tests allergiques sont r&eacute;alis&eacute;s par des dermatologues, de mani&egrave;re calibr&eacute;e.</p> <p>Les patients OLP OLL et ST pr&eacute;sentent des r&eacute;sultats positifs aux tests d&rsquo;allergie de contact aux mat&eacute;riaux dentaires, comparables &agrave; la population &laquo;&nbsp;saine&nbsp;&raquo;. Par contre, il semble que les allergies de contact aux parfums contenus dans les produits d&rsquo;hygi&egrave;ne buccale, soient plus fr&eacute;quentes dans la population OLP OLL et ST.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>Les manifestations cliniques de l&rsquo;allergie de contact sont polymorphes, en bouche&nbsp;: l&eacute;sions lich&eacute;no&iuml;des localis&eacute;es, &eacute;ryth&egrave;me diffus, &oelig;d&egrave;mes, dermatite p&eacute;ribuccale, v&eacute;sicules, bulles, ulc&eacute;rations, &hellip; de la m&ecirc;me mani&egrave;re, les signes fonctionnels associ&eacute;s vont de la sensation de br&ucirc;lure &agrave; une alt&eacute;ration du go&ucirc;t, ou encore une x&eacute;rostomie. Du fait de ce polymorphisme, certains auteurs soulignent les difficult&eacute;s diagnostiques et les prises en charges approximatives de ces affections.</em></p> <p><em>L&rsquo;&eacute;tude propos&eacute;e pr&eacute;sente un design int&eacute;ressant et montre une m&eacute;thodologie tr&egrave;s rigoureuse. Un reproche peut &ecirc;tre fait quant au nombre de patients inclus et donc &agrave; la puissance du r&eacute;sultat. N&eacute;anmoins, cette &eacute;tude sugg&egrave;re que la sensibilisation aux parfums contenus dans les produits d&rsquo;hygi&egrave;ne buccale, est fr&eacute;quente chez les patients souffrant de lichen plan buccal. Dans des prises en charges difficiles ou des &eacute;checs th&eacute;rapeutiques partiels, cette piste pourrait &ecirc;tre &eacute;voqu&eacute;e&hellip;</em></p> <hr /> <h2><strong>Risk-based management of dental procedures in patients with inherited bleeding disorders: Development of a Dental Bleeding Risk Assessment and Treatment Tool (DeBRATT)</strong></h2> <p>L. Rasaratnam, P. Chowdary, D. Pollard, B. Subel, C. Harrington And U. R. Darbar. Haemophilia (2017), 1&ndash;8 DOI: 10.1111/hae.13122</p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;</u>:</p> <p>Cet article d&rsquo;une &eacute;quipe anglaise londonnienne s&rsquo;int&eacute;resse au protocole de prise en charge des patients pr&eacute;sentant des troubles h&eacute;r&eacute;ditaires de l&rsquo;h&eacute;mostase, lors de prises en charge odontologiques. Les pathologies retenues sont l&rsquo;h&eacute;mophilie A, l&rsquo;h&eacute;mophilie B, le d&eacute;ficit en facteur VII, les d&eacute;sordres plaquettaires, les maladies de Willebrand de type 1, 2 et 3.</p> <p>Dans leur travail, les auteurs ont &eacute;labor&eacute; un index repr&eacute;sentatif du risque h&eacute;morragique et combinant &agrave; la fois des risque locaux inh&eacute;rents aux proc&eacute;dures de soins oraux, et un risque li&eacute; &agrave; la s&eacute;v&eacute;rit&eacute; du trouble h&eacute;morragique (risque syst&eacute;mique). Les soins locaux sont divis&eacute;s en 4 cat&eacute;gories&nbsp;: non invasif, peu invasif, mod&eacute;r&eacute;ment invasif et tr&egrave;s invasif. Parall&egrave;lement &agrave; ce classement, les troubles de l&rsquo;h&eacute;mostase sont class&eacute;s en l&eacute;ger, mod&eacute;r&eacute; et s&eacute;v&egrave;re. Des tableaux &agrave; double entr&eacute;e sont ainsi obtenus.</p> <p>Les prises en charge sont propos&eacute;es en fonction des r&eacute;sultats d&rsquo;une revue de la litt&eacute;rature. Les auteurs r&eacute;alisent &eacute;galement une &eacute;tude r&eacute;trospective sur 30 patients porteurs de troubles h&eacute;r&eacute;ditaires de l&rsquo;h&eacute;mostase. Ils dressent un bilan de la sant&eacute; buccodentaire de cette population et &eacute;tudient la gestion de 200 soins dentaires (depuis le non invasif jusqu&rsquo;au tr&egrave;s invasif) et les complications post-op&eacute;ratoires &eacute;ventuelles.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>La pr&eacute;vention et le traitement pr&eacute;coce des pathologies buccodentaires d&eacute;butent d&egrave;s l&rsquo;enfance avec des bilans dentaires r&eacute;guliers et pris en charge par l&rsquo;assurance maladie. Les patients porteurs de troubles h&eacute;r&eacute;ditaires de l&rsquo;h&eacute;mostase n&eacute;cessitent une prise en charge particuli&egrave;re. Certains auteurs rapportent une &laquo;&nbsp;perte de chance&nbsp;&raquo; quant &agrave; l&rsquo;accessibilit&eacute; aux soins dentaires car certains dentistes sont r&eacute;ticents &agrave; soigner ces patients compte tenu du risque h&eacute;morragique. Les soins non conservateurs sont fr&eacute;quemment indiqu&eacute;s. Cette &eacute;tude propose une gradation du risque h&eacute;morragique en fonction du terrain et du geste local indiqu&eacute;. Ceci permet une discussion encadr&eacute;e avec l&rsquo;h&eacute;matologue. L&rsquo;expos&eacute; est clair et les tableaux de synth&egrave;se int&eacute;ressants. Cependant, on peut regretter le caract&egrave;re r&eacute;trospectif de l&rsquo;&eacute;tude. Ce travail peut &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute; comme une premi&egrave;re &eacute;tape.</em></p> <p><em>Apr&egrave;s les recommandations r&eacute;centes, &eacute;manant de la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Chirurgie Orale, concernant la g</em><em>estion p&eacute;ri-op&eacute;ratoire des patients trait&eacute;s par antithrombotiques en chirurgie orale, en collaboration avec la Soci&eacute;t&eacute; Fran&ccedil;aise de Cardiologie et le Groupe d&rsquo;Int&eacute;r&ecirc;t en H&eacute;mostase P&eacute;ri &ndash;Op&eacute;ratoire, cet audit pr&eacute;sente un int&eacute;r&ecirc;t certain. </em><em>Une prise en charge r&eacute;ussie et en toute s&eacute;curit&eacute;, implique une collaboration &eacute;troite entre h&eacute;matologue et odontologiste.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-avril-2017 Revue Littérature Mai 2017 <p><strong>Revue de la litt&eacute;rature Mai&nbsp;2017 &ndash; Pr. L. Devoize</strong></p> <hr /> <p>La t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine au secours des d&eacute;serts m&eacute;dicaux: comment une simple application smartphone &laquo;&nbsp;grand public&nbsp;&raquo; gratuite pourrait am&eacute;liorer la prise en charge en m&eacute;decine orale.</p> <h2><strong>WhatsApp: a telemedicine platform for facilitating remote oral medicine consultation and improving clinical examinations. </strong></h2> <p><em>Petruzzi M, De Benedittis M. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2016 Mar;121(3):248-54.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>Les auteurs ont &eacute;valu&eacute; la faisabilit&eacute; de t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine dans le domaine de la pathologie orale via des moyens simples en utilisant un smartphone et l&rsquo;application WhatsApp. Des chirurgiens dentistes,&nbsp; des m&eacute;decins, des hygi&eacute;nistes et des patients eux-m&ecirc;mes ont particip&eacute; &agrave; l&rsquo;&eacute;tude et ont &eacute;t&eacute; convi&eacute;s &agrave; transmettre des photos, des questions, etc&hellip; &agrave; propos de pathologies orales d&eacute;couvertes en pratique quotidienne. Un t&eacute;l&eacute;diagnostic par un sp&eacute;cialiste a &eacute;t&eacute; propos&eacute;, puis tous les patients ont &eacute;t&eacute; convi&eacute;s &agrave; &ecirc;tre revus physiquement afin de confirmer le diagnostic, en s&rsquo;aidant de l&rsquo;anatomo-pathologie lorsqu&rsquo;elle &eacute;tait n&eacute;cessaire.</p> <p>Les r&eacute;sultats ont int&eacute;gr&eacute; 339 photos de 96 patients. 92 patients ont &eacute;t&eacute; effectivement revus et 45 ont b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;un examen anatomo-pathologique. La majorit&eacute; des demandes ont &eacute;t&eacute; faites par des chirurgiens dentistes et des hygi&eacute;nistes&nbsp;; la question la plus fr&eacute;quente concernait le diagnostic et le traitement &agrave; envisager. Les photos ont &eacute;t&eacute; analys&eacute;es dans les 30 minutes suivant leur r&eacute;ception. La majorit&eacute; des l&eacute;sions &eacute;taient traumatiques ou infectieuses. Il est &agrave; noter que sur 3 patients se d&eacute;veloppait un carcinome &eacute;pidermo&iuml;de. Enfin, fait int&eacute;ressant, il y a eu une concordance globale de 82% entre le t&eacute;l&eacute;diagnostic et le diagnostic d&eacute;finitif, la moins bonne concordance se situant au niveau de pathologies linguales.</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>L&rsquo;un des probl&egrave;mes principaux dans les zones rurales est l&rsquo;acc&egrave;s aux soins. Selon les r&eacute;gions, prendre rendez-vous avec un sp&eacute;cialiste peut s&rsquo;apparenter &agrave; un vrai parcours du combattant. Les d&eacute;lais d&rsquo;attente de plus en plus longs favorisent le renoncement aux soins de certains patients, ce qui peut avoir des cons&eacute;quences lourdes pour certaines pathologies. Au niveau national, le d&eacute;lai d&rsquo;attente moyen pour obtenir un rendez-vous chez un chirurgien dentiste est de 28 jours, sachant qu&rsquo;il existe une grande disparit&eacute; d&eacute;partementale&nbsp;: la Creuse, la Manche, la Ni&egrave;vre et l&rsquo;Orne sont les d&eacute;partements ou les d&eacute;lais sont les plus longs avec plus de 2 mois d&rsquo;attente. Il en est de m&ecirc;me pour les ORL, la p&eacute;nurie &eacute;tant encore plus importante dans le Cantal et la Loz&egrave;re. Ne parlons pas des ophtalmologues&hellip;. &nbsp;L&rsquo;une des solutions, d&eacute;j&agrave; initi&eacute;e dans de nombreux domaines m&eacute;dicaux est la t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine, et ce avec succ&egrave;s. La t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine est d&eacute;finie comme l&#39;&eacute;change de donn&eacute;es m&eacute;dicales d&#39;un site &agrave; un autre via une communication &eacute;lectronique. Il existe n&eacute;anmoins des limites techniques&nbsp;: (1) le temps n&eacute;cessaire pour obtenir des photos num&eacute;riques d&#39;une l&eacute;sion orale, transf&eacute;rer des photos vers un appareil connect&eacute; &agrave; internet et transmettre les images en pi&egrave;ce jointe; (2) le co&ucirc;t des cam&eacute;ras intra-buccales, des appareils photo num&eacute;riques et/ou des syst&egrave;mes d&eacute;di&eacute;s pour capturer des images de haute qualit&eacute;; et (3) la disponibilit&eacute; constante de ces dispositifs pendant les examens endo-buccaux.</em></p> <p><em>Cet article a le m&eacute;rite de montrer qu&rsquo;il est possible, avec des moyens tr&egrave;s simples et accessibles &agrave; tous d&rsquo;&eacute;tablir un diagnostic ou plus raisonnablement de s&eacute;lectionner les l&eacute;sions/patients pour lesquels un avis sp&eacute;cialis&eacute; est urgent. Bien que cette forme de t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine ne soit pas exempte d&#39;erreurs et ait des implications m&eacute;dico-l&eacute;gales, celle-ci peut faciliter une prise en charge rapide, ce qui conduit souvent &agrave; de meilleurs pronostics, notamment en canc&eacute;rologie.</em></p> <hr /> <p>Les erreurs de proc&eacute;dure sont &agrave; l&rsquo;origine de la majorit&eacute; des d&eacute;c&egrave;s au cours ou d&eacute;cours des soins dentaires.</p> <h2><strong>Death related to dental treatment: a systematic review.</strong></h2> <p><em>Reuter NG, Westgate PM, Ingram M, S Miller C. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2017 Feb;123(2):194-204.</em></p> <p><u>R&eacute;sum&eacute;&nbsp;:</u></p> <p>L&rsquo;objectif principal de cette revue syst&eacute;matique &eacute;tait de mettre en &eacute;vidence les facteurs de risque de la survenue d&rsquo;un d&eacute;c&egrave;s au cours ou d&eacute;cours de soins dentaires. En appliquant les r&egrave;gles de s&eacute;lection des articles retrouv&eacute;s sur les bases de donn&eacute;es PubMed, DDOS, the Web of Science et Cochrane, 56 articles ont &eacute;t&eacute; retenus rapportant 148 d&eacute;c&egrave;s entre 1960 et Octobre 2015&nbsp;; ce qui repr&eacute;sente en moyenne 2,6 d&eacute;c&egrave;s par an. La majorit&eacute; des morts sont en rapport avec des complications de l&rsquo;anesth&eacute;sie (essentiellement g&eacute;n&eacute;rale avec halothane), de la s&eacute;dation (par surdosage avec d&eacute;pression respiratoire) et de prescriptions (ph&eacute;nom&egrave;nes allergiques ou erreur de prescription) (n=70&nbsp;;47,3%)&nbsp;; viennent ensuite les accidents cardio-vasculaires (principalement infarctus du myocarde et AVC) (n=31&nbsp;;20,9%), les infections (n=19&nbsp;;12,8%), les accidents respiratoires (par obstruction/inhalation, allergie ou cons&eacute;quence d&rsquo;un angio-&oelig;d&egrave;me h&eacute;r&eacute;ditaire) (n=18&nbsp;;12,2%) et l&rsquo;h&eacute;morragie incontr&ocirc;lable (patients avec insuffisance h&eacute;pato-cellulaire) (n=5&nbsp;;3,4%). La majorit&eacute; des d&eacute;c&egrave;s survient dans les 4 heures suivant l&rsquo;incident. L&rsquo;acte le plus souvent en relation avec l&rsquo;incident est un acte de chirurgie orale (avulsion dentaire/implantologie).</p> <p><em><u>Commentaires&nbsp;:</u></em></p> <p><em>La r&eacute;alit&eacute; des chiffres doit &ecirc;tre probablement sous estim&eacute;e, mais cet article montre n&eacute;anmoins bien que les proc&eacute;dures odontologiques sont tout de m&ecirc;me sures et n&rsquo;entrainent que dans de tr&egrave;s rares cas la mort du patient. Le pic de ces accidents est survenu dans les ann&eacute;es 70. La profession dentaire a ainsi mis en &oelig;uvre, depuis, des m&eacute;thodes qui r&eacute;duisent la probabilit&eacute; d&#39;effets ind&eacute;sirables; il existe en effet de nombreux textes de r&eacute;f&eacute;rence, de recommandations et de revues consacr&eacute;s &agrave; ce sujet, mais aussi de contraintes. Ces &eacute;v&eacute;nements continuant n&eacute;anmoins de se produire, il est important d&#39;entreprendre ce type de&nbsp; travail afin d&rsquo;&eacute;valuer les facteurs de risque aboutissant &agrave; ces drames.</em></p> <p><em>Il en ressort que plus de la moiti&eacute; des d&eacute;c&egrave;s auraient pu &ecirc;tre &eacute;vit&eacute;s et sont la cons&eacute;quence de d&eacute;faut(s) de protocole(s). L&rsquo;arriv&eacute;e des &laquo;&nbsp;check list&nbsp;&raquo; au bloc op&eacute;ratoire, demand&eacute;es &agrave; &ecirc;tre mises en place par la HAS, a permis de diminuer sensiblement le nombre d&rsquo;erreurs m&eacute;dicales. Il devra en &ecirc;tre de m&ecirc;me avec la s&eacute;dation consciente au cabinet dentaire qui va n&eacute;cessairement prendre de l&rsquo;importance dans les ann&eacute;es &agrave; venir, tout comme les accidents qui pourront en d&eacute;couler.</em></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/revue-de-la-litterature-2/revue-litterature-mai-2017 Découverte clinique d’un lymphome <h2>Pr&eacute;sentation</h2> <p>Patient de 47 ans. Sans ant&eacute;c&eacute;dents m&eacute;dicaux et chirurgicaux</p> <p>Consultation motiv&eacute;e par la pr&eacute;sence d&rsquo;une tum&eacute;faction gingivale mandibulaire, au niveau de la r&eacute;gion incisivo-canine</p> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-1.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Orthopantomogramme initial</h2> <img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-2.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Indication d&rsquo;ex&eacute;r&egrave;se de la l&eacute;sion</h2> <img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-3.jpg" /> <p>Geste sous Anesth&eacute;sie locale</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Apr&egrave;s ex&eacute;r&egrave;se et sutures</h2> <img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-4.jpg" /> <p>Geste sous Anesth&eacute;sie locale</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Pi&egrave;ce op&eacute;ratoire adress&eacute;e pour examen anatomopathologique</h2> <img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-5.jpg" /> </div> <div class="col-md-12"> <h2>R&eacute;sultats</h2> <p>Lymphome B diffus &agrave; grandes cellules centroblastiques polymorphes</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Bilan biologique</h2> <p>Normal</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Biopsie: ponction-osseuse</h2> <p>Stade 1</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Protocole th&eacute;rapeutique</h2> <p>Chimioth&eacute;rapie exclusive</p> </div> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Découverte clinique d’un lymphome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_1-6.jpg" /></div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/decouverte-clinique-lymphome Prise en charge d’un cas de lymphome après chimiothérapie <div class="col-md-12"> <h2>Ant&eacute;c&eacute;dents</h2> <ul> <li>Patiente de 47 ans</li> <li>ƒHyst&eacute;rectomie totale pour fibrome</li> <li>ƒConsommation tabagique: 30 cigarettes par jour</li> </ul> </div> <div class="col-md-6"> <h2>A l&rsquo;examen clinique exobuccal et endobuccal</h2> <div class="text-center"> <img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-1.jpg" /> <p>Tum&eacute;faction submandibulaire</p></div></div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-2.jpg" /> <p>Tum&eacute;faction gingivale concernant 35.36.37</p></div> <h2>Orthopantomogramme</h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-3.jpg" /> <p>Racines r&eacute;siduelles</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Diagnostic apr&egrave;s biopsie</h2> <p>Lymphome B diffus &agrave; grandes cellules centroblastiques polymorphes</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Bilan biologique</h2> <p>Normal</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Bilan d&rsquo;extension:</h2> <p>TDM, confirmant une volumineuse ad&eacute;nopathie submandibulaire gauche</p> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-4.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-5.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-6.jpg" /></div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Bilan biologique</h2> <ul> <li>Normal</li> <li>LDH = 862 UI/l (200-480)</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Biopsie compl&eacute;mentaire par ponction osseuse</h2> <ul> <li>Envahissement m&eacute;dullaire</li> <li>Stade IV m&eacute;dullaire</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>PROTOCOLE THERAPEUTIQUE</h2> <ul> <li><b>En 1&egrave;re intention :</b> Polychimioth&eacute;rapie d&rsquo;induction, avec une bonne r&eacute;ponse compl&egrave;te incertaine &gt; 90%</li> <li><b>En 2&egrave;me intention :</b> Intensification th&eacute;rapeutique. Autogreffe de cellules souches p&eacute;riph&eacute;riques</li> <li><b>En 3&egrave;me intention :</b> Geste chirurgical local</li> </ul> <p>R&eacute;gression compl&egrave;te de la tum&eacute;faction gingivale apr&egrave;s traitement</p> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-7.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-8.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-9.jpg" /></div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-10.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-11.jpg" /></div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-12.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="lymphome après chimiothérapie" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_2-13.jpg" /></div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/lymphome-apres-chimiotherapie A propos d’un Améloblastome <div class="col-md-12"> <h2>Pr&eacute;sentation</h2> <ul> <li>Patiente de 55 ans</li> <li>ƒPas d&rsquo;impr&eacute;gnation tabagique</li> <li>ƒDouleur sur le site de la 1&egrave;re pr&eacute;molaire mandibulaire gauche (34), avuls&eacute;e par son chirurgien dentiste.</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Examen clinique</h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-1.jpg" /> <p>Tum&eacute;faction gingivale en regard du site de 34. Pas d&rsquo;ad&eacute;nopathie</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Examens radiographiques</h2> <ul> <li>Orthopantomogramme</li> <li>ƒExamen Tomodensitom&eacute;trique</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>R&eacute;sultats :</h2> <p>Lyse osseuse importante int&eacute;ressant les tables osseuses vestibulaire et linguale.</p> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-2.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-3.jpg" /></div> </div> <div class="col-md-6"> <h2>Prise en charge</h2> <ul> <li>D&eacute;cision d&rsquo;intervention sous A.G.</li> <li>Ex&eacute;r&egrave;se du foyer lytique et avulsion des dents adjacentes &agrave; la l&eacute;sion.</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-4.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Apr&egrave;s ex&eacute;r&egrave;se et avulsion</h2> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-5.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"> <h2>Postop&eacute;ratoire imm&eacute;diat</h2> <img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-6.jpg" /></div> <div class="col-md-12"> <h2>Diagnostic</h2> <p>Apr&egrave;s examen anatomopathologique : <b>Am&eacute;loblastome</b></p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>A cicatrisation</h2> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-7.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Améloblastome" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_3-8.jpg" /></div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Suivi</h2> <p>Surveillance clinique et radiographique</p> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/ameloblastome A propos d’un cas de Zona <h2>Pr&eacute;sentation</h2> <div class="row"> <div class="col-md-6" > <ul> <li>Patient de 38 ans.</li> <li>Sans souvenir de varicelle</li> <li>Leuc&eacute;mie lymphoblastique aigu&euml; il y a 3 ans</li> </ul> </div> <div class="col-md-6"> <ul> <li>Avulsion de 38 en d&eacute;sinclusion et r&eacute;alisation de la pulpectomie de 28 cari&eacute;e, par chirurgien-dentiste traitant, suite &agrave; des douleurs mandibulaires gauches</li> <li>Consultation dans le service d&rsquo;odontologie du C.H.U pour ces m&ecirc;mes douleurs persistantes, intenses et rebelles &agrave; des antalgiques de niveau 2</li> </ul> </div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-1.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>&Eacute;volution</h2> <ul> <li>Devant l&rsquo;alt&eacute;ration de l&rsquo;&eacute;tat g&eacute;n&eacute;ral, d&eacute;cision d&rsquo;hospitalisation avec mise en route d&rsquo;un traitement antalgique &agrave; base de morphine.</li> <li>Apparition de v&eacute;sicules cutan&eacute;o-muqueuses quelques heures apr&egrave;s l&rsquo;hospitalisation du patient, signant le diagnostic.</li> </ul> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-3.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-4.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-5.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-6.jpg" /> <p>L&eacute;sions unilat&eacute;rales</p></div> <p>&nbsp;</p> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Diagnostic</h2> <ul> <p>Zona facial d&eacute;butant par une algie aigu&euml; rebelle</p> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Traitement</h2> <div class="col-md-6"> <p><b>Antalgique</b></p> <ul> <li>Acupan 20 mg IV/6h</li> <li>Morphine 10mg/4h en SC.</li> <li>Perfalgan 1g/6h en IV.</li> </ul> </div> <div class="col-md-6"> <p><b>Antiviral</b></p> <ul> <li>Aciclovir 800mg x3/ 24h pendant 8 jours en IV.</li> </ul> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Complications</h2> <p>N&eacute;crose mandibulaire</p> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-7.jpg" /> <p>Junko Arikawa et coll. Mandibular alveolar bone necrosis after trigeminal herpes zoster. International journal of Dermatology 2004,43,136-13</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-8.jpg" /></div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-10.jpg" /></div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-11.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-12.jpg" /></div> <div class="col-md-4 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_4-13.jpg" /></div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/cas-de-zona Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente <div class="col-md-6"> <h2>Pr&eacute;sentation</h2> <ul> <li>Enfant de 14 ans.</li> <li>Pas d&rsquo;ant&eacute;c&eacute;dents m&eacute;dicaux et chirurgicaux</li> </ul> <h3>Anamn&egrave;se</h3> <ul> <li>Accident de la voie publique avec chute de v&eacute;lo</li> <li>Pas de perte de connaissance</li> <li>Pas de vomissement</li> <li>Vaccinations &agrave; jour</li> <li>G&egrave;ne et douleurs lors de la fermeture buccale augment&eacute;e &agrave; la pression et mastication</li> </ul> <h3>Examen clinique</h3> <ul> <li>Examen exobuccal <ul> <li>L&eacute;g&egrave;re dermabrasion mentonni&egrave;re</li> <li> Pas de limitation de l&rsquo;ouverture buccale</li> </ul> </li> <li>Examen endobuccal <ul> <li>Extrusion de l&rsquo;incisive centrale droite(11)</li> <li>Pas de l&eacute;sions au niveau des dents adjacentes</li> <li>Pas de l&eacute;sions gingivales</li> <li>Importante mobilit&eacute;</li> </ul> </li> </ul> <h3>Examen radiographique</h3> <p>Par r&eacute;troalv&eacute;olaire</p> <h3>On appr&eacute;cie</h3> <ul> <li>La maturation radiculaire</li> <li>Le trait de fracture</li> <li>Le d&eacute;placement</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-1.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-2.jpg" /></div> <div class="col-md-12"> <h2>Prise en charge</h2> <ul> <li>Asepsie : exo et endobuccale</li> <li>Anesth&eacute;sie locale</li> <li>R&eacute;duction de la fracture</li> </ul> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-3.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-4.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <p>Mise en place d&rsquo;une contention semi rigide pendant 3 mois si d&eacute;placement ++ :</p> <ul> <li>S&eacute;chage</li> <li>Mordan&ccedil;age des faces vestibulaires</li> <li>Pose de plots de composite</li> <li>Pose de l&rsquo;arc et polym&eacute;risation</li> <li>Finition &agrave; l&rsquo;aide de composite pour noyer le fil</li> <li>Polissage</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-5.jpg" /></div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Contr&ocirc;le radiographique apr&egrave;s r&eacute;duction et mise en place de la contention</h2> <div class="col-md-6 text-center" > <img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-6.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Fracture radiculaire d’une incisive centrale permanente" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_5-7.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Suivi</h2> <ul> <li><b>Conseils postop&eacute;ratoires :</b> Pas de contraintes lors de la fonction</li> <li><b>Prescription :</b> Anti infectieux, antalgique de niveau 1</li> <li><b>Contr&ocirc;le :</b> &agrave; 3 semaines, 6 semaines et 3 mois post</li> </ul> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/fracture-radiculaire-incisive-centrale-permanente Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse <div class="col-md-12"> <div class="col-md-4"> <h2>Présentation</h2> <p>Patiente de 60 ans consultant pour une voussure du vestibule supérieur droit</p> <p>Voussure évoluant sans douleur depuis plusieurs années</p> <p>Aucun antécédent médical</p> </div> <div class="col-md-8 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-1.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-4"> <h2>Imagerie OPT / Cone-beam</h2> <p>Mise en évidence d’une image radioclairehomogène centrée sur la couronne de la 63 incluse</p> </div> <div class="col-md-8 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Protocole chirurgical</h2> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-3.jpg" /> <p>Lambeau trapézoïdal de 62 à 64 à la lame 65</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-4.jpg" /> <p>Décollement muco-périosté</p> </div> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-5.jpg" /> <p>Enucléation du kyste</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-6.jpg" /> <p>Mise en évidence de la couronne de la 63 avant extraction. Enveloppe kystique pour examen anatomo-pathologique</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Prescriptions post-opératoires :</h2> <ul> <li>Antibiothérapie à large spectre</li> <li>Antalgiques de niveau I ou II</li> <li>Soins locaux</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-7.jpg" /> <p>Sutures par points simples résorbables, 3/O</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Anatomo-pathologie</h2> <p>Kyste dentigère. Cicatrisation clinique à deux mois</p> <h2>Suivi </h2> <ul> <li>Radiographique</li> <li>Clinique</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Kyste folliculaire sur la canine maxillaire droite incluse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_6-8.jpg" /> </div> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/kyste-folliculaire traumatisme oro-facial <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-1.jpg" /> <p>Adolescente de 16 ans. Victime d&rsquo;un accident de sport (chute de cheval et coup de sabots)</p></div> <div class="col-md-12"> <div class="md-col-6"> <h2>En clinique</h2> <ul> <li>Pas de complications g&eacute;n&eacute;rales</li> <li>L&eacute;sions bucco-dentaires et faciales essentiellement</li> <li>Pertes de nombreux &eacute;l&eacute;ments dentaires.</li> <li>Plaie transfixiante de la l&egrave;vre inf&eacute;rieure</li> <li>Plaie simple de la l&egrave;vre sup&eacute;rieure</li> <li>Prise en charge sous anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale</li> </ul> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-2.jpg" /> <p>On note la pr&eacute;sence de corticale osseuse associ&eacute;e</p></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-3.jpg" /> <p>De nombreux &eacute;l&eacute;ments dentaires &eacute;limin&eacute;s!</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-4.jpg" /><p>Apr&egrave;s l&rsquo;intervention&hellip;. Mise en place d&rsquo;une sonde naso-gastrique</p></div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>A cicatrisation</h2> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-5.jpg" /></div> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-6.jpg" /> <p>Mise en place d&rsquo;une proth&egrave;se transitoire</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-7.jpg" /></div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Traumatisme oro-facial" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_7-8.jpg" /></div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/traumatisme-oro-facial Dégagement chirurgical d’une canine maxillaire (23) par lambeau positionné apicalement <div class="col-md-12 text-center"><img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-1.jpg" /></div> <div class="col-md-12"> <h2>PROTOCOLE OP&Eacute;RATOIRE</h2> <div class="col-md-6"> <p>1) Incision muco-p&eacute;riost&eacute; (en rouge) puis de demi-&eacute;paisseur (en pointill&eacute;s)</p> <div class="text-center"> <img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-6"> <p>2) D&eacute;collement mucop&eacute;riost&eacute;</p> <div class="text-center"><img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-3.jpg" /> </div> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <p>3) D&eacute;gagement des 2/3 de la couronne de 23 sans exposition de la jonction am&eacute;loc&eacute;m&eacute;ntaire</p> <div class="text-center"> <img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-4.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-6"> <p>4) Dissection du p&eacute;rioste en dessous de la ligne muco-gingivale &agrave; la lame 15.</p> <div class="text-center"><img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-5.jpg" /> </div> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <p>5) Sutures du lambeau au p&eacute;rioste par points simple en position apicale</p> <div class="text-center"> <img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-6.jpg" /> </div> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>EN POSTOP&Eacute;RATOIRE&hellip;</h2> <ul> <li>Prescriptions <ul> <li>Ibuprof&egrave;ne 400mg 3X par jour pendant 3 jours</li> <li>Parac&eacute;tamol 1g 3X par jour</li> <li>Soins locaux</li> </ul> </li> <li>Contr&ocirc;le de la cicatrisation &agrave; 10 jours</li> <li>Suivi : Contr&ocirc;le clinique (sondage)</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"><img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-7.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Dégagement chirurgical d'une caninne maxillaire" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_8-8.jpg" /></div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/degagement-canine Greffe gingivale libre <h2>Présentation</h2> <div class="row"> <div class="col-md-6"> <li>Adolescente de 17 ans</li> <li>Sans antécédents</li> <li>Consulte pour récession gingivale sur 42</li> <li>Parodonte de type III </li> <li>Classification de Maynard et Wilson </li> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-1.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-2.jpg" /> </div> <div class="col-md-6"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-3.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Diagnostic</h2> <p>Récession de type II de Miller</p> </div> <div class="col-md-6"> <h2>Plan de traitement</h2> <ul> <li>Thérapeutique initiale <ul> <li>Détartrage</li> <li>Surfaçage</li> <ul> </li> <li>Réévaluation à 30 jours</li> <li>Greffe gingivale libre</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-1.jpg" /> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Greffe gingivale libre</h2> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-7.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-6.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-8.jpg" /> <p>Incision de demi-épaisseur 3mm de part et d’autre de la récession prolongée 4 mm apicalement</p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-9.jpg" /> <p>Mise en place d’un gabarit</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-10.jpg" /> <p>Prélèvement du greffon épithélio-conjonctif au palais </p> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-11.jpg" /> <p>Sutures du greffon par points simples périostés et suspendus</p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-12.jpg" /> <p>Protection du site donneur à l’aide d’une compresse hémostatique résorbable et d’une plaque de protection palatine </p> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>En postopératoire...</h2> <ul> <li>Prescriptions <ul> <li>Ibuprofène 400mg 3X par jour pendant 3 jours</li> <li>Paracétamol 1g 3X par jour</li> <li>Soins locaux</li> <ul> </li> <li>Contrôle de la cicatrisation à 10 jours</li> <li>Suivi <ul> <li>contrôle clinique (sondage)</li> <ul> </li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-13.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Greffe gingivale libre" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_9-14.jpg" /> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/greffe-gingivale-libre A propos d’un cas de sialométaplasie nécrosante <p>Forme bilatérale du palais chez une jeune femme.</p> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Présentation</h2> <ul> <li>Femme de 33 ans</li> <li>Antécédent d’anorexie</li> <li>Consommation tabagique 1 paquet/j</li> <li>Consultation pour des ulcérations palatines évoluant depuis 10 j</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Sialométaplasie nécrosante" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_10-1.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Clinique</h2> <ul> <li>Les ulcérations sont bien limitées, peu douloureuses à la palpation et non indurées</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 tex-center"> <img alt="Sialométaplasie nécrosante" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_10-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <p>Diagnostic de sialométaplasie nécrosante</p> <h2>Biopsie</h2> <div class="col-md-12 tex-center"> <img alt="Sialométaplasie nécrosante" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_10-3.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Discussion</h2> <div class="col-md-6"> <p><b>Etiopathogénie</b></p> <ul> <li>Mal connue</li> <li>Un processus ischémique intra glandulaire est évoqué notamment sur un terrain carentiel et tabagique (Anneroth et Hansen 1982)</li> <li>La sialométaplasie nécrosante peut être retrouvée chez la jeune femme (Scully et Evenson 2004).</li> <li> Rarement bilatérale (Keogh 2004).</li> <li>L’aspect clinique peut évoquer un carcinome ou une tumeur ulcérée des glandes salivaires accessoires</li> </ul> </div> <div class="col-md-6"> <p><b>Diagnostic différentiel </b></p> <ul> <li>Avec les ulcérations de la muqueuse buccale : de l’aphtose au processus néoplasique</li> </li> <li>Biopsie avec contrôle anatomopathologique nécessaire face à ce type de lésion. </li> </ul> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Evolution</h2> <ul> <li>Spontanément favorable en trois semaines</li> <li>Conseils d’hygiène de vie (alimentation équilibrée, arrêt de tabac…) prodigués</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 tex-center"> <img alt="Sialométaplasie nécrosante" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_10-4.jpg" /> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/sialometaplasie-necrosante Foyer infectieux bucco-dentaire et abcès cérébral: infection focale <div class="col-md-12"> <h2>Contexte clinique</h2> <ul> <li><b>H de 60 ans </b> hospitalisé en médecine interne depuis 3 semaines pour suites d’abcès cérébral septique</li> <li><b>ATCD médico-chirurgicaux :</b> néant</li> <li><b>Allergies :</b> néant</li> <li><b>Signes cliniques :</b> hémiparésie gauche d’apparition brutale avec troubles phasiques évoluant vers des crises convulsives généralisées dans un contexte fébrile avec altération de l’ état général</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>Examen radiologique</h2> <ul> <li>TDM et IRM cérébrales <ul> <li>lésion cortico-sous-corticale pariétale droite avec image hétérogène et foyer hémorragique</li> </ul> </li> <li>Panoramique des maxillaires retardé</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Foyer infectieux bucco-dentaire et abcès" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_11-1.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Examen radiologique</h2> <div class="text-center"><img alt="Foyer infectieux bucco-dentaire et abcès" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_11-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Bilan</h2> <ul> <li><b>Ponction avec prélèvement chirurgical :</b> pus franc</li> <li><b>Bactériologie :</b> cocci gram+ et gram- et streptocoques</li> </ul> </div> <div class="col-md-12"> <h2>Prise en charge et évolution</h2> <ul> <li>Antibiothérapie parentérale immédiate sur 15 jours <ul> <li>Claforan® + Flagyl®</li> </ul> </li> <li>Après antibiogramme <ul> <li>Amoxicilline + métronidazole parentéral sur 10 jours</li> </ul> <li>Rémission progressive des symptômes avec récupération des déficits en 3 semaines</li> </li> <li>Adressé en fin de traitement au service de stomatologie avec panoramique des maxillaires pour recherche de porte d’entrée infectieuse <ul> <li>Présence d’une lésion (image radioclaire) interradiculaire sur 16</li> </ul> </li> <li>Foyer dentaire présomptif et cohérent avec la bactériologie</li> </ul> </div> <div class="row"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Foyer infectieux bucco-dentaire et abcès" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_11-3.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Foyer infectieux bucco-dentaire et abcès" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_11-4.jpg" /> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/foyer-infectieux-bucco-dentaire CELLULITE GÉNIENNE BASSE D’ORIGINE DENTAIRE <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>CONSULTATION EN URGENCE</h2> <ul> <li>Mme C. j</li> <li>58 ans</li> <li>Allergies: néant</li> <li>Sans antécédents généraux</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 tex-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-1.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <ul> <li>Tuméfaction génienne basse</li> <li>Fistulisation cutanée</li> <li>Trismus serré</li> <li>Pas d’altération de l’état général</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 tex-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-2.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>IMAGERIE</h2> <div class="text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-3.jpg" /> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>PRISE EN CHARGE</h2> <ul> <li>Hospitalisation dans le service d’odontologie</li> <li>Mise en place d’une voie veineuse</li> <li>Prescription d’entrée <ul> <li>Amoxicilline I.V 3g / 24h</li> <li>Métronidazole I.V 1,5g / 24h</li> <li>Paracétamol injectable 10mg/ml x 3 / 24h</li> <li>Polyionique 1,5l</li> </ul> </li> <li>Décision de drainage par voie cutanée et endobuccale, avec avulsion de la dent causale sous anesthésie générale (avec fibroscopie)</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 tex-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-4.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>FIBROSCOPIE POUR INTUBATION NASOTRACHÉALE </h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-5.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-6.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-7.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>ASEPSIE EXOBUCCALE ET ENDOBUCCALE (A LA POLYVIDONE IODÉE) </h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-8.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>CHAMPAGE </h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-9.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>VUE ENDOBUCCALE </h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-10.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>AVULSION DE LA DENT CAUSALE (47) </h2> <div class="col-md-8 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-11.jpg" /> </div> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-12.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-13.jpg" /> <p>Vue exobuccale initiale</p> </div> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-14.jpg" /> <p>Vue exobuccale après incision cutanée</p> </div> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-15.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>PRÉLÈVEMENT DU CONTENU DE LA COLLECTION </h2> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-16.jpg" /> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-17.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>RINÇAGE À LA POLYVIDONE IODÉE </h2> <div class="col-md-12 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-18.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>MÉCHAGE </h2> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-19.jpg" /> </div> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-20.jpg" /> </div> <div class="col-md-4 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-21.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <h2>EN POSTOPÉRATOIRE, À J+1 </h2> <div class="text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-22.jpg" /> </div> </div> <div class="col-md-12"> <div class="col-md-6"> <h2>EN POSTOPÉRATOIRE, À J+3 </h2> <ul> <li>Retrait de la mèche avant la sortie du service</li> <li>Un pansement externe pour protéger le site d’incision sera réalisé</li> <li>Ordonnance de sortie établie <ul> <li>Poursuite de l’antibiothérapie</li> <li>Antalgique</li> <li>Bains de bouche</li> </ul> </li> <li>Conseils de suivi donnés</li> </ul> </div> <div class="col-md-6 text-center"> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-23.jpg" /> <img alt="Cellulite génienne basse" src="http://www.societechirorale.com/img/cas-cliniques/cas_cliniques_12-24.jpg" /> </div> </div> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/cas-cliniques/cellulite-genienne Primo infection herpétique <div class="col-lg-12 text-center"><img alt="Primo infection herpétique" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/primo_infection_herpetique-1_1.jpg" /></div> <h2>Etiologie :</h2> <p>Infection provoqu&eacute;e par un premier contact avec les virus VHH1 (Virus Herp&eacute;tique Humain n&deg;1) ou VHH2 (Virus Herp&eacute;tique Humain n&deg;2) anciennement appel&eacute;s HSV1 /HSV2 (Herp&egrave;s Simplex Virus). Ils appartiennent &agrave; la famille des herpes viridae. Le VHH1 est mieux adapt&eacute; au territoire oro-facial. Ce sont des virus &agrave; ADN bicat&eacute;naire lin&eacute;aire, de 120 &agrave; 200 nm, &agrave; capside icosa&eacute;drique, envelopp&eacute;s.<br /> La primo-infection se fait g&eacute;n&eacute;ralement dans l&rsquo;enfance mais dans des cas plus rares, parfois seulement chez le jeune adulte.</p> <h2>S&eacute;miologie :</h2> <p>La primo-infection est le plus souvent discr&egrave;te et asymptomatique mais dans un certain nombre de cas elle r&eacute;alise un tableau de gingivo-stomatite g&eacute;n&eacute;ralis&eacute;e &agrave; l&eacute;sions multiples &agrave; type d&rsquo;&eacute;rosions et d&rsquo;ulc&eacute;rations. La muqueuse buccale est &eacute;ryth&eacute;mato-oed&eacute;mateuse, le tout s&rsquo;accompagnant de fi&egrave;vre et d&rsquo;ad&eacute;nopathies cervicales douloureuses et de dysphagie.</p> <h2>Conduite &agrave; tenir :</h2> <ul> <li>Traiter la douleur (antalgiques, bains de bouche)</li> <li>Si la primo-infection est s&eacute;v&egrave;re, prescrire un antiviral ex : aciclovir pendant 5 &agrave; 10 j [adulte et + 6 ans :1g/ j per os (5 x 200 mg), &lt; 6ans : 1g/j mais en SB (5 x 5 ml)].</li> <li>En cas de doute diagnostique, r&eacute;aliser un double pr&eacute;l&egrave;vement par &eacute;couvillonnage des l&eacute;sions (mise en culture / immunofluorescence sur lame ou recherche du g&eacute;nome viral par PCR).</li> </ul> <h2>Ne pas oublier !</h2> <ul> <li>Les r&egrave;gles d&rsquo;asepsie.</li> <li>Que des complications sont possibles avec le VHH1, ce sont des atteintes oculaires (k&eacute;rato-conjonctivites pouvant conduire &agrave; la c&eacute;cit&eacute;) et enc&eacute;phaliques (m&eacute;ningite herp&eacute;tique).</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/primo-infection-herpetique Zona <div class="col-lg-12 text-center"><img alt="Zona" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/le_zona-1_1.jpg" /></div> <h2>Etiologie</h2> <ul> <li>Infection virale provoqu&eacute;e par le Virus Herp&eacute;tique Humain n&deg;3 (VHH3).</li> <li>Evolution avec phase de primo-infection (varicelle), phase de latence (dans les ganglions sensitifs des nerfs cr&acirc;niens), et phase de r&eacute;surgence (manifestations cliniques du Zona).</li> </ul> <h2>S&eacute;miologie</h2> <ul> <li>Eruption v&eacute;siculeuse sur des plaques &eacute;ryth&eacute;mateuses, laissant place &agrave; des &eacute;rosions muqueuses buccales ou des cro&ucirc;tes cutan&eacute;es faciales.</li> <li>Ph&eacute;nom&egrave;nes algiques possibles dans les territoires nerveux correspondants, pouvant simuler des &eacute;pisodes douloureux bucco-dentaires, parfois paroxystiques.</li> <li>Localisation de type &laquo; radiculaire &raquo;, unilat&eacute;rale, alternant l&eacute;sion et zone saine, en raison des pouss&eacute;es d&eacute;cal&eacute;es.</li> <li>Nerf Trijumeau (V&egrave;me paire), nerf Facial (VII&egrave;me paire), nerf Glosso-pharyngien (IX&egrave;me paire) int&eacute;ress&eacute;s.</li> <li>Alt&eacute;ration de l&rsquo;&eacute;tat g&eacute;n&eacute;ral possible avec impotence fonctionnelle importante.</li> </ul> <h2>Conduite &agrave; tenir</h2> <ul> <li>Bilan g&eacute;n&eacute;ral et examen bucco-dentaire clinique et radiographique par OPT ou r&eacute;tro alv&eacute;olaire.</li> <li>Prise en charge de la douleur selon l&rsquo;intensit&eacute; (EVA).</li> <li>Mise en route d&rsquo;un traitement antiviral par Aciclovir (Zovirax&reg;), &agrave; la dose de 10mg/kg toute les 8h.</li> <li>Soins locaux &eacute;ventuels.</li> </ul> <h2>Ne pas oublier</h2> <ul> <li>Si des ph&eacute;nom&egrave;nes algiques existent, confirmer l&rsquo;&eacute;tiologie dentaire par l&rsquo;examen clinique et radiographique avant tout traitement odontologique ou temporisation en cas de doute.</li> <li>Prise en charge hospitali&egrave;re si &eacute;pisodes algiques et alt&eacute;ration de l&rsquo;&eacute;tat g&eacute;n&eacute;ral intenses.</li> <li>Douleurs post-zost&eacute;riennes et n&eacute;crose osseuse possibles dans le territoire nerveux correspondant avec perte spontan&eacute;e d&rsquo;&eacute;l&eacute;ments dentaires.</li> <li>Fr&eacute;quence accrue du zona chez les patients immunod&eacute;prim&eacute;s.</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/zona AVULSION D’UNE DENT INCLUSE (Protocole de base) <h2>Pré-requis</h2> <h3>Anamnèse :</h3> Antécédents médicaux et chirurgicaux, état général actuel, traitements en cours, allergie, consommation tabagique, comportement psychologique et compliance. <h3>Examen clinique :</h3> Etat bucco-dentaire, présence de foyers inflammatoires ou infectieux, évaluation de l’ouverture buccale (trismus éventuel). <h3>Examens radiographiques :</h3> Appréciation de la position de la dent, des rapports avec les éléments anatomiques à risque, du type d’inclusion, de l’enclavement éventuel (OPT, Scanner, Accuitomo3D, face basse). <h3>Asepsie exo et endobuccale :</h3> A la Polyvidone iodée (Bétadine®) ou chlorhexidine si intolérance. <h3>Champage</h3> <h3>Anesthésie :</h3> Locale, locorégionale ou générale si besoin.</br></br> <div class="col-md-6"><img src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/avulsion_dent_incluse-1_1.jpg" alt="Primo infection herpétique"/></div> <div class="col-md-6"><img src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/avulsion_dent_incluse-1_2.jpg" alt="Primo infection herpétique"/></div> <h2>Matériel spécifique</h2> Kit asepsie, compresses, champs stériles, bistouri jetable ou lame + manche, syndesmotomes, moteur chirurgical avec sérum physiologique et tubulure pour irrigation, fraises chirurgicales boule et fissure en carbure de tungstène, élévateurs, daviers, pince gouge, curettes, produits hémostatiques, ciseaux et porte aiguilles, sutures. <h2>Protocole opératoire</h2> <ul> <li><b>Incision</b>: sulculaire (vestibulaire, palatine ou linguale), complétée ou non par une incision de décharge oblique en mésial ou distal et à distance du site opératoire.</li> <li><b>Décollement</b>: pour réaliser un lambeau mucopériosté</li> <li><b>Ostéoectomie</b>: dégagement du plus grand contour coronaire, à la fraise, sous irrigation.</li> <li><b>Séparation</b>: coronoradiculaire et/ ou inter radiculaire, si enclavement existant.</li> <li><b>Parage alvéolaire</b>: curetage et élimination du sac péricoronaire.</li> <li><b>Régularisation osseuse</b></li> <li><b>Rinçage </b>à la Polyvidone iodée (Bétadine®) ou chlorhexidine, et au sérum physiologique et ré- application du lambeau.</li> <li><b>Sutures</b> hermétiques au fil résorbable ou non résorbable.</li> <li><b>Contrôle</b> de l’hémostase.</li> </ul> <h2>Ne pas oublier</h2> <ul> <li>les règles d’asepsie.</li> <li>le respect des sites anatomiques à risques voisins.</li> <li>Application de dispositifs réfrigérés en regard des sites opératoires.</li> <li>Alimentation froide pendant 24h à 48h, avec bains de bouche PASSIFS, par trempage.</li> <li>Antibioprophylaxie préopératoire à envisager (Recommandations AFSSAPS).</li> <li>Traitement antalgique (Recommandations HAS «douleur postopératoire en chirurgie buccale»).</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/avulsion-dent-incluse BIOPSIE- BIOPSIE EXERESE (Protocole de base) <h2>Pr&eacute;-requis</h2> <h3>Anamn&egrave;se :</h3> <p>Ant&eacute;c&eacute;dents m&eacute;dicaux et chirurgicaux, &eacute;tat g&eacute;n&eacute;ral actuel, traitements en cours, consommation tabagique, comportement psychologique et observance.</p> <h3>Examen clinique :</h3> <p>Etat bucco-dentaire, pr&eacute;sence de foyers inflammatoires ou infectieux, trismus.</p> <h3>Examens radiographiques :</h3> <p>OPT, Tomographie volumique, scanner.</p> <h3>Asepsie exo et endobuccale :</h3> <p>A la Polyvidone iod&eacute;e (B&eacute;tadine&reg;) ou chlorhexidine si intol&eacute;rance. </p> <h3>Champage.</h3> <h3>Anesth&eacute;sie :</h3> <p>Locor&eacute;gionale ou locale, g&eacute;n&eacute;rale si besoin. Infiltration &agrave; distance du pr&eacute;l&egrave;vement.</p> <div class="col-lg-6"><img alt="BIOPSIE- BIOPSIE EXERESE (Protocole de base)" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/BIOPSIE-1_1.jpg" /></div> <div class="col-lg-6"><img alt="BIOPSIE- BIOPSIE EXERESE (Protocole de base)" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/BIOPSIE-1_2.jpg" /></div> <h2>Mat&eacute;riel sp&eacute;cifique</h2> <p>Kit asepsie, compresses, champs st&eacute;riles, bistouri jetable ou lame + manche, pince gouge (pour les tissus osseux), produits h&eacute;mostatiques, ciseaux et porte aiguilles, sutures.</p> <h2>Protocole op&eacute;ratoire</h2> <ul> <li><b>Incision :</b> Dans le cadre d&rsquo;une biopsie, incision int&eacute;ressant le tissu suspect et le tissu sain, de 0,5 &agrave; 1cm minimum, et dirig&eacute;e de mani&egrave;re &agrave; ne pas solliciter la suture. Dans le cadre d&rsquo;une biopsie-ex&eacute;r&egrave;se, incision avec une large marge, p&eacute;riph&eacute;rique &agrave; la l&eacute;sion, et permettant son excision compl&egrave;te.</li> <li><b>Pr&eacute;hension du pr&eacute;l&egrave;vement</b>, &agrave; l&rsquo;aide d&rsquo;une pince sans griffes.</li> <li><b>Orientation du fragment</b> avec cartographie.</li> <li><b>Conservation du pr&eacute;l&egrave;vement</b> dans du liquide de Bouin ou du formol dilu&eacute;, pour traitement sans d&eacute;lai par un laboratoire d&rsquo;anatomocytopathologie, et identification du contenant.</li> <li><b>Rin&ccedil;age</b> &agrave; la Polyvidone iod&eacute;e (B&eacute;tadine&reg;) ou chlorhexidine, et au s&eacute;rum physiologique.</li> <li><b>Sutures</b> &eacute;ventuelles au fil r&eacute;sorbable ou non r&eacute;sorbable.</li> <li><b>Contr&ocirc;le</b> de l&rsquo;h&eacute;mostase.</li> <li><b>R&eacute;daction</b> de la fiche patient et des donn&eacute;es cliniques pour le laboratoire.</li> </ul> <h2>Ne pas oublier</h2> <li>Les r&egrave;gles d&rsquo;asepsie.</li> <li>Le respect des sites anatomiques &agrave; risques voisins.</li> <li>Des bains de bouche passifs, par trempage.</li> <li>Une prescription d&rsquo;antalgiques de niveau 1. </li> <li>L&rsquo;orientation et l&rsquo;identification du pr&eacute;l&egrave;vement. </li> <li>L&rsquo;annonce des r&eacute;sultats par le praticien qui a r&eacute;alis&eacute; la biopsie.</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/biopsie-exerese Lésion de la muqueuse buccale <div class="col-lg-12 text-center"><img alt="Lésion de la muqueuse buccale " src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/lesion_muqueuse-1_1.jpg" /><p>Aspect clinique lingual.</p></div> <h2>Etiologie :</h2> <p>Patient de 63 ans, fumeur (consommation &eacute;valu&eacute;e &agrave; 60 Paquets Ann&eacute;es). Apparition d&rsquo;une ulc&eacute;ration au niveau de la muqueuse du dos de la langue sur le c&ocirc;t&eacute; droit depuis 3 mois.<br /> Divers traitements locaux ont &eacute;t&eacute; instaur&eacute;s, sans &eacute;volution favorable. L&rsquo;aspect clinique n&rsquo;a cess&eacute; de se modifier, &eacute;voluant vers une forme verruqueuse actuelle (photo).</p> <h2>S&eacute;miologie :</h2> <p>L&eacute;sion ulc&eacute;ro v&eacute;g&eacute;tante.<br /> Saignements spontan&eacute;s et provoqu&eacute;s.<br /> La palpation met pas en &eacute;vidence une induration sous jacente marqu&eacute;e.<br /> La palpation cervicale met en &eacute;vidence des ad&eacute;nopathies jugulo carotidiennes droites.<br /> Le patient se plaint de douleurs de plus en plus marqu&eacute;es ainsi que d&rsquo;une diminution de la mobilit&eacute; linguale.</p> <h2>Conduite &agrave; tenir :</h2> <p>Le tableau clinique est en faveur d&rsquo;un carcinome &eacute;pidermo&iuml;de lingual.<br /> Il faut donc adresser le patient un service sp&eacute;cialis&eacute; afin qu&rsquo;il assure la prise en charge de la tumeur.</p> <h2>Ne pas oublier</h2> <p>Il est pr&eacute;f&eacute;rable que la biopsie soit r&eacute;alis&eacute;e pas le praticien qui assurera la prise en charge carcinologique du patient. Cela permet de visualiser les caract&eacute;ristiques initiales de la l&eacute;sion, avant les modifications engendr&eacute;es par la biopsie.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/lesion-muqueuse-buccale Lésion précancéreuse <div class="col-lg-12 text-center"><img alt="Muqueuse du bord lingual droit." src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/lesion_precancereuse-1_1.jpg" /> <p>Muqueuse du bord lingual droit.</p> </div> <h2>Etiologie : </h2> Patient de 51 ans, fumeur (consommation évaluée à 40 Paquets/Années). Lichen plan diagnostiqué depuis plusieurs années, touche la muqueuse jugale droite ainsi que le bord droit de la langue.</br> Modification récente de l’aspect au niveau du bord droit de la langue (photo). <h2>Sémiologie :</h2> Lésion hyperkératosique, inhomogène, inflammation muqueuse antérieure Ne saigne pas spontanément. Le sondage provoque quant à lui un saignement au niveau de la partie antérieure de la lésion.</br> La palpation ne met pas en évidence d’induration sous jacente.</br> La palpation cervicale ne met pas en évidence d’adénopathie.</br> Le patient ne se plaint d’aucune douleur ou de déficit fonctionnel.</br> <h2>Conduite à tenir :</h2> Traitement local visant à éliminer les facteurs locaux éventuels ainsi que l’inflammation muqueuse.</br> Réévaluation à 8 jours et biopsie si aucune amélioration n’est notée. L’examen anatomopathologique a pour but de s’assurer que la lésion ne se transforme pas en carcinome épidermoïde.</br> Adresser à un service spécialisé en cas de transformation maligne. <h2>Ne pas oublier !</h2> Toujours recontrôler la lésion après le premier traitement mis en place. Biopsie obligatoire en cas de doute. Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/lesion-precancereuse mesiodens <div class="row"> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Vue préopératoire: pas de voussure" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_5.jpg" /> <h2>Vue préopératoire : pas de voussure</h2> </div> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Position inversée" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_6.jpg" /> <h2>Position inversée</h2> </div> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Décollement muco-périosté" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_1.jpg" /> <h2>Décollement muco-périosté</h2> </div> </div> <div class="row"> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Ostéoectomie et section du mésiodens" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_2.jpg" /> <h2>Ostéoectomie et section du mésiodens</h2> </div> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Pièce opératoire" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_4.jpg" /> <h2>Pièce opératoire</h2> </div> <div class="col-lg-4 text-center"><img alt="Sutures inter dentaires par points simples" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/fiche_mesiodens-1_3.jpg" /> <h2>Sutures inter dentaires par points simples</h2> </div> </div> <h2>Prescriptions postopératoires : </h2> antalgiques de palier I, bains de bouche antiseptiques. <h2>Précautions chirurgicales : </h2> proximité du pédicule incisif et des racines des incisives. Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/mesiodens Lithiase sous mandibulaire <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Lithiase sous mandibulaire" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/lithiase_sous_mandibulaire-1_1.jpg" /> </div> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Lithiase sous mandibulaire" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/lithiase_sous_mandibulaire-1_2.jpg" /> </div> <h2>Présentation :</h2> Patient de 29 ans présentant depuis quelques semaines une voussure du plancher buccal du côté droit, dans la région antérieure. On note une sensation d’induration localisée à la palpation. </br></br>A l’examen radiographique par mordu occlusal, on observe une masse radio opaque. <h2>Sémiologie :</h2> Au début des symptômes, la voussure du plancher de bouche était rythmée par les repas avec une sensation classique d’écoulement salivaire. Depuis quelques jours, la tuméfaction est constante. </br></br>Une lithiase sous mandibulaire est suspectée. <h2>Conduite à tenir :</h2> Intervention chirurgicale visant à aborder la masse radio opaque et réaliser son exérèse. La muqueuse du plancher de bouche en regard de la zone indurée est incisée ce qui permet d’avoir accès à la masse et de la retirer. <h2>Ne pas oublier :</h2> Envoyer la pièce d’exérèse en examen anatomopathologique pour s’assurer du diagnostic définitif. </br></br> <b>Contrôler la cicatrisation et la fonction glandulaire. </b> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/lithiase-sous-mandibulaire La naevomatose baso-cellulaire ou syndrome de Gorlin-Goltz <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="La naevomatose baso-cellulaire ou syndrome de Gorlin-Goltz " src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/naevomatose_baso-cellulaire-1_2.jpg" /></div> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="La naevomatose baso-cellulaire ou syndrome de Gorlin-Goltz " src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/naevomatose_baso-cellulaire-1_1.jpg" /></div> <h2>Pr&eacute;sentation</h2> <ul> <li>maladie h&eacute;r&eacute;ditaire &agrave; transmission autosomique dominante.</li> <li>incidence estim&eacute;e &agrave; 1/57000.</li> <li>mutation d&rsquo;un g&egrave;ne suppresseur (PTCH) situ&eacute; sur le chromosome 9q22.3.</li> </ul> <h2>Manifestations cliniques :</h2> <ul> <li>k&eacute;ratokystes multiples.</li> <li>naevi baso-cellulaires (apparaissant vers 21 ans).</li> <li>calcifications ectopiques intracr&acirc;niennes (faux du cerveau).</li> <li>porok&eacute;ratose palmoplantaire.</li> <li>malformations squelettiques, ovariennes.</li> <li>troubles neurologiques.</li> </ul> <h2>Conduite &agrave; tenir :</h2> <ul> <li>Surveillance dermatologique (&eacute;pith&eacute;liomas basocellulaires multiples).</li> <li>Enucl&eacute;ation des k&eacute;ratokystes maxillaires (r&eacute;cidive impose une surveillance r&eacute;guli&egrave;re et prolong&eacute;e).</li> <li>Examen anatomo-pathologique des pi&egrave;ces op&eacute;ratoires.</li> <li>Consultation sp&eacute;cialis&eacute;e en g&eacute;n&eacute;tique.</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/naevomatose-baso-cellulaire Epulis fibreuse <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Epulis fibreuse" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/epulis_fibreuse-1_1.jpg" /> </div> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Epulis fibreuse" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/epulis_fibreuse-1_2.jpg" /> </div> <h2>Sémiologie : </h2> <ul> <li>Pseudotumeur inflammatoire chronique.</li> <li>Développée sur la gencive marginale, une papille inter dentaire. vestibulaire et/ou palatine.</li> <li>Taille de quelques mm à 4 cm.</li> <li>Nodule ferme.</li> <li>Sessile. </li> </ul> <h2>Etiologies </h2> <ul> <li>Facteurs locaux (traumatismes, caries inter proximales, tartre …).</li> </ul> <h2>Traitement</h2> <ul> <li>Exérèse.</li> <li>Examen anatomo-pathologique.</li> <li>Suppression des facteurs étiologiques. </li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/epulis-fibreuse Avulsions Dentaires Multiples <h2>Pré-requis</h2> <h3>Anamnèse :</h3> Antécédents médicaux et chirurgicaux, état général actuel, traitements en cours, allergie, consommation tabagique, comportement psychologique. <h3>Examen clinique : </h3> Etat bucco-dentaire, présence de foyers inflammatoires ou infectieux. <h3>Examens radiographiques :</h3> Rétro alvéolaires, OPT……. <h3>Antisepsie exo et endobuccale : </h3> A la Polyvidone iodée (Bétadine®) ou chlorhexidine si intolérance. Champage. -Anesthésie : locale +/- sédation consciente ou anesthésie générale. <h3>Antibiothérapie prophylactique : </h3>à évaluer. </br></br> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Avulsions dentaire multiples" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/avulsions_dentaires_multiples-1_2.jpg" /> </div> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Avulsions dentaire multiples" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/avulsions_dentaires_multiples-1_1.jpg" /> </div> <h2>Matériel spécifique</h2> Kit antisepsie, compresses, champs stériles, écarteurs, bistouri jetable ou lame + manche, syndesmotomes, décolleurs, élévateurs, daviers, instrumentation rotative, pince gouge, râpe à os, curettes, ciseaux et pince porte aiguille, fils de suture. <h2>Protocole opératoire</h2> <ul> <li><b>Incision : </b> <li><b>sulculaire </b> (vestibulaire, palatine ou linguale), permettant d’éliminer les papilles inflammatoires d’emblée, ou syndesmotomie avec suppression des papilles dans un second temps.</li> <li><b>Léger décollement</b> de la muqueuse attachée.</li> <li><b>Luxation</b> des différents éléments dentaires.</li> <li><b>Avulsions</b> à l’aide de daviers adaptés à la dent à extraire. </li> <li><b>Alvéolectomie</b> et séparation des racines si nécessaire.</li> <li><b>Parage alvéolaire.</b></li> <li><b>Régularisation osseuse.</b></li> <li><b>Rinçage</b> à la Polyvidone iodée (Bétadine®) ou chlorhexidine, et au sérum physiologique. </li> <li><b>Sutures</b> au fil résorbable ou non résorbable. </li> <li><b>Contrôle</b> de l’hémostase. </li> </ul> <h2>Les conseils post opératoires.</h2> <ul> <li>Application de dispositifs réfrigérés en regard des sites opératoires.</li> <li>Alimentation froide pendant 24h à 48h.</li> <li>Suppression de toute consommation tabagique recommandée. </li> </ul> <h2>Prescription</h2> <ul> <li>Antalgique de niveau I / II, à une posologie adaptée au poids et à l’âge.</li> <li>Bain de bouche antiseptique passif, par trempage. </li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/avulsions-dentaires-multiples Drainage d'une collection exobuccale <h2>Pré-requis</h2> <h3>Anamnèse :</h3> Antécédents médicaux et chirurgicaux, état général actuel, traitements en cours, allergie, consommation tabagique, comportement psychologique et compliance. <h3>Examen clinique : </h3> Etat bucco-dentaire, inspection et palpation de la collection, trismus. <h3>Examens radiographiques : </h3> OPT. <h3>Antisepsie exo et endobuccale : </h3> A la Polyvidone iodée (Bétadine®) ou chlorhexidine si intolérance. <h3>Champage. </h3> <h3>Anesthésie : locale, générale. </h3> </br></br> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Drainage d'une collection exobuccale" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/drainage_collection_exobuccale-1_1.jpg" /> </div> <div class="col-lg-6 text-center"><img alt="Drainage d'une collection exobuccale" src="http://www.societechirorale.com/img/fiches-pedagogiques/drainage_collection_exobuccale-1_2.jpg" /> </div> <h2>Matériel spécifique</h2> Kit antisepsie, compresses, champs stériles, bistouri jetable ou lame + manche, curettes, mèches de gaze imprégnées de polyvidone iodée ou lame de Delbey, ciseaux et porte aiguilles, sutures. <h2>Protocole opératoire </h2> <ul> <li><b>Incision</b> réduite de la partie superficielle de la collection, dans sa partie basse, complétée par l’ouverture d’un ciseau à disséquer, introduit fermé. </li> <li><b>Aspiration</b> du contenu. </li> <li><b>Mèche iodée</b> ou lame à tubulures (suturée à la berge de la plaie) placée dans l’ancienne collection, par la zone d’incision, facilitant une éventuelle évacuation tardive de pus non encore collecté. </li> <li><b>Mise en place d’un pansement bétadiné.</b></li> <li><b>Traitement</b> de la dent causale, le plus souvent de manière concomitante, <ul> <li>soit par ouverture de la dent causale. <li>soit par avulsion. </li> </ul> </li> </ul> <h2>Prescription</h2> <ul> <li>Antibiothérapie curative à large spectre.</li> <li>Antalgique de niveau I / II, à une posologie adaptée au poids et à l’âge. </li> </ul> <h2>Ne pas oublier</h2> <ul> <li>Antisepsie cutanée.</li> <li>La présence d’éléments vasculo-nerveux voisins (rameau mentonnier du Nerf facial).</li> <li>Réévaluation à 48 heures.</li> </ul> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/fiches-pedagogiques/drainage-collection-exobuccale Consentement avant chirurgie buccale <h2>Mme/Mlle/Mr ...............................</h2> <h2>Consentement éclairé pour un acte de chirurgie orale</h2> <ul> <li>1. Je confirme que le Docteur ............................... m’a exposé les bénéfices et les risques inhérents à l’intervention chirurgicale envisagée. Une fiche d’information médicale m’a été remise.</li> <li>2.Je confirme avoir été informé que le praticien peut être amené à modifier son geste chirurgical en fonction de la survenue d’évènements durant l’intervention. </li> <li>3. Je reconnais avoir eu la liberté de poser toutes les questions relatives à cette intervention.</li> <li>4. J’ai été informé des bénéfices attendus de cette intervention, de son pronostic et des alternatives thérapeutiques. </li> <li>5. J’ai pris note des risques possibles liés à cette intervention, en sachant qu’il existe des complications exceptionnelles, voire imprévues.</li> <li>6. J’ai reçu des explications claires me permettant de guider mon choix.</li> <li>7. Je reconnais qu’un délai de réflexion suffisant m’a été accordé entre la consultation et l’intervention.</li> <li>8. Je m’engage à respecter toutes les consignes pré et post-opératoires qui m’ont été préconisées.</li> </ul> </br> <i>Lieu,</i></br> <i>Date</i></br> Signature du patient ou du représentant légal</br> Signature du praticien</br> Document à signer et à remettre au plus tard le <i>jour de l’intervention</i> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/consentement-avant-cb Conseils post-opératoires <p>Vous venez de bénéficier d’une intervention chirurgicale de la bouche ou des maxillaires.</p> <ul> <li> 1- Suivez les<b> prescriptions de l'ordonnance</b> qui vous a été remise. Cependant, en cas d'é ruption cutanée avec démangeaisons ou en cas d'apparition de brûlures d'estomac, mettez-vous en rapport avec nous afin de la modifier. </li> <li> 2 - Les <b>saignements</b> : il est fréquent qu'un petit saignement persiste pendant quelques heures à une nuit suivant l'intervention. Le traitement consiste à appliquer une compresse sur la zone de l'extraction et mordre sur celle-ci tant que la saignement ne s'est pas arrêté. Afin de ne pas évacuer le caillot sanguin qui s'est formé dans l'alvéole, les bains de bouche qui vous seront prescrits ne doivent pas être faits pendant les premières 48 heures suivant l’acte chirurgical.</li> <li> 3 - La <b>douleur</b> au niveau des zones opérées est plus fréquente en bas qu’en haut. Elle cède souvent avec des antalgiques et disparaît en quelques jours. Un traitement adapté sera prescrit à votre sortie par votre chirurgien. Des glaçons enrobés dans un linge (pas directement sur la peau) diminuent le gonflement et la douleur.</li> <li> 4 - Un <b>oedème</b> ou un <b>hématome</b> peuvent apparaître en regard de la zone opéré e et augmenter durant les 72 premières heures. Ceci est normal ; ils peuvent prendre des proportions importantes selon les individus et le type d'opération. Le traitement et les vessies de glace permettront de réduire la douleur et l'importance de cette déformation.</li> <li> 5 - Une <b>limitation de votre ouverture buccale</b> peut exister pendant plusieurs jours. Celle-ci est due à l’hématome qui provoque une contracture musculaire ; ne forcez pas, elle cédera petit à petit.</li> <li> 6 - Des <b>points</b> ont pu être posés au niveau de votre gencive. Ils se <b>résorberont</b> spontanément en 3 semaines - un mois, mais s'ils persistent ou s'ils vous gênent, il vous sera possible de les faire retirer après 15 jours.</li> <li> 7 - <b>Le brossage dentaire pourra être repris dès le lendemain de l’intervention</b>, en évitant la zone opérée pendant 3 ou 4 jours. Après ce délai, vous pouvez nettoyer cette zone avec une brosse à dents souple, dite chirurgicale que vous trouverez en pharmacie.</br></br> <b>En résumé, vous devez respecter un certain nombre de précautions pendant 48 heures : </b> <ul><li>- Ne pas faire de bains de bouche et ne pas cracher car cela favorise le saignement</li> <li>- Privilégier une alimentation mixée</li> <li>- Ne rien boire ou manger de chaud</li> <li>- Dormir la tête surélevée</li> <li>- Placer une vessie de glace sur la peau au niveau des zones opérées.</li> </ul> </li> </ul> </br></br> <p>Information reçue le ------------------ et bien comprise</p> <p><i>Signature du patient</i></p> </br> <p>En cas de problème, vous pouvez contacter : La clinique où vous avez été opéré. Le 15 dans les cas les plus graves</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/conseils-post-operatoires INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES AVULSIONS DENTAIRES MULTIPLES <p>Les avulsions dentaires multiples sont indiquées :</p> </br> <ul> <li>lorsque les dents constituent un risque infectieux et ne peuvent bénéficier de traitements conservateurs (en prévision d’un traitement médical immunosuppresseur, d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie cervico-faciale, ou par rapport à certaines pathologies médicales), ceci afin de prévenir les risques de complications infectieuses.</li> <li> en vue d’une réhabilitation prothétique globale.</li> </ul> </br> <p>L’intervention peut s’effectuer sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, en fonction du caractère invasif de l’acte et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique...)</p></br> <p>Les suites opératoires normales sont : l’œdème (gonflement des joues), la douleur, la limitation de l’ouverture de la bouche, ainsi qu’un petit saignement de quelques heures.</p> <p>Une gêne esthétique est possible ainsi que fonctionnelle (phonation et mastication).</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul> <li>Hématome et saignement persistant,</li> <li>Alvéolite : inflammation ou infection de l’alvéole dentaire,</li> <li>Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li>Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration, d’un bridge ou d’une dent.</li> <li>Communication entre la bouche et le sinus qui se ferme seule le plus souvent (4 à 8 semaines). En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> </br> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/avulsions-dentaires-multiples INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES DESINCLUSIONS DES DENTS <p>Toutes les dents peuvent être bloquées (incluses) et ne pas faire spontanément leur éruption. Hormis les dents de sagesse, il s’agit le plus souvent des canines. L’indication de désinclusion est d’ordre orthodontique et le traitement associe un dégagement chirurgical de la couronne de la dent incluse et la mise en place d’un système de traction.</p> <p>L’intervention peut s’effectuer sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale , en fonction du caractère invasif de l’acte (nombre de dents incluses, profondeur d’inclusion, situation anormale ...) et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique, âge du patient...)</p> <p>Les suites opératoires normales sont : douleur, gêne masticatoire, œdème (gonflement des joues, ainsi qu’un petit saignement de quelques heures.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul><li>Impossibilité de collage du dispositif de collage orthodontique,</li> <li>Lésion de la dent ou d’une dent voisine,</li> <li>Hématome et saignement persistant,</li> <li>Cellulite: inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li>Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.</li> <li>Décollement du dispositif de traction orthodontique,</li> <li>Section de la ligature,</li> <li>Dent ankylosée (soudée à l’os),</li> </ul> </br> <p>Le pronostic de la mise en place chirurgico-orthodontique des dents incluses est bon. Il est fonction de l’âge et de la profondeur d’inclusion. En cas d’échec, la dent est généralement extraite et il faudra envisager une autre solution thérapeutique.</p> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/desinclusions-des-dents INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES AVULSIONS DES DENTS DE SAGESSE <p>Les avulsions des dents de sagesse ou troisième molaires, (appelées germes lorsque les racines sont absentes ou incomplètes) sont indiquées en raison d’un mauvais positionnement, d’un manque de place, d’accidents douloureux, inflammatoires, infectieux, tumoraux...</p> <p>L’intervention peut s’effectuer sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, en fonction du caractère invasif de l’acte (nombre de dents, profondeur d’inclusion, situation anormale ...) et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique...)</p> <p>Les suites opératoires normales sont : l’œdème (gonflement des joues), la douleur, la limitation de l’ouverture de la bouche, ainsi qu’un petit saignement de quelques heures.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus : </p> <ul><li> Hématome et saignement persistant, <li> Alvéolite : inflammation ou infection de l’alvéole dentaire,</li> <li> Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li> Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration dentaire, d’un bridge ou d’une dent.</li> <li> Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.</li> <li> Fracture osseuse (notamment l’angle de la mandibule) pendant l’intervention ou pendant la phase de consolidation,</li> <li> Communication entre la bouche et le sinus qui se ferme seule le plus souvent (4 à 8 semaines). En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.</li> <li> Projection d’une dent de sagesse supérieure ou d’un fragment dans le sinus, en arrière du sinus ou dans la joue, pouvant justifier d’une nouvelle intervention.</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien. Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/avulsions-des-dents-de-sagesse INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES GREFFES OSSEUSES ET COMBLEMENTS SOUS- SINUSIENS EN IMPLANTOLOGIE <p>Certaines situations anatomiques ne sont pas favorables &agrave; la pose d&rsquo;implants dentaires : manque d&rsquo;os en hauteur, &agrave; cause de l&rsquo;augmentation du volume du sinus maxillaire. Sans correction pr&eacute;alable, les implants sont contre-indiqu&eacute;s. Le but des greffes osseuses ou des comblements sous- sinusiens est de redonner un volume osseux permettant de placer des implants dans le cadre du projet proth&eacute;tique pr&eacute;alablement d&eacute;fini.</p> <p>L&rsquo;intervention consiste &agrave; rehausser le plancher du sinus en soulevant la muqueuse sinusienne et en comblant la cavit&eacute;. Il est possible d&rsquo;utiliser, soit de l&rsquo;os autog&egrave;ne (du patient), soit de l&rsquo;os d&rsquo;origine humaine ou animale (trait&eacute; selon les normes en vigueur), soit des mat&eacute;riaux synth&eacute;tiques.</p> <p>L&rsquo;intervention peut s&rsquo;effectuer sous anesth&eacute;sie locale ou sous anesth&eacute;sie g&eacute;n&eacute;rale, en fonction du caract&egrave;re invasif de l&rsquo;acte (taille du sinus, chirurgie des 2 sinus, pr&eacute;l&egrave;vement osseux sur le patient) et/ou du statut m&eacute;dical du patient (pathologie m&eacute;dicale, coop&eacute;ration, &eacute;tat psychologique...)</p> <p>Les suites op&eacute;ratoires normales peuvent &ecirc;tre : l&rsquo;&oelig;d&egrave;me (gonflement des joues et de la paupi&egrave;re inf&eacute;rieure), la douleur, &eacute;ventuellement la limitation de l&rsquo;ouverture de la bouche, ainsi qu&rsquo;un petit saignement de quelques heures.</p> <p>Tout acte chirurgical, m&ecirc;me bien men&eacute;, comporte des risques de complications imm&eacute;diates ou tardives, qui doivent cependant &ecirc;tre relativis&eacute;s au regard des b&eacute;n&eacute;fices attendus :</p> <ul> <li>H&eacute;matome et saignement persistant,</li> <li>Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li>Sinusite maxillaire,</li> <li>Ost&eacute;ite : infection osseuse du site donneur et/ou receveur,</li> <li>Si pr&eacute;l&egrave;vement osseux endobuccal : <ul> <li>Perte ou diminution de la sensibilit&eacute; de la l&egrave;vre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines &agrave; quelques mois), et exceptionnellement d&eacute;finitive,</li> <li>Alt&eacute;ration de la sensibilit&eacute; des dents proches du pr&eacute;l&egrave;vement osseux,</li> <li>&laquo; rigidit&eacute; &raquo; transitoire des muscles du menton</li> </ul> </li> <li>Exposition du greffon, n&eacute;crose, perte du greffon ou du mat&eacute;riau de comblement.</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseill&eacute; de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><em>Les greffes osseuses et les comblements sinusiens sont des actes qui ne sont pas inscrits &agrave; la nomenclature de la s&eacute;curit&eacute; sociale.</em></p> <p><strong>Dans le cadre de la consultation, il vous a &eacute;t&eacute; expos&eacute;, pour votre cas pr&eacute;cis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/greffes-osseuses INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES GREFFES OSSEUSES PRE-IMPLANTAIRES AVEC PRELEVEMENT BUCCAL (AUTOGREFFES) <p>Certaines situations anatomiques ne sont pas favorables à la pose d’implants dentaires : manque d’os en hauteur et/ou en épaisseur. Sans correction préalable, les implants sont contre-indiqués. Le but des greffes osseuses pré-implantaires est de redonner une morphologie osseuse permettant de placer des implants dans le cadre du projet prothétique préalablement défini.</p> <p>Le greffon est prélevé à l’intérieur de la bouche, soit au menton, soit dans la zone de la dent de sagesse inférieure. Il est mis en place au niveau de la perte osseuse et fixé par des vis en titane. Les implants seront placés en moyenne 4 mois après et les vis de fixation seront retirées dans le même temps.</p> <p>L’intervention peut s’effectuer sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, en fonction du caractère invasif de l’acte (taille du greffon) et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique...)</p> <p>Les suites opératoires normales peuvent être : l’œdème (gonflement des joues, du menton, des paupières inférieures...), la douleur, la limitation de l’ouverture de la bouche, ainsi qu’un petit saignement de quelques heures.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul> <li> Hématome et saignement persistant,</li> <li> Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li> Ostéite : infection osseuse du site donneur et/ou receveur,</li> <li> Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive,</li> <li> Altération de la sensibilité des dents proches du prélèvement osseux,</li> <li> « rigidité » transitoire des muscles du menton</li> <li>Exposition du greffon, nécrose, perte du greffon.</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><i>Les greffes osseuses pré-implantaires sont des actes qui ne sont pas inscrits à la nomenclature de la sécurité sociale.</i></p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/autogreffes Chirurgie implantaire <p>Les implants sont des « racines artificielles » en alliage de titane. Mis en place dans les maxillaires, ils supportent des prothèses dentaires fixes ou amovibles destinées à remplacer des dents absentes.<br /> Le nombre et la position des implants dépend donc du projet de prothèse, défini préalablement.</p> <p>L’intervention s’effectue le plus souvent sous anesthésie locale. L’anesthésie générale n’est indiquée qu’en cas d’implants multiples, de gestes chirurgical associé, et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état sychologique, ...)</p> <p>Les suites opératoires normales peuvent être : l’œdème (gonflement des joues), la douleur, un petit saignement.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisées au regard des bénéfices attendus :<br /> • Lésion d’une dent voisine<br /> • Hématome et saignement persistant,<br /> • Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,<br /> • Sinusite maxillaire,<br /> • Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.<br /> • Péri-implantite, mobilité, exposition de l’implant,<br /> • Perte de l’implant.</p> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><em>Cette information concerne uniquement la phase de pose des implants et pas de la réalisation<br /> prothétique.<br /> Des contrôles cliniques et radiographiques doivent être effectués par le praticien en charge de la<br /> prothèse.</em></p> <p><em>La pose d’implants dentaires est un acte qui n’est pas inscrit à la nomenclature de la sécurité<br /> sociale.</em></p> <p><strong>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les<br /> effets secondaires de cet acte.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/chirurgie-implantaire INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES RESECTIONS APICALES <p> Les granulomes apicaux sont des lésions apparaissant à l’extrémité des racines dentaires et découvertes sur des radiographies. Leur taille varie de 1 millimètre à 1 centimètre de diamètre. L’origine est bactérienne. Le traitement consiste au curetage du granulome, à la résection de l’extrémité de la racine et à l’obturation étanche du canal dentaire. Cette intervention est indiquée lorsque le retraitement du canal est impossible ou lorsqu’il a échoué.</p> <p>L’intervention s’effectue sous anesthésie locale. Dans certains cas le granulome est envoyé au laboratoire d’anatomo-pathologie pour une lecture histologique.</p> <p>Les suites opératoires normales sont : l’œdème (gonflement à proximité de la zone opérée), la douleur. Une radiographie intra-buccale à un an est nécessaire afin de confirmer la guérison.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul> <li>Hématome et saignement persistant,</li> <li>Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li> Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration dentaire, d’un bridge ou d’une dent,</li> <li> Migration de la gencive au niveau des dents pouvant entrainer un préjudice esthétique,</li> <li> Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.</li> <li> Communication entre la bouche et le sinus qui se ferme seule le plus souvent (4 à 8 semaines) pour les dents situés à proximité du sinus maxillaire. En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/resections-apicales INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES AVULSIONS DENTAIRES chez les patients présentant un risque d’endocardite infectieuse. <p>La société européenne de cardiologie en 2009 et l’AFSSAPS en 2011 ont mis à jour les recommandations de prévention de l’endocardite infectieuse.</p> <p>Aujourd’hui,<b>seuls les patients appartenant au groupe à haut risque d’endocardite infectieuse nécessitent une antibioprophylaxie :</b></p> <ul> <li>Prothèse valvulaire (mécanique ou bioprothèse) ou matériel étranger pour une chirurgie valvulaire conservatrice (anneau prothétique...).</li> <li>Antécédent d’endocardite infectieuse.</li> <li>Cardiopathie congénitale cyanogène <ul> <li>1- non opérée ou dérivation chirurgicale pulmonaire-systémique, </li> <li>2- opérée, mais présentant un shunt résiduel,</li> <li> 3- opérée avec mise en place d’un matériel prothétique par voie chirurgicale ou transcutanée, sans fuite résiduelle, seulement dans les 6 mois suivant la mise en place,</li> <li> 4- opérée avec mise en place d’un matériel prothétique par voie chirurgicale ou transcutanée avec shunt résiduel).</li></ul></li></ul> </br> <p>Chez les patients présentant une cardiopathie à risque modérée (autres valvulopathies, autres cardiopathies congénitales, prolapsus de la valve mitrale...),<b> l’antibiothérapie prophylactique n’est plus indiquée</b>lorsqu’un geste bucco-dentaire est réalisé.</p> <p><b>Nous attirons votre attention sur le fait que l’hygiène orale revêt un caractère fondamental dans la prévention des infections en médecine bucco-dentaire.</b></p> <p>Les avulsions dentaires sont indiquées lorsque les dents constituent un risque infectieux et ne peuvent bénéficier de traitements conservateurs.</p> <p>L’intervention peut s’effectuer sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale, en fonction du caractère invasif de l’acte et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique...)</p> <p>Une gêne esthétique est possible ainsi que fonctionnelle (phonation et mastication). Tout acte chirurgical, même bien mené comporte des risques de complications, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul> <li> Hématome et saignement persistant,</li> <li> Alvéolite : inflammation ou infection de l’alvéole dentaire,</li> <li> Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li> Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration, d’un bridge ou d’une dent.</li> <li> Communication entre la bouche et le sinus qui se ferme seule le plus souvent. En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.</lI> </ul> </br> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/osler INFORMATION MÉDICALE CONCERNANT LES BIOPSIES <p>Une biopsie de la cavité buccale est indiquée pour aider au diagnostic d es lésion s de la muqueuse buccale, des os maxillaires ou d’une maladie générale .</p> <p>Elle consiste à prélever un fragment de tissu pour permettre un examen histologique (structure du tissu vu au microscope), parfois immunologi que (mise en évidence d’anticorp s) ou biochimique (recherche de différentes substances).</p> <p>La biopsie est effectuée le plus souvent sous anesthésie locale , mais le type d’anesthésie peut être discutée en fonction du caractère invasif de l’acte et/ou du statut médical du patient (pathologie médicale, coopération, état psychologique, âge du patient...)</p> <p>Les suites opér atoires normales p euvent être la douleur, l’œdème, ainsi qu’un saignement de quelques heures.</p> <p>Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisé e s au regard des bénéfices attendus :</p> <ul><li> Hé ma tome et saignement persistant . </li><li> Perte ou diminution de la sensibilité d’un territoire muqueux ou cutané . </li> <li> Préjudice esthétique</li> </ul> </br> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/biopsies INFORMATION MEDICALE CONCERNANT L’EXERESE DES KYSTES ET DES TUMEURS DES MAXILLAIRES <p> Les kystes sont des cavités vides ou remplies de liquid e qui se développent dans les maxillaires . Les tumeurs se développent à partir de tissus dentaires , ou au dépend de la muqueuse ou d’éléments habituellement présents dans l’os. Qu’elle que soit le type de la tumeur, elle peut être bénigne ou maligne.</p> <p>Le diagnostic nécessite un examen radiologique et éventuellement une biopsie.</p> <p>Le traitement consiste en une exérèse chirurgicale, et une analyse anatomo - path ologique de la pièce opératoire pour confirmer le diagnostic et envisager un suivi ou si nécessaire une prise en charge comp lémentaire .</p> <p>L ’intervention peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale selon l e caractère invasif de l’acte ( taille de la lésion, rapport avec les st ructures de voisinage ) et/ou le statut médical du patient (pathologie médicale, co opération, éta t psychologique...) .</p> <p>Les suites opératoires normales sont : l’œdème (gonflement des joues), la douleur, la limitation de l’ouverture de la bouche, ainsi qu’un saignement de quelques heures.</p> <p>Les complications immédiates ou tardives, même si elles sont rar es ne doivent pas être exclues. Elles doivent être relativisés au regard des bénéfices attendus.</p> <ul> <li> Hématome et saignement persistant,</li> <li> Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,</li> <li> Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration dentaire, d’un bridge ou d’une dent.</li> <li> Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.</li> <li> Fracture osseuse (notamment l’angle de la mandibule) pendant l’intervention ou pendant la phase de consolidation,</li> <li> Communication entre la bouche et le sinus qui se fe rme seule le plus souvent (4 à 8 semaines). En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.</li> </ul></br> <p>En cas de complication, il est préférable de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vo us a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/exerese-des-kystes INFORMATION MEDICALE CONCERNANT L ES XENOGREFFES (OS D’ORIGINE ANIMALE) <p>Les xénogreffes sont des substituts osseux d’origine animale permettant d’augmenter le volume osseux. Il s’agit de maté riaux à propriétés ostéoconductrices (guidant la formation de l’os). Les xénogreffes sont souvent utilisées avec des membranes, certaines étant d’origine bovine.</p> <p>Les substituts osseux sont des dispositifs médicaux de classe III bénéficiant du marquage CE. Ces matériaux répondent à la norme NF EN ISO 2279 4 (application de la gestion des risques, contrôles de l’origine, de la collecte et du traitement, validation de l’élimination et/ou de l’inactivation des virus et autres agents responsables d’encéphalopathi e spongiforme transmissible (EST))</p> <p>L ’intervention peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale selon l e caractère invasif de l’acte ( taille de la lésion, rapport avec les st ructures de voisinage ) et/ou le statut médical du patient (pathologie médi cale, co opération, état psychologique...) .</p> <p>Les suites opératoires normales peuvent être : l’œdème, la douleur, éventuellement la limitation de l’ouverture de la bouche, ainsi qu’un saignement de quelques heures.</p> <p> Tout acte chirurgical, même bien mené, comp orte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :</p> <ul><li> Hématome et saignement persistant,</li> </li><li> Inflammation ou infection loco - régionales </li><li> Sinusite maxillaire, </li><li> Exposition, perte ou échec du greffon,</li> </ul> </br> <p>En cas de complications, il est conseillé de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p<<i>Les xénogreffes sont des actes qui ne sont pas inscrits à la nomenclature de la sécurité sociale.</i></p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/xenogreffes INFORMATION MEDICALE CONCERNANT L’EXERESE DES TUMEURS DE LA CAVITE BUCCALE <p>Les tumeurs se développent à partir de s tissus mous de la cavité buccale. Qu’elle que soit le type de la tumeur, elle peut être bénigne ou maligne.</p> <p>Le diagnostic nécessite éventuellement une biopsie. En cas de lésion maligne (cancer), une prise en charge spécialisée s’impose.</p> <p>Dans les lésions bénignes ou supposées bénignes, l e traitemen t consiste en une exérèse chirurgicale, et une analyse anatomo - path ologique de la pièce opératoire pour confirmer le diagnostic et envisager un suivi ou si nécessaire une prise en charge complémentaire .</p> <p>L ’intervention peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale selon l e caractère invasif de l’acte ( taille de la lésion, rapport avec les st ructures de voisinage ) et/ou le statut médical du patient (pathologie médicale, co opération, état psychologique...) .</p> <p> Les suites opératoires nor males sont : l’œdème (gonflement des joues), la douleur, la limitation de l’ouverture de la bouche, une difficulté à s’alimenter et à déglutir.</p> <p>Les complications immédiates ou tardives, même si elles sont rares ne doivent pas être exclues. Elles doivent être relativisés au regard des bénéfices attendus.</p> <ul><li> Hématome et saignement persistant,</li><li> I nflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche, </li><li> Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre ou de la langue, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive. </li><li> préjudice esthétique</li> </ul> </br> <p>En cas de complication, il est préférable de prendre contact avec votre chirurgien.</p> <p><b>Dans le cadre de la consultation, il vous a été exposé, pour votre cas précis, les risques et les effets secondaires de cet acte.</b></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/exerese-des-tumeurs Information Médicale Concernant Les Soins Buccodentaires En Cas De Prise D’antiresorptifs Osseux <p><strong>- &nbsp;Vous allez recevoir un traitement par </strong><strong>antir&eacute;sorptif osseux</strong></p> <p><strong>ou</strong></p> <p><strong>- &nbsp;Vous &ecirc;tes trait&eacute; par </strong><strong>antir&eacute;sorptifs osseux </strong><strong>et devez b&eacute;n&eacute;ficier d&rsquo;une intervention chirurgicale orale (par ex. une avulsion dentaire)</strong></p> <p><strong>ou</strong></p> <p><strong>- &nbsp;Vous avez &eacute;t&eacute; expos&eacute; &agrave; ce type de traitement</strong></p> <p style="margin-left:-3.8pt">&nbsp;Il est important dans ce contexte que vous ayez connaissance des recommandations afin de r&eacute;duire le risque de survenue d&rsquo;une n&eacute;crose de l&rsquo;os de la m&acirc;choire (ONM).</p> <p><strong>►&nbsp;</strong><strong>Le risque de survenue d&rsquo;une ONM</strong> est faible mais ne doit pas &ecirc;tre sous-estim&eacute;. Toutefois, il peut &ecirc;tre augment&eacute;́ selon l&rsquo;indication, le type et la dur&eacute;e du m&eacute;dicament prescrit mais aussi par un &eacute;tat bucco-dentaire alt&eacute;r&eacute;. Certains probl&egrave;mes m&eacute;dicaux ou la prise de m&eacute;dicament(s) associ&eacute;(s) peuvent accentuer le risque de survenue d&rsquo;ONM.</p> <p>►&nbsp;<strong>Pour r&eacute;duire ce risque, une consultation odontologique est recommand&eacute;e avant de d&eacute;buter le traitement par </strong><strong>antir&eacute;sorptifs osseux </strong>(m&eacute;dicaments prescrits dans le cadre du traitement de l&rsquo;ost&eacute;oporose ou de pathologies canc&eacute;reuses).</p> <p>► <strong>Pendant le traitement par</strong> <strong>antir&eacute;sorptifs osseux, Il vous faut </strong>pr&eacute;server un bon<strong> &eacute;tat bucco-dentaire</strong>. Le maintien &agrave; vie de cette hygi&egrave;ne bucco-dentaire rigoureuse est indispensable.</p> <p><strong>Le risque de survenue d&rsquo;une ONM est quasiment inexistant pour la plupart des soins dentaires</strong> courants&nbsp;: d&eacute;tartrage, soins de caries, d&eacute;vitalisation, r&eacute;alisation de couronnes ou de proth&egrave;ses dentaires.</p> <p>Il peut &ecirc;tre toutefois augment&eacute; par une chirurgie orale. C&rsquo;est pourquoi, votre praticien respectera un protocole adapt&eacute; pour minimiser ce risque. Apr&egrave;s l&rsquo;acte chirurgical, un suivi est indispensable afin de v&eacute;rifier la cicatrisation de la zone op&eacute;r&eacute;e.</p> <p>►&nbsp;<strong>La surveillance bucco-dentaire</strong> est annuelle ou semestrielle selon l&rsquo;avis du praticien. &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;La n&eacute;cessit&eacute; d&rsquo;un suivi &agrave; long terme est li&eacute;e au fait que le risque de survenue d&rsquo;une ONM persiste longtemps m&ecirc;me apr&egrave;s l&rsquo;arr&ecirc;t d&rsquo;un traitement par bisphosphonate.</p> <p><strong>►&nbsp;</strong><strong>Vous devez contacter votre Chirurgien Dentiste ou votre M&eacute;decin en pr&eacute;sence des signes &nbsp;&nbsp;suivants :</strong> dent mobile, inflammation, saignement gingival, mauvaise odeur dans la bouche, impression d&rsquo;&eacute;pine osseuse.&nbsp;</p> <p><strong>Dans le cadre de la consultation, il vous a &eacute;t&eacute; expos&eacute;, les risques et les effets&nbsp; secondaires inh&eacute;rents &agrave; l&rsquo;acte op&eacute;ratoire en relation avec votre traitement.</strong></p> Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/info-du-patient/antiresorptifs-osseux Reims 2014 Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/reims-2014 Toulouse 2015 Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/toulouse-2015 Metz 2016 Sat, 07 Sep 2002 00:00:01 GMT http://societechirorale.com/fr/non-classe/historique-albums-photos/metz-2016